Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «N’attendez pas d’être trop fatigué pour donner du repos à votre corps et votre esprit» Mario Morini

Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • dimanche 26 mai 2019 à 18h16min
Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

Suite à la polémique autour du déclassement de 16 ha de la forêt classée de Kua pour y construire un centre hospitalier universitaire, une délégation gouvernementale, composée du ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo, du ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué/Sorgho et de celui en charge de l’Environnement, Nestor Batio Bassiere, a rencontré, ce samedi 25 mai 2019 à Bobo-Dioulasso, les « polémistes ».

Le déclassement de 16 hectares de la forêt classée de Kua dans la ville de Bobo-Dioulasso pour la construction d’un hôpital, continue de faire couler beaucoup d’encre. En effet, suite au passage d’une équipe de techniciens chinois sur le site dans la matinée du mercredi 22 mai 2019 pour un certain nombre de travaux, les forestiers avaient sonné la mobilisation dans ladite forêt pour exprimer leur mécontentement face à « l’entêtement » des autorités à vouloir autoriser le déclassement de 16 hectares pour y construire un CHU. A cet effet, les manifestants avaient déterré toutes les bornes qui délimitaient l’espace réservé à la construction de l’hôpital.

Chef de la délégation gouvernementale, Siméon Sawadogo

C’est au regard de cette manifestation que, sur instruction du président du Faso, une délégation gouvernementale est venue rencontrer les « polémistes » dans la ville de Sya. La délégation était composée du ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Siméon Sawadogo, du ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué/Sorgho et du ministre de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Batio Bassiere. Cette rencontre, faut-il le noter, s’est tenue à huis clos.

C’est au terme des échanges que le chef de la délégation gouvernementale, Siméon Sawadogo, a accordé une interview aux journalistes. « Nous sommes venus sur instruction du président du Faso et du premier ministre, échanger avec les responsables coutumiers et religieux, le maire et ses collaborateurs, le conseil régional et finir avec les agents des eaux et forêts autour de la question de la forêt classée de Kua. Nous avons tenu des échanges francs et courtois. Des constats et des propositions ont été faits. Nous avons appris beaucoup de choses non seulement sur le choix du site, mais aussi sur la nécessité de préserver l’environnement autour de la ville de Bobo-Dioulasso », a-t-il laissé entendre.

Les responsables coutumiers et réligieux

Selon lui, cette visite à Bobo-Dioulasso était également une occasion de réaffirmer l’engagement du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à construire cet hôpital dans la capitale économique. « Nous avons confirmé que le choix du président n’a pas changé », a-t-il insisté.

Face à cette polémique sur le choix du site, le chef de la délégation a fait savoir que le gouvernement a proposé de mener une étude d’impact environnemental et social sur le lieu afin de connaître les tenants et aboutissants, car il estime qu’un tel projet est assez important pour l’environnement et pour les personnes qui vivent autour. « C’est cette étude qui va donner les éléments techniques au gouvernement, aux différents acteurs pour qu’ une décision définitive soit prise concernant non seulement la construction du CHU mais aussi pour la préservation de la forêt », précise- t-il.

Avant la fin de cette étude pour qu’une décision définitive soit prise, le ministre Sawadogo a invité les forestiers à continuer de jouer leur rôle de protection de la forêt. A l’en croire, des efforts seront fournis pour que cette étude ne dépasse pas deux à trois mois.

Youssifo Ouédraogo, SG SYNTETH

Au terme de la rencontre, tous les acteurs ont remercié le président du Faso pour son choix de construction de l’hôpital à Bobo-Dioulasso. Le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie, Youssiffo Ouédraogo, a salué cette démarche de la délégation. « C’est ce qu’il fallait faire initialement pour avoir les points de vue de tous les acteurs y compris les acteurs techniques avant de commencer quoi que ce soit sur le site », a dit Youssiffo Ouédraogo. Avant d’ajouter : « Nous restons sur notre position, il faut changer de site pour la construction de l’hôpital ».

Par ailleurs, il a déploré le fait que l’arrondissement 3 de la commune de Bobo-Dioulasso veuille délibérer sur 300 hectares pour offrir à une société immobilière. « Tout cela prouve que ce n’est pas un problème de site qui se pose pour la construction de cet hôpital. Jusque- là, nous ne connaissons pas les raisons réelles pour lesquelles le gouvernement a décidé de construire cet hôpital dans la forêt classée de Kua », a-t-il laissé entendre.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 mai à 18:36, par Zimm En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    "le gouvernement a proposé de mener une étude d’impact environnemental et social "
    INCROYABLE ! tout cela démontre par l’absurde au sens sens absurde du terme l’amateurisme du gouvernement.
    M. le ministre, pour votre information, on fait d’abord les études d’impacts de manière rigoureuse (et à l’avance) , établir les consensus, avant de procéder. Ne déclasser PAS cette forêt !

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 18:57, par Nope En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Pourquoi commander une études bidons dont on connait déjà les conclusions partisannes avant meme qu’elle commence. Il aurait fallu plutot proposer un autre site et y faire l’etude par soucis d’economie car vous aurez a faire la même devra se faire sur le nouveau sitte que nous contraindrons a trouver. La reponse du gouvernement viens de mettre a jour l’amateurisme de nos dirigieants car de leur reponse il en découle qu’aucune etude n’avait été faite jusqu’a present et le chinois avait deja commencer les travaux. Bravo Mr. Barry Alpha, quand on est pressé il faut aller doucement. Voyez vous a quel type de dirigeants nous avons a faire ?
    Nous restons vigilants et quelque soit le resultat de cette etude, la nature sacré de la foret nous commande et nous conforte dans notre engagement a défendre bec et ongle notre foret sacrée. Pendant que vous y etes n’oubliez pas de demander une etude independante sur les resources minerale enfoui dans le sous sol de la foret mais pas seulement environementale car nous savons tous ce qui cause autant de convoitise de la part des chinois. Un pays n’a pas d’amis mais des interets et les chinois ne sont pas chez nous pour nos beaux yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 19:00, par sidbala En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Voilà que tout est dit merci a Monsieur Issouf OUEDRAOGO pour son franc parle et que Dieu te bénisse.
    Nous comprenons que ce n’est pas par manque de place dans la zone de bobo pour réaliser cette infrastructure sanitaire, tous les bobolais doivent savoir maintenant que le régime MPP et les chinois veulent faire un deal avec le sous sol de bobo, il doit y avoir quelque chose ouvrez l’œil et le bon.

    Au Burkina plus rien ne sera comme avant, soyez tous prêt pour la suite, comment un gouvernement qui se veut responsable peut mener un tel projet sans avoir fait une étude d’impacte environnementale comme s’il manquait des techniciens en la matière, tous des dealers, mais cette fois ci ça ne passera pas.

    Monsieur OUEDRAOGO du courage et soyez toujours vigilant comme un ancien CDR.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 20:45, par Siébou En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Les Agents des eaux et forets ne devraient pas intervenir contre une décision gouvernementale. Imaginez que l’État veuille maintenir l’ordre sur les lieux, il faudrait faire venir des gendarmes contre des forestiers ? Il faut que chacun respecte sa position sinon vous n’aurez pas d’État. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 21:13, par kouyu En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Le ministre Barry dit qu’il n’ya plus d’arbres dans la foret Kua et les Chnois disent qu’ils sont pret a deplacer les arbres. Dans le lot quelqu’un ment et c’est n’est pas les Chinois.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 22:51, par Sidwaya Sorgho Gomis En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Non Messieurs les membres du gouvernement ce n’est pas une étude d’impact environnemental et social qu’il faut réaliser mais DEUX :

    il faut une étude relative au déclassement partiel de la forêt, et une autre étude relative à la construction de l’hôpital sur cette portion de la forêt que vous souhaitez déclasser.

    Voir les annexes du décret 2015-1187/ PRES/TRANS/PM/MERH/MATD/MME/MS/MARHASA/MRA/MICA/MHU/MIDT/MCT.

    Ce serait de l’incivisme AGGRAVE que de refuser de se conformer au termes de ce décret.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 23:46, par Un Burkinabê En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    1- Donnez nous les raisons du choix de la forêt (économiser sur les dédommagements, cadre idéal pour les malades et la pharmacie de l’hôpital, proximité à la ville de Sya ? Etc...)
    2- Pourquoi autant de gaspillage de ressources pour une aussi simple solution (écoutez les techniciens et pensez au future).
    3- Je le répète : la qualité d’un hôpital ne se mesure point par rapport à sa localisation mais par le savoir faire du personnel et de la qualité du matériel bio-medical

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 05:14, par W En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Construire cet hopital pres de la foret serait plus profitable aux Chinois car ce serait un pretexte pour eux de pouvoir exploiter, en catimini, les ressources de la foret (surtout les plantes et arbres a des fins medicales pour leur pays), sous couvert de l’hopital.
    Comme le gouvernement est mouta-mouta, il ne voit pas cela. Les Chinois ne font rien cadeaux !

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 11:28, par TANGA En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    Notre pays était le pays des Hommes intègres ; maintenant c’est le pays des ânes têtus !!!
    Avant là, on réfléchissait par deux fois pour savoir quoi faire de bon pour le pays, on s’organisait et faisions des travaux d’intérêt communs
    etc... Maintenant là quand on ne comprend pas une situation, on brûle tout et on s’en fou.
    Avant là, on plantait beaucoup d’arbre et toute occasion était bonne pour faire une plantation d’arbre quelque soit le moment de l’année. ça se voit, les campagnes de plantation d’arbre on réussie à L’Ouest ce qui fait qu’il y a des orangers, manguiers etc. Mais maintenant, on coupe les arbres et quand on peut on fait une opération de destruction de foret pour "une bonne cause".
    On se sent obligé de dire que au Burkina, on s’est entendu pour détruire les pays (il y a d’autre raisons qui s’ajoutent à ce qui vient d’être dit).
    Une note pour ceux qui essayent de comprendre démocratiquement
    Voir les annexes du décret 2015-1187/ PRES/TRANS/PM/MERH/MATD/MME/MS/MARHASA/MRA/MICA/MHU/MIDT/MCT

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 17:44, par dosso En réponse à : Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo

    L’hôpital sera construit à KUA, que tous ceux qui sont contre et qui habitent à Bobo, n’ont qu’à quitter la ville, un point c’est tout.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des déchets ménagers à Ouagadougou : Les riverains du canal du Mogho Naaba appellent au secours !
Eau, hygiène et assainissement : La radio Buayaba enseigne les bonnes pratiques à Fada N’Gourma
Utilisation des pesticides : « Le légume qu’un insecte n’a pas touché n’est pas non plus bon pour un humain », dixit Manoé René Sanou
Sauvegarde environnementale et sociale : Les responsables d’universités publiques et privées outillées sur la question
Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement : Le comité de revue passe les activités à la loupe
Agence de l’eau du Nakanbé : Les membres du conseil d’administration s’informent sur leurs rôles et responsabilités
Dori : une journée de salubrité pour un rapprochement des FDS et population
Programme d’urgence pour le Sahel : Eau Vive fait un diagnostic de la communication
Gestion des boues de vidange : Des députés demandent la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale
Environnement : Les ressources en eau souterraine du continent Africain pourraient être résilientes aux changements climatiques
Déclassement de la forêt de Kua : « Le gouvernement a tenu parole », selon le député Moussa Zerbo
Festivités du 11-Décembre : La Mission Fas’eau plaide pour l’amélioration des investissements liés à l’eau
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés