Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

France : Hommage posthume au peintre burkinabè Salifoura

Accueil > Diasporas • • vendredi 7 juin 2019 à 13h10min
France : Hommage posthume au peintre burkinabè Salifoura

Dépositaire en France des œuvres de l’artiste peintre Salifoura décédé en 2017, Joëlle Bourgeat une Française, dit de Salifoura que « c’est un peintre qui est destiné à avoir une reconnaissance internationale du monde occidental ». Elle a rencontré l’artiste par un concours de circonstances à Ouagadougou en 2010.

La rencontre a eu lieu au Village artisanal de Ouagadougou où Madame Bourgeat s’est tout de suite intéressée aux œuvres de Salifoura. Par la suite, l’artiste peintre a été invité à exposer ses œuvres dans un restaurant galerie près d’Auxerre dans le Nord-Ouest de la région Bourgogne-Franche-Comté en France. Un grand vernissage y a été organisé et plusieurs tableaux de l’artiste ont été achetés, ainsi qu’une grande toile.

Au vu du succès de cette exposition, Salifoura a été reçu par l’ambassadeur Alain Francis Gustave Ilboudo qui n’a ménagé aucun effort pour son inscription à la Semaine africaine de l’UNESCO. L’artiste peintre venait ainsi de recevoir une première reconnaissance officielle hors de son pays.

Lauréat du Grand prix national de la peinture moderne en 2016, Salifoura s’était auparavant distingué par la décoration de la salle d’audience officielle du palais présidentiel de Kosyam à Ouagadougou.

Depuis sa rencontre avec l’artiste, Madame Joelle Bourgeat s’emploie à la promotion de ses œuvres. Son vœu le plus ardent est que d’ici quelques années, lorsqu’on verra un de ses tableaux, qu’on dise : « Ça c’est un Salifoura comme on dit, ça c’est un Picasso ». Pleine d’ambition et d’optimisme pour la promotion des tableaux de ce peintre, Joëlle Bourgeat espère pouvoir ainsi venir en aide à la veuve de l’artiste et son fils de 6 ans.

Sur son stand à l’UNESCO, elle nous montre deux des tableaux de l’artiste qui parlent des scènes de vie courante : sur le premier, on voit trois subordonnés devant leur supérieur hiérarchique qui répètent ce fameux : « oui chef, oui chef », et sur le second, « une jeune fille qui a un air un peu contrit devant ses parents, parce qu’elle n’est pas rentrée de la nuit ». Pour Joëlle Bourgeat, Salifoura est un peintre qui avait le « sens de l’humour de tous les jours, quelqu’un qui prenait les choses avec humour, légèreté ».

J’apprécie beaucoup « son style et sa symbolique. Pour lui, chaque personne était comme une bouteille, une gourde qui possède quelque chose que les autres n’ont pas et qui doit partager et recevoir aussi des autres », ajoute-t-elle.

Salif Oura à l’état civil est décédé en octobre 2017, mais ses œuvres à travers les expositions continueront de perpétuer sa mémoire. Une mission que s’est assignée Joëlle Bourgeat.

Service presse de l’ambassade du Burkina à Paris

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le Covid-19 au Burkina : La réponse solidaire du Dr Lassina Zerbo et de l’OTICE
Journée internationale de la femme 2020 : Les femmes burkinabé résidant à Tripoli ont célébré l’événement en différé le 13 mars
8-Mars en France : La diaspora burkinabè solidaire des femmes victimes du terrorisme
63e session de la Commission des stupéfiants à Vienne : Plus d’actions pour renforcer l’efficacité de la lutte contre la drogue !
Hervé BAZIE, Consul général du Burkina à Soubré : « Chaque Burkinabè doit être la solution au problème de chaque Burkinabè »
Agboville (Côte d’Ivoire) : L’ambassadeur du Burkina rencontre les consuls généraux
Côte d’Ivoire : Concertations entre les opérateurs économiques burkinabè et la Paroisse Notre Dame de Treichville
Vote des Burkinabè de l’étranger : 524 inscrits dans la juridiction du consulat de New York
Faible inscription sur les listes électorales : Les Burkinabè de France appelés à la mobilisation générale
Election du bureau de l’Association des Burkinabè de New York : « Et maintenant, place à la construction et à la réconciliation ! »
Nuit du Faso danfani en France : La 6e édition prévue du 26 mai au 1er juin 2020
Association des Burkinabè de New York (ABNY) : Hermann SOME élu président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés