Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Privatisation de l’ONATEL : Le SYNATEL veut se faire entendre

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 12 août 2005 à 07h29min

L’Ecole nationale des télécommunications de Ouagadougou abrite du 11 au 13 août 2005 des journées de réflexion sur le processus de privatisation de l’ONATEL. C’est une initiative du Syndicat national des télécommunications (SYNATEL).

Le paysage africain des télécommunications se caractérise par un taux de pénétration du service de base très faible, une fracture numérique qui s’élargit davantage tant sur le téléphone de base que sur les services à valeur ajoutée, une connectivité transfrontalière faible et de mauvaise qualité et des ressources financières devenues rares.
C’est également dans ce contexte qu’ont été entamées des vagues de privatisations des grandes entreprises du domaine comme c’est le cas présentement pour l’Office national des télécommunications (ONATEL).

Le Syndicat national des télécommunications (SYNATEL) qui suit depuis 1998 le processus de privatisation de l’ONATEL a dit constater l’échec à plusieurs reprises de la boîte par des repreneurs stratégiques.

Raison pour laquelle "les travailleurs ont décidé conformément à leur engagement, d’apporter leur contribution en vue de trouver une solution qui garantisse les intérêts de toutes les parties", a expliqué le Secrétaire général du SYNATEL, M. Valentin Sawadogo. A travers l’organisation de ces journées de réflexion, le SYNATEL entend rechercher avec la participation de toutes les compétences de l’ONATEL, le meilleur schéma d’ouverture du capital et réfléchir également sur le devenir des Télécommunications et des TIC au Burkina Faso.

Les participants issus des structures centrales et déconcentrées de l’ONATEL vont travailler en commissions et en plénière autour de cinq thèmes : l’environnement des télécommunications, les expériences de privatisation, le processus de privatisations de l’ONATEL, les scénarii de privatisation et la problématique du développement des TIC.

Ismaël BICABA
Serges OUEDRAOGO
ZOUNDI Joël
(Stagiaires)

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le conseil supérieur de la communication suspend l’émission Biibénooré de radio Optima FM pour 3 mois
Ouverture du Prix AJB de la redevabilité citoyenne en journalisme
Burkina : La Société des éditeurs de la presse privée dit halte au piratage des journaux !
11e édition des Universités africaines de la communication de Ouagadougou : Un briefing pour les journalistes de Bobo-Dioulasso
Loi anti-corruption : La déclaration de patrimoine et le délit d’apparence débattus à Bobo-Dioulasso
Médias : L’agence panafricaine d’ingénierie culturelle présente son site d’informations www.noocultures.info
Innovations technologiques : MIFOM, une nouvelle application pour la sécurité des enfants
Bobo-Dioulasso : L’Initiative pour la transparence et l’efficacité de la commande publique présentée aux journalistes
Ministère du Développement de l’économie numérique : Les Services informatiques de l’administration publique en conclave
Médias : Le Conseil supérieur de la communication du Niger dans les locaux de Lefaso.net
Télédiffusion : Fin du signal analogique pour la télévision nationale du Burkina
Union nationale de l’audiovisuel libre du Faso : Aïssata Sankara élue coordonnatrice du pool des formateurs et experts associés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés