Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 25 juin 2019 à 23h25min
Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

La tension est vive actuellement entre deux villages voisins. Dimvoussé (commune de Zonsé dans la province du Boulgou, région du Centre-Est) et Goyenga (commune de Gonboussougou dans la province de Zoundwéogo, région du Centre-Sud). La cause du malentendu est une question de terre, exacerbée par une école primaire implantée sur le territoire de Dimvoussé en 2013, mais au compte de Goyenga.

Le litige avait en son temps été porté à la connaissance du préfet. Mais aucune solution ne fut trouvée. Selon Issoufou Diéné, ressortissant de Dimvoussé, la situation a pris une nouvelle tournure depuis le 21 juin.

Dimvoussé serait encerclé par des civils armés d’armes à feu et d’armes blanches. Impossible d’aller et venir, en cette période de début de saison pluvieuse où les travaux champêtres occupent les villageois.

Aux dernières nouvelles, une rencontre des maires et des autorités locales avec les protagonistes est prévue ce 25 juin dans les deux villages pour tenter de désamorcer la crise.

TCS
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 juin à 13:03, par TANGA En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Ces gens là avec leurs armes à feu.
    NIAGO et BEGUEDO vous dit surement quelque chose. Cette fois ci nos codos sont au front ; qui ira sauver la situation ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin à 13:23, par Tidiane En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Que mes parents de Dimvousse et Goyenga jouent à l apaisement. Je sais combien vous êtes tous des gens formidables. En attendant pensez au lien de sang qui vous unit et ouvrez les corridors afin que les travaux champêtres se poursuivent. Nous sommes tous perdants n dans cette situation. Accordez une grande chance à la médiation et vivement que l’entente fraternelle revienne.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin à 16:19, par Le réaliste En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Il faut que les uns et les autres cultivent le réalisme. En quoi à cause d’une école qui accueille tout enfant Burkinabè et même de n’importe quelle nationalité, vous allez vous comporter comme des animaux. Qui peut interdire un enfant quelconque de fréquenter l’école ? Vraiment, l’incivisme va nous conduire à des catastrophes. Vous avez déjà vu les affrontements en frères de Béguédo et Niaogo et aucun camp ne peut aujourd’hui se contenter d’avoir été le gagnant de cette bêtise qui avait malheureusement soutenant par des fils intellectuels des deux villages à Ouagadougou, jusqu’à dans l’armée. Ce qui est certain, aucun militaire ne viendra là-bas cette année à cause du terrorisme qui est prioritaire. Vous avez intérêt à vous débrouiller pour vous entendre aux risques de vous faire périr réciproquement et ce ne serait pas la peine d’indexer l’Etat ou bien le régime après. Ce qui est certain, vous n’aurez pas les armes du peuple pour vous en servir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin à 22:44, par jeunedame seret En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    « ... encerclé par des civils armés d’armes à feu et d’armes blanches. Impossible d’aller et venir, » hummmm… et pourtant les terroristes pourraient y entrer et sortir des 2 côtés sans même être insultés. Où sont les armes face aux vrais ennemis ? Arrêtez vos comédies et mobilisez-vous ailleurs. Même si la raison est autre que cette école, faites preuve de bonne intelligence.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 09:20, par Ismael Zoure En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    CES PROBLÈMES EXISTENT ENTRE 6 VILLAGES (DIRZE -PONGA ;BOGORE-SAOPO ;GOYENGA DIMBOURSÉ ) FRONTALIERS DONT LES 2 MAIRES UPC (MAIRIE DE ZONSE DE BOULGOU E GONBOUSSOUSSOU DE ZOUNDWEOGO ) N’ARRIVENT PAS À REJOUDRE À TABLE.
    TOUT RÉCEMMENT LES JEUNES DE PONGA SONT VENU À LA FRONTIÈRE DÉTRUIRE LA CONSTRUCTION D’UNE BOUTIQUE SUR LE TERRITOIRE DIT DIRZE AVEC DES ARMES EN MAIN. LA DÉCLARATION FAITE À LA GENDARMERIE N’A PAS ÉTÉ RÉPONDUE. LES CHEFS COUTUMIERS QUI DEVRAIENT VENIR DÉLIMITÉS SOIENT LES PRÉFETS ET MAIRES N’Y SONT PAS PRÉSENT.
    LE JOUR QUE CETTE GUERRE COMMENCERA ÇA SERA DES PERTES HUMAINES CAR CES 6 VILLAGES SONT FRONTALIERS (MÊME ZONE ).

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 10:14, par HUG En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Asseyez vous et discutez. Il faut essayer de vous convaincre par la force de l’argument et non l’argument de la force. Entendez vous êtes des frères et soeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 17:05, par Le réaliste En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Comme je l’ai déjà dit, débrouillez-vous pour vous entendre car personne ne peut vous empêcher de vous entre tuer. Le rôle de la Gendarmerie ou de la Police n’est pas de tracer des limites de villages. Aucun habitant de ces villages n’a un papier indiquant des limites. Ce que vous faites est simplement de l’idiotie. Certains villages sont nés à partir d’autres afin de pouvoir créer des départements pour diminuer les souffrances des habitants en matière administrative et satisfaire certains politiciens. La solution de votre problème est avec vous-mêmes et c’est à vous de la prendre ou de continuer à vous battre inutilement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin à 18:43, par Timbila En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Merci chers journalistes d’avoir tiré la sonnette d’alarme. J’espère que les autorités à tous les niveaux ne vont pas attendre de compter des victimes avant de réagir. Malheureusement c’est ce que nous constatons avec nos autorités en place. Toujours à jouer le médecin après la mort alors que des dispositions idoines doivent être prise pour sécuriser les uns et les autres. L’exemple récent c’est cette affaire de chefferie.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 07:24, par DABRE boukare abitant de goyenga En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Nous regretons la declaration iresponsable de mr diene issoufou commes quoi les abitant de goyenga ons encercles dimwouse avec des armes a feu et armes blanches ce archi faux et iresponsable dimwousse et goyenga son uni par histoire comun ce sons persones de mauvaise foi qui ons voulus metre les villagois en conflis eureusement le chef de village de goyenga avec son sans froid et maire de gomboussougou ons su gerer la situation et regler pacifiquement la situation. Goyenga a largement raison a 100/100 vive cooperation goyenga dimwousse que la paix raigne entre les dieux village les habitents de goyenga recommende achacun de nous a eviter les declaration calamiteuse

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 08:27, par Le réaliste En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Internaute Timbila, soyez REALISTE en apprenant à dire la vérité aux gens maintenant. Vous comme moi ainsi que ceux qui veulent se tuer sont également des autorités. Aucune autorité ne peut aller élire domicile dans ces villages. Du reste, si ces populations décident de se faire du mal, c’est leur choix et personne ne peut les en empêcher. En quoi la paternité d’une école qui accueille tout Burkinabè y compris même les autres nationalités peut conduire à une telle situation si ces gens n’étaient pas des inciviques, anarchistes de haut niveau ? Nos forces de sécurité ont beaucoup d’autres choses à faire actuellement. S’ils se tuent, les victimes seront enterrées par les mêmes habitants et les auteurs ferons la prison à vie. Chacun fabrique ses problèmes pour ensuite accuser le régime ou les autorités, en ignorant qu’il y fait partie. L’Etat, c’est tout le monde

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 10:53, par DABRE boukare abitant de goyenga En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    MERCI timbila pour analise nous qui residons hor de village devons cultives la paix et semis la haine car ecole burkinabe est pour les burkinabè mème les etranger sons bienvenu aux burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin à 11:25, par SARE En réponse à : Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo

    Salut je conseil aux populations de ces villages de rester entre eux frèrès et de considérer cette fraternité parce que ce découpage est politique et que les politiciens rechercheent d’abord un intérêt personnel ensuite pour les populations. Les bissa ont demandé leur province à eux , on leur a promis mais ils n’ont pas eu. La terre est un don de dieu et vous, vous êtes des frères je vous demande de dépasser les frontières terrestres et considerer la fraternité plus le pardon. rendez-grace à Dieu. vous êtes certainement au courant des burkinabé refugiés au Burkina. Nous sommes tous interpeller. Accepter que votre problème n’a pas de raison d’être un problème pendant qu’une solution définitive n’est pas trouvée à ces fuites de localités au Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation sécuritaire au Sahel : L’appel "pressant" des conférences épiscopales Burkina-Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée avec succès en carburant par les FDS
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
« Kunadia O’ » : 576 et 628, les deux numéros tirés au sort
Amicale des femmes de la BOA : Un dîner-gala pour célébrer la solidarité entre les femmes de la banque
Ecole privée de santé Sainte Julie de Tenkodogo : 187 diplômés prêts à servir dans les centres de santé
Région du Centre-Est : L’excellence à l’école primaire célébrée pour la 13e fois
Bobo-Dioulasso : L’Amicale des femmes de la Bank of Africa vole au secours des personnes démunies
3e édition du forum international francophone de l’évaluation (FIFE) : Le REBUSE plaide pour l’institutionnalisation de l’évaluation au Burkina Faso
Journée mondiale du diabète 2019 : « La lutte concerne chaque famille » (Léonie Lougué, ministre de la Santé)
Diabète au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées
Recrutement à la CNSS : « Nous avons foi que la lumière sera faite dans ce dossier et que les responsabilités seront situées », dixit le Réseau national de lutte anti-corruption
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés