Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Afflux de déplacés à Ouagadougou : « Se définir enfin »

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 13 juin 2019 à 19h09min
Afflux de déplacés à Ouagadougou : « Se définir enfin »

Il est quasiment impossible de voir un débat au Burkina sans les mêmes litanies, les mêmes biais, le même tropisme anti occidental.

Les entreprises françaises pillent l’Afrique (francophone).

Ce n’est pas tout à fait faux. Mais elles ne sont pas les seules. C’est tout le monde qui pille l’Afrique, à commencer par les oligarchies politico-affairistes africaines !
Ces multinationales sont présentes sur tous les continents. Comment se fait-il que c’est uniquement en Afrique qu’elles pillent ?
L’Afrique représente par exemple 20% du CA du groupe Bolloré, mais 80% de ses bénéfices ! Pareille Loi de Pareto n’existe nulle part ailleurs dans le monde !
Mais la France ne représente plus que 17% des échanges commerciaux de l’Afrique...

Quant aux entreprises chinoises, leurs contrats sont tellement opaques qu’on n’a pratiquement aucun élément d’appréciation !
Toutefois, l’appétit des dirigeants africains pour les financements chinois est une piste...
De plus, les Chinois ont le bon goût de ne jamais se mêler de vos affaires intérieures, de vous laisser voler et réprimer en paix !

Avec 4 000 hommes et les moyens technologiques dont dispose Barkhane, la France devrait éradiquer fissa nos terroristes si elle le voulait !

Ce raisonnement est tout simplement hallucinant.
D’abord, que ce soit pour l’opération Serval ou l’opération Barkhane, la France a besoin de l’appui américain pour ses OPEX (Opérations extérieures). Ne serait-ce que pour le renseignement satellitaire, les drones de surveillance, le ravitaillement en vol, etc.
Ensuite, 4 000 hommes pour surveiller un territoire plus vaste que l’UE, c’est très peu.

Pour rappel, le bilan de 16 ans de guerre antiterroriste de l’OTAN et des USA en Afghanistan, c’est :

- 100 000 hommes envoyés sur place au plus fort du conflit,
- 2 400 GI morts,
- 20 000 GI blessés,
- 840 milliards de dollars...
L’OTAN a déjà « « fraya depuis longtemps. Et les américains s’apprêtent à quitter le navire avec leurs 8 400 hommes encore sur place, en disant au gouvernement afghan de négocier avec les Talibans !!!
Bref, démerdez-vous !

Les Français, et avec eux l’UE savent parfaitement qu’ils sont incapables d’éradiquer les narco-djihadistes au Sahel. Leur seule ambition, c’est le containment. Circonscrire le problème chez nous afin qu’ils ne puissent pas un jour, à l’image d’Al-Qaïda ou de Daesh, commanditer des attentats terroristes chez eux depuis leur base arrière du Sahel !

On peut débattre encore pendant des siècles sur le rôle et les responsabilités des occidentaux dans nos malheurs. Mais cela ne répondra jamais à la seule question qui vaille : Sommes-nous toujours réduits en esclavage ou avons-nous décidé nous-mêmes de le demeurer ?

Les médias de propagande occidentale (RFI, France24)

De fait, aucun média n’est neutre. Et surtout pas des médias ouvertement d’influence comme ceux de l’audiovisuel extérieur de la France.
L’audiovisuel extérieur, c’est la voix de la France dans le monde. La France, qui n’est jamais en reste en matière d’affichage d’ambition dont elle ne se donne pas vraiment les moyens, entend faire bonne figure en face des poids lourds de l’information mondiale. Avec cet objectif qui se décline comme un cliché : créer une CNN « à la française ».

Pour bien faire, on a créé un holding unique regroupant la télévision francophone TV5Monde, la Radio internationale RFI -la seule radio mondiale francophone diffusant en 19 langues-, et à présent France 24. Ce holding n’était d’ailleurs pas tout à fait du goût des partenaires de TV5, la Belgique, la Suisse, et le Canada, qui se sont alarmés de voir leur chaîne se perdre « dans une usine à gaz franco-française ».

Cependant, force est de constater que lorsque quelque chose de grave se passe dans l’un de nos pays, ce sont ces chaînes qui permettent d’avoir l’information en temps quasi réel et non nos médias locaux !

Or selon la théorie du « mort kilométrique », que l’on enseignait autrefois dans les écoles de journalisme, « … pour déterminer l’intérêt que les médias peuvent porter à un événement, en fonction de la proximité du lieu où il survient. Et le « mort kilométrique » s’apprécie par rapport à l’aire géographique que couvre le média pour lequel travaille le journaliste qui écrit ou s’exprime. Ainsi, si une personne décède dans la maison voisine de votre domicile, vous vous sentirez forcément plus concerné que si cinq personnes venaient à mourir dans une maison située à l’autre bout de la ville. Cela ne signifie pas que la vie de votre voisin valait mieux que celles des cinq personnes du bout de la ville. »(Jean-Baptiste Placca, « Notre-Dame de Paris veille sur le lac Kivu », 20 avril 2019, RFI).

Ces médias font donc ce qu’ils ont à faire. Aux nôtres de faire le leur au lieu de servir de chambre d’écho de règlements de comptes politiciens et de diffuseurs de faits divers !

A propos des réfugiés intérieurs

« Nous ne pouvons juste pas sommer les autres de pleurer avec nous, ni de pleurer à notre place nos propres morts que nous pleurons parfois à peine.
Vouloir forcer la compassion pour les nôtres est un sentiment quelque peu malsain, qui avoisine l’envie.

Un drame vous frappe, faites-y face, et laissez les autres décider de la façon dont, éventuellement, ils pourraient s’associer à votre malheur.
Mais leur rappeler qu’ils ne peuvent vous ignorer, sous prétexte que vous avez vu combien ils ont versé de larmes pour Paris, manque de décence. Et d’élégance. »
Jean-Baptiste Placca
« Notre-Dame de Paris veille sur le lac Kivu » 20 avril 2019, RFI.

A combien de kilomètres de votre cœur se trouvent les déplacés du Soum et du Sahel en général ?

L’État doit-il être le seul à leur montrer que nous sommes ensemble ? Qu’ils font partie de la famille Burkina ?
Nous avons là l’occasion de montrer que charité bien ordonnée commence par soi-même, que nous sommes capables de faire ce que nous exigeons des autres.
Occupons-nous de nos frères et sœurs déplacés. L’État fera sa part. Nos amis aussi.

De fait, toutes les puissances, tous les pays développent leur pensée stratégique, leur doctrine. Mieux, ils ont même tous leur “Politique africaine” !
L’Algérie, le Maroc et l’Afrique du Sud par exemple ont leur doctrine et leur “Politique africaine”...

Et nous ? Quelle est notre doctrine stratégique ? Notre politique africaine ? Notre politique internationale ? Notre politique de la France, de l’Europe, de l’Amérique, de la Chine, des monarchies du Golf ?

Maix.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : « Privilégier l’option des forces spéciales aux opérations d’envergure »
Lettre de Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou Soulama
Racisme dans le football européen : « Les singes ne ressemblent-ils vraiment qu’aux seuls Noirs ? »
Téléphones portables : « Il est urgent de règlementer et d’encadrer leur usage dans les services publics »
Terrorisme au Burkina : « L’heure de la mobilisation générale a sonné. C’est maintenant ou jamais ! »
Crise au ministère de la Fonction publique : Vers « une déstructuration de notre Administration publique », prévient un cadre
Attaques terroristes : « Eviter la surenchère politicienne »
Héros méconnus, héros oubliés : Hommage aux milliers de tirailleurs burkinabè morts pour la France
Koutougou : Les racines du mal
Pour un retour définitif de la paix au Burkina : « Et si on osait un gouvernement d’union nationale ? »
Le Burkindlim : Une analyse comparative entre la Haute-Volta et le Burkina Faso
Burkina : « Négocier avec les terroristes ? Pas une si mauvaise idée… »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés