Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

Accueil > Actualités > Multimédia • • jeudi 30 mai 2019 à 23h33min
Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture dénonce, dans ce communiqué, le non- respect du protocole d’accord par le gouvernement.

Les travailleurs des médias publics sont tombés des nues en suivant le compte rendu du Conseil des ministres du 29 mai 2019 faisant état d’une « communication orale » du Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement relative au processus de transformation de la RTB et des Editions Sidwaya en société d’Etat.

Il ressort de cette communication en effet, qu’« au regard des implications sur les ressources humaines de ces Etablissements publics de l’Etat (EPE), le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier d’approfondir les réflexions pour une mutation réussie de la RTB et des Editions Sidwaya ».

Pour les travailleurs des médias publics, cette décision constitue un recul grave dans la volonté du gouvernement d’opérationnaliser le changement de statut acté par les lois sur les médias de 2015 et réaffirmée à travers le protocole d’accord signé avec le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) le 29 décembre 2016.

Quelles « réflexions » pour quels résultats encore ? La question mérite d’être posée. Surtout que des experts des ministères en charge des finances, du commerce, de la fonction publique et de la communication – réunis au sein de la commission mixte interministérielle – sur la base des propositions de cabinets d’études commis à la tâche, ont mis plus de deux ans pour aboutir à des recommandations pour un passage réussi à la Société d’Etat avec l’ensemble du personnel. Les rapports d’études précisent l’accompagnement de l’Etat dans ce processus.

Le SYNATIC dénonce, une fois de plus, le mépris vis-à-vis des travailleurs, ainsi que le manque de volonté du gouvernement d’appliquer une loi votée et de respecter ses engagements.

Face aux manœuvres du gouvernement pour ne pas respecter le protocole d’accord qu’il a signé, le Bureau National le tient pour seul responsable de toute dégradation du climat social qui pourrait survenir au sein des médias publics.

Il lance d’ores et déjà un appel à l’ensemble des travailleurs des médias publics à se mobiliser pour la mutation diligente des Editions Sidwaya et de la RTB en Société d’Etat avec l’ensemble du personnel, telle que recommandé par la commission mixte. En vue d’apporter une réponse à la hauteur du mépris et de la roublardise du gouvernement, le Bureau national convie l’ensemble des travailleurs à une Assemblée générale extraordinaire ce lundi 3 juin 2019 à partir de 15H30 à la RTB/télé.

N’an laara, an saara !
Pain et Liberté pour le Peuple !
Vives les médias publics !
Ouagadougou, le 30 mai 2019.
Pour le Bureau National,
Le Secrétaire Général
Siriki DRAME

Vos commentaires

  • Le 30 mai à 21:01, par sotigui de bobo En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Croyez-vous toujours à ces gens dits ministres ? Vous perdez votre temps. Quand on vous dit que le Burkina est tombé bas là, les gens pensent que c’est de l’amusement. Même en essayant de s’appuyant d’avant l’insurrection populaire, ces ministres n’arrivent même pas à faire bouger les lignes. Être ministre, ce n’est pas parler le français, se jouer le gros dos, non ! C’est la première fois, je vois dans ce pays, un pouvoir engagé clairement des ’’mercenaires de l’internet" pour aller contre sa propre presse (Sidwaya, RTB, SIG et directions de communication des ministères et institutions) et la presse nationale. Du jamais vu. Et cette triste attitude avec la complicité de qui, Remis Dandjinou. Cet homme vient confirmer que nombre de ces hommes sur les plateaux se battent pour leur propre intérêt. Sinon, ce qui se passe aujourd’hui est bien pire que ce pour quoi il attribuait les cartons rouges, il y a seulement quelques années. Mais, c’est Dieu qui est fort, il fait toute chose bien à son temps.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 21:47, par Le Vigilent En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Une société d’état qui démarre avec un personnel pléthorique et/ou inadapté ne peut en aucun cas être performant. On ne peut pas créer des sociétés d’état juste pour satisfaire le personnel. On ne décriait conserver et/ou recruter que le personnel indispensable si l’on veut atteindre des résultats satisfaisants. Vous voulez continuer à semer la pagaille même au niveau des sociétés d’état ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 22:46, par MonOpinion En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Les syndicats du Burkina Faso avec en tête le MINEFID et les Magistrats ont terrasse l’éléphant ! Chacun vient couper sa part de viande. Et chacun repart avec sa part de viande. La carcasse restera pour les charognards.
    Juste une image mais c’est pour illustrer ce que le syndicalisme burkinabè est devenu. Un syndicalisme fossoyeur de l’Etat, fossoyeur des intérêts du peuple silencieux et encaisseur.
    L’éléphant ce n’est pas ce gouvernement absolument nul en négociation ; L’éléphant ce n’est pas non plus un ministre des Finances qui brade les acquis de son illustre prédécesseur. L’éléphant ce n’est pas hélas un ministre de la Fonction Publique dont les efforts de remise à plat des rémunérations sont sabordés ; L’éléphant ce n’est pas le Ministre de l’éducation nationale, de la santé, de ... NON, l’éléphant c’est le Burkina Faso.
    Que tous ces syndicats qui fêtent des prétendues « victoires » se le tiennent pour dit : demain, même la carcasse de l’éléphant disparaitra. Où donc ces syndicalistes nouveaux-riches pensent-ils pouvoir jouir des fruits de leur lutte ? Ce sera un groupuscule d’opulents face à une masse affamée par leur « lutte » syndicale ? La suite du film est triste pour tous ceux qui revendiquent cette terre du Burkina Faso comme leur "chez-moi". Demain le "chez-moi" sera un enfer pour tous ! Comme d’habitude les gens pensent que les états en faillite ça n’arrive qu’ailleurs et pas "chez-moi". Et pourtant … et pourtant 2011 nous avait donné un avant-gout de l’enfer des nouveaux-riches quand l’Etat ne peut plus rien assurer. En 2011, Ouagadougou était devenu un far-west, une jungle ou ceux qui avaient un peu était systématiquement ciblés. Parce qu’on a radie des gens, on se croit a l’abri ??? Grave erreur d’analyse.
    Parce qu’un régime est incapable de gérer le pays, au lieu de le remplacer démocratiquement par un autre qui saura le faire, on préfère plutôt en profiter pour bruler la maison. Chapeau a ce syndicalisme nouveau dont les « valeurs » les mieux partagées sont l’insouciance, l’inconscience, la cupidité et la course aux « avantages » scandaleusement indus !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 02:06, par gohoga En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    MonOpinion que Dieu vous bénisse. Un pays ou le syndicat est ford est un pays mort. De l’histoire de l’humanité aucun pays ne s’est développé par la puissance de son syndicat.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 02:36, par Lool En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    C’est vraiment bizarre à comprendre. Un syndicat de fonctionnaires qui exige qu’on privatise les institutions de l’état. C’est à ne rien comprendre Monsieur Siriki Dramé. Explicitez vous. Alors que des sociétés étatiques sont décriées comme non productives et budgétivores, vous faites le contraire. Y-a quelle bouffe dedans Monsieur Dramé ? Et vous savez que généralement quand on privatise une institution qui doit fonctionner sur le mode du privé, on prend moins de gens et seulement les plus compétents pour être rentable. N’est-pas mieux de rester comme tel si vous voulez embarquer tout le monde. N’avez vous pas de notions des affaires ? A moins que votre dessein c’est de couler l’état. Et c’est bien dommage si tel est votre objectif.

    Répondre à ce message

    • Le 31 mai à 19:09, par Moi même En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

      Quand on est nul comme son derrière on la boucle. Il ne suffit pas de tenir un téléphone plein de méga offert par ton ministre pour ensuite vociférer n’importe comment. Tu parles de quelle privatisation ? La SBT, la SONABEL, l’ONEA, la SONABHY pour ne citer que celle-là sont des sociétés d’État. Cela s’appelle privé pour toi ? Permettre aux média public de jouer pleinement son rôle est une question de souveraineté nationale. Malheureusement ton ministre ne connait pas cela. Et quoi qu’il fasse la presse privée ne saura jouer ce rôle. Le Burkina ne se résume pas à Ouagadougou et Bobo. Et quand on fait un choix de vision nulle, on ne peut que vivre la situation que connait le pays. Ouvrez les yeux ces gens font pire.

      Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 06:13, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    POURQUOI LE RÉGIME KABORÉ AIME TANT SE DÉDIRE PUBLIQUEMENT SANS HONTE ??!! On a tout simplement l’impression que nos autorités politiques actuelles adorent faire monter le mercure de la fronde sociale et après courir lâchement partout-partout pour intoxiquer et instrumentaliser à outrance les burkinabè qui peinent difficilement à comprendre leur jeu trouble de diviser pour pouvoir mieux régner. Nous n’arrivons toujours pas à comprendre l’utilisation abusive de cette stratégie roublarde qu’affectionne LE RÉGIME KABORÉ dans ses relations avec les syndicats de notre pays qui ont seulement épris de paix et de justice. On demande pompeusement UNE TRÊVE SOCIALE en accusant ouvertement les syndicats d’être des radicaux qui sont totalement fermés au dialogue, la concertation et la négociation. Mensonge sur toute la ligne ! En un mot, on diabolise les syndicats en les vilipendant à souhait. Pourtant, la vérité est que dans le même temps, l’on refuse de respecter scrupuleusement les engagements pris. On se renie carrément et sans aucune gêne, on prend des décisions de manière cavalière foulant du pied les accords dument signés alors qu’on était lucide et en pleine possession de toutes ses facultés mentales.

    À cette allure, LE RÉGIME KABORÉ va avoir de sérieux problèmes avec les syndicats avant la fin de son mandat dans exactement moins de 17 MOIS. Violer permanemment la parole donnée est un gage de manque de considération qui peut engendrer des conséquences dommageables pour un pouvoir qui est indiscutablement en perte de vitesse et amorce pitoyablement sa descente aux enfers. OCTOBRE 2020 arrive à grands pas.

    LE RÉGIME KABORÉ A DU MAL À RESPECTER SES NOMBREUX ENGAGEMENTS ET AUTRES PROMESSES !
    LE RÉGIME KABORÉ EN A CURE DE LA PAROLE DONNÉE !
    SYNDICATS BURKINABÈ, UNISSEZ-VOUS !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !................L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 10:03, par naafo En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Les ressources humaines posent véritablement problème quant au passage à une société d’Etat de la RTB et de Sidwaya. Que le gouvernement soit très claire et qu’il fasse engager le SYNATIC qu’au cas où une compression du personnel devrait être une nécessité afin que ce passage soit une réalité, que les plus nantis de la RTB et de Sidwaya soient les 1ers concernés. Vu l’ampleur du travail à la RTB et à Sidwaya, je crois que ceux qui sont vraiment occupés, n’ont pas le moindre temps à cela. Comme dans notre pays, ceux qui parlent se préoccupent peu des intérêts des autres, que la compression prochaine du personnel commence par ces bons ’’hauts-parleurs’’

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 12:41, par Henri_Sebgo En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Ce syndicat là s’est compris à travers certains de ses dirigeants au moment où les autres tentaient d’arracher autant qu’il pouvaient de la bête agonisante qu’était le régime de François Compaoré et compagnies, soit en occupant les premiers rôles au sein du méga parti, soit en jouant les traîtres au sein de la Centrale syndicale ou enfin, en assurant les sales boulots du régime dans ces médias d’Etat et ce, moyennant des gratifications. J’en connais qui, après chaque mouvement d’humeur, accourraient dans le bureau du SG ou du DirCab pour des excuses.
    Mais comme le disent les anciens :"toute chose a une fin". et depuis ils se sont refait une virginité, et les voilà menaçant. ha bah ! on se connait dans cette savane !
    Tout le monde, les gouvernant en tête, sait que vous êtes aujourd’hui un tigre en papier, avec la prolifération des médias privés dont certains sont dirigés ou conseillés par vos membres.
    vous pourrez aller en grève toute l’année, cela ne fera renforcer votre régression sinon votre perte de terrain au profit du privé.
    Et puis connaissez vous les implications de ce que vous demandez ? C’est vrai que certains sont à deux longueurs de la retraite, mais ce n’est pas pour autant qu’il faille compromettre la carrière des plus jeunes, car qui parle de privatisation, parle de réduction des coûts contre augmentation du profit. Renseigner vous auprès de vos collègues de l’ex Hotel Indépendance, de la Sofitex, de la RAN et j’en oublie.
    Un conseil : prenez attache avec le Dr Rassablega ; lui en tout cas ne vous mentira pas. Et alors vous pourrez faire le choix ensuite en toute connaissance de cause.

    Henri_Sebgo

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai à 17:48, par BiLi-BiLi En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    internaute Num 2 "le Vigilent", toi tu as tout dit. Les GARS..Soyons objectifs !!. Si on vous fait un état des effectifs de ces deux structures vous allez tomber à la renverse. C’est 30% des effectifs qui font effectivement le travail.Et dans les 70% restant plus de la moitié ne planent même plus au bureau, certains planent au service souvent une fois dans la semaine ( les journalistes politiciens frustrés de l’ancien régime et autres) et sont eux qui sont toujours assis dans les télés et radio pour insulter le pouvoir en place, or vous mêmes vous netes pas EXEMPLE. Enfin il ya certains qui sont dans des positions irrégulières ( en disponibilité ou détachement depuis 1900Tchok mais il est toujours agent de la RTB SYDWAYA. Moi je pense qu’il faut faire une analyse Objective de la situation et voire ceux qui peuvent affectivement faire le travail avant d’opérationnaliser ce fameux transfert.En société d’état on ne peut pas continuer à pays cette Chine Populaire inactive pour rien. Alors ..chers SYNDICAT s’il vous plait ..Revoyez votre copie.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:58, par Bebeto En réponse à : Médias publics : Le SYNATIC accuse le gouvernement de « mépris » et de « roublardise »

    Aujourd’hui Sidwaya compte plus de 80 agents, la RTB compte plus de 200 agents.
    Messieurs du SYNATIC, pensez vous que les recettes mensuelles générées par ces 2 organes peuvent assurer le paiement de vos salaires, assurer le fonctionnement et les dépenses d’investissement ?
    Quelle est réellement votre place et votre poids dans l’industrie médiatique au BF caractérisée par une double concurrence domestique et internationale ?
    Messieurs du SYNATIC regarder comment vos confrères des médias privés vivotent. Cela ne vous dit rien ? C’est que c’est dur et très difficile.
    Moi je vous conseille de faire preuve de patience et de prudence pour ne pas faire un saut dans l’inconnu.
    Retenez que dans toute société, on paie les travailleurs en fonction des recettes générées. Tous les autres avantages pécunaired sont liés aux recettes. C’est votre droit de rêver à la prise en charge sanitaire, au 13eme mois, ...etc. et c’est légitime. Mais tous ceux-ci sont liés à la rentabilité de la société.
    Ne dit-on pas que le slip d’aujourd’hui vaut mieux que le pantalon de demain.
    Je connais bien mon aîné Sidiki Drame depuis le Lycée Ouezzin à Bobo, je ne doute pas qu’il saura faire une bonne lecture économique et financière pour conduire le navire de la presse d’État à bon bord.
    Très sincèrement bon à vous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economie numérique : Bientôt une cinquantaine d’entreprises pour booster l’écosystème d’innovation du Burkina
Astuce TIC : Pourquoi il faut se méfier de FaceApp
Communiqué de presse sur la déclaration d’existence des entreprises de publicité
Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré
Hackathon Sira Labs Bobo : L’équipe Dream remporte le 1er prix avec son idée de projet Green Data
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
Fibre optique dans les Hauts-Bassins et les Cascades : La ministre Hadja Ouattara s’assure du bon déroulement des travaux
Astuce TIC : Pourquoi il ne faut pas publier des photos de votre enfant sur le net
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés