Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le chagrin est comme le riz dans le grenier : chaquе jοur il diminuе un реu.» Proverbe malgache

Bobo-Dioulasso : Grève des agents de la santé humaine et animale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Haoua Touré • mardi 21 mai 2019 à 19h30min
Bobo-Dioulasso : Grève des  agents de la santé humaine et animale

À l’appel du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), les travailleurs dudit secteur observent un mot d’ordre de grève de 96 heures sans service minimum, du mardi 21 au samedi 25 mai 2019. À partir du 25 mai à 7h et ce jusqu’au 3 juin 2019 à la même heure, la grève prendra la forme d’un boycott des gardes et permanences. Ces mouvements d’humeur visent à exiger la mise en œuvre du protocole d’accord que le gouvernement a signé avec le SYNTSHA, le 13 mai 2019.

Le mot d’ordre de grève a été suivi par les agents de la santé humaine et animale de Bobo-Dioulasso, à travers un sit-in à la Bourse du travail de ville de Sya, le mardi 21 mai 2019.

Cette grève fait suite au manque de réaction du gouvernement suite au préavis de grève déposé le 2 mai 2019. Selon Gustave Somda, responsable à la formation syndicale de la section SYNTSHA du Houet, à l’issue de la grève d’avertissement observée les 17 et 18 avril derniers « pour rappeler au gouvernement qu’il est temps de mettre en œuvre le protocole d’accord signé avec le SYNTSHA le 13 mai 2019, un préavis annonçant 96h de grève suivie du boycott des gardes et des permanences avait été déposé le 2 mai 2019 ».

Gustave Somda responsable à la formation syndicale à la section du Houet

Mais jusqu’au déclenchement de la grève, aucune « discussion sérieuse » n’a été engagée par le gouvernement pour ramener les travailleurs à de meilleurs sentiments. Ce qui dénote d’un mépris du gouvernement à leur encontre et qui prouve du même coup que le gouvernement est d’accord qu’ils aillent en grève. Pour Gustave Somda, ce préavis de grève était un moyen pour ouvrir les discutions avec les organisations syndicales afin de trouver des solutions. Mais « comme ça n’a pas été le cas, cela a conduit à la grève ».

À travers cet arrêt de travail, le SYNTSHA exige l’exécution de deux points principaux de sa plateforme revendicative. Il s’agit d’abord du respect concret du protocole d’accord gouvernement-SYNTSHA du 13 mars 2017 développé en huit sous-points tels que le respect du libre exercice des libertés démocratiques et syndicales, le droit de grève en particulier ; la mise en œuvre effective en 2019 du maintien de toutes les indemnités des travailleurs de la santé humaine et animale ; le respect de tous les autres engagements pris par le gouvernement dans le protocole d’accord de mars 2017 ; le paiement en fin mai 2019 des salaires et indemnités dus aux travailleurs au terme de la loi 057-2017/AN portant statut de la fonction publique hospitalière en respectant la date d’effet du 1er janvier 2018 ; l’amélioration de l’allocation indemnitaire, notamment l’indemnité de contagion et de contamination pour la santé animale ; la prise en charge de la santé des travailleurs...

En second point, il s’agit de l’adoption rapide du décret fixant modalités de gestion des logements administratifs dévolus aux communes dans le domaine de la santé et le juste règlement des problèmes de logements des agents de santé antérieurs audit décret.

À la Bourse du travail où le sit-in est observé, des activités d’information et de formation seront menées au profit des grévistes venus de tout le Grand-Ouest (Banfora, Orodara, Lena, Satiri…) pour mieux les outiller par rapport à ce mouvement.

Ce 21 mai 2019, premier jour de la grève, a donc été dédié à une session d’explication du préavis de grève. Et la journée du mercredi 22 sera consacrée au protocole d’accord.

Afin de donner une orientation claire aux militants et de ne pas se trouver en porte-à-faux avec ses propres principes, le syndicat a prévu d’envoyer une lettre circulaire à chaque centre sanitaire. Dans cette lettre circulaire, le bureau invite toutes les sections à développer des initiatives et à exécuter les tâches suivantes : organiser des assemblées générales avec les travailleurs pour expliquer la spécificité du boycott des gardes et permanences ; organiser des séances explicatives sur la lutte actuelle avec la société civile locale, les leaders d’opinion auxquels sera remise une copie du protocole ; etc.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Samentenga : un chef de village tué à Pissila
Burkina Faso : Le général Bila Zagré n’est plus
Dénonciations devant les juridictions : Les précisions du Procureur du Faso
Grogne sociale : Les administrateurs civils marchent sur le Premier ministère ce 26 juin
BEPC 2019 : Avec 18,18 de moyenne, Barry Yobi, une élève à encourager
Conflit foncier : Deux villages à couteaux tirés dans le Boulgou et le Zoundwéogo
Filière volaille : Des acteurs échangent sur la gestion des déchets de transformation du poulet sur les marchés
Sécurité sanitaire : Le Laboratoire national de santé publique et la Douane veulent renforcer leur partenariat
Lutte contre le paludisme : Les moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action bientôt disponibles
Député Ousseni Tamboura : « Des déplacés sont arrivés à Ouagadougou depuis plus d’un an »
Police municipale : Onze élèves inspecteurs soutiennent leurs mémoires
Affaire de blanchiment de capitaux : Rama la Slameuse déposée à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés