Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Médias et lutte contre le terrorisme : La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • dimanche 23 juin 2019 à 17h18min
Médias et lutte contre le terrorisme : La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?

Les 20 et 21 juin dernier, le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO) a organisé un forum sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest -africaine (UEMOA). Réunis à Ouagadougou, les professionnels et les autres acteurs de la lutte ont échangé sur le rôle des médias.

« Le rôle des médias dans la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : entre contraintes sécuritaires et devoirs professionnels ». C’est sous ce thème que le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO) a organisé son forum de haut niveau.

Ce thème a fait l’objet de la première conférence dudit forum sous la modération de Venance Konan, président du GEPPAO, par ailleurs directeur du groupe de presse publique ivoirienne « Fraternité matin » et Dr Aïchatou Mindaoudou, juriste et ancienne ministre des Affaires étrangères du Niger.

Dans sa communication, Dr Aïchatou Mindaoudou a rappelé que les attaques terroristes de nos jours ne doivent pas être considérées comme visant une seule nation, mais elles interpellent tout le monde. Et d’ajouter que ce forum initié par le GEPPAO doit faire école, car chaque composante de nos sociétés doit définir son rôle et apporter sa contribution dans la lutte contre ce fléau qui menace l’existence des Etats et l’aspiration légitime des populations à vivre dans la paix.

Pour Dr Aïchatou Mindaoudou, la montée de l’extrémisme violent a pour corollaire une aggravation des tensions et une amplification des actions politiques, qui profitent de la situation pour opposer les citoyens afin d’obtenir une grande audience. « Ces situations interpellent les médias qui doivent éviter d’entretenir la division, la haine entre les différentes composantes de la société », a-t-elle précisé.

La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?

Lorsque le travail du journaliste profite à la propagande terroriste en amplifiant le climat de terreur et d’insécurité ou en diffusant des informations sensibles en matière de sécurité nationale, l’on est en droit de se demander si la liberté d’expression donne le droit de tout dire, de tout écrire, de tout diffuser, de tout dessiner. C’est par cette interrogation que la conférencière a ouvert le débat.

Avant que les participants ne puissent apporter leurs avis, Dr Aïchatou Mindaoudou a donné le sien. « A mon avis, la réponse est négative. Le journaliste n’a pas le droit de tout dire, tout écrire et tout diffuser », a-t-elle affirmé.

Pour soutenir sa position, elle a laissé entendre qu’en matière de sécurité nationale et de terrorisme, elle ne pense pas que les sociétés [africaines] soient assez solides pour pouvoir supporter « la diffusion de n’importe quelles informations ».

Dr Aïchatou Mindaoudou

Avis partagés

Partageant le même avis que la conférencière, l’expert en communication de crise et ancien journaliste malien, Hamadoum Touré, a insisté sur la formation des journalistes afin de les protéger des attaques terroristes et leur permettre de donner l’information qui tienne compte des réalités de la communauté.

Quant à Azize Dabo, responsable politique, il a salué la qualité de la réflexion avant de regretter l’absence des « lanceurs d’alerte » à ce forum.

« Lorsque le marabout prédit la mauvaise saison des pluies, il est également touché au moment venu », a caricaturé le modérateur de la séance, Venance Konan, pour faire référence aux œuvres des journalistes.

Pour conclure, la conférencière s’est résumée en citant l’UNESCO dans son manuel pour les journalistes : « Savoir où placer le curseur entre la liberté et la responsabilité d’informer, entre le droit de savoir et le devoir de protéger, et ce, dans le respect des valeurs et normes fondamentales du journalisme ».

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net


Recommandations

Au regard des insuffisances décelées au cours des échanges, les participants à ce forum ont fait des recommandations.

A l’endroit des médias, ils les chargent de créer des espaces d’information, d’éducation et de sensibilisation sur le vivre ensemble et de travailler à la spécialisation des journalistes reporters au traitement de l’information sécuritaire.

Pour les gouvernants, il est leur demandé de faciliter le travail des journalistes en renforçant leurs capacités d’intervention sur le terrain et de développer la confiance en valorisant les médias nationaux et en instaurant un climat de confiance entre les acteurs de la lutte.

Quant aux institutions de la sous-région, le forum leur recommande de travailler à renforcer les capacités d’action des journalistes à travers l’équipement et la formation. Elles doivent également développer avec les membres du GEPPAO des projets et programmes éducatifs dans les domaines de la paix et de la sécurité.

Vos commentaires

  • Le 23 juin 2019 à 21:04, par RV En réponse à : Médias et lutte contre le terrorisme : La liberté d’expression donne-t-elle le droit de tout dire ?

    C’est surréaliste ! On ne peut jamais tout dire !
    Le journaliste est un professionnel dont le devoir est de restituer les faits. Il travaille a informé ses auditeurs et lecteurs, donc des inconnus. Il ne travaille ni pour le gouvernement, ni pour ses adversaires encore moins les terroristes. Sinon c’est de la propagande. Je ne vois pas quels secrets le Burkina a à cacher aux terroristes ! Si la presse n’annonce pas les faits, on va se retrouver avec les terroristes à Ouaga ou une grande partie de populations stigmatisées anéanties.
    Laissons la presse faire sont job. Mieux au gouvernement de renforcer ses moyens.
    Dans tous les cas, les nouvelles lois du Code Pénal ne sont pas conforme à la DUDH de l’ONU. Notamment sont article 19. Donc, anticonstitutionnelles ! Aux juristes de faire le boulot pour son retrait. Ça sens la honte !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Prix de lutte anti-corruption : Les journalistes Aimé Nabaloum et Boniface Zagré sacrés
Institut supérieur de technologies (IST) : L’ONATEL offre 3 250 cartes SIM 4G aux étudiants
Filière karité : Le digital peut améliorer les rendements, selon une étude du Fonds d’équipement des Nations unies
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés