Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaquе jοur il diminuе un реu.» Proverbe malgache

Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 22 mai 2019 à 12h29min
Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

Chaque année, au Burkina Faso, la route tue environ 1000 personnes, blesse ou rend handicapées des milliers d’autres. La plupart de ces décès et séquelles sont évitables. Le port du casque peut sauver des vies dans certaines circonstances d’accidents.

Au Burkina Faso, les motocyclistes représentent plus de trois-quarts des usagers de la route. Ces motocyclistes occupent aussi le peloton de tête des blessés ou tués sur les routes, lors des accidents. Les blessures à la tête constituent la principale cause de décès et d’incapacité chez ces usagers de la route.

Le port du casque est donc présenté comme un moyen efficace de réduire les blessures et les décès sur la route. Le casque permet en effet de réduire les blessures à la tête et les décès provoqués par les accidents à moto ou à vélo. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le port du casque permet de diminuer le risque et la gravité des blessures de plus de 70%, la probabilité d’un décès de presque 40%. C’est un geste qui réduit les coûts des soins suite aux accidents.

Le casque offre donc une meilleure protection faciale contre les chocs. Les mâchoires et le menton sont aussi protégés en cas d’accident. Il faut dire que le casque, surtout intégral, est celui qu’il faut absolument avoir si l’on tient à ne pas être défiguré en cas d’accident. Son importance ne se limite pas à son rôle protecteur en cas d’accident.

Il offre aussi, surtout dans un pays sahélien comme le Burkina Faso, une bonne protection contre les intempéries et les projections (gravier ou autres saletés projetés par les roues arrière d’un véhicule roulant devant). Le casque permet d’avoir un meilleur aérodynamisme permettant une meilleure pénétration dans le vent.

Le casque atténue aussi les rayons du soleil ardent de nos villes et campagnes. Enfin, le casque intégral tient aussi bien au chaud que lors du froid de décembre. Lorsqu’il fait chaud, un système d’aération permet d’atténuer la chaleur à l’intérieur.

Au Burkina Faso, en principe, le port du casque est obligatoire. Mais cette règle fait partie des nombreuses lois qui sont tombées en désuétude. Son application même avait créé entre- temps une fronde sociale. Pourtant, c’est pour le bien de ces mêmes citoyens. Mais en réalité, il ne suffit pas seulement de porter un casque, il faut respecter aussi le code de la route. Beaucoup ne le savent peut-être pas, mais la route nous parle. Écoutons-la.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 mai à 14:10, par ledroit En réponse à : Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

    BIEN DIT. SURTOUT QUE NOUS SOMMES UN PAYS DE DEUX ROUES IL EST IMPERIEUX D’EXIGER LE PORT DU CASQUE. IL FAUT QUE L’ETAT APPLIQUE CETTE LOI.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai à 16:16, par respect des lois En réponse à : Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

    Récemment, tout le monde s’est excité pour la mort d’un élève écrasé par un camion en s’indignant à juste raison. Mais, tous les jours, combien de morts de motocycliste pour n’avoir pas porté son casque ? sans oubliez tous les autres accidentés qui auront des séquelles à vie (handicapés...). Il serait temps que les burkinabè comprennent que "le plus rien ne sera comme avant" commence par un changement de comportement pour préserver la vie. Et, donc, il faut respecter la loi du port obligatoire du casque et de la ceinture de sécurité. Et, enfin, respecter les règles du code de la route ! et, être courtois et non se comporter comme des sauvages en appliquant la loi du plus fort. Le Burkinabè doit montrer l’exemple lorsqu’il circule et non se comporter en "terroriste" avec son char à 2 roues ou à 4 roues en tuant les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai à 16:21, par Alexio En réponse à : Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

    Dimitri Ouedraogo. Faitez vous une retroscpective du passe, vous allez vous rendre compte le premier pionnier du port des casques exiger des motocyclistes etait Yorian Gabriel Some, le Ministere de l interieur sous Lamizana.

    Ce visionaire qui instaura le port des casques fut la premiere victime de notre revolution. Apres lui les assassinats poliques sont devenus monnaie courrantes sous la commande de Blaise Compaore.

    Fut executer sous l ordre de Blaise Compaore. 39ans aujourdhui nous sommes-la sur le meme point de depart. L anarchie dans ce domaine est devenue le sport favorite des Burkinabe.

    Pourquoi notre peulpe est difficile a eduquer pour le civisme ? On a l impression que la metalite n a pas evoluer. On est toujours camper sur la resistance. Et les consequences sont palpables. On ne vit qu une seule fois.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai à 17:17, par rabo En réponse à : Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

    Sous le fallacieux prétexte que leurs motos ont une cylindrée égale ou supérieure à 125 cm3, beaucoup de motocyclistes empruntent les voies réservées aux véhicules à 4 roues : sans permis de conduire (condition principale), sans casque (condition réglementaire), avec enfants au dos , en passager avant, en passager arrière ou les deux ou les trois à la fois !!!!!
    Et c’est devenu la norme. Comment on fait ????

    La responsabilité aux parents qui laissent leurs enfants sortir sans casques, aux autorités qui n’ont pas le courage de faire respecter les règles.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai à 01:22, par default En réponse à : Sécurité routière : Le port du casque, un geste qui sauve

    Des cylindres de moins de 125cm3 circulent à vitesse lente sur la voie réservé aux voiture. J’ai failli cogner un ce matin a 7h.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le général Bila Zagré n’est plus
Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso
Grogne sociale : Les administrateurs civils marchent sur le Premier ministère ce 26 juin
BEPC 2019 : Avec 18,18 de moyenne, Barry Yobi, une élève à encourager
Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo
Filière volaille : Des acteurs échangent sur la gestion des déchets de transformation du poulet sur les marchés
Sécurité sanitaire : Le Laboratoire national de santé publique et la Douane veulent renforcer leur partenariat
Lutte contre le paludisme : Les moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action bientôt disponibles
Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »
Police municipale : Onze élèves inspecteurs soutiennent leurs mémoires
Affaire de blanchiment de capitaux : Rama la Slameuse déposée à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou
Santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 30 juin au 7 juillet
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés