Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 6 juin 2019 à 12h30min
7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

Le ministre burkinabè de la Culture, des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango, a été élu le mercredi 5 juin 2019 à Paris au siège de l’UNESCO, président de la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005.

La septième session de la conférence des parties à la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (2005) s’est ouverte le 5 juin 2019 au siège de l’UNESCO à Paris. Au cours de la première des trois journées de la conférence, Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des arts et du tourisme du Burkina Faso a été élu président. Ainsi, il conduira les débats de cette réunion mondiale. En plus de son élection, les 145 pays et l’Union européenne ont adopté l’agenda et ont approuvé la liste des observateurs.

« Le Burkina Faso a ratifié la Convention de 2005 dès 2006. Celle-ci fournit un cadre stratégique unique et une feuille de route pour soutenir l’émergence d’industries culturelles et créatives dynamiques et fortes. Cette conférence des parties représente une opportunité importante pour faire un état des lieux des progrès réalisés et informer de l’élaboration de politiques culturelles innovantes », a déclaré le ministre Sango à la suite de son élection.

Le débat général sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 a permis aux pays du monde entier d’évoquer les défis et progrès rencontrés dans la réforme de leurs politiques culturelles et la place donnée à la créativité dans le développement durable.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net/ UNESCO

Vos commentaires

  • Le 6 juin à 16:13, par Maria de Ziniaré En réponse à : 7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

    Félicitation pour Monsieur Abdoul Karim SANGO que je ne connais qu’à travers les médias. Ce Monsieur avec Mahamoudou OUĖDRAOGO l’artisanat du site des sculptures sur granite de Laongo sont les meilleurs ministres de la culture que le Burkina ait connu. Abdoul Karim SANGO a mon humble avis, a de la vision, il est rationnel et méthodique et n’a rien à voir avec la plupart des oiseaux de la basse-cour MPP qui picorent autour de l’enfant gâtée de Tuiré qui sommeille à KOSSYAM pendant que le Burkina est en feu. Pour ma gouverne, à quel groupe ethnique appartiennent les SANGO ?. Que les intolérants du MPP qui pullulent sur le forum supportent mon ignorance et ma quête de connaissance sans insultes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 17:24, par Sacksida En réponse à : 7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

    D’abord, il faut feliciter le Ministre Abdoul Karim Sango pour les initiaves et les efforts qu’il continue de deployer pour le raillonement de la culture Burkinabe et Africaine. Tout cela, s’inscrit dans la trajectoire que ces predecesseurs avaient entrepris meme si de nouvelles initiatives devraient etre prise afin de consolider et populariser nos richesses culturelles. Il serait par exemple indique nos presentateurs et animsteurs de la Television National et des Chaines Nationales Privees soient habilles en tenues Faso DanFani au moins 4 fois dans la semaine, meme s’il faut pour cela s’entendre avec le Ministere de la Communication et sans doute prevoir la possibilite de financer ces accoutrements au benefice des acteurs concernes. C’est possible car c’est une question de negociation et d’harmonisation des points vues. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 17:51, par armel En réponse à : 7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

    Bravo,des postes pareils permettent a nos cadres de se faire connaître et appréci

    er a l international.Et ces petits plus les serviront quant ils postuleront avec d autres pour les grands postes de la fonction publique internationale.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 07:27, par Sacksida En réponse à : 7e session de la conférence des parties à la Convention de 2005 : Abdoul Karim Sango élu président

    A priori, si je ne m’abuse sachez Maria de Ziniare que les Sango sont du grand groupe des Senoufo-Marka. Il a vraiment relance des projets comme l’Institut des Peuples Noirs et bien d’autres projets pertinents. Alors, ceux sommeillent doivent enfin se reveiller car des problemes nombreux nous assaillent. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20 ans de Fitini Show : L’association Deni Dêmê annonce les couleurs
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés