Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Soutenances à l’ISTIC : La communication digitale du MINEFID passée à la loupe d’un impétrant

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • lundi 24 juin 2019 à 17h00min
Soutenances à l’ISTIC :  La communication digitale du MINEFID passée à la loupe d’un impétrant

C’est parti, depuis ce 24 juin 2019 à Ouagadougou, pour les soutenances de fin de formation à l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC). 47 stagiaires sont concernés par cette deuxième vague de soutenances.

Après 21 mois de formation pour les assistants et 24 mois pour les conseillers en sciences et techniques de l’information et de la communication, les stagiaires de l’Institut des sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) doivent maintenant passer devant un jury pour défendre leurs mémoires de fin d’études.

Dans la pratique, il s’agit de présenter un mémoire audio accompagné d’un support écrit appelé « dossier de production », pour les stagiaires de l’option journalisme et ceux ayant été formés en techniques et technologies des médias. Dans la filière communication, c’est une étude de cas qui est demandée aux stagiaires.

Trois jours sont consacrés à cette série de soutenances. Et le doyen des membres du jury, Césaire Dah, de réaffirmer la pertinence de la soutenance, comme pour répondre à ceux qui remettent en cause le format de l’évaluation.

La communication digitale des institutions…

En ce premier jour, l’impétrant Drissa Ouattara a présenté une étude de cas sur la pratique de la communication digitale au sein du ministère de l’Économie, des finances et du développement (MINEFID). Il a obtenu la moyenne de 17 sur 20.

Selon ses enquêtes, la Direction de la communication et de la presse ministérielle (DCPM) du MINEFID utilise beaucoup le réseau social Facebook et son site web pour communiquer. Toutefois, il recommande une mise à niveau des personnes en charge de cette tâche. Drissa Ouattara note quelques insuffisances dans les différentes pratiques. Il n’a pas manqué de souligner que le domaine numérique n’est pas comme la communication classique et qu’il faut s’adapter à l’innovation permanente.

Pour Jean-Baptiste Dipama, directeur de production de l’impétrant, le travail de l’étudiant permet de toucher du doigt les réalités de la communication dans l’administration publique au Burkina Faso. « Chez bon nombre de DCPM, on se contente de quelques fonctionnalités basiques, tout en laissant un bon lot qu’on peut utiliser pour optimiser sa communication », regrette-t-il.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
Education : DigiClass, une plateforme en ligne pour permettre aux élèves de réviser et de tester leurs connaissances
Journée mondiale de la liberté de presse : le recul dans le classement de la presse burkinabè, regrettable selon des journalistes de la ville de Gaoua
Burkina : « Nous n’avons pas une presse va-t-en-guerre », déclare le Pr Serge Théophile Balima
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés