Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Personne n’est jeune après 40 ans ,mais on peut être irrésistible à tout âge» Coco Chanel

Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

Accueil > Actualités > Opinions • Par Alpha Yago • jeudi 20 juin 2019 à 22h55min
Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

Cette tribune est un véritable mémoire en défense de François Compaoré, visé par un mandat d’extradition. Son auteur, Alpha Yago, démontre en quoi, selon lui, « la validation définitive de l’extradition sollicitée par le Burkina Faso est encore très loin d’être acquise ».

« La Cour de Cassation de France vient de rendre deux arrêts dans le dossier de Monsieur Paul François COMPAORE. Nombreux sont ses adversaires politiques et autres prestidigitateurs en eaux troubles qui ont cru que, dès le lendemain, que Monsieur Paul François COMPAORE serait immédiatement mis en avion pour le Burkina Faso.

C’est sans compter avec les spécificités de la procédure d’extradition en France qui est loin d’être une République bananière comme on le voit sous nos tropiques. Persistons et signons, femmes et hommes de droit épris d’une application rigoureuse du droit : Le frère cadet du Président Blaise COMPAORE, en dépit des considérations politiques qui guident éminemment ce dossier, les règles gouvernant l’extradition doivent tout de même être respectées. Et pour cause :

En fait, pour comprendre cette procédure « sui generis » concernant Monsieur Paul François COMPAORE, il convient de faire une brève rétrospective historique des faits de la cause avant d’aborder sereinement la quintessence juridique de la procédure actuellement pendante devant les autorités politico-administratives françaises.

Cette affaire commence avec la mort du journaliste d’investigation Norbert ZONGO et quatre de ses compagnons d’infortune le 13 Décembre 1998 qui a provoqué un émoi effroyable et une indignation générale dans le pays des hommes intègres ;

Très vite, la Société civile burkinabè a exigé et obtenu la mise en place d’une Commission d’Enquête Internationale (CEI) composée d’une vingtaine de membres dont le truculent Robert MENARD, à l’époque dirigeant de Reporter Sans Frontière (RSF) et actuellement Maire Front National de Béziers dans le sud de la France.

Plus de trois cents procès-verbaux ont été rédigés dans le cadre de cette enquête et au niveau du Parquet, un Juge d’Instruction Monsieur Wenceslas ILBOUDO a été désigné pour conduire la procédure d’instruction. La Commission d’Enquête Internationale a entendu plus de gens que le juge d’instruction et ces deux procédure d’instruction, loin d’être fantaisistes ont même permis l’audition par le seul juge d’instruction de plus de deux cent soixante (260) personnes et l’ensemble des procès-verbaux (en l’espèce plus de 500 PV) sont aujourd’hui disponibles et accessibles à tous !

Sur l’ensemble de ces nombreux procès-verbaux dressés tant par la Commission d’Enquête Internationale, aucun procès-verbal n’a jamais ni incriminé, ni inculpé Monsieur Paul François COMPAORE en dépit des fausses accusations qui le chargeaient par des quand dira-t-on même lorsque l’on évoquait la notion de suspect sérieux !

C’est dans ce contexte que la procédure d’Instruction s’est poursuivie et a conclu à un non-lieu caractérisé par une Ordonnance de 2006 du Magistrat Instructeur à l’égard des militaires inculpés, laquelle Ordonnance a été confirmée par la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Ouagadougou la même année. Il n’est pas utile de rappeler que dans cette procédure, Monsieur Paul François COMPAORE, entendu à plusieurs reprises tant par la Commission d’Enquête Internationale (CEI) que par le Magistrat instructeur n’a jamais été ni inculpé, ni mis en cause !

A la suite de l’insurrection populaire, des 30 et 31 Octobre 2014, la Maison de Monsieur Paul François COMPAORE a été brûlée et transformée en musée.

Non content d’avoir brûlé une telle maison qui pouvait servir par exemple de bâtiment administratif dans un pays en voie de développement puisque, semble-t-il, « le Burkina Faso est petit par la superficie et méchant par la taille », en 2017, un mandat d’arrêt fut lancé dans le cadre de l’ouverture d’une nouvelle information du Parquet Général, vingt (20) ans après les faits ! Jugez-en vous-même !

Il convient de noter que cette nouvelle ouverture d’information intervient sous la transition en Avril 2015 de manière arbitraire, sous le « fait du prince » sans aucun élément nouveau et dans des circonstances où, ni la Commission d’Enquête Internationale, ni le Juge d’instruction n’ont retenu AUCUNE charge (en dépit des plus de 500 PV) contre Monsieur Paul François COMPAORE. A cette occasion et devant la Cour Africaine des Droits de L’Homme, les avocats de la partie civile avaient injustement soutenu que Monsieur Paul François COMPAORE avait refusé de répondre aux convocations du Juge d’Instruction, de sorte que les avocats de la défense ont été contraints d’exhiber les procès-verbaux d’audition de celui-ci devant le magistrat instructeur pour contester vigoureusement cette mauvaise foi patente. C’est d’ailleurs ce qui a amené la Cour Africaine des Droits de l’Homme à recommander l’exploration d’autres pistes… En vain !

Et c’est 20 ans après qu’on vient rouvrir une telle information pour contenter les pseudo-insurgés ! Ce qui justifie d’ailleurs l’absence initiale de document justificatif d’un mandat d’arrêt pouvant sous-tendre une telle procédure de demande d’extradition, la Chambre de l’Instruction de Paris s’étant prise à plusieurs reprises pour demander des compléments d’information et de documents probants.

Comme on peut le constater, cette demande d’extradition faite par les autorités burkinabè à la France est intervenue également, alors que Monsieur Paul François COMPAORE n’avait, auparavant, fait l’objet d’aucune inculpation antérieure. Un mandat d’arrêt peut-il être lancé par un Juge d’Instruction contre un citoyen sans aucune inculpation ? En tout état de cause, les dispositions de l’article 130 du Code de Procédure pénale l’interdisent rigoureusement. D’ailleurs, cette disposition est reprise dans la Convention d’extradition signée en 1961entre la France et la Haute-Volta de l’époque, devenue le Burkina Faso en 1984.

En réalité, si le Juge d’Instruction n’a pas voulu inculper Monsieur Paul François COMPAORE, c’est parce qu’en l’inculpant, les avocats burkinabè et français de celui-ci aurait eu accès à la procédure et n’auraient bien évidemment pas manqué de décortiquer les procès-verbaux rédigés à l’appui de la demande d’extradition. Il convient de noter que jusqu’à nos jours, les avocats burkinabè de Monsieur Paul François COMPAORE ont vu leurs lettres de constitution rejetées ! On peut donc déduire sans excès que c’est d’ailleurs ce qui a permis au Juge d’Instruction de rédiger un procès-verbal que Monsieur Paul François COMPAORE considère comme erroné et inexact (erreur et inexactitude d’ailleurs formellement reconnues par la Chambre de l’Instruction et par la Cour de cassation). Ce qui a logiquement et de bonne guerre conduit au dépôt de plainte avec constitution de partie civile à l’encontre du Juge d’Instruction du Burkina Faso, Monsieur Emile ZERBO.

Dans le cadre de l’instruction de cette affaire devant la Chambre de l’Instruction, à partir du 29 Octobre 2017, le Parquet de Paris avait donné 21 jours à l’Etat burkinabè et à ses avocats pour produire un complément d’information dans la mesure où, jusqu’en mars 2018, le dossier avait toujours été vide.

A l’audience du 13 juin 2018, force est de constater que la Chambre de l’Instruction de Paris saisie a sollicité encore un complément de pièces. Et comme il fallait s’y attendre, c’est là que le présumé faux procès-verbal établi par le juge d’instruction burkinabè, Monsieur Emile ZERBO est intervenu et a fait l’objet d’une plainte pénale et dont l’instruction comme par hasard, là encore vient de commencer après que la Cour de cassation française ait validé, le 4 juin 2019, (en rejetant le pourvoi), la poursuite de la procédure d’extradition contestable et qui sera sans doute contestée devant le Conseil d’Etat dès la prise du Décret par le Premier Ministre qui ne se laissera pas abuser !

La Cour de cassation française a effectivement rejeté le pourvoi déposé le 5 décembre 2018 alors même que pendant ce temps les députés de l’opposition à l’Assemblée Nationale burkinabè ont refusé de voter les nouvelles conventions de coopération judiciaire de circonstances entre la France et le Burkina Faso au motif qu’ils les considéraient, à juste titre, comme un « instrument de règlement de comptes politiques ».

Cette procédure est donc éminemment politique et ne respecte aucune règle de droit en matière d’extradition ! Certains politiciens ne sont pas seulement mauvais lorsqu’il s’agit de gérer les biens des peuples, ils peuvent également s’avérer nocifs lorsqu’ils veulent faire du mal à leurs adversaires politiques même dans un pays sous-développé comme le Burkina Faso ou encore dans un pays développé comme la France.

Pour s’en convaincre du caractère politique de cette procédure d’extradition, d’une part, lors de la visite du Président français Monsieur Emmanuel MACRON en novembre 2017, alors que toute procédure d’instruction est frappée du sceau de la confidentialité, Monsieur MACRON, interpellé par les hommes politiques burkinabè sur la question d’extradition dira textuellement ceci : « je ne doute pas que la justice française rendra sa décision et qu’elle sera favorable… le gouvernement et le président de la République feront tout pour accompagner cette décision.

Mais chers Burkinabè, alors que Monsieur Sy Chérif, es qualité de Ministre de la Défense et des Anciens combattants a sérieusement douté de l’efficacité du G5 Sahel, de quel droit, le Président de la République française pouvait-il être aussi sûr de la mesure d’extradition alors que les juges français n’avaient pas encore rendu leur décision. Comprenne qui pourra !

D’autre part, très curieusement, cette procédure de plainte avec constitution de partie civile ouverte en France contre le Doyen des Juges d’Instruction du Burkina Faso, Monsieur Emile ZERBO n’a commencé son instruction que lorsque la Chambre criminelle de la Cour de cassation a rendu les deux arrêts. Le Garde des Sceaux burkinabè, René BAGORO et Bénéwendé Stanislas SANKARA, conscients de ce que cette mesure d’extradition n’était pas acquise ont parfaitement reconnu que « le chemin serait encore long » pour aboutir à l’extradition effective de Monsieur Paul François COMPAORE.

Mais en réalité, la Cour de cassation française dans ses deux arrêts du 4 Juin 2019 a-t-elle vraiment validé l’extradition ?

En dépit des gesticulations spéculatives et jubilatoires de certaines personnes, une réponse négative s’impose et il convient d’éclairer l’opinion publique nationale et internationale sur la juridicité de ces deux arrêts et l’issue probable de cette procédure « kafkaïenne ».
A la date de ce jour, la lutte contre le terrorisme (dont les autorités politiques actuelles peinent à en assurer l’effectivité en faisant appel aux puissances étrangères à travers le G5) est incontestablement plus importante que ces dédales procéduraux pour ramener Monsieur François COMPAORE au Burkina Faso.

En effet, devant la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation française, Monsieur François COMPAORE avait soulevé la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur l’application de la Loi du 27 Mars 1927.

Or, cette question n’a jamais été soumise par la juridiction suprême française au Conseil Constitutionnel, la Cour de cassation préférant laisser cette appréciation au Conseil d’Etat.

Dès lors, dans le cadre de la procédure de contestation du Décret d’extradition que le Gouvernement français serait amené, le cas échéant, à prendre, cette question prioritaire de constitutionnalité sera nécessairement soumise au Conseil D’Etat. C’est le lieu de préciser qu’en réalité, la chambre criminelle a « botté en touche » en laissant le choix à Monsieur Paul François COMPAORE de soumettre cette question prioritaire de constitutionnalité au Conseil d’Etat qui lui, aura l’obligation de répondre à toutes les questions juridiques qui lui seront soumises.

En effet, selon la loi du 10 Mars 1927, l’extradition n’est pas accordée par la France lorsqu’il s’agit de mobiles politiques.

Or, effectivement, cette question d’extradition est devenue une question éminemment politique car aucun démocrate ne peut comprendre cet acharnement depuis 20 ans et dans n’importe quelle démocratie civilisée comment une Commission D’Enquête Internationale et un Juge d’Instruction peuvent aboutir à un non-lieu et plus de 20 ans après, on puisse encore s’acharner sur un citoyen honnête sur lequel a été malhonnêtement bâti politiquement une réputation erronée.

Quoi qu’il en soit, le moment venu, toutes les questions, toutes les prétentions, tous les arguments seront soumis au Conseil d’Etat qui lui, ne se dérobera guère à aucune prétention juridique, le défaut de réponse à prétention ainsi que le défaut de motivation d’une décision administrative étant toutes, des causes de nullité.

Si, le cas échéant, (ce qui est fort plausible) la Loi du 10 Mars 1927, alors que Monsieur Paul François COMPAORE dispose à l’heure actuelle d’une habitation à Paris où il vit paisiblement avec son épouse et ses enfants était déclarée par le Conseil d’Etat contraire aux droits et libertés fondamentales garanties par la Constitution Française, la procédure d’extradition querellée sera privée de base légale et sera « ipso facto » annulée.

Ensuite, en rejetant le pourvoi de Monsieur François COMPAORE, il faut savoir lire entre les lignes de l’un des arrêts de rejet du 4 Juin 2019. En effet, la Chambre criminelle a refusé d’élargir son champ d’action en la matière en maintenant un contrôle limité sur la procédure d’extradition.

On peut même observer en lisant cet arrêt que la Chambre criminelle de la Cour de Cassation, bien qu’elle ait rejeté le pourvoi en cassation de Monsieur François COMPAORE a retenu très curieusement « a contrario » que « la chambre de l’instruction a commis une erreur dans son analyse de la régularité du mandat d’arrêt ».

Dans ces conditions, Chers compatriotes burkinabè, comment comprendre que la juridiction suprême retienne que la Chambre de l’instruction ait « commis une erreur d’appréciation dans son analyse de la régularité du mandat d’arrêt » et, dans le même temps, ait rejeté le pourvoi contre l’arrêt de la Chambre de l’instruction de Paris ? Comprenne encore qui pourra ! Mais allons seulement, car le Conseil d’Etat ne s’embarrassera pas de telles contrariétés de motivations juridiques.

Enfin, à ceux qui se frottent déjà les mains pour recevoir « à bras ouverts » Monsieur François COMPAORE au Burkina Faso, autant vous dire que ce n’est pas demain la veille !

En effet, dans son arrêt du 4 Juin 2019, la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, appliquant l’article 696-18 du Code de Procédure Pénale a clairement décidé qu’aucune « extradition ne peut intervenir sans décret du Premier Ministre, lui-même soumis au contrôle du Conseil d’Etat. Par cette phrase, la chambre Criminelle a refilé une « patate chaude » au Conseil d’Etat français qui ne manquera pas de prendre ses responsabilités juridictionnelles en passant au peigne feint tous les arguments juridiques qui lui seront soumis par les avocats au Conseil du requérant…

C’est donc dire que toutes les exceptions de procédure seront discutées contradictoirement devant la juridiction suprême de l’ordre administratif lorsque ce décret sera pris par le Premier Ministre.

Et comme on le sait, le Conseil d’Etat exercera un contrôle entier et beaucoup plus approfondi sur les conditions légales de l’extradition de Monsieur Paul François COMPAORE, notamment en ce qui concerne le mobile politique, la qualification des faits, l’existence d’un procès équitable (si on sait que le Parquet militaire vient de requérir la prison à vie contre deux généraux burkinabè) dans le pays demandeur à l’extradition et surtout le respect des droits fondamentaux.

Au total, dans ce dossier de demande d’extradition, Monsieur Paul François COMPAORE est à mesure d’invoquer devant le Conseil d’Etat, dans l’hypothèse de la prise du Décret par le Premier Ministre français, les moyens de droit qui feront nécessairement échec à la procédure d’extradition à savoir, un dossier d’incrimination vide de tout élément sérieux, le mobile purement politique, l’absence d’inculpation, un mandat d’arrêt irrégulier, un présumé faux procès-verbal faisant l’objet d’une plainte avec constitution de partie civile dont l’intéressé considère comme créé pour la circonstance, la violation de la condition de la double incrimination, l’absence de garantie suffisante relative à une éventuelle détention, et la liste n’est pas exhaustive.

Dès lors, la validation définitive de l’extradition sollicitée par le Burkina Faso est encore très loin d’être acquise et les adversaires politiques n’obtiendront certainement pas cette extradition.

Celui qui vivra, verra !
Dieu bénisse le Burkina Faso ! »

Alpha Yago

Vos commentaires

  • Le 20 juin à 16:27, par TANGA En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Les dirigeants nous font la force. Ils utilisent de lois conçuent par eux et pour eux pour nous refuser des choses comme l’extradition de françois COMPAORE. C’est une poignée de personnes contre tout notre peuple.
    Pourquoi ne boycottons nous pas les choses françaises à notre niveau ? Leurs produits, les réseaux où ils ont des actions etc...Nous n’avons pas la force mais avons la capacité d’acheter avec qui on veut, de parler à qui nous voulons, de nous moquer de qui nous voulons. Tout cela par ce que nous, nous somme contrairement à eux des êtres humains.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 16:36, par Ka En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Monsieur Yago, les charabias des maquis n’intéresses pas les Burkinabé. Ce qui est déjà une victoire pour la famille des victimes surtout la mère de Norbert Zongo dans sa tombe, c’est que François Compaoré ne dort plus tranquille avec la décision de la France de le remettre un jour à la justice Burkinabé. 99% du peuple Burkinabé ne sont pas dupe, et savent que cette extradition ne sera pas demain, ou ne se fera jamais. Mais une chose est certaine, François Compaoré est condamné pour toute une vie a cause de ne pas mettre pied au Burkina qui lui a tout donné.

    Monsieur Yago, dans ce bas monde, Le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener car, on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la justice soit pour tous (sans exception). Oui la démocratie et l’état de droit vont de pair. Donc l’impunité et la démocratie sont incompatibles. Tôt ou tard, ceux qui se sont livrés à des exactions ou à des mises en coupe réglée de leurs pays et pensent s’en tirer à bon compte (par exemple par l’exil doré ou pas) finiront pas être rattrapés et payer pour leurs méfaits.

    Qui l’aura cru qu’un Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé qui se croyaient des dieux du Burkina seront jugé de nos jours par des juges qu’ils piétinaient à leur guise ? Mais c’est arrivé : Et peut arriver à François Compaoré et d’autres qui jouent avec le denier public volé.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 18:17, par Tilaï En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      Merci Ka, pour cette mise au point très pertinente.
      En fait, M. Yago ne sait même pas que son mentor François se ridiculise : après s’être fait octroyer la nationalité ivoirienne comme son frère, il court se réfugier en France ! Quelle gloire y a-t-il à se camoufler dans un pays étranger pour se soustraire de la justice de son pays ?
      Qu’il demande à son frère, l’attitude de Thomas Sankara lorsque ses bourreaux sont arrivés au lieu de la réunion pour l’exécuter !...
      Quand on se dit garçon, on reste garçon jusqu’au bout !
      karissaaaaa !

      Répondre à ce message

      • Le 22 juin à 07:30, par Ka En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

        Mon ami Tilaï merci de me lire : Comme je le dis très souvent, ‘’le prix du sang se paie tôt ou tard sur terre avant le séjour final.’’ C’est une loi divine que personne ne peut y déroger. En 2019 nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère d’espérance de la justice pour toutes et pour tous. Qui l’aurai cru qu’un Hussein Habré sera condamné ? Avec l’argent volé de son pays, il a tout fait pour fuir la justice, mais rattrapé par la justice pour tous.
        Pour moi, Norbert ZONGO, Abdoulaye NIKIEMA dit Ablassé, Ernest Yembi ZONGO, et Blaise ILBOUDO qui ne sont pas morts accidentellement, mais ont été assassinés cruellement par ce que le commanditaire de ce crime qui est François Compaoré et qui se croyait Dieu sur terre, sera rattraper ici-bas pour sa cruauté. Si je le confirme, c’est que Norbert Zongo était la cible principale des assassins et que ses compagnons étaient des victimes collatérales :
        Norbert ZONGO a été tué à causes de ses investigations sur la mort dans des conditions affreuses de David OUEDRAOGO chauffeur de Paul François COMPAORE.
        Les ’assassinats de Norbert ZONGO et de ses compagnons ont été planifiés par l’Adjudant Marcel KAFANDO, chef de la sécurité rapprochée du Président du Faso de l’époque et homme de main de Paul François COMPAORE qui avait proféré des menaces contre Norbert ZONGO promettant de lui faire mettre fin aux écrits de ce dernier, et cette menace il l’a exécuté en ordonnant les éléments du RSP de faire le travail. Voilà les raisons de sa fuite à la justice de son pays : Mais pour combien de temps ? Il est Burkinabé, né de Bila Compaoré a Ziniaré, et n’a aucun issu que revenir un jour dans son pays. Encore une fois merci de me lire cher Tilaï.

        Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 16:39, par DOUG En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    ça c’est du Paul kere tout craché et le pauvre Alpha Yago a juste posé sa signature. Hummm !!! Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 16:49, par Alpha2 En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Que l’extradition soit demain ou pas, paul françois sera jugé tôt ou tard et nous remercions l’état français pour sa diligence dans le traitement du dossier françois.
    La justice burkinabè est compétente digne et respectée vue de l’extérieure, ce dossier était classé sous le régime compaoré, mais elle arrivée à déclasser le dossier et de surcroit confiné françois en territoire français.
    Je dis chapeau à la justice Burkina pour avoir inquiété paul françois qui pense être intouchable une instance de juridiction.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:00, par voyons donc En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Tu racontes n’importe quoi !
    Il doit faire face à la justice burkinabé
    Si le dossier est rouvert après 20 ans c’est qu’il avait été mal traité tel un cancer mal soigné !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:15, par Amadoum Maiga En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Alpha yago tu as raison sur un seul point , nous sommes dans les republiques bananieres où un tout petit president donne son chauffeur a des militaires qui le grille jusqu a ce que mort s en suive et lui n est pas inquiete.Oui ton mentor n a jamais ete inquiete pourtant tu n es pas scandalise.eh.....les hommes !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:35, par ELIE En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Alpha la maison de Paul François n’a pas été brulée comme tu le prétend mais juste vandalisée donc elle peut être réhabilitée à tout moment pour servir de bureaux pour l’université en souvenir de l’étudiant DABO et du professeur SESSOUMA quant aux restes tu peux continuer à nous narguer mais la justice finie toujours par avoir raison des criminels souvient toi des nazis réfugiés en Italie, en Espagne en Argentine.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:49, par yambia En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    s’il échappe à la justice de hommes, il sera face à Allah pour réponde le jour J. Soyez en sûr. Mr YAGO.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:57, par la vérité En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Il faut arrêter de faire la politique politicienne quand on est intellectuel.
    Tout le monde sait que Norbert Zongo est mort à cause de ses investigations sur le dossier David OUEDRAOGO chauffeur de François COMPAORE. Tout le monde sait aussi que durant les 20 ans dont vous parlez François COMPAORE et son frère aîné Blaise COMPAORE étaient aux commandes au Burkina Faso.
    Si la justice actuelle est aliénée au pouvoir actuel, c’est qu’elle l’était au temps de Blaise. Et de ce fait, le jugement qui a été dit en son temps n’était pas impartial. Je déduis de votre logique que le verdict qui a été rendu en son temps pour François COMPAORE était un arrangement à sa faveur. On a condamné les exécutants mais pas les commanditaires.
    Quand vous dites que 20 ans après on rouvre le dossier, pouvez vous nous dire (à nous autres profane en droit) quel est le délai de prescription pour les crimes de sang ?
    Je n’ai nullement de parti pris mais je pense que si François COMPAORE est blanc comme neige qu’il vienne répondre à la justice de son pays. Inutile de vous dire que tout ça n’est que le cirque dans ce monde ici bas mais quand le moment viendra, chacun répondra devient le Tout Puissant Dieu et c’est là qu’on s’aura qui est vraiment blanc comme neige.
    Le sang versé des innocents crit justice devant Dieu qui est le vrai juge et rendra une justice équitable. On verra si vous pourrez défendre François COMPAORE devant Dieu. Que chacun fasse son examen de conscience et se repente et demande pardon pendant qu’il est temps au lieu de vouloir nous mener en rond.
    Qui vivra verra comme vous le dites. Je dirai pour vous paraphraser : Que devant Dieu on verra qui est qui.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 18:11, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    RIEN QUE DE LA MAUVAISE FOI : Franchement dit, je ne vais pas passer mon précieux temps à lire tout CE LONG CHARABIA qui à la fin ne nous avance à rien du tout. Seulement de la contorsion intellectuelle pour espérer embrouiller les gens. LE DRAME DE SAPOUY a été insoutenable et les relais du RÉGIME COMPAORÉ dès les premiers instants, avaient déjà commencé à parler D’ACCIDENT. C’est la vigilance des uns et des autres qui a permis de tout requalifier en MEURTRE avec des preuves palpables et irréfutables à l’appui. L’histoire est encore récente dans nos esprits.

    DES MILITAIRES nommément connus et impliqués dans cette abominable et horrible tuerie = une boucherie humaine ont confessé leurs actes avant de mourir. Par la suite, des témoins et pas des moindres, devenus gênants, ont été aussi éliminés = réduits au silence afin de les empêcher de parler. En réalité, TOUS LES FAITS concourent à la culpabilité avérée de FRANÇOIS COMPAORÉ = LE PETIT PRÉSIDENT = MOUKILA. On ne l’accuse pas par HAINE ou autre chose de mauvais. On a tous vu comment des procureurs et autres juges certainement acquis, ont passé tout leur temps à torpiller de travers LE DOSSIER NORBERT ZONGO ET SES 3 COMPAGNONS D’INFORTUNE. Rappelons que LE NON LIEU a été précipitamment prononcé quand « LE TÉMOIN RACINE YAMEOGO » qui est mystérieusement mort par la suite, s’est rétracté tout d’un coup sur l’emploi de temps d’un militaire accusé, la pièce centrale. C’était le verrou a sauté. Voilà pourquoi le dossier a été clos en attende d’éléments nouveaux. Nous étions en 2006.

    C’est malhonnête de crier très fort « L’INNOCENCE DE MOUKILA » et d’accuser ouvertement LA JUSTICE FRANÇAISE de partialité, de comploter avec celle BURKINABÈ pour injustement le charger. L’on ne récolte que ce que l’on a semé. MOUKILA a joué gros et il a perdu gros. Depuis son arrestation, l’on a présenté de NOUVEAUX ÉLÉMENTS qui ont pratiquement changé la donne en sa défaveur. Le problème non négligeable à prendre en compte est que LE RETOUR DE MOUKILA au pays, va ouvrir une boite de pandore. La liste des co-accusés va obligatoirement s’allonger si MOUKILA accepte parler à coeur ouvert. Et donc, cela ne va pas surtout arranger LE RÉGIME KABORÉ qui doit avoir des choses à se reprocher : Un crime parfait n’existe pratiquement pas !

    VIVEMENT L’EXTRADITION DE MOUKILA AVANT OCTOBRE 2020 !

    VÉRITÉ ET JUSTICE DANS L’AFFAIRE NORBERT ZONGO !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO ! ……L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 18:19, par caca En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Mr Yago, je suis un sympathisant des frères Compaoré et ne souhaite pas cette extradition de Mr François Compaoré, je me dis que là où sont arrivées les choses, mieux vaudrait pour vous et tout le monde se taire. Le prophète disait : c’est dans le calme et dans le silence que Dieu agit à notre faveur.
    Même en France les ex-présidents et premier ministres sont poursuivis par la justice. Ça ne sert à rien de vouloir à tout moment vous justifier une procédure judiciaire qui n’est même pas la votre. Laissez faire les choses à la française et contentez vous de changer les choses au Faso. Si les juges français se rendent compte de l’erreur judiciaire, ils le rectifieront et l’extradition pourrait être annulée. Votre intervention mal maitrisée de la justice français vous rend ridicule de vos adversaires qui ferez tous pour vous confondre, car la justice avant tout politique. Pensez un peu à la famille de la victime et ayant au moins une notion de respect pour autrui.
    Apprenez plutôt votre mal en patience et attendre dans le silence. C’est mieux pour tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 19:13, par Bigbalè En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    C’est un long développement de Mr Yago qui laisse voir une éventuelle trouille que le clan Compaoré au Burkina vit actuellement. Il est bien possible qu’au delà de François, que d’autres Burkinabè ne souhaitent pas que ce jugement ait lieu ( le jugement des généraux Diendéré et Bassolet est un cas d’école). En clair, la seule consolation de ce clan c’est que "l’extradition, ce n’est pas demain la veille" et ils mettront probablement tout en œuvre pour retarder les échéances ! Mais l’extradition est possible et elle aura bel et bien lieu sauf si notre cher compatriote Paul François consent à venir de lui-même se défendre des accusations qu’on porte sur lui. Nous sommes sûrs qu’il est bien entouré et peut bien se payer les services de tous les avocats, alors que craint-il s’il n’est pas coupable. Mr Yago, rappelez-vous qu’avant lui, tant de dignitaires en exil dorés ont été forcés à rentrer chez eux pour rendre compte et cela va arriver à François s’il ne décide de venir de lui-même dans son propre pays. Cet écrit peut être utile (pour les étudiants) si on le considère comme un complément de cours de Droit. En dehors de ça, cela ne change rien au sort éventuel de Mr Paul Fraçois Compaoré, puisqu’au finish, il faut un jugement pour clore cette épisode douloureuse pour des famille et pour la nation Burkinabè. Retarder les échéances n’a rien de bénéfique pour toutes les parties.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 20:07, par HORUDIAOM En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Mr Yago, vos gesticulations sont vaines. Il y a deux juges que François COMPAORE ne pourra pas échapper. Sa conscience et Dieu le tout puissant. Il peut prendre des avocats extraterrestres pour le défendre mais il sera tôt ou tard confronté à ses deux juges. Pour quelqu’un qui se disait tout puissant, fuir le pays comme un lièvre et être confronté à la justice Française actuellement constituent déjà une victoire pour la famille des victimes. Le peuple Burkinabè n’est pas pressé car un adage de chez nous dit ceci : si la pluie du matin ne ramène pas la chèvre, la pluie du soir l’en amènerait. Personne n’est contre François. Que Dieu vous pardonne.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 20:19, par triste En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    ...Celui qui vivra, verra !
    Dieu bénisse le Burkina Faso !
    Ne t’inquiète pas, la moitié du chemin est déjà fait depuis son retour un certain jour d’Abidjan à Paris. Donc, en 2021, François sera extradé que cela plaise ou non au sieur Yago ! A bon entendeur, salut ! En France, Balkany et, bientôt Sarkozy font face à la justice française. Personne n’aurait pu l’imaginer, il y a 10 ans ! Donc, rien ne s’oppose à qu’un petit président ne puisse pas faire un séjour au pays des hommes intègres ! La roue tourne pour plus de justice et, c’est une marche irrévocable que cela plaise ou non à Yago qui veut ramer à contre courant !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 21:34, par Bob En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    " Cette affaire commence avec la mort du journaliste d’investigation Norbert ZONGO et quatre de ses compagnons d’infortune le 13 Décembre 1998 qui a provoqué un émoi effroyable et une indignation générale dans le pays des hommes intègres" dixit Alpha Yago lui même. Cela nous fait deja plus de 20 ans de patience. D’où vient t-il alors que nous ne pourrions être encore patients meme si cela devait nous prendre encore 3 à 5 petites années, voire plus ? Pourvu qu’il nous revienne saint et sauf !
    Voyez vous ce genre de tribune est sans valeur ajoutée pour notre avenir commun et semble dû à la redevabilite que son auteur a vis à vis de FC. Il est vrai que le premier doit tout au second. Mais cela ne vous oblige pas à faire le vouvouzouela, ou un soit disant activisme quelconque. A se demander si ce type de posture ne traduit pas une très perverse compréhension de la politique et du jeu politique. Si le Monsieur est Garçon et se dit innoncent, ou serait donc le problème ? Notre justice serait elle si manipulable et si imprévisible ? Vraiment quoi, un peu de ..... oxygène !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 21:39, par Toto En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    On est toujours libre de ramer à contre-courant. Mais on ne change pas pour autant le cours du fleuve. De même, comme le disait Norbert Zongo, il n’est pas interdit de se chatouiller pour rire. Mais non seulement on ne rit pas fort et à gorge déployée, mais aussi, on ne rit pas pendant longtemps. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 22:37, par Mkouka En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Bien dit internaute La Verite.
    Pourquoi ce truculent Alpha Yago s’acharne t’il a se faire avocat defenseur de Francois Compaore ? Et puis, en quoi cet ecrit nous avance dans cette affaire ? Nulle part. Une expression d’exces de zele de la part de quelqu’un pas assez intelligent pour savoir que ceux/celles a qui il s’adresse ne sont pas comme lui. Par exemple, qui etait aussi naif sinon abruti en son temps pour croire a un jugement rendu sous Blaise sur cette affaire concernant Le Petit President ? Toute la machine etait en place pour le disculper. Ah !!! le brave "indesirable Menard" est aujourdhui replace par le vrai indesirable Alpha Yago.
    On se souvient aussi qu’il y a une "journee nationale du pardon". Une vraie comedie, une insulte a tout le peuple quant a la suite. Je ne sais pas si ce phenomene de Yago avait un proche dans ce drame de Sapouy il serait dans cette posture. En plus, il nous nargue en nous disant que Francois Compaore a une habitation a Paris ou il vit tranquillement. Cela coute combien une habitation a Paris et par quel moyen de salaire bien merite a t-il pu s’acheter une habitation a Paris ? L’argent du peuple ? S’il y a autant d’esprits pourris de cette nature au Burkina on comprend que cette histoire de justice transitionnelle n’aura pas sa place.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 23:13, par Le Visionnaire En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    "Or, effectivement, cette question d’extradition est devenue une question éminemment politique car aucun démocrate ne peut comprendre cet acharnement depuis 20 ans et dans n’importe quelle démocratie civilisée comment une Commission D’Enquête Internationale et un Juge d’Instruction peuvent aboutir à un non-lieu et plus de 20 ans après, on puisse encore s’acharner sur un citoyen honnête sur lequel a été malhonnêtement bâti politiquement une réputation erronée". Franchement, les propos de ce monsieur ici me rendent malade. Il oublie que sous le règle des compaoré la justice était juste une justice de façade. C’est malhonnête de penser que la justice est était meilleure sous l’ere Compaoré que celle de l’après insurrection. Aucun burkinabè sincère ne peut admettre cela, à moins d’être Alpha Yago, quelqu’un qui n’a jamais pu rien faire de lui-même sans l’intervention des gens comme François. Si François est innocent comme vous le dites, alors pourquoi ne vient-il pas répondre ? Quand on a rien fait, je ne vois pas pourquoi craindre la justice. S’il résiste, c’est qu’il a des choses à se réprocher. Mais, comme l’a déjà dit un internaute, les gens comme François ne vivent plus, ils se morfondent dans leur maison, car la consicennce les embête et ils savent aussi que Dieu les attend à pieds ferme.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:08, par stop ! En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Drôle de famille ces compaoroses là. Pendant que le grand frère blaiso se bat pour rentrer au Faso, le petit frère moukila invente toutes les alchimies possibles pour ne pas revenir au Faso. Cela prendra le temps qu’il faut, mais justice sera rendue aux victimes tôt ou tard !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:31, par HUG En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Monsieur YAGO, peut être que ton idole ne sera pas extradé au Burkina Faso mais une chose est sûr votre idole sera contraint à être étranger à jamais à ne moins que vous ne devenez un jour président pour le faire venir. Il n y a rien de plus misérable que de vivre hors de son pays et sans pouvoir y revenir. C’es parce que les burkinabés se sont réconciliés que vous pouvez vous asseoir et raconter ce genre de propos qui n’honorent pas ta personne.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 11:17, par Vis a vis En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      Mr Yago donc comme cela vous n exigez plus le retour des exilés ? Si j etais Mr Compaore mon premier ennemi c est toi Yago.Un avocat lunatique avant toi a affirmé que la justice française ne donnera jamais son quitus pour l extration de Fan Thomas et on a vu la suite.Quel peut etre le plus-valu de ton propos pour les Compaoré ???Rien...absolument Rien sauf a cristaliser inutilement les haines.Quand on a rien a dire il plus sage de se taire et laisser la justice faire son travail sereinement.

      Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 06:39, par Bangda En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      HUG, petit esprit. Je connais des burkinabè qui ne souhaitent plus mettre les pieds dans l’enfer actuel du Burkina Faso. François n’est pas en France de son propre gré. Il a été arrêté par les autorités françaises. Arrêtez de croire qu’un jour en cas de changement de majorité comme cela est prévisible en 2020, François ne reviendra pas au Burkina Faso. On voit vraiment que le Burkina Faso a été transformé en enfer après le départ de Blaise. Ceux qui y habitent ont les attributs du diable : le mal. C’est malheureux pour vous HUG.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:54, par Ouedraogo Moussa En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Peut on encore faire confiance a ces gens pour dirriger notre pays alors qu’ils n’ont toujours pas retrouver leur objectivite. Francois Compaore a commence a payer ces crimes. La preuve est qu’il a peur de revenir dans son pays natal

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 08:57, par saam En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Alpha Yada, tu yada yada trop ! Tu es de mauvaise foi !
    Ton coeur est noir ! Souffre de souffrir ! Tous tes projets se sont écroulés avec la chute de tes dieux ! Yaaako à toi !
    En versant tant de sang, les Compaore ont déclenché eux-mêmes, la machine de la justice des hommes et de Dieu. Les choses suivent leur cours normal et que tu le veuilles ou pas, ils payeront de quelque manière que ce soit. Et cela a bien commencé vois-tu. Ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, pauvres âmes en peine dans des loques humaines et rôdant à longueur de journée, désormais incapables de fouler la terre qui a enterré leur placenta !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:01, par TERMINATOR En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    C’est normale que ceux qui bénéficiaient de François COMPAORE ( F.C = fonds commun) réagissent de la sorte. Ils oublient le plus important : Dieu, il n’ y a pas de bla bla devant lui, c’est maintenant ou plus tard ( normale le temps n’existe pas pour lui) mais la JUSTICE sera rendue.

    Répondre à ce message

    • Le 14 juillet à 06:56, par Bangda En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      Donc c’est inutile de venir se cacher pour critiquer l’excellent article de Alpha toi-même laisse Dieu intervenir. C’est là que vous serez surpris. Devant le Tribunal de Dieu vous serez surpris du verdict. Et c’est là que vous allez vous confondre en excuses devant mon ami François. Vous ne connaissez pas cet homme. Taisez-vous j’ai parcouru les posts je n’ai pas vu un seul saint homme parmi les forumistes. Que de la haine que de la critique vaine. Que du jugement de l’autre alors qu’il est dit dans le coran ou la bible de ne pas juger. Ce que Alpha a fait est d’expliquer simplement la procédure. Qui d’entre vous pouvait expliquer en détail la procédure ? Mais comme la procédure ne va pas dans le sens que vous voulez ce sont des injures ? Quelles arrogances et quelle haine ? Notre pays est foutu. Il suffit juste de lire l’échantillon représentatif de cette haine. Au burkina si vous avez des choses positives à apporter au peuple, il ne faut pas le faire il faut rester dans son coin. Le pauvre Thomas Sankara voulait apporter du bonheur à son peuple. Il a été tué par hyacinte KAFANDO qui ne se gênait pas de l’affirmer. Voilà comment fonctionne les ka les verité numéro 1 mensonges les some, les indjaba les les les les pirates du net...

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:13, par Kaka En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Heureusement pour certaines personnes que la honte et le ridicule ne tuent pas physiquement, sinon qu’ils sont déjà morts psychologiquement. Pauvres types.....

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:29, par BiLi-BiLi En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Pauvre ALPHA Kéré YAGO, mais si y’a rien et que Francois ne sera pas extradé , et pourquoi une si longue lettre ? Je suis dejà satisfait car on sent dejà la frustration..le découragement..la peur..l’aigreur..la pitié..la colère dans vos rangs.
    Et toi Alpha Yago là hoo, francois n’est ni ton père, ni ton frère, c’est pas mieux de prendre ta vie en main et travailler et devenir comme eux ? BLAISE et francois sont tous des mortels comme toi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 09:47, par Juste En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Tout cela fait que la réconciliation dans ce pays n’est pas pour demain ; non content d’avoir tué et brûlé un Burkinabê vous venez encore dire que celui qui a commandité cela est accusé à tord. Monsieur YAGO vous êtes encore un peu jeune donc, je suppose avec des ambitions, essayez de vous débarrasser de ce carcan de suiveur et de griot et voyez votre avenir sans un mentor. Que François soit extradé ou pas, évitez de vous faire d’avantage des ennemis en plus de ce qui existe déjà. Le Burkina en tant que pays est devenu un sens interdit pour François mais vous, vous risquez de ne plus pouvoir circuler librement parce que vous restreignez chaque jour votre espace de liberté. Je vous comprend parce que les temps sont durs et il faut vivre surtout que des habitudes sont en vous, mais essayez de faire autre chose et faites vous oublier un peu. Autrement, vous risquez gros avec ces sorties que j’estime hasardeuse.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 10:46, par Burkinbila En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    M. Alpha Yago, toute votre argumentation n’est que de la ’’masturbation’’ intellectuelle pure et dure. Désolé, pour votre mentor.
    Tout se paie ici sur terre d’abord et de l’autre cote après.
    Nous avons attendu 20 ans pour que la peur change de champ, nous pourrons attendre encore et encore pour que la justice soit rendue.
    Que Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:00, par changeons En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    En lisant ce texte, on se rend compte aisément que son auteur n’est autre que Me Paul Kéré et Alpha Yago a apposé sa signature. Il a aidé Yago à s’exprimer sur la toile pour manifester son soutien à son ami François Compaoré, suspect sérieux de l’assassinant de Norbert Zongo et ses compagnons. Bref, c’est la cuisine interne entre deux amis en quête de sens. Yago peut porter la chemise de Kéré et vis-versa. Merci donc à Me Kéré, mais les victimes de François Compaoré voient actuellement en vous deux (Kéré et Yago), deux représentants du bourreau de leurs enfants, pères, enfants et époux. Vous allez même jusqu’à insulté tout le peuple burkinabé en disant : A la suite de l’insurrection populaire, des 30 et 31 Octobre 2014, la Maison de Monsieur Paul François COMPAORE a été brûlée et transformée en musée.« le Burkina Faso est petit par la superficie et méchant par la taille ». Parole digne d’un apatride. Vous proposez " Non content d’avoir brûlé une telle maison (maison de françois compaoré) qui pouvait servir par exemple de bâtiment administratif dans un pays en voie de développement ". De vous deux à nous (peule burkinabé), quelle administration va occuper la maison d’un supposé criminel ? La procédure d’extradition suit son cours, même si " sa validation définitive de l’extradition sollicitée par le Burkina Faso est encore très loin d’être acquise" comme vous le dites, elle aura belle et bien un jour, soit vers le Burkina pour être jugé ou vers une autre destination pour répondre également de ses actes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:13, par Têedbeogo En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Debout à un grenier adossé
    Aux passants fort étonnés
    Un enfant donnait à voir
    De ses étendus savoirs.

    D’une voix bien haute
    Il parlait sans faute
    Émerveillant savants et sages
    Malgré son jeune âge.

    Un fou son chemin passant
    S’intéressa au garnement
    Mais bien plus à son appui
    Ce grenier bien rempli.

    Du grenier le toit
    Sur sa bonne foi
    Fut soulevé
    Et le vieillard dévoilé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 11:21, par Saw En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Pauvre Alpha Yago. Tu oublies plusieurs paramètres. Déjà le fait que François soit contraint à l’exil est une grande victoire. Mais je vais te rassurer la France n’a aucun intérêt à ne pas extrader ton champion car les burkinabé ont aussi des moyens de pressions. On peut lancer un mouvement de boycott des produits français. Et soit en sûr. Si les burkinabé ont pu bloquer un coût d’État à main nue, Ce ne sont pas les produits français qu’on ne peut pas boycotter. Donc mon chère Alpha Yago vous avez perdu aux jeux de cache-cache. Tant que François sera sur la planète terre il sera extradé au Faso. Selon les spécialistes tous les recours seront épuisés d’ici 2022. Donc au d’ici 2023 ton champion sera locataire de la Maco en tant que présumé innocent.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 14:23, par Mogo En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Voila un monsieur de très mauvaise foi. Ce sont les pyromanes de notre cher Faso. Mais Dieu veille. Un jour vous serez combattus avec la dernière énergie. Le Burkinabè est très pacifiste. Sinon, après tout ce que ces filous ont de mal dans ce pays, on allait les brûler ou les pendre sur la place publique, comme ils ont fait à d’autres personnes (Thom Sank, Dabo Boukari, Oumarou Clément Ouedraogo, Norbert Zongo, Cmdt Lingani, Henri Zongo, juge Nebié, les officiers et soldats du BIA à Koudougou, Pr Sessouma, etc. etc. etc.). Toi Alpha Yago, tu dois remercier le Seigneur et fermer ta gueule. Vous avez trop fait souffrir ce peuple, que si vous continuez à narguer ce peuple, malheur vous arrivera. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:20, par Le Maître En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Au secours !!!!! Texte très soutenu pour Yago. Viens nous dire qui le géniteur...Par ailleurs les internautes là : arrêtez de vous en prendre à Yago. on n’a même pas besoin de cet écrit pour savoir que François ne sera pas extradé

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:37, par papou En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Si c’est pas demain la veille de... pourquoi tu éprouves le besoin de l’écrire ? ( connaissant même ton niveau je sais que c’est pas toi qui l’a écrit. Je connais ton niveau qui est égal à l’article que tu as cours écrit avec Salam derme avant la fuite de blaise). En fait tu es plein de haine de voir les gens s’amuser sur le sort de ton Dieu et tu veux te persuader que ça sera pas le cas par ton écrit. Bon ton mentor saura juste que tu es tjr derrière lui. D’ailleurs as-tu le choix ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:04, par verite no1 En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Mr Alpha Yago, si ca chauffe tu peux demander a etre chauffeur de Simon, ya pas honte dans ca !
    Et puis, n’oublie pas de postuler aupres du vieux Yamyele pour ramasser des oeufs dans sa ferme !
    Quant a Me KERE, combien vous avez empoche avec Francois ? Juste pour satisfaire ma curiosite.
    Vous savez que c’est dur, mais vous ne dites jamais la verite !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:24, par Voltaïque Indigné En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    J’ai peur pour Mon Burkina, Monsieur YAGO n’ a pondu qu’un avis sur l’extradition de François COMPAORE. Aucun poste n’a détruit l’argumentaire de YAGO, la plupart des internautes ne font que s’en prendre au Sieur YAGO comme s’ils avaient un mal être qu’ils veulent soigner en cognant sur YAGO. Je m’attendais à ce que les gens argumentent et déconstruisent les propos de YAGO au lieu de s’en prendre à sa personne. Parfois j’ai le sentiment qu’avec l’insurrection ce n’est pas seulement l’assemblée nationale qui a été mis en feu mais le cerveau et la mémoire des Burkinabè qui ne supportent plus la contradiction intellectuelle. Un ami sénégalais appréciant la situation d’insurrection qui a balayé Blaise COMPAORE me disait que les Burkinabè sont trop violents et avec le recul je me rends compte qu’il n’a pas tord. Pourquoi cet excès de violence ? Est-ce notre pauvreté extrême ou la dureté de notre environnement ( chaleur poussière saleté ...) desertique qui resemble plus à l’enfer que Laurent Kilachu BADO nous a pronostiqué qu’à la douceur paradisiaque des hauteurs de Kigali . En tout cas il y’a tellement d’aigreur et de violence sur le forum qu’ on est à se demander si nous ne sommes pas tous des malades à soigner.
    Yako le Faso de tous les excès comme chante l’artiste. Bon week à tous et que le ciel ouvre ses vannes et adoucisse notre Faso de pluies pour diminuer nos aigreurs.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 17:55, par verite no1 En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      Carton rouge a toi et a celui qui t’a dit que le Burkinabe est violent !!!!!!! Tu es toujours dans histoire de voltaique, continue dans tes marches macabres a reculons !!!!!! Avec ta television noir-blanc de 1970 !!!!
      Nous, c’est devandougou !!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 16:00, par Le Visionnaire En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

      Mon cher Voltaique Indigné, détrompez-vous, les arguments de M. YAGO sont pas aussi solides que vous le croyez. Quand quelqu’un dit que la justice sous le régime Compaoré était plus équitable que celle sous la transition ou celle d’aujourd’hui. Quelle crédibilité pouvez-vous donner à une telle affirmation ? Rien. Les cas sont nombreux, au-déla de Norbert Zongo : Le Juge Nébié, Guillaume Sessouma, Oumarou Clément, Thomas Sankara, etc., j’en passe.
      Avec la transition et jusqu’à ce jour il y a eu des avancées significatives sur le dossier Sankara, Norbert et autre dossiers. C’est du concrèt ; sous le régime passé la justice n’a pas fait autant. Voilà une position qui mets à nu les dires de Yago, qui sont sont irrationnels pour la plupart. Merci bien.

      Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 16:28, par Bebeto En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    ZEPHIRIN DIABRE ET SON UPC RESIDUEL SE SONT NOYES POLITIQUEMENT DANS LEUR ILLUSION DE FAIRE UNE ALLIANCE AVEC LE CDP RESIDUEL
    Que c’est beau de constater que le CDP résiduel est en train de se tirer lui même des balles dans ses propres pieds.
    En effet après la récente sortie fracassante et hasardeuse de Achile Tapsoba 1er vice président du CDP résiduel relative à la validation de l’extradition du criminel François Compaoré, voilà qu’un autre énergumène du nom de Alphq Yqgo vient confirmé le suicide politique du l
    CDP résiduel qui est en cours et par ricochet celui de l’UPC résiduel du fait que ce parti veut faire une alliance avec le CDP résiduel, ce parti néo fasciste, berceau des crimes de sang, de la délinquance politique et des réseaux mafieux au BF. L’UPC et Zephirin Diabré sont sans doute dépassés par la gravité de ces deux déclarations et ne savent ou mettre la tête. Ces deux déclarations sont un désastre politique pour Zephirin Diabré et l’UPC eux qui rêvaient s’associer au CDP résiduel. Maintenant que peut faire l’UPC ? Se voiler la face ou persister à nouer une alliance politiquement suicidaire avec le CDP résiduel ou chercher un partenaire politique plus propre et crédible ? Zephirin Diabré et l’UPC doivent comprendre qu’il n’ y a pas de demi diable ou quart de diable. Le diable reste le diable
    En effet ces deux déclarations de Achille Tapsoba et de Alpha Yago viennent confirmer que c’est l’ex dictateur Blaise Compaoré et son frère criminel François Compaoré qui sont les deux maîtres à bord incontestés du CDP résiduel. Tout le reste sans exception ne sont que de petites caniches et de vrais vautours charognards. Ils ne sont que des marionnettes et des larbins à la solde de l’ex dictateur Blaise Compaoré et son frère criminel François Compaoré. Le drame pour le CDP résiduel, c’est que l’ex dictateur Blaise Compaoré est activement recherché par l’institution judiciaire du BF par l’émission d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’assassinat du Président Thomas SANKARA et de ses compagnons. Il en est de même concernant François Compaoré impliqué dans l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons. Le CDP résiduel se bat aujourd’hui pour espérer soustraire de l’étau judiciaire ses deux mentors que sont Blaise Compaoré et François Compaoré. C’est le combat de leur vie.
    Or tous les vrais démocrates et patriotes du BF et d’ailleurs suivent ces deux dossiers de très près et attendent leur dénouement judiciaire. Le CDP résiduel qui crie réconciliation est donc pris en flagrant délit de mensonge et dans son propre piège. Comment deux grands criminels peuvent être le mentors du CDP et en même temps, ils promettent la juctice aux Burkinabè ? C’est antinomique !!!
    Pas besoin d’avoir fait sciences Pô pour comprendre une telle incohérence.
    Le CDP résiduel est le berceau du crime et des réseaux mafieux, leur incohérence peut se comprendre puisqu’elle est congénitale.
    Mais ce qui est catastrophique et dramatique, c’est l’incohérence de Zephirin Diabré et de son UPC résiduel. Comment Zephirin Diabré et l’UPC peuvent se dire démocrates, donc partisans de la justice et de l’équité et en même temps ils veulent se suicider par une alliance avec le CDP résiduel, connu comme le berceau du crime, des réseaux mafieux, de l’injustice et dont les deux mentors actuels sont tous des criminels à savoir l’ex dictateur Blaise Compaoré et le criminel François Compaoré ? Quel virus du raccourci politique suicidaire a bien pu piqué Zephirin Diabré et son UPC résiduel. C’est avec consternation que nous les démocrates et patriotes du BF assistons au suicide politique de Zephirin Diabré et de son UPC résiduel. C’est invraisemblable ce que Zephirin Diabré et son UPC résiduel sont en train de nous faire voir présentement. Beaucoup ont bien compris maintenant la défection de 14 députés de l’UPC original qui ont créé le groupe parlementaire UPC RD. On ne peut pas fédérer autour de soi des Hommes politiques ayant une forte personnalité, si on ne reste pas sur une ligne politique claire et cohérente.
    La descente aux enfers de l’UPC résiduel est due à la myopie politique personnelle de Zephirin Diabré, son manque de vision et de cohérence stratégique, combinés au fait qu’il est entouré de petits griots et de petites caniches affamées. En plus, Zephirin Diabré et l’UPC résiduel montrent leur insensibilité déconcertante dans les dossiers Thomas SANKARA et Norbert Zongo. Comment un parti qui prétend être pour la justice peut-il être indifférent à l’évolution judiciaire de tels dossiers ? Le Président Rock a drmandé au Président Macron la levée du secret défense pour le dossier Thomas SANKARA et la célérité de la justice française dans l’extradition de François Compaoré. La position du Président Rock et donc du MPP et de ses alliés sur ces deux dossiers est claire, limpide et va dans le sens de la morale et de la justice. Ce faisant, c’est un rejet sans ambiguïté de l’impunité par Le Président Rock et sa majorité. Au niveau de l’UPC résiduel, c’est silence radio, évidemment au niveau du CDP résiduel. Comment Zephirin Diabré et l’UPC résiduel veulent-ils que nous les démocrates ou patriotes le suivent dans une telle incohérence flagrante ? Bon Dieu !!!
    Il n’ y a que Zepjirin Diabré et l’UPC résiduel qui font semblant de ne pas comprendre qu’avec le CDP résiduel que ce soit l’aile de Eddy ou de KDO, c’est le retour de l’impunité, autrement dit, ce sera la résurrection de l’impunité.
    Le CDP résiduel n’a que foutre de l’UPC résiduel pour plusieurs raisons :
    1) Pour le CDP résiduel, tout leur malheur a commencé avec Zephirin Diabré quand il a pris la tête du CFOP, pour eux Zephirin Diabré et le CDP résiduel sont des ennemis politiques héréditaires. Pour le CDP résiduel, la venue du MPP sur la scène politique n’a été que le principal catalyseur de leur perte humiliante du pouvoir. Cette humiliation politique reste comme un os suspendu à la gorge du CDP résiduel.
    2) Du point de vue sociologique, le CDP résiduel se méfie de Zephirin Diabré, de peur de perdre une partie de son électorat populaire. Tout le monde se connait au BF et on sait à priori au sein de d’électorat populaire qui vote qui. Il y a des alliances au lieu de vous servir, va vous desservir.
    Zephirin Diabré myope politique qu’il est et entouré de griots affamés et de petites caniches, ignore royalement que le CDP résiduel ne veut d’aucune alliance politique avec l’UPC résiduel.
    Zephirin Diabré et son UPC résiduel nous font penser à Herman Yaméogo détenteur du record des voltes faces politiques spectaculaires, dont lui seul avait les secrets. Herman les faisait de jour comme de nuit et à visage découvert. Herman ayant bien compris qu’il était bel et bien grillé politiquement, il a tenté le tout pour le tout en allant s’irradier pour de bon dans le putsch du CND. Aujourd’hui Herman Yaméogo est l’ombre de lui même, pcqu’il est politiquement irradié. Aucun mendiant politique n’acceptera l’aumône de Herman. Mêmes les vautours politiques se méfient de Herman.
    Zephirin Diabré et son UPC résiduel sont exactement sur la même voie qu’à suivie Herman Yaméogo pour se suicider politiquement.
    Que c’est triste et pitoyable de voir un intellectuel de la trame de Zephirin Diabré se noyer politiquement !!! Même si Zephirin Diabré venait à opérer un changement stratégique, peut-il encore avoir la confiance de démocrates et patriotes qui avaient beaucoup misé sur lui ?
    Que ce soit en politique ou en affaires, toute alliance avec le diable se paie d’une manière ou d’une autre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juin à 16:25, par Samandin Ouedraogo En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    On a l’impression que l’arrogance est la marque de fabrique du cdp, Alpha je pensais que tu avais appris la leçon et que tu allais te comporter en conséquence.
    Malheureusement , tu veux suivre les pas de tes aînés et je te préviens que ça ne sera pas sans risques et périls. Que ce soit demain la veille ou pas, Ton mentor sera extradé. A Dieu n’en déplaise.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 09:49, par kouklouss En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    Et oui , celui qui vivra vera ! Vous allez tout voir sur cette terre avant de mourir . Norbert et ces quatres compagnons ne peuvent pas être tuer et bruler et vous êtes là entrain d’empêcher la manifestation de la vérité. Si vous êtes croyant la justice divine vous attend tôt ou tard je dis bien tôt ou tard. La maman de norbert à réfuser vos dons pour la faire taire , c’est une mère digne elle a maudit tous ceux que Dieu sait coupables dans cette affaire et elle n’est plus de ce monde mais ses paroles restent des termites ne pouront jamais ronger ça. Si françois veut qu’il reste en france 100 ans justice sera rendu à notre héros Norbert. Alpha Yago on ta payer combien pour écrire ça. Dieu est juste et bon

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin à 17:51, par @Voltaique Indigne En réponse à : Extradition de François Compaoré : « Ce n’est pas demain la veille ! », promet Alpha Yago

    "Un ami sénégalais appréciant la situation d’insurrection qui a balayé Blaise COMPAORE me disait que les Burkinabè sont trop violents et avec le recul je me rends compte qu’il n’a pas tord. Pourquoi cet excès de violence ? Est-ce notre pauvreté extrême ou la dureté de notre environnement ( chaleur poussière saleté ...) desertique qui resemble plus à l’enfer que Laurent Kilachu BADO nous a pronostiqué qu’à la douceur paradisiaque des hauteurs de Kigali ."

    Voltaique Indigne, tu es sans dignite. Tu ne peux pas etre indigne. Si le burkinabe est xdevenu violent, ca date de qui ? De ton fossoyeur au pouvoir. Quand vous tuiez, pillez et monopolisiez, tu croyais que tous les fils et toutes les files de ce pays ne voyaient pas ? Si ya violence, c’ est votre regime sanguiinaire qui l’a secrete. Si Senghor avait fait la meme chose au senegal, les senegalais allaient etre meme plus violents. Vous et Blaise, vous avez destructure ce pays. Il ne sera plus jamais le meme. Arrete de jouer a la bien- pensante. Tu nages mais on voit ton dos. Tu es la meme qui faisais les atalakous de Chantal Compaore. Tu n’as pas honet !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur réciproquement !
Lutte contre le terrorisme : « Privilégier l’option des forces spéciales aux opérations d’envergure »
Lettre de Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou Soulama
Racisme dans le football européen : « Les singes ne ressemblent-ils vraiment qu’aux seuls Noirs ? »
Téléphones portables : « Il est urgent de règlementer et d’encadrer leur usage dans les services publics »
Terrorisme au Burkina : « L’heure de la mobilisation générale a sonné. C’est maintenant ou jamais ! »
Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre
Attaques terroristes : « Eviter la surenchère politicienne »
Héros méconnus, héros oubliés : Hommage aux milliers de tirailleurs burkinabè morts pour la France
Koutougou : Les racines du mal
Pour un retour définitif de la paix au Burkina : « Et si on osait un gouvernement d’union nationale ? »
Le Burkindlim : Une analyse comparative entre la Haute-Volta et le Burkina Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés