Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La liberté d’expression s’arrête où commence la censure de sa propre pensée.» Marie-france Ochsenbein

SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

Accueil > Actualités > Société • • mardi 4 juin 2019 à 23h50min
SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

Dans une note en date du 2 juin 2019,le Secrétaire général général du SYNTSHA, Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale, informe le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion Sociale de l’ « organisation d’actions syndicales », parmi lesquelles une opération caisses vides. Voici la missive adressée au ministre.

Monsieur le Ministre,
Le 13 mars 2017, le gouvernement signait un protocole d’accord avec le SYNTSHA. Depuis, les
Travailleurs de la santé humaine et animale mobilisés au sein du SYNTSHA n’ont cessé d’interpeller les autorités de notre pays sur le non -respect de leurs engagements. Après plusieurs interpellations, rencontres de concertations, grèves, les travailleurs n’ont reçu de la part du gouvernement jusque- là que mépris et indifférence.

C’est pourquoi nous avons l’honneur de vous informer que pour compter du 07 juin 2019 à 00heure au 1er septembre 2019 inclus et renouvelable par tacite reconduction, les travailleurs de la santé humaine et animale, sur toute l’étendue du territoire national, vont s’abstenir de fournir les rapports statistiques et d’effectuer les tournées et missions.

Ils s’abstiendront durant la même période de faire payer les actes qu’ils posent au profit des usagers. En raison du refus du gouvernement de doter les services de santé humaine et animale en ressources humaines, équipement, consommables et autres matériels de travail, les travailleurs se trouvent dans un état d’incapacité aggravée de répondre convenablement aux attentes des populations. Cette lutte vise à exiger :

1) le respect concret du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017, notamment :
1.1 le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier :
1.2 la prise de mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires du pays et transparence dans la gestion ; arrêt de l’impunité, luttes concrètes contre la corruption, le racket etc., dans les formations sanitaires et les services vétérinaires ;

1.2.1 santé humaine : relèvement des plateaux techniques (infrastructures, des équipements fonctionnels, des médicaments et du personnel en quantité et en qualité) ; arrêt des pannes de longues durées et récurrentes d’équipements conduisant à des fermetures de services, des ruptures de consommables et de médicaments etc. ;

1.2.2 ressources animales et halieutiques : amélioration tangible de la couverture en soins vétérinaires par la construction, l’équipement et la dotation en logistiques roulantes des unités d’appui technique en l’élevage, des zones d’appui technique en élevage, des postes vétérinaires et des postes de contrôle vétérinaire aux frontières.

1.3 l’adoption suivie de mise en œuvre en fin mai 2019 au plus tard des statuts particuliers et du RIME dans les secteurs de la santé humaine et animale y compris la période transitoire liée au relèvement du niveau de recrutement des infirmiers/ères d’Etat, des sages-femmes et maïeuticiens d’Etat, Agents Itinérants de Santé et d’hygiène communautaire et des Garçons et filles de salle d’une part et d’autre part les textes relatifs à l’Agence Nationale de Soins de Santé Primaires (AGSP) ;

1.4 le paiement en fin mai 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057 -2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018 ;
1.5 la mise en œuvre immédiate du reversement en A1 des attachés de santé et des conseillers d’élevage conformément au protocole du 13 mars 2017 et avec pour date d’effet le 1er septembre 2017 ;
1.6 la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale en stage.

1.7 le respect de tous les autres engagements pris par le gouvernement dans le protocole d’accord de mars 2017 : amélioration de l’allocation indemnitaire notamment l’indemnité de contagion et de contamination pour la santé animale, prise en charge de la santé des travailleurs etc.) ;

1.8 un échéancier clair pour la relecture et l’adoption des textes conformément au protocole d’accord du 13 mars 2017 : arrêté conjoint sur une règlementation des marchés publics adaptée au secteur de la santé (point 4, page 21 du protocole d’accord) ; textes relatifs à la participation des travailleurs à travers leur syndicat aux instances où se décide leur sort (Conseil d’administration, Conseil de santé de district, comité technique régional de santé etc.(point 5 page 21 idem).

2) l’adoption rapide du décret fixant modalités de gestion des logements administratifs dévolus aux communes dans le domaine de la santé et juste règlement des problèmes de logements des agents de santé antérieurs audit décret ;
Si à l’issue de cette action, des solutions satisfaisantes ne sont pas trouvées, le SYNTSHA se réserve le droit d’engager d’autres actions pour faire aboutir ses justes revendications.
Recevez Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations distinguées.

Ouagadougou le 02 juin 2019

Ampliations :
- Premier Ministre
- MFPTPS
- MINEFID
- MS
- MRAH
- BNC/CGT-B
- Sections SYNTSHA
Pissyamba OUEDRAOGO
Ludovic OUEDRAOGO
Souleymane OUATTARA

Vos commentaires

  • Le 4 juin à 22:56, par le pays va mieux En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Courage à tous les militants du SYNTSHA. Seule la lutte paie. En fait Roch s’est entouré de gens incompétences et il l’apprendre â tes dépens.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 23:23, par Nikiema Pascal En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Décidemment que ces organisations syndicales ont pris le relait des térroristes que l’armée combat pour térroriser tous les burkinabès dans toute l’étendu du térritoire . . Vous plus cruels avec cet argent caché derrière ces apparentes révendications louables . . . Je sais qu’en réalité que vous poursuivez chacun son propre intérêt . . Il n’ y a aucune personne intègre parmi vous . . . Qui parmi vous est intégre comme Thomas Sankara qui avait quitté ce monde sans laisser de compte bancaire ou de maison de 10 tôles pour ses 2 enfants ? . . Vos syndicats ne sont pas une solution pour les malades du Burkina Faso ; mais plutôt un grand regroupement de mange-mil pour détruire le grenier de ce pauvre pays , le Burkina Faso. . . Regardez-bien , ceux qui sont à la tête de vos syndicats pour pousser le reste des gens de la santé au péché devant DIEU ! Ce sont des gens qui mangent , s’habillent et roulent dans des voitures . . S’ils étaient intègres , ils vendraient leurs fortunes pour acheter les matériaux manquants.

    Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 06:49, par Compréhension En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Monsieur Nikiema, je pense qu’il y’a défaut voulu ou non de compréhension du terme ‘’integrite’’, pour vous être integre c’est être forcément pauvre ? Pourquoi ?? Il n’y a pas de gens integres et honnêtes parmi les gens aisés ? Arrêtez ça svp, c’est de la suspicion et de l’envie inutile envers cette catégorie de personnes sinon...j’espère que vous changerez de fusil d’épaule un jour pour la paix dans ce pays....et puis, laissez Thomas Sankara se reposer en paix maintenant svp merci !

      Répondre à ce message

      • Le 5 juin à 13:52, par Nikiema Pascal En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

        Je me moque des politiciens pouvoir/opposition ; car aucun d’eux ne peut satisfaire le Burkina Faso . .La politique c’est l’art de transformer le mensonge en vérité , la vérité en mensonge . De ma vie , je n’est jamais eu confiance en homme politique . Je suis un simple citoyen sans-emploi qui vit au jour le jour au milieu des pauvres .. . . Ce qui me préoccupe c’est la santé des pauvres de ce pays qui est baffouée par des gens cupides . . . Je ne peux pas comprendre que des gens puissent prendre des engagements de servir le peuple ; et voici leurs vestes d’avidité qui fait surface . . Depuis les 27 ans de Blaise , on ne voyait pas l’étranglement de la santé du peuple jusqu’à ce point . Ou bien en ce moment , il y avait-il des retombées qui fermaient la bouche de vos syndicats ? Pourquoi subitement , il faut fermer les portes des hôpitaux , parce qu’on ne gagne plus comme avant ?. . Vous cachez sous ces révendications d’apparences pour votres ventres et non pour le peuple . . À votre place je démissionne .

        Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 10:01, par Guiro En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      "S’ils étaient intègres , ils vendraient leurs fortunes pour acheter les matériaux manquants"
      Pascal, je te parie que dans ce cas ils ne seraient intègres que pour votre Mafia pour le Pillage du Pays à ciel ouvert. A propos, que penses tu des centaines de milliards des caisses noires ?lol

      Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 23:30, par Le conseiller du Gouvernement En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Bonsoir.C’est pas simple ,vous avez raison sur un certain nombre de vos revendications qui sont légitimes car on voit que vous faites des efforts dans les hôpitaux pour les malades, mais quant au reversement en catégorie supérieur il faut un concours sinon ça sera l’anarchie dans la fonction publique.Demander peut être une bonification exceptionnelle ou des indemnités ,peut être que le gouvernement vous écoutera.Courage !.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 05:02, par Siébou En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Bravo à Blaise. Le pays est effectivement rendu ingouvernable du fait d’acteurs que personne ne pouvait soupçonner. Ce n’est pas le terrorisme qui a mis le pays à terre, non plus les partis d’opposition. Il y a eu peut-être un seul groupe d’acteurs instrumentalisés en « pour et contre », « externe et interne ». A la place de Rock, je prends ma retraite, c’est ahurissant, Comment on peut faire autant de mal à son propre pays. Mon Faso aura finalement besoin d’un dictateur si ce peuple ne cesse pas d’être apatride et méchant. Que Dieu juge et arrête ce massacre qui est plus douloureux que les actions terroristes. Au moins nous avons l’armée pour la lutte anti terroriste, et ca-là ??!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 07:40, par Christian En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    J’ai juste une question à poser. Le Burkina, appartient t-il aux fonctionnaires ? Sinon Mr le Président, vous devez démissionner. Une minorité ne peut prendre tout le pays en otage. Comme l’a dit un des internautes ci- dessus, c’est une forme de terrorisme. L’état ne peut pas passer son temps à régler les problème des fonctionnaires. Et les autres alors. Ne sont t-ils pas Burkinabè eux aussi. Ils ont droit aux services des agents de l’état payer à cet effet. Il est temps que tous les Burkinabè se mobilisent, marchent et organisent des seeting, premièrement pour être convenablement servis dans tous les services de l’etat car c’est aussi leur droit,mais aussi pour arrêter cette diarrhée gouvernementale qui ne dit pas son nom. Il faut arrêter maintenant sinon !!! Tout le monde sait que les vraies motivations c’est l’argent, encore pour l’argent, toujours pour l’argent. Tout l’argent du pays ne servira pas à payer les 10% de travailleurs. Nous disons non. Quand le peuple se mettra debout,vous fuirez tous vos bureaux. Il y a des jeunes diplômés qui cherchent de l’emploi. Celui qui se sent mal à la fonction publique, qu’il démissionné. Point barre. Chacun connaissait bien les conditions avant d’y entrer. Vous aurez en face de vous tout le peuple Burkinabè. Terroristes.

    Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 11:50, par Le bagareur En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Mon cher Christian, au nom de quel Peuple vous prétendez parler ?
      Il faut changer de chansons maintenant svp ! Depuis les Salif Diallo, c’est la chanson favorite pour divertir l’opinion : les fonctionnaires s’accaparent des ressources du pays, il y a plus de 80% qui sont paysans,... Ces manœuvres pour opposer les les composantes de notre Peuple, le vrai Peuple je veux dire, ne prospèrent plus. Les luttes des travailleurs ne les opposent pas aux populations, au contraire, c’est généralement en partie pour l’amélioration des conditions d’existence de toutes ces populations.

      Répondre à ce message

      • Le 5 juin à 17:09, par Christian En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

        Faux,Mr le bagarreur. Depuis combien de temps nous disons qu’on ne peut gérer le problème des travailleurs au cas par cas. Ce n’est qu’un pur désordre. La solution était bien là mis à plat des salaires, pour un nouveau départ. Vous mentez quant vous dites que c’est pour le peuple que vous vous battez. Vous vous battez pour vos intérêts égoïstes. On se connait. N’est ce pas vous encore qui soutirez de l’argent aux usagers de vos services. Vous abandonner les bureaux pour vos deal personnels, lesant ainsi les usagers. Pour quel peuple vous vous battez. Ne me faites pas dire des choses ici. Personnellement je sais de quoi je parle parce plusieurs fois j’ai été victime de vos conneries. Des parents en ont subit également,et vous venez me raconter que c’est pour le peuple. Depuis 3 ans on a des problèmes avec les fonctionnaires. C’est quoi ? On a marre maintenant. J’ai été fonctionnaire et comme ça ne m’arrangeait pas j’ai démissionné. C’est aussi simple que ça,au lieu de pourrir la vie des autres. Vous n’avez même pas conscience des moyens que l’état doit mobiliser pour d’abord securiser le pays pour que vous puissiez y vivre avec vos enfants. Le jour qu’il n’y aura pas de sécurité au Burkina,on verra si chacun pourra transporter ses biens pour fuir. Allons seulement. Mais avant cela, comme je l’ai dit, vous trouverez le peuple en face. Ça je vous promet. Nous allons marcher, faire des seeting pour nos droits d’être très bien servis dans les services de l’État. Ça, C’est le combat que SANKARA a léguer à chaque Burkinabè. Il faut bien que les dégagements reprennent surface.

        Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 07:45, par Angelo En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Avez vous une idée du nombre de femmes qui sont mortes en couche durant vos temps de grèves ?

    Avez vous une idée du nombre de personne décédées suite à vos grèves ?

    Savez vous le nombre de malades qui sont morts dans des cars de transport en commun (durant le trajet village-hopital de ouaga) parce qu’il n’y avait ni ambulancier , ni personnel de la santé au village pour les soigner ?

    N’ya t-il pas d’autres alternatives de luttes ?
    Toute vie est sacrée la votre comme celle des malades. Trouvons ensemble de bonnes stratégies de lutte. Bonne chance à tous

    Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 10:09, par Guiro En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Savez vous combien de personne meurent et mourront du fait de la malgouvernance traduite par les détournements, les vols, les gabegies, les ppp marchés publics commissionnés, de la Mafia pou le Pillage du Pays ?

      Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 10:18, par Guiro En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Savez vous combien de personne meurent et mourront du fait de la malgouvernance traduite par les détournements, les vols, les gabegies, les ppp marchés publics commissionnés, de la Mafia pou le Pillage du Pays ?

      Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 11:41, par Le bagareur En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Angelo, c’est quelles questions comme ça ?
      Moi je ne suis pas de la santé, mais vos questions sont tellement plates et **sensées (excusez-moi de le dire ainsi !). Des gens ont obtenu depuis 2017 un protocole d’accord avec le Gouvernement suite à une lutte. Le même Gouvernement s’entête à ne pas mettre en œuvre ses propres engagements. Conséquence, les travailleurs sous la houlette de leur syndicat (SYNTSHA) décident de l’interpeller progressivement, mais silence radio coté gouvernemental. Votre moral ne vous emmène pas à déplorer l’irresponsabilité et l’insouciance du Gouvernement, mais c’est aux travailleurs que vous voulez attribuez tous les maux de la planète Terre ? Plutôt que de vous attaquer aux causes , ce sont les conséquences vous votre problème ? Ce n’est pas de la sorte qu’on analyse un problème !
      Cordialement.

      Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 07:55, par RV En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Pourquoi le gouvernement signe des accords qu’il ne peut pas respecter ?! On ne peut pas tromper ses partenaires sans conséquences. Et c’est le citoyen qui récolte les pots cassés.
    Les négociations doivent être rendues publiques avec explications de chaque partie. Je ne comprends rien.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 08:31, par ODANO En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Bravo au SYNTSHA ! Au moins cette mesure va dans le sens des engagements du chef de l’état dont la gratuité des soins et la santé universelle. Bon vent à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 08:43, par Wendmi En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Quand on sème le vent on récolte la tempête ! Les syndicalistes sont devenus intransigeants du fait du comportement irresponsable de ceux qui dirigent et gouvernent le pays. Même le dernier des pères de famille dans le monde ne se comporterait comme nos dirigeants le font. Un père de famille qui a plusieurs enfants qui participent tous à l’exploitation familiale. Le père décide dans la répartition des fruits issus de l’exploitation de donner plus que proportionnellement à certains enfants qu’à d’autres. Les qui en ont reçu moins proportionnellement que leurs camarades, décident demander au père d’augmenter leur part au regard des sacrifices consentis et leurs besoins d’existence. En réponse, le père entre dans le dilatoire en disant qu’il faut serrer la ceinture car avec les changements climatiques, les récoltes ne sont pas bonnes.
    Que dire d’un tel père ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 09:01, par Belco En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Que l’Etat prenne ces responsabilités. Ca, c’est pas du syndicalisme. La satisfaction de la plateforme revendicative des syndicats est fonction de la disponibilité des moyens de l’Etat. Ce n’est du tic au tac. Si c’ est possible il n’y a pas de soucis nous sommes tous d’accord, mais si y a problème de ressources, vous convenez avec moi que même si l’Etat a la volonté ca sera difficile pour lui de satisfaire un syndicat même s’il est fort comme il le prétend. Les priorités de l’Etat ont changé par la force des choses que tous comprennent ca. c’est vrai que l’Etat avait signé des accord, mais les choses ont évolué négativement contrairement à ses projections. Maintenant que vous déclarez officiellement une forme de grève de 3 mois pratiquement, alors que l’Etat enclenche la machine financière de coupure pour amener à la raison ceux qui décident d’observer ce boycott . La grève est un droit, les coupures relèvent également des prérogatives du gouvernement. Ca aussi c’est le rôle de l’Etat. point barre.

    Répondre à ce message

    • Le 5 juin à 14:56, par Le Duc En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

      Belco quand on est pas informé, on cherche à s’informer. Aucun syndicat n’est contre les coupures encore faut-il que ces coupures soient proportionnelles aux rémunérations servies. Sinon le contraire est du pur VOL. Aussi, pour cette lutte qui pointe à l’horizon, ce n’est pas un refus de travail, par conséquent, on ne peut parler de coupure sinon c’est de l’ABUS et du VOL également. Tu demandes au gouverne-et-ment de prendre ses responsabilités car selon toi ce n’est plus du syndicalisme. Qu’est ce que le syndicalisme pour toi ? Si ton gouverne-et-ment là doit être responsable réellement, c’est de respecter sa parole donnée. Sékou TOURE de la Guinée disait ceci : "La dignité d’un homme, c’est l’harmonie entre sa parole et ses actes".
      Pour tous ceux qui se trompent d’adversaires là, le SYNTSHA n’est point responsable d’aucun mort durant les grèves mais le gouverne-et-ment. Pourquoi vous ne vous plaignez pas lorsque vos proches meurent par manque matériel, équipements et autres même en présence des agents de santé ? Naïvement vous accusez le BON DIEU d’être à l’origine de ces cas malheureux plutôt de l’incompétence et insouciance du gouverne-et-ment.
      Les apatrides qui nous dirigent partent à l’extérieur se soigner pour un petit mal de tête au frais du contribuable.
      Si vous êtes donc intelligents, joignez vous au SYNTSHA pour arracher de meilleures conditions de travail et un système sanitaire de qualité accessible à nous tous.

      Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 09:02, par SID PAWALEMDE En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Les indemnités servies pendant que des agents sont en formation de 2 ou 3 ans. On a vu ça dans quel pays. Dites qu’est-ce qu’une indemnité ? A quoi ç a sert ? Elle - t- elle liée à une tache donnée ? C’est comme si les hydrauliciens demandaient une indemnité de suivi des barrages pendant qu’ils sont au Canada pour une spécialisation de 2 ans. Est-ce normal ? Vous aussi, c’est gros. Ce seul point met en doute toutes vos revendications. L’Assemblée Nationale doit prendre des textes assimilables à la grève et ne pas servir les salaires de Juin à Septembre.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 09:30, par HUG En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Vous pensez être plus intelligents mais les gens sont aussi intelligents . On commence a classer les revendications comme si c’est la cause des populations on défend comme si le relèvement des plateaux techniques et les questions pécuniaire viennent en dernière position et cela pour faire croire que la lutte est faite pour aider les populations.Pourtant vous avez fait des jours de grève sans service minimum où des maternités ont été fermées. En plus il y’a eu des boycott des gardes et permanences. Avez vous fait un bilan de votre comportement qui bafoue le serment d’Hippocrate que vous avez prêté ? Monsieur du syntsha est votre comportement vise à aider les pauvres populations ? je ne le pense pas. Je parie que si les questions pécuniaires sont réglées les questions de plateaux techniques on ne vous entendra plus parler de grève ou de boycott pour avoir un plateau techniques satisfaisant dans les centres de santé et cela sera un prétexte pour vous d’abandonner les hôpitaux pour rejoindre les cliniques privées. C’est la même chose aux niveau des enseignants : ils ont eu gain de cause en argent on les entendra plus parler de classes surchargées, de problème de bourse..... On ne grévera plus pour des effectifs raisonnables dans les classes, pour que la bourse des élèves soient perçu dans des plus brefs délais(en rappel il y a un retard dans l’octroi des bourses). De même ce gouvernement est responsable de cette situation à travers son traitement des cas cas par cas. La remise à plat semble être un projet mort car les magistrats ont bandé les muscles comme si c’est eu l’employeur. Quand à l’opération caisse vide cela est voué à l"échec car aucun caissier ne s’hasarderait à donner des produits cadeaux car il risque de payer des trop perçu.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 10:02, par tenga En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Réponse à internaute 5 Christian : peut etre tu ne vis pas au Burkina, sinon la faute est au gouvernement. On ne peut pas donner autant de salaire aux magistrats et à d’autres corps et laisser les autres pour compte. Même à l’échelle d’une famille on ne se comporte pas de la sorte. Quand dans une famille il y a la disette on donne un peu à chacun pour calmer la faim, on ne DONNE pas à une seule catégorie d’enfants de la famille.
    la fronde sociale que nous vivons est causée par le gouvernement. Et la réponse proviendra de ce gouvernement !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 10:54, par lumière En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Les pauvres ! les pauvres ! vraiment !!!!!!!!!!
    ils sont sur l’arbre pendant longtemps,ils ont mêmes décider d’y rester. Mais voilà qu’ils ont décider chacun de scier le tronc ne sachant pas qu’il tomberont un jour !
    Quelle folie !

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 11:07, par PIONG YANG En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Ne faites pas seulement caisses vides mais surtout professionnalisme (bon accueil des patients, dévouement dans le travail par l’amélioration des services de consultations, disponibilité dans les services publics et non dans les cliniques,etc...) . La merde dans ce pays est que l’État a toujours cédé aux revendications syndicales en faisant payer le contribuable sans jamais veillez à l’amélioration des services rendus par les fonctionnaires. Et le contrôle d’état qui doit se faire dans toute sa rigueur est complètement absent. C’est comme si on s’en foutait des sacrifices consentis par les contribuables qui financent l’état. Et nos députés sensé nous représenter ne font rien dans ce sens. Quel avenir pour ce pays ? Où allons nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 11:08, par Panglos En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Si de part et d’autres, il y a des revendications, sachons que le 1er responsable de ce désordre, c’est nos Gouvernants. ils ont tout fait pour diviser les fonctionnaires, qui dont les prises en charge (salaires indemnité, avantages et autres) sont carrément différents d’un ministère à un autre. à commencer par les statuts spéciaux que les groupements syndicaux ont toujours revendiqués, pares que les autres en ont gain de cause, il faut que nous aussi, on soient servis. en répondant favorablement à d’autres luttes, ils viennent de mettre en cause la remise à plat, qui ne sera jamais une réalité.
    COMME LA LUTTE INDIVIDUELLE PAIE, LUTTONS ET FAISONS PARTI DE CEUX-LA QUI VONT MARQUER L’HISTOIRE DU PAYS. allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 11:12, par DIASSUS En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    hé !!! je comprend vraiment toutes ces réaction acides contre les mots d’ordres du SYNTSHA et je pense bien que ce ne sont pas des réactions politiciennes mais qu’elles viennent du fond du coeur des intervenants . Dans ce cas je pense qu’il faut faire une analyse ou alors chercher la bonne information avant d’avancer certains propos ( je parle évidemment de ceux qui ont la bonne volonté de vouloir comprendre et non ceux qui sont instrumentalisés pour casser les luttes) :
    - un protocole d’accord est signé entre le gouvernement et le SYNTSHA depuis le 13 MARS MARS 2017 AVEC APPLICATION DE CERTAINS POINTS COMME LE REVERSEMENTS DES ATTACHES DE SANTE EN SEPTEMBRE 2017
    - Le SYNTSHA lève alors son mot d’ordre (en mars 2017)
    - Depuis cette date jusqu’à nos jours, point d’application de ce protocole malgré toutes les interpellations
    ALORS ; question aux BURKINABE sensés :
    - que devraient les travailleurs de la santé pour que le gouvernement qui a déliberement signé ce protocole l’applique ?
    - Qu’est ce que les "bons" citoyens "très consciencieux" qui se disent aujourd’hui très préoccupés par la situation des populations ont fait pour interpeller le gouvernement pour qu’on n’ en arrive pas à ce qui se passe aujourd’hui ?
    Il est vrai que le domaine de la santé est très sensible ; mais il faut savoir que le SYNTSHA a aussi fait preuve de maturité et surtout de patience ici.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 11:19, par Panglos En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Si de part et d’autres, il y a des revendications, sachons que le 1er responsable de ce désordre, c’est nos Gouvernants. ils ont tout fait pour diviser les fonctionnaires, qui dont les prises en charge (salaires indemnité, avantages et autres) sont carrément différents d’un ministère à un autre. à commencer par les statuts spéciaux que les groupements syndicaux ont toujours revendiqués, pares que les autres en ont gain de cause, il faut que nous aussi, on soient servis. en répondant favorablement à d’autres luttes, ils viennent de mettre en cause la remise à plat, qui ne sera jamais une réalité.
    COMME LA LUTTE INDIVIDUELLE PAIE, LUTTONS ET FAISONS PARTI DE CEUX-LA QUI VONT MARQUER L’HISTOIRE DU PAYS. allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 12:02, par Lucilius En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Les enseignants prennent en otage l’année scolaire pour arracher des concessions au gouvernement ;
    Les financiers, les recettes budgétaires,
    Les routiers, l’approvisionnement du pays,
    Les GRH, les carrières et autres avantages des fonctionnaires,
    ...et les agents de santé, les patients !
    Quans vous aurez réussi à avoir gain de cause, j’espère que que accepterez également que les FDS aillent en grève, de même que les agents de la sonabel et de l’ONEA...etc !

    On fait dans le nombrilisme maintenant. Chacun se fout complètement de l’intérêt commun. On fait comme si les problèmes n’étaient pas, ou comme si l’on avait des arbres qui produisent des billets de banques ou des puits de pétrole sans fin. Tout est prioritaire dans ce Burkina Post-insurrectionnel...et on est devenu bien égoïste. À ce rythme, on va faire couler ce pays ; mais bon, cela n’est vraiment pas un problème pour certains : l’essentiel étant de juste avoir tout pour eux ! Pays des hommes intègres, tu as dit ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 12:33, par Adma En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    S’ils sont fatigués de travailler qu’ils aillent en retraite anticipée.
    Il y a beaucoup de gens formés en la matière qui n’ont pas eu l’intégration à la fonction publique et qui chôment. Que l’Etat prévoit un renouvellement de personnels en misant sur des gens compétents, consciencieux et soucieux du bien de tous.
    Il doit avoir une vraie autorité qui rappelle les gens à l’ordre au Faso. Actuellement, on contact que c’est du vrai libertinage au Pays des Hommes Intègre

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 12:35, par Le Pacifiste En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Eux aussi sont tombés dans la catégorie des Burkinabè qui ne pensent qu’à leur poche. Tant pis pour la communauté. On va augmenter vos salaires et à un moment donné, il n’y aura plus d’investissement dans ce pays. Les autorités actuelles, très frileuses, vont tout vous donner et après ce sera le blocage. Elles s’en foutent éperdument même si on va vendre le pays. Le Burkina va mourir pourvu qu’elles vivent. Un peu de dignité dans ce pays ne fait pas du mal à quelqu’un. Chacun veut paraitre, construire une villa, payer un véhicule luxueux et mener la belle vie. Et le pays dans tout ça ? J’ai marre du comportement de mes concitoyens actuellement. Il y a le terrorisme chez nous, on ne voit pas ça mais on voit uniquement sa poche. Donald Tromp avait dit de nous, que nous sommes des pays de merde. Mille fois, nous sommes des pays de merde. Avec ce comportement j’ai peur pour ce pays pour ne pas dire que nous n’avons pas d’avenir.je ne suis pas du tout content.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 12:45, par Adma En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    S’ils sont fatigués de travailler qu’ils aillent en retraite anticipée.
    Il y a beaucoup de gens formés en la matière qui n’ont pas eu l’intégration à la fonction publique et qui chôment. Que l’Etat prévoit un renouvellement de personnels en misant sur des gens compétents, consciencieux et soucieux du bien de tous.
    Il doit avoir une vraie autorité qui rappelle les gens à l’ordre au Faso. Actuellement, on contact que c’est du vrai libertinage au Pays des Hommes Intègre

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 14:24, par Moore Naaba En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Il faut que le gouvernement ait un œil sur les différentes cliniques qui poussent dans le pays car la plupart des propriétaires sont toujours en activité. Il y a conflit d’intérêt. Les textes de la fonction publique doivent être appliqués et les coupables punis conformément à la loi. Il faut ce préalable pour ramener de la sérénité. Les syndicats violent les textes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 14:24, par Moore Naaba En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Il faut que le gouvernement ait un œil sur les différentes cliniques qui poussent dans le pays car la plupart des propriétaires sont toujours en activité. Il y a conflit d’intérêt. Les textes de la fonction publique doivent être appliqués et les coupables punis conformément à la loi. Il faut ce préalable pour ramener de la sérénité. Les syndicats violent les textes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 14:34, par Angelo En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Le bagarreur

    Je comprends bien votre nom le bagarreur

    Peu importe que mon analyse soit insensée (selon vous )ou pas. On m’a toujours dit que la vérité est laide quand on l’examine.
    Le bagarreur sachez qu’on peut mener la lutte tout en sauvant des vies.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 15:40, par job En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Certains burkinabés sont d’une méchanceté et d’un égoïsme incompréhensible ,on vous dit que c’est un protocole signé par les deux parties depuis 2017 et que le gouvernement refuse de mettre en oeuvre .Laquelle des deux parties est irresponsable : le syndicat qui a patienté deux années durant vu le contexte ou bien l’état qui est resté indéfiniment dans le dilatoire ,tout en cédant face à d’autres syndicats .Le plus dur c’est de lire ces internautes patauger dans le ridicule et l’inconséquence par manque de bon sens ou simplement par jalousie . J ’invite certains internautes à nous épargner les considérations idiotes sur le serment d’hyppocrate et autres . Vous êtes tous aussi comptables du statut quo actuel que vous défendez et je n espère pas pour vous d’etre affalé dans un service d’urgence avant de prendre conscience de l’importance de bonnes conditions de travail .

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 16:02, par kaos weogo En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Il faut dissoudre ce syndicat incapable et aux vieilles méthodes loin du Burkindi, sans dignité, sans compassion. point barre !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 16:22, par Verité En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Ca ressemble plus à de l’indiscipline qu’à de la grève. Comment peut haïr son lieu de travail et son pays jusqu’à ce point. Nous allons tous récolter ce que nous aurons semé. Ce projet de grève est inacceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 19:03, par Phil En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Chacun va assumer, ce qui va être plus intéressant c’est quand à la fin du mois on se retrouve avec la moitié du salaire parce que les recettes ne suivent pas pendant trois mois là on va se retrouver tous a la table ronde

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin à 23:31, par Jupiter En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    A vrai dire, j’ai toujours été solidaire des syndicats. Mais cette fois-ci, cette attitude de la part du corps médical, frise manifestement l’inconscience. C’est pourquoi je demande au gouvernement d’en profiter pour ressusciter la procédure du "dégagement"., et faire en sorte que tous ceux qui se laisseront prendre à ce jeu apocalyptique pour le peuple, soient dégagés sine die pour donner l’exemple aux autres. On préfère mourir d’absence de médecins, que de leur abstention de travailler.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 06:37, par Eddie Baowe En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Grève sans service minimum, service sans garde, opération caisse vide etc. J’ai mal au coeur quand je pense que ce sont des acteurs qui travaille sur des humains. Combien de vies ôtée volontairement. Vous n’êtes pas différents de ceux qui font des sacrifices humains pour avoir de l’argent.
    Lorsqu’on arrive à ce stade où tous les agents de santé n’ont plus de coeur, il faut les envoyer dans les abattoirs sinon ils vont transformer les hôpitaux, les CSPS en abattoirs.
    Je m’insurge contre ces journalistes qui se disent d’investication qui n’ont jamais pu faire des recherches sur ce décompte macabre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 11:37, par Sylvanus En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Je n’ai jamais été tendre avec certains syndicats jusqu’au-boutistes dont notamment ceux de la santé (SYNTSHA), mais cette fois-ci je me porte en faux contre la plupart des interventions sur cet article.

    Que se passe-t-il les amis ? Apparemment personne n’a lu l’article, ni même fait une bonne lecture du titre ! Je pense que les syndicats sont dans leur rôle de défendre les intérêts de leurs membres. Le problème se pose souvent sur l’opportunité et la nature des actions engagées. En tout état de cause, le syndicat envoi les revendications qu’il veut, mais si en face vous avez un gouvernement d’incompétents notoires, vous aurez les résultats que nous voyons.

    Parlant d’opportunité et de nature des actions engagées, nous pensons à des actions qui interpellent le gouvernement sans que cela n’ait des conséquences directes sur les populations. C’est en cela que nous avons toujours décrier les grèves sans service minimum dans des secteurs aussi névralgiques que sont la santé, la sécurité et l’économie. Les grèves de ce genre dans ces secteurs-là, surtout les deux premiers, font mal en premier à la population, surtout ses membres les plus démunis et les plus exposés ; la survie de l’État dans ces conditions ne préoccupe les gouvernants que lorsque leurs intérêts personnels (poste, patrimoine, sécurité, ...) sont menacés.

    Donc en conclusion, je pense que le SYNTSHA est à féliciter, parce qu’il a opté pour une grève de responsabilité (à défaut de pouvoir surseoir à sa grève) : si je comprends bien le contenu de la correspondance, nos "logtoré" ne refusent pas de nous soigner, simplement ils nous soigneront gratos (en dehors de ce qui n’appartient pas à l’État, i.e. médicaments, examens hors structures étatiques, ...) tant que ce mot d’ordre de grève sera en vigueur. Là ils sont logiques à mon sens. Si l’État qui trouve l’argent pour satisfaire les revendications de certains et pas celles des autres peut ainsi tenir jusqu’en septembre et même au-delà, moi je n’ai rien contre, pourvu que la disponibilité et la qualité des soins soient toujours les mêmes qu’en temps normal (hors grèves).

    Je répète, seuls la quiétude et le bien-être de la population (surtout la grande masse pauvre) devraient nous préoccuper, car nul ici n’est fondé pour juger un syndicat qui ne fait qu’user de ses droits pour accomplir son devoir envers ses membres.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin à 16:43, par patarbtale En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    Svp nous voulons être soignés gratuitement mais pas de cette façon insidieuse. SEM le Président du Faso. PrenePrenez des mesures fortes sur toutes ces formes de revendications bidules et contre nature à atteindre la sacralité de l’État. Le Burkina est pas que habité par des fonctionnaires bidules qui foûtent rien dans les services mais qui se permettent tous ces aires. Renvoyez les salauds les délinquants et laissez les bons. Ils n’ont pas non plus droit à des salaires.
    Ce quoi ce bordel. J’ai hâte de la ifvérification des diplômes annoncée.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin à 19:54, par FILS DU BURKINA En réponse à : SYNTSHA : Une opération caisses vides du 7 juin au 1er septembre 2019

    La réponse aux revendications des autres syndicats n’était pas incluse dans le budget 2019 mais le gouvernement l’a honoré. combien de francs l’Etat à perdu pendant leurs grèves ? C’est être injuste de voir les agents de santé grever pour leur droits et les accusés.
    vous imaginez que c’est pendant ce grève que le gouvernement s’est réveillé ? Aussi, chacun de nous doit se mettre en cause sur sa dignité. Un protocole d’accord signé plus de 2 ans et demi sans application est plus juste ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Centenaire du Burkina Faso (ex-Haute-Volta) : « C’est le gouvernement français qui a décidé de créer la Haute-Volta », décrypte le Pr Magloire Somé
BEPC 2019 : des cas de fraude décelés lors des corrections dans le Bazega
Journée mondiale des réfugiés : Les réfugiés maliens vivant sur le sol burkinabè à l’honneur
Education des jeunes : Les prêtres de l’Afrique de l’Ouest se saisissent de la question
Sécurité alimentaire : Vers la mise en place d’un comité de veille citoyenne et parlementaire
Agriculture et sécurité alimentaire : Le PAPSA fait son avant-dernier diagnostic
Education nationale : L’ONG EDUCO cède un domaine scolaire de 80 millions de FCFA à l’Etat burkinabè
Journée mondiale contre la drépanocytose : Des Etats africains et la fondation Pierre Fabre sonnent l’alerte
Mine de Karma (Nord) : Des semences et des intrants pour 215 ménages
2e édition du Salon international de l’arbre : Faire de l’arbre un vecteur du développement économique et social
Attaque armée à Bobo-Dioulasso : Un policier tué, l’opération de ratissage en cours (Officiel)
Front social au Burkina : Naissance du Syndicat national des gestionnaires de l’information documentaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés