Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • mercredi 26 juin 2019 à 22h25min
Dénonciations devant les juridictions :  Les précisions du Procureur du Faso

Dans le communiqué ci après parvenu à notre rédaction, le procureur du Faso apporte des précisions sur certains dossiers en justice dont certains se plaignent de la lenteur. De la récente affaire Rama la slameuse à l’affaire du charbon fin de Essakane et de bien d’autres sujets plus ou moins connues, Maiza Sereme réaffirme l’engagement du parquet pour la justice.

Le 29 mai 2018, le parquet près le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Ouagadougou saisissait la Cellule Nationale de Traitement des Information Financières (CENTIF) aux fins de diligenter une enquête sur des faits présumés de blanchiments de capitaux. C’est ainsi que le 25 octobre 2018 le parquet recevait le rapport de la CENTIF et saisissait le juge d’Instruction le 16 novembre 2018, aux fins d’ouverture d’une information contre DIALLO Rasmata alias Rama la Slameuse. Le 18 juin 2019, le Juge d’Instruction Saisi émettait une convocation contre elle pour être entendue le 24 juin 2019. A la date indiquée, elle a été auditionnée et inculpée effectivement pour blanchiment de capitaux.

Une autre convocation avait été émise le 20 juin 2019 par le parquet à son encontre pour être entendue le 24 juin 2019 sur des faits à elle reprochés suite à la plainte du représentant de la Police Nationale et de cinq (05) autres agents de la Police Nationale et sur les publications de l’intéressée sur les réseaux sociaux.

A cette même date, après son inculpation par le Juge d’Instruction, elle fut auditionnée par le parquet et poursuivie pour les faits de rébellion, d’atteinte à la vie privée, de menaces sous condition, de menace de mort, d’outrage à agent et de discrédit sur un acte judiciaire. Elle fut placée sous mandat de dépôt dans l’attente de son jugement suivant la procédure de flagrant délit.

S’agissant des affaires impliquant des membres du gouvernement, il convient de rappeler que, selon l’article 15 bis de la loi organique n°17-2015/CNT modifiant la loi organique n°20-95/ADP du 16 mai 1995 portant composition de la Haute Cour de Justice et procédure applicable devant elle, les plaintes et les dénonciations contre le Président du Faso et les membres du gouvernement sont, en principe, adressées au Président de l’Assemblée Nationale.

L’article 15 quinquiès de la même loi dispose que « le Procureur du Faso qui reçoit des plaintes et des dénonciations impliquant les personnalités visées dans la présente loi fait diligenter les enquêtes nécessaires et transmet sans délai au Procureur Général près la Cour de Cassation pour saisine de l’Assemblée nationale, tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

En application de cette loi, nous avons reçu la plainte de monsieur DIABRE Zéphirin contre monsieur COMPAORE Simon. Une enquête a été diligentée et les procès-verbaux y relatifs ont été transmis au Procureur Général près la Cour de Cassation. De même, nous avons reçu une plainte du Réseau National de Lutte Anti-Corruption (RENLAC) contre le sieur BOUDA Jean Claude et une enquête est en cours.

Dans le dossier dit affaire de charbon fin, une enquête est toujours en cours dans notre parquet. Des auditions ont été effectuées et les responsabilités seront situées.
C’est donc dire que les poursuites contre les membres du gouvernement ne relèvent pas de la compétence du Procureur du Faso mais de l’Assemblée Nationale qui procède à la mise en accusation devant la Haute Cour de Justice.

Nous tenons aussi à informer l’opinion publique que dans le dossier DABO Boukary, le doyen des Juges d’Instruction a rendu, depuis le 23 novembre 2018, une ordonnance de transmission de pièces au Procureur Général près la Cour d’Appel de Ouagadougou contre DIENDERE Gilbert, BAMBA Mamadou et YOUGBARE Magloire Victoire. Le dossier a été effectivement transmis au Procureur Général près la Cour d’Appel de Ouagadougou le 18 janvier 2019. En conséquence, le dossier est clos au TGI de Ouagadougou.

Nous tenons à remercier et à encourager tous ceux qui nous dénoncent certains faits soit directement à notre parquet soit par le biais de la police judiciaire soit encore par voie de presse. Certaines de ces dénonciations ont fait l’objet d’enquêtes et donné lieu à des poursuites judiciaires devant les juges d’instruction et les juridictions de jugement. Cependant, les dénonciations n’ayant pas de coloration pénale ne font pas l’objet de poursuites.

Il est vrai que nous ne pouvons pas toujours communiquer dans certains dossiers par souci d’efficacité des enquêtes, le secret de l’instruction et en raison de la présomption d’innocence. Mais nous pouvons rassurer la population de l’engagement du parquet pour la justice.

Le Procureur du Faso

Maïza SEREME

Vos commentaires

  • Le 26 juin à 12:02, par Lool En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Pour ma part, j’ai totalement confiance en vous Madame le procureur du Faso. Vous faites bien votre travail, en tout cas ence qui relève de votre compétence. Donc vous avez mon soutien sans réserve.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juin à 14:02, par Indjaba En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

      D’accord avec toi mais il faudra que cela dure et que cela concerne tout le monde. Ceci dit nous ferons désormais attention. Si une voisine qui fait une recette de 1000f/jr avec la vente de ses arachides se paie un poulet et un vin/jr, nous la dénoncerons. Si un magistrat avec son salaire d’un million/mois, s’adonne à des farotages (champagnes en boite, voiture pour maitresse, enfants dans des fac de luxe aux USA, bunkers climatisé etc.) nous le dénoncerons. Si un douanier avec son salaire de 300000/mois+ ses FC + ses TS + ses frais de saisie vérifiables s’adonne à une vie de pacha ( 10 celibateriums, 10 parcelles, achat de bien immobilier en liquidité, proprietaire du Seul bunker du quartier, voiture pour chaque maitresse, enfants et parents dans des fac au Canada, show du 1er au 31 etc.) nous le dénoncerons. Certains flics (dont certains ont porté plainte contre Rama ) ne seront pas épargnés dans leurs histoires de prendre un crica avec les usagers de la route. Bref, si besoin, nous denoncerons n’importe qui y compris le CEFOB et il faut que la justice soit speed comme cela a été le cas de Rama et il ne faut pas qu’un dénoncé vienne crier à la chasse aux sorcières et ou au règlement de compte.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 12:08, par Zaki En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Le peuple attend la justice et nom les conférence de presse madame

    Répondre à ce message

    • Le 26 juin à 12:40, par Djamana Tigui En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

      Que voulez vous finalement, quand les lignes commencent à bouger et que des éclaircissements sont apportés sous l’influence de l’oppinion publique, certains trouvent des arguments de nous ramener toujours vers la case départ avec du verbiage. La malhonnêtété intélectuelle quand tu nous habite !!!!!!!
      Merci à vous Madame, faites votre travail pour le bien des Burkinabè soucieux d’un avenir prospère pour leur pays et non des fossoyeurs du ridicule.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 12:11, par A qui la faute ? En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Vous osez parler de souci d’efficacité pour des dossiers qui trainent depuis des décennies ? Vous n’y êtes absolument pour rien mais il faut admettre que dans nos pays la justice est juste un outil du président. que le pouvoir décide d’emmerder quelqu’un, il lui trouve un motif et voilà il a des ennuis judiciaires. A contrario quand le pouvoir décide de ne pas juger un dossier, ils vont nommer les gens qu’il faut pour sortir des explications abracadabrantesques pour que cela dure des décennies.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 12:14, par Jo bleck En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    J’aime cette façon de communiquer. Des éclaircissements clairs et limpides. Bon vent...

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 12:49, par pagome ziiri En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    pour ma part je pense que auditionner et le garder quelqu’un en prison doit être appliquer pour tout le monde, des injures et détournement .... aider moi le quel est un crime

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 13:14, par Ka En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci pour cette clarification. On voit maintenant que le Burkina tourne petit à petit sa justice a deux vitesse et expéditive a valeur du client : qui l’aurai cru qu’un nom d’un Simon Compaoré, ou un Bouda sera publié dans une dénonciation ? Merci madame et continuez pour que le peuple confirme la crédibilité longtemps effacée de notre justice. Nous savons aussi que le combat le pour la justice est celui le plus difficile à mener dans un pays ou la corruption est un sport nationale car, on ne se bat pas pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception). Que les coupables soient sanctionnés a la hauteur de leurs actes.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 13:26, par Sacksida En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    A priori, il faudrait que le Procureur du Faso ait un plan de communication trimestriel ou semestriel pour situer l’opinion publique sur les dossiers judiciaires et leurs processus d’evolutions. Sinon pour nous citoyens il est incomprehensible que des dossiers judiciaires n’aient pas les memes rythmes d’evolutions et d’aucuns pensent effectivement que la politique s’y mele a cause des conflits d’interets. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 13:31, par Sphinx En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Madame,

    Qu’en dites vous du dossier de Yirgou ??? Il faut pourtant en parler...

    Répondre à ce message

    • Le 26 juin à 14:48, par TENGA En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

      Arrête cette façon de penser ségrégationniste ! c’est à cause de vos esprits malins comme ça là que vous êtes persécutés partout ! Guinée, mali, Niger, Cameroun, Centrafrique,...
      Vous pensez être plus intelligents que tout le monde, se marginaliser partout, se plaindre chaque fois en victime alors même que c’est vous en êtes responsables !
      Tu sais, Dieu n’est pas injuste ; tout ce qui arrive à l’homme est la résultante de ses actions !
      Même les juifs-là, que Dieu les avait honorés, élus parmi tant d’autres ; Dieu les a maudit après qu’ils aient mécru, reniés ses bienfaits à leur égard, et assassiné des prophêtes ! résultats : ils ont subi la persécution et continuent de l’être. Et demain n’est pas la fin pour eux ! ils sont obligés de rassembler en seul pays sous la protection du grand satan américain, mais ça ne saura durer !
      Donc, changer votre esprit, acceptez les autres, vous n’êtes supérieur à personne !
      Réclamez justice pour toutes les victimes d’injustice au Burkina, y compris les foulsés et mossis d’arbinda, les victimes du Coup d’etat, de l’insurection, pour Lingani, henri Zongo, Oumarou clément ouédraogo, ....

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 13:32, par Saw En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    J’ai pris en vol le journal télévisé de BF1 du mardi 25 juin 2019 il y’a un économiste qui a longuement expliqué le blanchiment d’argent. Ce même économiste a expliqué qu’il y’a un organisme international très sérieux ( j’ai oublié le nom) qui a mené des enquêtes. Ils ressort de ses enquêtes que 164 cas de blanchiment d’argent ont été épinglés. Ensuite après enquête 120 dossiers ont été bouclés et transmis à la justice. Et jusqu’à présent la justice n’a pas encore réagi. Mon souhait est que BF1 ou le Faso net fasse une interview de cet économiste ou un autre qui maitrise le domaine car cela pourra mieux éclairer l’opinion public.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 15:12, par Franklin Tiendrébéogo En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    ((Je vais libérer les prisonniers de la Maco,il ya les vrais voleurs qui sont dehors))Hey les petits poissons souffrent au pays des hommes intègres tandis que les gros poissons nous narguent avec les biens mal acquis.Mais pour vivre bien,il faut vivre cacher.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 15:16, par Edgard En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Simon, Bouda, Bougouma Ne Sont Plus Du Gouvernement,allez A La Vitesse Superieur

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 16:12, par Timbila En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Sur ce, accélérez parce que nous avons besoin de voir pour vous croire concernant certains dossiers. On nous a promis entre temps qu’ on sera édifié au moment opportun sur certains dossiers et jusqu’aujourd’hui des gens ont été libérés sans la moindre explication. Souffrez donc qu’ on ne puisse plus faire confiance à la justice de ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 16:14, par Rotation En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci pour les éclaircissements. Tout est claire, on ne peut rien faire pour cette affaire de charbon fin si l’on regarde le ficellement qui existe entre l’AN et le Gov.
    Un membre du gouvernement qui doit être jugé par une majorité à laquelle il fait partie ou il joint sa voix pour y être ? Hum le paradoxe de la justice. On voit pertinemment que cette affaire de charbon fin là ne pourra jamais connaître un dénouement sous ce régime si on s’en tient ces textes régissant les plaintes au niveau du gouvernement. En conclusion chaque peuple mérite ses dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 16:20, par M’Filoï En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci Mme SEREME, pour ces informations et éclaircissements !...
    Pour qui connaît votre parcours et votre famille, votre franc parler n’étonne pas. Dieu continue de vous bénir !...
    Internaute Sphinx, ne savez-vous donc pas que dès que l’on prononce l’affaire de Yirgou, l’internaute Tenga perd toute sa lucidité !
    Dieu contrôle notre raison !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 16:43, par welore En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    moi welore souvent pas facile avec vous vous présente mes excuses. on ne vous demande pas plus que vos moyens. on demande si souvent que vous nous informiez. c’est de ça on vous demande. courage et succès à vous. maintenant nous savons que le reste relève d’une volonté politique.
    je crois en une gouvernance basée sur la justice et la vérité. nos compatriotes ne sont pas si malheureux que ça.
    à bas les populistes menteurs
    a bas la malgouvernance
    à bas les terroristes et leur instigateurs
    paix et salut sur le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 18:45, par YaC En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    oui, ils nous parlent de blanchiment de capitaux, mais d’ou provient les capitaux ? attention de la justice a double vitesse.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 20:12, par caca En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Les juges femmes règlent leurs comptes avec des femmes opportunistes en blanchiment ou d’autre. Mais je ne comprends pas le langage de madame la juge quand elle dit les infractions dénonciations ne sont pas pénale et donc pas de poursuite. Ça veut quoi ? Donc Mr Simon Compaoré Fils de pasteur ne pourra pas un jour être en justice.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 21:08, par RV En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    J’ai toujours pensé que Roch a commi une erreur stratégique en commençant par les crimes de sang qui sont plus difficiles à régler que les crimes économiques. Mieux vaut tard que jamais. Et tant mieux si la justice commence son inserruction. Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 21:21, par RV En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Mme le procureur ! Dites clairement que Rama a été déposée à la MACO pour outrage à agents et NON pour le blanchiment de capitaux. Ça pour mérite de sonner la fin de la récréation de l’incivisme vis-à-vis de la justice et des FDS en mission. Et ne pas salir au fond Rama en attendant son jugement. Parce que toute personne est présumée innocente jusqu’à sa condamnation en dernier ressort. Son comportement peut-être choquant mais les artistes depuis la nuit des temps ont toujours été fantasques.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 22:51, par sidbala En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Toutes les femmes qui ont dirigées le TGI ont les mêmes caractères, Maiza Sereme est comme Mme OUI, toutes des fourbes, elles travaillent de conspiration avec les grands hommes et femmes du régime en place.

    C’est bien malheureux mais il n’y aura jamais de justice jusqu’à la fin des temps, rien que du saupoudrage à tout bout de chemin et c’est ça qui exacerbe les tensions à tous moment.

    La prochaine insurrection n’épargnera personne et ça peut aller en guerre civile, avec les tueries qui ont déjà commence partout.

    Répondre à ce message

    • Le 27 juin à 18:40, par Zitai En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

      @sidbala !
      Que Allah le Tout Puissant ne t’écoute jamais dans ta vie. Tu ne lé sais encore ( mais É bï nâ lõn kossobè Inchallah) que tous ceux qui ont prédit ou souhaite un sort funeste pour le Birkina Faso ont été foudroyés en plein midi par la colère de Dieu qui aime ce pays. Si si, demande aux généraux et leur troupes de sicaires. Et Blaise Compaoré ? Lui te dira. François Compaoré peut d’enseigner. Ange Djiby est devenu un poltron émasculé qui nâ meme plus la force de regarder ses "œuvres" en face ; préférant se réfugier dans le "confort du faux malade" de la fable.
      Toi, ton sort sera à la même hauteur de ta haine pour mon pays et ses braves citoyens que celle des vampires.

      Quelle megd.

      Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 23:26, par Sita zerbo En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci mme le procureur. Felicitation et du courage a vous.
    Juges du BURKINA FASO, nous vous encourageons à juger avec droiture.
    THAT GOD BLESS BURKINA FASO

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 05:20, par Kiriki En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    C’est bien . C’est déjà de dire un petit mot aux gens. Pour Rama la en fait son cas a été facile pour la justice parce que elle même elle vit a 100 à l’heure sous les feux des projecteurs. Maintenant il faut laisser la justice se recentrer sur tout le reste sans distinction. Madame MAIZA quelqun l a dit plus haut avant moi. Tu dois prevoir un plan de communication regulier. Même trimestriel. Tout ça aide à calmer les gens qui ont soif de savoir quon peut compter sur votre institution. Je vius encourage MANZA. Tracailler sur les dossiers. Nayez pas trop peur. Epluchez les piannnnnnnnnn . Faites votre part de travail et faites le bien.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 08:58, par DieuSeul En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    A ecouter Rama, dans la video qu’elle a realisee avant d’aller au TGI, on sent plus un reglement de compte qu’un besoin de justice. Que les uns et les autre regardent la video pour mieux apprecier la situation.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 09:43, par Calmos En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci Mme la procureure pour la leçon. Vous savez, la justice doit communiquer avec son peuple si elle veut se faire comprendre. Si elle ne le fait pas, le peuple a l’impression que rien ne se fait. Pourtant, elle travaille. A défaut d’enseigner le droit dans nos classes pléthoriques, les magistrats se doivent d’éduquer, de sensibiliser nos populations même s’ils ne sont payés pour ça. Des conférences de presse du palais de justice sont plus bénéfiques à la jeunesse que celles politiques qui sèment la division. J’ai suivi la vidéo de RAMA qui accuse la Justice burkinabè. Nous attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 10:02, par Le Dugarry En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Courage à vous Madame ! Traquer ces bandits de grands chemins

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 10:56, par YAAMPOKALINO da BERGAMO En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Félicitation Madame le procureur pour cette communication.
    C’est bien mais c’est pas arrivé !
    Vous dites que pour les membres du gouvernement, je site "les plaintes et les dénonciations contre le Président du Faso et les membres du gouvernement sont, en principe, adressées au Président de l’Assemblée Nationale"
    Vous dites bien " En principe" ....... ! et hors principe ?.......
    Que fait ont s’ils ne sont plus membre du gouvernement ?
    Que fait-on si un ministre actuel viole une fille de 7 ans ? doit- on aussi attendre l’assemblée pour cela ?
    Tous les politiciens et les puissants du moment doivent savoir que des comptes seront demandés tôt ou tard ?

    Personne ne pourra échapper ! you must integrate it in your mind
    A Simon c’est juste une piqûre, pour qu’il sache que la justice existe et qu’à tout moment on peut le soigner !
    ça devient passionnant tout ça.
    DIOS per BUKINA FASSO

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 11:02, par Yamsoba En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Que le Sphinx tombe le masque et parle honnêtement pour l’intérêt général que de vouloir focaliser la justice sur un cas qui est venu trouver d’autres plus ou moins graves les uns que les autres. Demandez aussi que ceux qui sont accroupis présentement dans les prisons (cellules de la police judiciaire) pour avoir pris les armes contre la république, tué des citoyens de ce pays et s’attaquer sans raison valable à des institutions étatiques soient présentés rapidement à la justice. Soyez patients comme chez le coiffeur, d’aucuns n’auront pas le courage de regarder certains inculpés de crimes dans ce pays quand ils comparaitront à la barre. Le temps va décider pour tous. Fraternellement.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 12:34, par Horus En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Merci pour cette mise au point. A vous lire, maintenant que Bouda et Simon ne sont plus membres du gouvernement, une suite sera vite donnée aux plaintes déposées contre eux. Mais en attendant il n’y a rien de glorieux à avoir dépensé du temps et des ressources pour déferrer l’écervelée de Rama là à la MACO pendant que les gros poissons ne sont pas inquiétés

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 15:16, par verite no1 En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Madame la procureure, il faut vite liberer Rama. Si c’est vrai ce qu’elle dit, alors, elle a ete victime d’un reglement de compte entre femme, je ne parle pas de vous.
    Voila ce qu’elle dit dans la video :
    Le mediateur du Faso m’a demande de marrainer une ceremonie et j’ai refuse, j’ai meme expulse celui qui a envoye la lettre et j’ai eu a dire que je m’en fous de la politique ! Le lendemain, une descente musclee a ete effectuee chez moi.
    Bref, Rama n’a pas utilise la maniere mais on sent un reglement de compte entre femmes !!!!!! lol !!!!!
    On appelle ca, te montrer qui a mis l’eau dans coco.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 16:34, par Minnayi En réponse à : Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso

    Je pense que l’initiative est salutaire, c’est-à-dire informer les populations sur les dossiers sensibles ou emblématiques.

    Cependant, beaucoup de questions demeurent et c’est ça le vrai problème de notre justice. Pour les cas par exemple des membres du gouvernement, comment attendre des plaintes avant de diligenter des enquêtes ? Pour la video de M. Simon COMPAORE, on comprend maintenant que sans la plainte du CFOB, le parquet allait toujours apprécier l’opportunité de la poursuite. Il en est de même du cas de Ministre BOUDA qui n’est plus au gouvernement depuis un moment mais sans la plainte du REN-LAC la justice n’allait pas bouger le petit doigt.

    Par ailleurs, lorsqu’on voit la célérité avec laquelle la justice a traité les affaires Safiatou LOPEZ et Rama, on se pose des questions sur la volonté réelle de protéger tous sur un pieds d’égalité. Or, pour ne prendre que le cas de LOPEZ, une autre personnalité du régime avait dit que la prochaine insurrection allait avoir lieu sur la justice mais la justice n’a même pas produit un communiqué, sauf les syndicats de magistrats. Bref, ce sont ces incohérences qui donnent l’impression que notre justice a encore du chemin pour montrer sa volonté de justice pour tout le monde, les déclarations surprenantes de Mme le Procureur concernant l’affaire Inoussa KANAZOE sont encore vivaces quand on connait la suite de l’affaire. En tout cas, personnellement j’ai encore des doutes sur la volonté ou la capacité de notre justice à faire son travail de façon indépendante.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ministère de la santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 20 au 30 novembre 2019
Exploitation artisanale de l’or : Une source de financement des groupes terroristes
Insécurité : « C’est ensemble que nous pouvons ramener la paix dans notre pays » , Mgr Pierre Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Agriculture durable à l’horizon 2050 : La prospection comme alternative pour relever les défis du futur
Situation alimentaire et nutritionnelle au Burkina : Les experts font le point
« Rien de nouveau sous le soleil » : Le terrorisme multiple vu par Nathanaël Tapsoba
Situation sécuritaire nationale : Le CISAG adhère à l’appel du président Roch Kaboré
Un nouveau rapport révèle les conditions désastreuses dans lesquelles travaillent les vidangeurs manuels au Burkina Faso
Centre de formation « Le Camillianum » du Burkina : 197 étudiants prêts pour humaniser
Santé bucco-dentaire : La famille au coeur des préoccupations des médecins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés