Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.» Jim Morrison

Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • lundi 20 mai 2019 à 23h36min
Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)

Des robes noires devant la Maison d’arrêt et correction de Ouagadaougou (MACO). Scène inédite dans la matinée du 20 mai 2019. Des avocats ont observé un sit-in en ce haut lieu de détention des accusés et des prévenus. Les auxiliaires de justice entendaient par cette démarche, dénoncer la paralysie du système judiciaire depuis quelques mois et plaider pour le respect des droits des pensionnaires des prisons, car, ont-ils soutenu, tout le monde est un prisonnier en sursis.

Assise au parking situé de l’autre côté du bitume, Adjaratou Zongo lance des regards lointains sur le mouvement en cours à la devanture de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Foulard bien noué et dégoulinant de sueur, elle est là chaque semaine depuis maintenant plus de deux mois, pour voir son fils Issaka Bonkoungou, 23 ans incarcéré. Peine perdue. Les gardes de sécurité pénitentiaire sont en grève et ont suspendu toute visite aux détenus. C’est la phrase qui lui est chaque fois opposée. « Je souhaite que les protagonistes s’entendent et trouvent une solution. Si chaque partie refuse et campe sur sa position, le pays n’ira pas bien », soutient Adjaratou Zongo.

Adjaratou Zongo mère d’un détenu, invite les protagonistes à trouver une solution à la crise

Tout comme elle, les avocats ne peuvent voir leurs clients incarcérés, pour la même raison de grève des gardes de sécurité pénitentiaire (GSP) et autre acteurs de la chaine judiciaire. Et c’est pour dénoncer cette situation que ces auxiliaires de justice ont décidé d’observer un sit-in devant la MACO afin d’attirer l’attention de l’autorité. Sous un soleil qui a commencé à darder ses rayons, ils sont là.

« Non à une justice en panne », « Non aux détentions sans possibilité de visites », « Non aux détentions sans jugement », « Oui à un système judiciaire efficace, respectueux des droits humains », reprenaient en chœur les mécontents du jour, assis sur des chaises et sous les regards curieux et appuyés des passants.

Les avocats ont dit « Stop » à ce qu’ils appellent une violation du droit des détenus

Un sit-in d’avocats devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, de mémoire de jeune journaliste, c’est bien la première fois que cela a lieu. Et foi de Me Ignace Tougma, chargé de la communication et de l’image publique du barreau, c’est un grand symbole pour les avocats de se réunir devant la MACO. « C’est le haut lieu de la détention des accusés et des prévenus. Lorsqu’on emprisonne quelqu’un et on empêche ses parents, ses amis de lui rendre visite, de lui donner à manger, de lui donner ses médicaments. Lorsqu’on empêche son conseil de communiquer avec lui, vous comprenez qu’il y a une violation grave des droits de ces détenus que nous dénonçons », a-t-il martelé.

Pour Me Ignace Tougma, le sit-in devant la MACO est un symbole

Tous des potentiels prisonniers

Quant à Me Soumaïla Ouattara du cabinet Kéré, un des animateurs du sit-in, tout le monde sans exception est un prisonnier en sursis. « L’histoire récente de notre pays a démontré que nul n’est à l’abri d’une maison d’arrêt et de correction. Certains hier étaient des intouchables dans ce pays, qui décidaient de qui doit jouir de sa liberté et de qui ne doit pas en jouir. Ils ont fini par se trouver dans cette maison, dans cette grande université ».

Pour cette raison, il a soutenu que l’autorité doit comprendre que la paralysie du système judiciaire est un problème de société, de démocratie. « La tergiversation dans la résolution du problème du système judiciaire peut nous amener plus loin. Il est plus que jamais nécessaire, qu’au lieu de se chercher des faux fuyants (du genre les avocats ont des agendas cachés), de s’interroger sur les véritables raisons d’une détermination des hommes aux robes noires », ajoutera-t-il, tout en précisant que c’est leurs robes qui sont noires, sinon leur tête ne le sont pas. « Nous voyons ce qui se passe, nous anticipons et nous alertons. Nous demandons à ce que celui qui doit prendre ses responsabilités, prenne ses responsabilités », a poursuivi Me Soumaïla Ouattara.

Environ deux heures de sit-in pour les robes noires

L’une des raisons de la saute d’humeur des avocats, c’est la grève des gardes de sécurité pénitentiaire qui dure depuis des mois. L’assistant Léopold Belemkoabga, représentant du Syndicat national des agents de la garde de sécuritaire pénitentiaire du Burkina Faso (SYNAGSP) à la MACO nous confiera que les lignes ne bougent pas vraiment pour la résolution de leurs revendications. Le syndicat réclame, entre autres, le rétablissement des carrières de tous les GSP et la reprise des 10 révoqués.

Sur ce dernier point, le Conseil d’Etat a décidé le 8 février 2019 de la suspension du décret de révocation de 10 agents de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP). Ils avaient été radiés des rangs de la fonction publique le 14 novembre 2018 pour « commission de faute d’extrême gravité”. Avec la décision en leur faveur du Conseil d’Etat, le syndicat estime que les éléments doivent réintégrer les rangs. « Nous ne savons pas pourquoi le ministre n’a pas exécuté l’ordonnance de référé du juge. S’il voulait un apaisement, il pouvait le faire », clame L’assistant Léopold Belemkoabga.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 mai à 06:27, par Ka En réponse à : Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la MACO

    Comme j’ai l’habitude de le répéter sur ce forum, ‘’’la première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa justice ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa justice !’’’ C’est le moment que le pouvoir profite et reformer radicalement notre système judiciaire afin d’explorer d’autres voies profitables au peuple et non aux politiques enfermés dans leur égoïsme. Ici je cautionne nos avocats même si je ne porte pas quelques avocats alimentaires dans mon cœur : Ce geste est vraiment un symbole, car le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener : On ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la justice soit pour tous (sans exception). Et je profite dire au régime Kaboré de se réveiller et écouter tous ces tourbillons de préavis des grèves dans tous les secteurs public : Car, un régime qui refuse d’entendre les critiques, ou les appels du peuple, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays comme le nôtre très reconnu pour ses soulèvements populaires.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 08:05, par SOME En réponse à : Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)

    Bien fait pour roch il recolte bien ce qu’il voulait. Au lieu de nettoyer ce milieu de la justice, il a voulu se les amadouer. Ils te le rendent bien. Tout le systeme qui etait le soubassement du systeme de la compaorose se remet en place et te lacheront malgré tes courbettes devant eux. ce qui les interessent c’est que les choses reprennent et qu’ils vivent bien comme avant. 2020 arrive et le systeme du CDP se raective car vous les avez laissés
    Mes freres preparons nous a refaire une vraie revolution et prendre reelement notre destinee en main. Plus rien ne sera comme avnt avant, c’est la lutte et nous vaincrons. roch choisit ton camp, clairement
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 10:48, par ledroit En réponse à : Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)

    MAIS CES ROBES NOIRES DEFENDENT AUSSI LEUR GOMBO. CAR SANS PROCES PAS D’HONORAIRES. AH LE FASO. A QUAND LA FIN ? DIEU NOUS AIME MAIS NOUS NOUS AIMONS PAS. REFLECHISSONS...

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 14:52, par la vérité En réponse à : Sit-in des avocats : Matinée de plaidoirie devant la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO)

    Il faut faire des retenues sur les salaires de ces grévistes qui ne font qu’à leur tête. Comment pouvez-vous passer votre temps à gréver ? Si vous n’êtes pas satisfaits de l’Etat, vous êtes en droit d’aller voir ailleurs. A la place de RMCK, j’aillais virer ces gens comme ça été fait au temps de la révolution puis ensuite ceux du ministère des finances.
    Même si vos revendications sont légitimes, je trouve qu’il y a de l’exagération et cela doit être sanctionné.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque armée à Bobo-Dioulasso : Un policier tué, l’opération de ratissage en cours (Officiel)
Front social au Burkina : Naissance du Syndicat national des gestionnaires de l’information documentaire
Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou : Mention « Très honorable » pour le nouveau docteur en sociologie Taladi Narcisse Yonli
Programme d’urgence pour le Sahel : Les partenaires techniques et financiers mutualisent les expériences pour plus d’efficacité
Santé : Le CHU Yalgado-Ouédraogo et le CHU Ibn-Sina de Rabat renforcent leur coopération
Bobo-Dioulasso : Un policier trouve la mort suite à des échanges de tirs avec des « délinquants »
Pastoralisme en Afrique de l’Ouest : Le PREDIP revisite ses activités
Bobo-Dioulasso : Echanges de tirs avec deux suspects
Bobo Dioulasso : Tirs entendus au centre ville, un homme blessé
Burkina : Le CICR lance un concours national du reportage humanitaire
Burkina Faso : 100 jours pour élaborer une politique nationale de sécurité
Evaluation en douane : Une formation pour mieux contrôler les valeurs déclarées
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés