Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 16 juin 2019 à 22h26min
Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

Le colloque international d’hommage au professeur Salaka Sanou a clos ses travaux le vendredi 14 juin 2019, à l’Université Joseph-Ki-Zerbo. La cérémonie de clôture a été marquée par des recommandations et une remise d’attestations aux participants. Un panel organisé en marge de cette de rencontre a permis de montrer que la culture est un véritablement moteur de cohésion sociale. Les participants ont demandé la pérennisation de ce colloque et le renforcement des moyens pour les études culturelles en Afrique.

Le colloque international organisé en hommage au Pr Salaka Sanou, après trois jours de travaux, a refermé ses portes le vendredi 14 juin à l’Université Joseph-Ki-Zerbo. Ces trois jours ont permis aux professeurs, enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de passer en revue la richesse et l’importance de la culture africaine autour du thème « Étudier la culture : Enjeux-Approches-Horizons critiques ».

Les participants ont mis en évidence l’importance de la culture dans le renforcement de la cohésion sociale, au regard de la montée de la xénophobie en Afrique. Ils ont aussi formulé des recommandations à la fin de cette rencontre.

Il s’agit entre autres de donner une suite à la rencontre de Ouagadougou en mettant en place un groupe de réflexion dont les membres seront issus de divers pays ; élaborer un lexique permettant aux enseignants-chercheurs et aux chercheurs de disposer de références théoriques et sémantiques à même de favoriser la compréhension des différents concepts. Enfin, les participants ont recommandé la publication diligente des actes du présent colloque pour mettre à la disposition des enseignants-chercheurs et des chercheurs les réflexions menées à l’occasion de cette rencontre.

L’ouvrage Collectif

En plus des recommandations, un ouvrage collectif titré « Danko » a été présenté. Cette œuvre rassemble les textes de neuf auteurs du Bénin, de la Côte d’Ivoire et du Niger qui mettent en lumière la réévaluation des modes d’appréhension des pratiques et objets, et propose des études culturelles africaines. « Je suis heureuse d’avoir contribué à l’ouvrage collectif qui a été publié », s’est réjouie Dr Aïssata Soumana Kindo de l’Université Abdoul-Moumouni de Niamey.

Dr Aissata Soumana Kindo, Université Abdoul Moumouni du Niamey

Le colloque a permis de rappeler aux uns et aux autres la nécessité de renforcer les structures de production et de mise en circulation des savoirs sur l’Afrique, en Afrique et vers le monde. « Nous considérons que c’est un colloque initiateur d’une démarche nouvelle qui vise à faire en sorte que les recherches universitaires en matière de culture et de création artistique ou littéraire soient en phase avec les enjeux du développement », a déclaré Frédéric Mambenga, maître de conférences à l’Université Omar-Bongo de Libreville.

En marge de ce colloque, un panel sur le thème « Les cultures africaines face aux défis du vivre-ensemble : savoirs-transferts-politiques » a permis aux panélistes de montrer la fonction que la culture joue dans la cohésion sociale. Pour Isaac Bazié, responsable du comité d’organisation, le colloque se termine sur une note qui permet d’arrimer ce que les enseignants disent à l’université aux préoccupations sociales.

Des exemples comme la parenté à plaisanterie et l’alliance à plaisanterie ont été cités comme des mécanismes de renforcement de la cohésion sociale au Burkina. Pour les panélistes, si le Burkina traverse une zone de turbulences actuellement, c’est parce que certaines valeurs de la culture ont été transgressées par les uns et les autres.

Photo de famille

La fin du colloque a été le moment de montrer le travail abattu par le Pr Salaka Sanou. Ce bilan s’évalue à 32 articles, un ouvrage intitulé « La littérature burkinabè, histoire des hommes, des œuvres ». Des publications qui portent sur la culture africaine, la littérature africaine et la littérature burkinabè.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 juin à 07:59, par Calmos En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

    Toutes mes félicitations à ce grand homme littéraire et de culture. Cet homme, Pr Salaka Sanou, a formé à lui seul une quinzaine de docteurs. Ce qui prouve la grandeur de cet homme, c’est son amour du prochain, sa sociabilité, sa modestie, sa grande d’écoute et sa disponibilité à aider les autres. Ce qui peut être un fait marquant, c’est l’absence d’égoïsme en l’homme. Il existe toujours des Pr qui sont fiers d’être les seuls titulaires dans leurs spécialités. Mais le fils de Tondogosso, son village qui aime tant, est totalement différent de ces monstres du savoir. Une quinzaine de Dr à son actif mériterait que les hommages à venir tiennent compte des hommes formés pour la relève. J’interpelle à cet effet le MESRSI à veiller désormais aux hommages faits aux grands serviteurs du Faso dans le domaine scientifique en prenant en compte le critère des Dr formés. Pas de docteurs formés, pas d’hommage.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 08:20, par Boss En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

    Dieu donne toujours la récompense juste à ses serviteurs. La brillante réussite de ce colloque international en hommage au Pr Salaka Sanou témoigne d’une main divine. S’il n’était vraiment pas mérité, le grand succès du colloque ne serait pas au RDV. Le Pr Salaka, bien qu’il ira à la retraite bientôt, ouvre une nouvelle porte : Le Ministre Alkassoum Maïga demande que soit construite la maison de l’enseignant ou "des Pr émérites" à l’Université Joseph Ki Zerbo pour recevoir le 1er Pr "émérite " en la personne du Pr Salaka Sanou. Certes, des Pr très méritants avant lui sont allés à la retraite. L’Université pourrait repêcher les plus méritants comme le Dr Laurent BADO, le Pr SOUDRE, le Pr Louis MILLOGO etc. Il faudra que le Ministère ESRSI valorisent ses enseignants méritants.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 09:28, par Sidnooma En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

    Que fait-on du Pr Jean-Baptiste Kientga, premier archéologue du Burkina, internationalement connu et reconnu ???

    Répondre à ce message

    • Le 17 juin à 11:09, par mala En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

      Dans le monde scientifique, ce sont tes disciples et ceux qui se reconnaissent en toi qui décident de te rendre hommage. C’est au moment de partir à la retraite qu’on fait le bilan de sa vie académique à travers les actes de reconnaissance des collègues et surtout les jeunes que vous avez eu comme étudiants. Ils se réunissent pour évoquer vos qualités humaines et scientifiques. Si vous le méritez, vous n’avez pas besoin de le demander ; ça vient tout seul. Ceux qui sont en bagarre avec tout le monde devront se reconnaitre et....

      Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 11:06, par Le Pacifiste En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

    il faut ressusciter le professeur Jean-Baptiste Kientga, le père de l’archéologie burkinabè. les anciens fours d’extraction du fer que nous voulons inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l’unseco sont ses œuvres,

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 08:55, par tonton En réponse à : Colloque international d’hommage au Pr Salaka Sanou : Des propositions pour renforcer l’étude des cultures africaines

    Merci Mala, c’est ca qui est la vérité. L’intellectuel doit avoir des valeurs sociales et humaines. Si le professeur Jean-Baptiste Kientga, un grand intellectuel n’a pas formé la relève, qui lui fera hommage ? Il ne s’agit pas de se préoccuper seulement de sa propre personne et recherche scientifique au point de sacrifier les étudiants puis ensuite espérer que ces derniers vous rendront hommage. Combien de Dr a-t-il formé à l’université qui sont archéologues ? Si l’a fait, il revient à ces derniers de lui être reconnaissants. S’il ne l’a pas fait, alors il a eu son salaire et il a droit à sa pension point.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés