Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

108 eme session de la Conférence internationale du travail : Le Premier ministre égrène les actions entreprises par le gouvernement

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 12 juin 2019 à 23h22min
108 eme session de la Conférence internationale du travail : Le Premier ministre égrène les actions entreprises par le gouvernement

Le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a pris la parole à la tribune de la 108eme session de la Conférence Internationale du Travail (CIT), à Genève en Suisse, ce mercredi 12 juin 2019. Dans son intervention, il a décliné les grands axes de la politique gouvernementale pour un plein épanouissement du monde du travail burkinabè, notamment les actions entreprises en faveur de l’équité et de la justice sociale.

Ce mercredi 12 juin 2019, le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré est monté à la tribune de cette rencontre pour décliner les actions entreprises en faveur de l’équité et de la justice sociale en vue de l’épanouissement du monde du travail burkinabè.

Dans sa déclaration, il a fait savoir que le Burkina Faso est en phase avec les principes cardinaux et les objectifs de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).
Il a insisté sur le rôle régalien de l’Etat afin de garantir le droit du travail en créant un cadre institutionnel favorable à la promotion de ces principes, au-delà de la ratification des conventions suivie de leur mise en œuvre. « J’en veux pour preuve, la ratification par notre pays de quarante-quatre (44) conventions de l’OIT, dont les huit (08) conventions fondamentales et les quatre (04) conventions prioritaires », a-t-il expliqué.

Le Gouvernement burkinabè, selon le Premier ministre, a fait de la promotion du dialogue social un gage sine qua non de la gestion participative des questions préoccupant le monde du travail, à travers l’institution, d’un certain nombre de cadres qui participent à la prévention et à la gestion des crises au sein du monde du travail.

Il s’agit notamment de la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats instituée en 2008, de la rencontre Gouvernement/Patronat instituée en 2017, du Haut Conseil du Dialogue Social (HCDS) créé en 2017 et rattaché à la Présidence du Faso.
Avec la ferme conviction que l’avenir du travail réside dans la capacité des Etats à s’adapter à l’évolution technologique et à mettre ces outils modernes au service des leviers de développement, M. Dabiré a soutenu que son Gouvernement s’est inscrit dans une dynamique de modernisation de son Administration du travail et du marché de l’emploi, à travers deux outils principaux, l’Observatoire National de l’Emploi et de la Formation (ONEF) et le développement de l’application dénommée Système d’Inspection du Travail Automatisée (SITA), à travers le Programme de Modernisation de l’Administration Publique (PMAP), actuellement en phase d’expérimentation.

Il a rappelé que l’OIT est encore très attendue dans les cent (100) prochaines années sur les questions existentielles de la justice sociale et du travail décent dans le monde.

« Nous devons donc, plus que jamais, construire l’avenir du travail autour du principe d’inclusion de toutes les parties du monde, à savoir les régions riches et celles dites pauvres. Au regard des expériences acquises en cent (100) ans d’existence de l’OIT, j’ai foi en notre capacité d’y parvenir », a-t-il souligné.

Pour la pérennité de l’OIT, il est important, de l’avis du Premier ministre, de travailler à renforcer et à réadapter cet acte fondateur qu’est le principe du tripartisme, en fonction des mutations voulues ou imposées à notre monde. Et d’indiquer : « C’est pourquoi, il convient de souligner qu’un des défis majeurs que l’OIT devra relever à l’entame de son deuxième siècle d’existence reste la recomposition de son Conseil d’administration pour prendre en compte les régions faiblement représentées, conformément aux dispositions de l’instrument de 1986 portant amendement de la Constitution de notre Organisation », dont le Burkina Faso est partie prenante de la position des chefs d’Etats africains sur cette question importante .

DCI/PM

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
4 août 1983 : L’appel du président Thomas Sankara
Burkina Faso : Résoudre « l’absence » d’État ou périr !
Appel de Manéga : Remise du ‘’contenu’’ aux acteurs nationaux et internationaux, une autre étape s’amorce
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés