Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 21 juin 2019 à 23h10min
Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

Ce week-end du 22 au 23 juin 2019 sera politiquement animé dans la capitale et, certainement dans d’autres localités du pays, par ceux que le leader de l’opposition a qualifié des « trois baobabs politiques » que sont le MPP, l’UPC et le CDP.

Les deux premiers partis, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et l’Union pour le progrès et le changement (UPC), sonneront, samedi, 22 juin 2019, à la même heure, à Ouagadougou, la mobilisation à travers une session de leur Bureau politique national (BPN), organe dirigeant de leur parti.

Deuxième du genre de l’année 2019 pour le parti au pouvoir MPP, ce rendez-vous statutaire aura lieu au palais de la Culture Jean-Pierre Guingané sis au quartier Cissin (côté sud de la capitale), autour d’un ordre du jour ainsi formulé : « Informations », « vie du parti », « analyse de la situation nationale », « tâches urgentes et préparations des échéances futures » et « divers ».

C’est autour de ces points que discuteront les 700 membres qui composent le BPN de ce parti, qui viendront des quatre coins du pays des Hommes intègres. Depuis la dernière session en janvier 2019, des évènements ont rythmé la vie du MPP, parmi lesquels, les tensions autour du processus de renouvellement des structures dans certaines localités
(notamment à Bobo-Dioulasso, Ouagadougou et à Ouahigouya).

Ouagadougou, chef-lieu à la de la région du Centre et de la province du Kadiogo, n’a finalisé ses structures que ces derniers jours ; elles ont été présentées et installées au cours d’une assemblée générale organisée le samedi, 15 juin 2019.

Pour Simon Compaoré, président par intérim du parti, cette session du BPN servira donc de cadre pour faire le point du renouvellement des structures du parti sur l’ensemble du territoire, entités sur lesquelles repose le travail de mobilisation, surtout pour les joutes électorales qui pointent à l’horizon. D’où tout l’enjeu qui caractérise leur renouvellement et mise en place.

Au même moment, le rival politique direct du MPP qu’est l’UPC, réunira lui aussi plus de 300 membres de son BPN au Centre Cardinal Paul Zoungrana sis au quartier Dagnoën (partie sud-est de la capitale). Ici également, et selon un membre de la direction politique du parti, il sera question de la « stratégie de l’opposition pour les échéances de 2020 », la « situation nationale » et la « vie du parti » (notamment les tournées de la direction politique nationale à l’intérieur du pays et autres activités du parti).

L’instance de l’UPC se tient à un moment où le parti est de plain-pied dans sa tournée entamée depuis février (2019) et qui, selon la direction politique nationale du parti, devra couvrir toutes les communes du pays.

Le troisième baobab du champ politique burkinabè, le CDP, secoué ces derniers mois par une « grave crise » qui oppose le président du parti, Eddie Komboïgo, à une partie de sa direction politique nationale, tiendra deux activités, les 22 et 23 juin. Il s’agit d’un meeting régional à Manga (chef-lieu du Centre-sud), le 22 juin. Initié par le président du parti, il s’inscrit dans la suite de la tournée nationale annoncée et entamée depuis quelques mois également par la direction politique, indique un membre du bureau exécutif national.

Le lendemain, 23 juin, M. Komboïgo tiendra une rencontre avec l’ensemble des responsables communaux et provinciaux du parti. « C’est pour finaliser la liste du BPN (Bureau politique national, ndlr) », précise la même source. Ces activités se tiennent à un moment où la partie opposée à la gestion du président du parti vient de demander la démission de celui-ci de son poste pour violation flagrante des statuts.

Avec la fissure qui s’élargit donc au sein du CDP, et le poids des élections surtout locales sur les deux premières forces (électoralement parlant), la théorie des « trois baobabs politiques » de Zéphirin Diabré énoncée en juillet 2018 (selon laquelle, si l’UPC et le CDP se réunissent, ils peuvent déboulonner le parti au pouvoir, le MPP) pourrait-elle tenir ? Ce, d’autant que l’on assiste non seulement à la naissance de nouvelles organisations politiques, mais également à l’arrivée ou au pré-positionnement de nouvelles figures pour la présidentielle à venir.

Un an après l’énoncé de cette ‘’théorie’’, la seule certitude est donc que le troisième baobab est sur « cale » et est en train de se réduire en fagot. Si le CDP n’y prend garde, il sera le fagot de bois qui servira aux autres partis pour alimenter leur feu de cuisson pour le bonheur de leur famille politique. C’est donc dire que les 18 mois qui nous séparent de la présidentielle peuvent comporter en eux, d’autres intempéries politiques.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 juin à 15:39, par Le Maître En réponse à : Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

    CDP a géré le pays pendant 27 ans. Il a mieux fait que le MPP. Gens du MPP si vous ne faites pas attention vous n’aurez pas le temps de quitter le pays quand l’heure va sonner. Le Burkina n’a jamais connu ça : chaque jour des morts. Mais Papou, tu ne te rends pas compte que "ta tête n’est pas bonne". depuis que tu es arrivée au pouvoir, rien en va. Quitte le pouvoir pendant qu’il est temps au va Togo.UPC, peut être qu’on va vous laisser gérer..ne faites pas d’erreur en attendant

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:01, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

    Maintenant les responsables des partis politiques influents du pays ont compris que le peuple qui reste le premier Baobab ne se mêle pas de leur guéguerre intestinale, mais c’est dans les urnes en 2020 que ce vrai baobab qui reste le peuple, dira son dernier mot pour une élection transparente et démocratique. Remuez-vous, agitez-vous, 2020 est presque demain.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 17:11, par LE PEUPLE En réponse à : Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

    Justement c’est une erreur de la part de Zéphirin. Sinon, au Burkina, il n’ya pas trois baobabs. Il ya un seul baobab (MPP+UNIR/MS+PAREN+PDP/PS) ; un buisson (UPC) et une touffe d’herbes (CDP+ADF/RDA+UNDD+NAFA+MAP)

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 10:20, par caca En réponse à : Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

    Quand j’ai lu l’article, je me suis posé la question quel enjeu pour une politique de trois baobab au Burkina ? Étant donné aucun parti politique n’a compris le message des insurgés et la débandage de Blaise Compaoré au sommet de l’État. Des burkinabè inquiets de l’avenir dissent que les choses sont pires avant l’insurrection et l’insécurité est venue confirmée leur sentiment de peur.
    Le baobab certes, mais quelle éthique dirige la racine des baobab en profondeur de la démocratisation du développement ? En dehors des V8 et des 4X4 et la vente des terrains aux agences immobilières, que peuvent faire les trois grands baobab à améliorer les conditions de vie des burkinabè reste un mythe. Trois grands baobab et des burkinabè manquent de fer dans la sauce du tô dont beaucoup manque de sang. Ces grands baobab manquent de feuilles pour une bonne sauce en saison.
    Ka, je t’invite à revoir ton analyse sur la théorie de ces grands baobab. Je pense que le titre est une publicité mensongère à camouflet les ambitions d’une politique du vivre ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin à 16:35, par Nikiema Sébastien En réponse à : Burkina Faso : Un week-end « des trois baobabs politiques » !

    Ce sont des partis et des rejetons qui ont bouché l’avenir de notre chère patrie. Un nouveau combat doit voir le jour pour chasser et défendre l’intégrité de notre territoire. A nous ! Nous vaincrons !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupe parlementaire CDP : « L’Assemblée nationale a de sérieuses difficultés ».
Burkina Faso : « Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable », le devoir de mémoire du journaliste Dieudonné Soubéaga
Mort de 11 personnes en garde à vue : Le CFOP exige des « sanctions exemplaires »
Burkina : Le gouvernement annonce une enquête administrative après le décès de 11 personnes placées en garde à vue
Affaire 11 décédés en garde à vue : L’UPC exige lumière et justice
Vie des partis : Le bureau du MPP/Fada N’Gourma installé
Burkina : Décès de Béatrice Bara, maire de la commune de Béguédo
Burkina Faso : La classe politique à la quête d’un « Burkina de paix et de prospérité »
Élections de 2020 : Des femmes appellent les acteurs politiques au respect du quota genre
Dialogue politique : Le président du Faso attend des « propositions constructives et consensuelles »
Politique : Le pasteur Claver Yaméogo prêche l’unité nationale avec le MRP
Dialogue politique au Burkina : Début des travaux ce lundi 15 juillet 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés