Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Sit-in au Village artisanal de Ouagadougou : « Si rien n’est fait, le VAO pourrait fermer », s’inquiète Abraham Diao, délégué du personnel

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 12 juin 2019 à 23h00min
Sit-in au Village artisanal de Ouagadougou : « Si rien n’est fait, le VAO pourrait fermer », s’inquiète Abraham Diao, délégué du personnel

Le personnel administratif du Village artisanal de Ouagadougou (VAO) observe un sit-in de 72 heures à compter de ce mercredi 12 juin 2019. Il réclame un statut juridique pour le VAO, un statut du personnel et la relance des activités du VAO au ralenti depuis quelques années, faisant craindre une éventuelle fermeture du site.

Munis de pancartes gravées de leurs revendications et de sifflets, le personnel administratif du Village artisanal de Ouagadougou (VAO) veut faire entendre sa voix et ses revendications : le statut juridique, un statut du personnel et la relance des activités du VAO.

Aux dires du délégué du personnel, Abraham Diao, depuis 2000, date de sa création, le Village artisanal de Ouagadougou n’a toujours pas de statut juridique. « C’est comme un bébé qui n’a pas d’acte de naissance. Ce qui n’est pas normal. », soutient M. Diao.

Le personnel non plus n’a pas de statut. Les carrières n’avancent donc pas. « Quelqu’un qui est entré au Village artisanal en 2000, en 2019, il est à la même position, il n’avance pas. », explique Abraham Diao.

Outre ces deux points, Abraham Diao explique que le budget du VAO a été considérablement revu à la baisse, entravant ainsi le bon fonctionnement du site. Le budget de fonctionnement est en effet composé de 10 à 15% de majoration sur les produits des artisans à la vente, de la location des ateliers et de la subvention de l’Etat qui était de 34 millions de F CFA. La subvention de l’Etat s’est amenuisée avec le temps et est passée de 34 millions à 5 millions de F CFA.

Les gros clients sont passés de la vingtaine à un seul

Et avec le contexte sécuritaire difficile que connait le pays, la vente des artisans au nombre de 500 est en chute libre, ce qui a une répercussion sur le budget de fonctionnement du VAO. Les gros clients étrangers du Village sont même passés de la vingtaine à un seul client. Et pour cause : l’insuffisance du budget de fonctionnement empêche le personnel d’aller vers les clients et d’en prospecter de nouveaux.

« Depuis trois ans, nous ne menons aucune activité au VAO. Alors que nous sommes censés faire la promotion des produits des artisans, vendre ces produits et également faire de la formation au profit des artisans. Si nous ne faisons pas tout ça, nous ne vivons pas », s’inquiète le délégué du personnel.

Abraham Diao, délégué du personnel du VAO

Ce sit-in a donc pour objectif d’interpeller le ministère de tutelle, en l’occurrence, celui du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MCIA), à prendre à bras le corps ces difficultés que traverse le VAO et à y trouver des solutions. « On veut rayonner comme on le faisait avant 2011 avec une vingtaine de clients à l’étranger et un chiffre d’affaires qui avoisinaient 500 ou 600 millions et une quinzaine d’activités au plan local et international. », explique Abraham Diao.

Pourquoi ce sit-in maintenant ? Un effet de mode ? On pourrait tenter le croire, admet Abraham Diao, pourtant ce n’est pas le cas, assure-t-il. Selon ses dires, leurs revendications existent depuis 2014. Ils ont maintes fois été convoqués par l’autorité sans qu’aucune solution véritable ne soit trouvé, notamment sur le cas du statut juridique du VAO.

Plusieurs fois, des manifestations ont été prévues puis abandonnées parce que privilégiant le dialogue. « Nous avons suffisamment attendus. Nous pensons que si on ne trouve pas de solutions urgentes au cas du VAO, il pourrait même fermer. Et je pense que personne ne le souhaite. », conclut-il.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
UFC-Dori : Bâtir des ponts entre les jeunes à Ouaga
Ordre national des pharmaciens du Burkina Faso : Dr Nao Nédié reconduit à la tête du bureau régional du Centre
30e anniversaire de la CARFO : 10 millions de F CFA pour le CHU Yalgado-Ouédraogo
Kaya : Le Centre régional de transfusion sanguine inauguré
Situation nationale : Les « Mouvements spécifiques » prônent la vérité, la justice et la réconciliation
Militaires et policiers radiés de 2011 : Ils rejettent l’aide spéciale annoncée par le gouvernement
Bassolma Bazié au Patronat burkinabè : « Ce qui manque dans notre pays, c’est le dialogue social franc »
Caravane de l’UFC-Dori : Les pèlerins de la paix sont arrivés à Ouagadougou
Manifestation du 16 septembre 2019 : Le MBDHP appelle à la mobilisation
Fondation Konrad-Adenauer Une formation pour aider les femmes à identifier les secteurs porteurs
Secteur agro-sylvo-pastoral : Le programme AgriNova pour faciliter l’accès au financement
Suspension des importations de l’huile et du sucre : Le groupement professionnel des industriels salue la décision du gouvernement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés