Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Cinéma : MCZ présente « Lalé, le voisin de Rama » et « Wend Panga »

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 6 juin 2019 à 09h00min
Cinéma : MCZ présente « Lalé, le voisin de Rama » et « Wend Panga »

Le réalisateur burkinabè Yacouba Napon alias MCZ a présenté, le lundi 3 juin 2019 à Ouagadougou, ses cinquième et sixième films. Il s’agit de « Lalé le voisin de Rama » et de « Wend Panga ». La projection des deux longs métrages s’est déroulée simultanément au ciné Nerwaya et au Ciné Burkina. Les deux films traitent de questions liées à la vie en société.

Un cinéaste qui sort deux films le même jour, c’est une première au Burkina Faso. Le réalisateur burkinabè MCZ l’a fait, le lundi 3 juin 2019. Le premier film est intitulé « Lalé, le voisin de Rama ». La projection-presse de ce long métrage d’1h45mn a eu lieu au Ciné Burkina. C’est un film qui parle de la jalousie excessive d’un homme. Lalé ne voyait pas d’un bon œil la richesse de son voisin Toussaint et de sa famille.

Bien que ce dernier lui accorde toutes les largesses, Lalé, chaque jour, cherchait le moyen de nuire à son voisin. C’est ainsi qu’il fait recours à des marabouts. Malheureusement pour lui, le mal qu’il voulait à son voisin s’est retourné contre lui. Il est paralysé. Pour qu’il recouvre la santé, il a fallu que son voisin Toussaint lui accorde son pardon. Après des hésitations, il finit par accepter.

Le second film est un long métrage d’1h25mn. Il s’inscrit dans le même registre que le premier. Rawoko est allé consulter un marabout pour devenir riche. Une fois la fortune obtenue, il devait respecter une seule condition : être fidèle à sa femme. Mais la filouterie de Fanta Jolie lui fait oublier son engagement. Le pacte souillé, Rawoko devient un animal. Finalement, c’est grâce aux prières qu’il va recouvrer sa forme humaine.

Ces deux films ont le mérite de révéler de nouveaux comédiens talentueux. La projection était réservée à la presse, mais quelques cinéphiles ont fait le déplacement des deux salles de ciné. Lydie Ilboudo, qui a suivi le premier film, retient deux enseignements : « La jalousie est une maladie dont il faut se guérir. Aussi, bien que son voisin ait voulu lui faire du mal, Toussaint a accepté de lui pardonner ». Le second film a séduit Fadhila. Elle dit avoir apprécié le fait que le marabout se soit converti et ait renoncé à faire du mal aux gens avec ses fétiches.

Le réalisateur MCZ dit vouloir montrer ce qui se passe dans l’obscurité. C’est une façon pour lui de sensibiliser les uns et les autres aux conséquences de la jalousie, de la méchanceté. Il veut aussi contribuer à l’éclosion de nouveaux talents. Le coût du premier film est estimé à 67 millions de francs CFA. Quant au second, il s’élève à 30 millions. L’artiste dit avoir éprouvé des difficultés pour la réalisation de ces films. C’est pourquoi il lance un appel à l’État et à toutes les personnes de bonne volonté de bien vouloir soutenir le secteur du cinéma. En attendant, les deux films sont programmés dans les salles toute la semaine.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20 ans de Fitini Show : L’association Deni Dêmê annonce les couleurs
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés