Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Poésie : Un concours pour détecter de nouveaux talents à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 12 juin 2019 à 13h30min
Poésie : Un concours pour détecter de nouveaux talents à Ouagadougou

Le Centre international de recherches et de création artistique (CIRC’ART) organise la première édition du Prix international Jacques-Prosper-Bazié. L’annonce a été faite ce mardi 11 juin 2019 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse initiée à cet effet. L’objectif de l’activité est de participer à la professionnalisation et à la promotion de la production littéraire.

Contribuer à la professionnalisation et à la promotion de la production littéraire des jeunes auteurs francophones, c’est un vœu cher au CIRC’ART. C’est pourquoi, pour joindre l’acte à la parole, il a annoncé, ce mardi 11 juin, au cours d’une conférence de presse, l’organisation d’un concours de poésie dénommé « Prix international de poésie Jacques-Prosper-Bazié ».

Ce concours, selon les organisateurs, concerne les jeunes de 17 à 30 ans, qui n’ont pas encore publié une œuvre dans le genre poésie. Pour l’administrateur du CIRC’ART, Justin Stanislas Drabo, le présent challenge se veut un cadre de découverte de jeunes talents en littérature. C’est aussi une plateforme de renforcement des capacités de jeunes auteurs en poésie. Enfin, il a laissé entendre que c’est également un cadre d’échanges entre les jeunes auteurs et les auteurs confirmés.

Le prix du concours porte le nom de l’illustre écrivain Jacques Prosper Bazié. Pour les organisateurs, ce choix constitue un hommage au communicateur et homme de culture. Cela, pour l’immense héritage littéraire qu’il a légué à la prospérité. C’est également pour son engagement inlassable dans la promotion de jeunes auteurs. Dix-neuf candidats venus des pays de la sous-région sont dans les starting-blocks. Les lauréats seront connus le 15 juin prochain.

La présente édition a pour parrain Martin Zongo, administrateur du Carrefour international du théâtre de Ouagadougou. Pour lui, l’activité du CIRC’ART est l’initiative qui manquait. Sa particularité, poursuit-il, c’est que c’est un projet fédérateur. Il a terminé en insistant que l’activité qu’il parraine est une rencontre d’échanges, une rencontre de talents.

Le CIRC’ART a été créé en 2015 par un groupe d’artistes professionnels de différentes spécialités. Il se veut un cadre de rencontres professionnelles, d’expertises artistiques, de création de spectacles, de diffusion de produits artistiques, de formations, de sensibilisation et de promotion culturelle. Il entend apporter sa contribution au développement socioéconomique et politique à travers la production et l’expression artistique.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés