Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 15 juin 2019 à 16h07min
Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

Accusé d’avoir pris parti pour un clan dans la crise de succession au trône de Banfora, Héma Djaffar Ouattara, guide spirituel, dit n’être mêlé de près ni de loin à cette crise. Il l’a fait savoir ce vendredi 14 juin 2019, au cours d’une conférence de presse tenue à Bobo-Dioulasso.

Originaire de la ville de Banfora, le guide spirituel Héma Djaffar Ouattara est accusé de prendre parti pour un des prétendants au trône. En effet, la succession au trône dans cette localité du pays continue de faire des gorges chaudes. Selon nos confrères de ouest-info, après le décès du chef Yoayé Héma au cours du deuxième semestre de l’année 2018, c’est son 3ème fils du nom d’Aboubacar Gnambon Héma, âgé de 29 ans qui a été désigné pour lui succéder.

Intronisé le 15 avril 2019 et répondant désormais au nom de Fadouga II, ce dernier est contesté par une partie de la famille royale notamment Sibiri Héma, frère du défunt chef, qui se disait légitime pour succéder au chef. Depuis lors, les rivalités entre les deux camps ne font que s’exacerber et l’on se regarde en chiens de faïence, chaque camp croyant avoir la légitimité pour occuper le trône.

Selon le conférencier, « ses détracteurs » l’accusent d’avoir organisé une réunion secrète chez lui à domicile, afin de tout mettre en œuvre pour destituer le chef intronisé dans le but d’installer « son challenger ».

Face à des journalistes, ce vendredi 14 juin 2019 à Bobo-Dioulasso, l’homme dit n’être mêlé de près ni de loin à cette crise. « Je ne suis au courant de rien de tout cela. Les histoires de chefferie, je ne m’y intéresse pas. Moi Djaffar, je ne m’occupe que des livres saints à savoir la Torah, la Bible et le Coran », s’est-il défendu avant de préciser qu’aucune réunion, encore moins secrète n’a eu lieu chez lui à domicile par rapport à cette question de chefferie coutumière de Banfora.

Fils d’un ancien féticheur, Djaffar connaît bien la place des rituels dans le choix du successeur à un défunt chef. « S’il est vrai que suite aux rituels c’est l’actuel chef qui a été désigné pour succéder au défunt chef, pourquoi se tirailler encore ? A moins que vous ne croyiez pas en vos ancêtres. Le chef est décédé. Vous avez immolé des poulets pour désigner son successeur. Le poulet a fait un choix. Pourquoi contester donc le choix du poulet », s’est-il indigné.

Pour lui, tout ceci n’est que l’œuvre de personnes de mauvaise foi qui veulent utiliser son nom pour atteindre leur objectif. Toutefois, il n’a pas manqué de prier pour la paix au Burkina Faso. Aussi, il invite la population de Banfora à se démarquer des actes susceptibles de mettre en péril l’union et la cohésion sociale.

« Actuellement, notre préoccupation à tous, c’est d’œuvrer à la paix, à la sécurité et à la cohésion sociale au Burkina Faso. Ces genres de pratiques ne favorisent pas cela », a-t-il regretté tout en appelant le gouvernement à être regardant sur la question pour éviter que le pire ne se produise.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 juin 2019 à 20:14, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Bien dit Djaffar, le poulet a choisi le successeur du chef, pourquoi alors cette bagarre ? Vanité, tout est vanité. Chefferie anachronique, dans une contrée à société égalitaire.
    La politique a pollué nos vies et nos coutumes. On se bat et on se déchire pour le bonnet et espérer recevoir les enveloppes des politiciens lors des campagnes politiques. Dommage

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 06:20, par Daril En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Haha.....en 1782 une révolution ailleurs à résolu celà...Just wait

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 08:06, par MOREBALLA En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Félicitations à Mr Zaffar pour la réponse véridique et très simple. On ne peut pas méconnaître le schéma des ancêtres et rechercher à avoir la primauté et toute la responsabilité des rites du culte ancestral.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 11:02, par ngoonga En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Pas de temp à perdre ils iront se confesser à Gaoua très bien pour eux. Leur maitre les attend à partir des collines du bafouji.
    Ne vous attender pas !!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 11:21, par SOME En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Ce monsieur Jaafar est un homme credible, tres credible. C’est un sage vrai qui malheureusement n’a pas ete judicieusement mis a contribution pour la concorde nationale ou meme pour la ville de bobo. Je le crois quand il declare que certains veulent utiliser son nom. Ils veulent justement profiter de son aura dans une manoeuvre malhonnete. Ces histoires de chefferie traditionnelle montrent a quel point Blaise avait pourri nos traditions. Vraiment c’est pas croyable ! Meme mes esclaves s’y sont laissés prendre ! Mais je les excuse puisque leurs patrons et seigneurs les dagara ont fait pire : on vous pardonne mais respectez vos ancetres et pour une fois ne suivez pas l’exemple de vos maitres
    SOME
    qui reste quand meme votre maitre et seigneur en depit de ses betises

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 19:42, par Le Rebel En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    SOME, si tu as problème avec Koassi rejoint le en RCI et laisse nous respirer. On parle de chefferie toi tu parles de Blaise. Nous l’avons oublié.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2019 à 20:35, par Yako En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Le poulet a choisi le successeur du défunt chef ! Hum...A quand donc l’Afrique entrera dans le siècle des lumières.En effet, les instruments utilisés pour le choix du chef sont en eux même source de palabre.C’est pourquoi moi Yako suis partisan de la dictature éclairée car ces histoires de poulet sacrificiel montre bien que nos sociétés sont pas encore pretes pour le suffrage universel.Conclusion:Le choix du poulet n’obéit pas à la raison et donc ce choix est discutable.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juin 2019 à 06:36, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

      Tu n’y es pas du tout.Djaffar ironise et Dedegueba à sa suite aussi. La vérité c’est que le fondement même de cette bagarre stupide n’a aucun sens. L’Ouest en général est réputé être des sociétés encéphales et égalitaires. Se battre pour être le chef n’a aucun sens, pire la notion de chef de canton vient du colonisateur. Une situation incongrue qui veut que nous prenions notre indépendance vis à vis du colon, mais nous gardons ses "valets" toujours comme dirigeants. Bref un " néocolonialisme traditionnel " en quelque sorte.
      Chez nos grands-parents le chef de canton était plutôt mal vu, car considéré comme "l’indic" du blanc. Mais comme avoir un tel bonnet peut toujours servir en politique, alors on se bat pour ça.

      Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2019 à 00:48, par 17juin 2019 par ouattara en reponse a la crise de succession du trône de banfora,accusé de prendre parti ,hema djaffar nie En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Felicitations au cheick oustage hema djaffar pour son franc parlée,en realité si nous voyons que tous ces problemes sont arrivés sait qu’a quelque part il ya des personnes de mauvaises foi et de mauvaise volonté qui sont a la base de toutes ces manœuvres sinon qu’en realité la chefferie traditionnelle de banfora ne merite pas ce traitement ,comment apres le decès d’un chef des bandes didiots vont causer de tel desorde dans la tradition tout en sachant que celui qui devait prendre le trône est connu pas de lui meme mais suite aux rituels traditionels ( comme vous le dite selon les coutumes le poulet a choisi aux noms des ancetres le successeur ) . Alors moi je voulais savoir d’envantages comment des individus qui ne sont ni de la famille royale ,ni dans les coutumes royales vont arriver a mettre de tel desorde ,de telle crise dans la chefferie ,de ma part ma j’en appelle aux autorites administratives de banfora ,du gouvernement de prendre une decision ferme en punissant les auteurs de cette crise en les faisant repondre devant la justice pour eviter de tel comportement enfin d’eviter le pire un jour,merci a toute la presse

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2019 à 07:48, par G.A.A En réponse à : Crise de succession au trône de Banfora : Accusé de prendre parti, Héma Djaffar Ouattara nie

    Chapeau à mon vieux père CHEICK OUSTAGE DJAFAR HEMA pour ses mots veridiques.le pouvoir que possède aujourd’hui C.O.DJ lui suiffisait largement que le trone royale qui,actuellement est politique.si malheur à eux,installent celui qui ne le merite pas...c’est mon grand-père qui viendra vous gouverner ici.je passe !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Montage et gestion de projets de recherche : Des enseignants- chercheurs des universités Nazi Boni, 2IE et de Fada N’Gourma renforcent leurs capacités
Monitoring du Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité : Le Burkina sous le poids des attaques terroristes au dernier trimestre de 2019
Politiques de santé au Burkina Faso : Vers une professionnalisation et une approche plus globale du suivi stratégique citoyen
Burkina Faso : Le Centre pour la lutte antitabac en Afrique (CLATA) échange avec les acteurs nationaux pour une intervention plus efficace
Bobo-Dioulasso : L’entreprise de production de boissons Twellium présente ses vœux aux journalistes
Volontaires pour la défense de la patrie : Les parlementaires disent « oui » au ministre de la Défense
Collaboration entre FDS et populations : La Fondation pour la sécurité du citoyen (FOSEC) présente ses réalisations
Fada N’Gourma : Une campagne d’établissement gratuit de 4500 cartes nationales d’identité burkinabè au profit des populations
Volontaires pour la défense de la patrie : « Il ne s’agit pas d’en faire des chairs à canon », Chériff Sy, ministre de la Défense
Suivi citoyen des politiques de santé : Une feuille de route pour coordonner les actions
Entrepreneuriat : La Caravane « Entreprendre à zéro franc » forme plus de 700 jeunes dans le Centre-est
Université Joseph Ki-Zerbo : Treize nouveaux pick-ups et trois amphithéâtres rénovés au bénéfice de la communauté scientifique et des étudiants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés