Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

Privatisation de l’ONATEL : Le SYNATEL veut se faire entendre

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 12 août 2005 à 07h29min

L’Ecole nationale des télécommunications de Ouagadougou abrite du 11 au 13 août 2005 des journées de réflexion sur le processus de privatisation de l’ONATEL. C’est une initiative du Syndicat national des télécommunications (SYNATEL).

Le paysage africain des télécommunications se caractérise par un taux de pénétration du service de base très faible, une fracture numérique qui s’élargit davantage tant sur le téléphone de base que sur les services à valeur ajoutée, une connectivité transfrontalière faible et de mauvaise qualité et des ressources financières devenues rares.
C’est également dans ce contexte qu’ont été entamées des vagues de privatisations des grandes entreprises du domaine comme c’est le cas présentement pour l’Office national des télécommunications (ONATEL).

Le Syndicat national des télécommunications (SYNATEL) qui suit depuis 1998 le processus de privatisation de l’ONATEL a dit constater l’échec à plusieurs reprises de la boîte par des repreneurs stratégiques.

Raison pour laquelle "les travailleurs ont décidé conformément à leur engagement, d’apporter leur contribution en vue de trouver une solution qui garantisse les intérêts de toutes les parties", a expliqué le Secrétaire général du SYNATEL, M. Valentin Sawadogo. A travers l’organisation de ces journées de réflexion, le SYNATEL entend rechercher avec la participation de toutes les compétences de l’ONATEL, le meilleur schéma d’ouverture du capital et réfléchir également sur le devenir des Télécommunications et des TIC au Burkina Faso.

Les participants issus des structures centrales et déconcentrées de l’ONATEL vont travailler en commissions et en plénière autour de cinq thèmes : l’environnement des télécommunications, les expériences de privatisation, le processus de privatisations de l’ONATEL, les scénarii de privatisation et la problématique du développement des TIC.

Ismaël BICABA
Serges OUEDRAOGO
ZOUNDI Joël
(Stagiaires)

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
Education : DigiClass, une plateforme en ligne pour permettre aux élèves de réviser et de tester leurs connaissances
Journée mondiale de la liberté de presse : le recul dans le classement de la presse burkinabè, regrettable selon des journalistes de la ville de Gaoua
Burkina : « Nous n’avons pas une presse va-t-en-guerre », déclare le Pr Serge Théophile Balima
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés