Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Donne au monde le meilleur de toi-même, et le meilleur viendra»  Madeline Bridge

Cinéma : « Maman, oublie-moi », un film sur la vie de famille

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 21 juin 2019 à 14h00min
Cinéma : « Maman, oublie-moi », un film sur la vie de famille

Coréalisé par Ives Edgard Bonkoungou et Dos Bavukahe, « Maman, oublie-moi » a été projeté à l’écran pour la première fois le lundi 17 juin 2019 au Ciné Burkina de Ouagadougou. C’est un long m étrage qui met en scène les difficultés liées à la vie de famille dans un monde qui semble n’être guidé que par la recherche du confort et du luxe.

Dans la vie de tous les jours, il y a des chefs de famille qui se battent corps et âme pour mettre les leurs à l’abri du besoin. Mais, il arrive parfois que les membres de la famille, assoiffés du luxe et du confort, veulent vivre au-dessus de leurs moyens. Les efforts du chef de famille sont alors voués à l’échec.

Tous les moyens sont bons pour l’énerver et le mettre à l’épreuve. Ces mêmes personnes sautent sur la première occasion pour claquer la porte de la maison. Cela amène des bouleversements dans la famille, et joue négativement sur les enfants. Les réalisateurs Ives Edgard Bonkoungou et Dos Bavukahe ont décidé d’amener le problème à l’écran. La sortie officielle de la fiction de 90 minutes a eu lieu dans la soirée du lundi 17 juin 2019 au Ciné Burkina, à Ouagadougou.

« Maman, oublie-moi » relate la vie de famille d’un chauffeur de taxi qui, malgré tous ses efforts pour mettre sa famille à l’abri du besoin, se trouve confronté aux goûts de luxe et de confort de sa femme. Les problèmes et thèmes évoqués dans le film sont d’actualité. La fiction met en scène des problèmes que beaucoup de couples traversent. Souvent, face à ces soucis, certaines personnes ne réfléchissent pas avant de prendre des décisions. On ne mesure pas la portée de nos actes. On ne pense pas aux conséquences que peuvent avoir nos décisions. Et ce sont souvent les enfants qui en payent les pots cassés. « Nous avons été inspirés par les maux qui minent notre société actuelle, par les faits réels. Nous avons constaté que, de nos jours, beaucoup de couples vivent ce genre de problèmes. Souvent, on ne prend pas du tout le temps de réfléchir assez, surtout à la progéniture, avant de prendre des décisions », nous dit Ives Edgard Bonkoungou, l’un des réalisateurs. Dans ce film, l’accent est essentiellement mis sur des thèmes comme l’unité familiale, la vie de couple et l’éducation des enfants.

Les deux réalisateurs du film

« Maman, oublie-moi » a été bien accueilli par les cinéphiles qui étaient au rendez-vous. Des applaudissements se faisaient entendre à chaque moment fort. Parmi les personnes présentes à cette première, on pouvait compter Gaston Kaboré, le mentor des réalisateurs burkinabè. Pour Gustave Sorgho, cinéphile, c’est du bon travail et l’équipe est à féliciter. « Je dis bravo à l’équipe car ils ont fait un film sur un thème qui est accrocheur, parce qu’un film c’est un bon sujet et puis une bonne technique de jeu d’acteurs ; c’est fantastique. Ce qu’ils ont fait, vraiment c’est fabuleux. J’ai aimé la façon dont les sujets et les thématiques ont été traités. C’est vrai qu’on peut toujours parfaire mais c’est un film à voir et à revoir. J’invite les uns et les autres à découvrir le film parce que c’est un film qui a de l’avenir », s’est étalé Gustave Sorgho.

Du côté des acteurs, c’est d’abord agréable de voir le film à l’écran, surtout que la plupart des comédiens ne sont pas des professionnels. C’est le cas d’Habib Etongo qui joue le rôle du taximan, l’époux abandonné. « C’est mon tout premier rôle. J’ai été repéré par Ives Edgard et Dos Bavukahe quand je les aidais à faire le design du casting. Vu que je n’avais jamais joué dans un film, ils m’ont coaché. Je trouve que le film est un chef-d’œuvre pas parce que je joue dedans, mais parce que même ayant participé au montage, quand j’ai regardé ce soir le film, c’était autre chose.

Acteur principal du film

Ives et Dos, ce sont des génies », a déclaré le comédien. Pour Oumou Sanfo, l’actrice principale, le film lui a donné l’occasion de s’amuser : « Je me suis bien sentie (…), c’était amusant, ça m’a donné envie de faire carrière dans le cinéma ». Pour Philippe Yaméogo un des acteurs principaux, c’est plutôt un sentiment de satisfaction après le travail abattu. « Franchement, je ne m’attendais pas à voir une œuvre de si belle facture. On n’a pas vu le film avant les autres, on l’a découvert tous ensemble et je suis très satisfait », a-t-il dit.

Actrice principale du film

Le film sera projeté du 17 au 30 juin 2019 au Ciné Burkina. Les réalisateurs souhaitent le projeter dans d’autres salles hors des frontières du Burkina.

Korotoumou DJILLA (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESTICO 2020 : Un festival pour promouvoir les œuvres culturelles et artistiques à Bobo-Dioulasso
Stanislas Soré, comédien et artiste musicien : « Le cinéma burkinabè va à reculons »
Religion : Le gospel pour magnifier Jésus Christ
Rama la Slameuse : « Dans le monde de l’art, il faut choquer pour plaire »
Cinéma : Le réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo empoche le plus gros montant de droits d’auteur en 2018
Musique : Rama la Slameuse annonce l’arrêt des buzz sur les réseaux sociaux
Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou (FITMO) : La 17e édition rend hommage aux pionniers
Rencontres internationales de peinture de Ouagadougou : Les préparatifs vont bon train pour la 3e édition
Concours de documentaire scientifique africain : Oumar Coulibaly s’adjuge le trophée « Mils d’or »2019
Foire internationale multisectorielle de Ouagadougou (FIMO) : c’est parti pour la 5e édition !
Science Film Festival : L’Institut Goethe fait la promotion du film scientifique à Ouagadougou
Sydyr : Une voix de berger à la conquête des mélomanes avec « Fina Tawa »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés