Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 20 mai 2019 à 23h25min
Santé : Le  SYNTSHA  maintient sa  grève du 21 au 25 mai 2019

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) maintient son mot d’ordre de grève du 21 au 25 mai 2019 et du boycott des gardes et permanences du 25 mai au 3 juin 2019 pour protester contre « le manque de volonté du gouvernement de mettre en œuvre le protocole d’accord » signé entre les deux parties le 13 mars 2017. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse animée par le SYNTSHA ce lundi 20 mai 2019 à la bourse du travail.

C’est un syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) visiblement remonté contre le gouvernement qui était face à la presse ce lundi 20 mai 2019 à la bourse du travail de Ouagadougou. Et pour cause, après le dépôt de son préavis de grève du 25 mars 2019 et contrairement à l’annonce faite à l’issue du Conseil des ministres du 3 avril 2019, des négociations n’auraient pas eu lieu entre le SYNTSHA et le gouvernement. Conséquence, le syndicat a observé une grève les 17 et 18 avril 2019.

Le 2 mai 2019, le syndicat rebelote et dépose à nouveau un préavis de grève. Le 10 mai 2019, une rencontre a lieu à ce sujet et la délégation du SYNTSHA exige la présence des ministères de la Fonction publique et des Finances. En l’absence de ces deux ministères, le syndicat accepte néanmoins d’ouvrir les discussions lorsque la ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué, affirme avoir été mandatée pour apporter des réponses à l’ensemble de leurs revendications au nom du gouvernement.

Malheureusement, cette rencontre accouchera d’une souris, la ministre n’ayant pu apporter de réponses satisfaisantes à la plateforme revendicative du SYNTSHA, promettant lui revenir après des échanges avec les autres ministres.

Une seconde rencontre se tiendra alors le 17 mai 2019 sans succès elle aussi. « Alors que nous nous attendions à des réponses claires et précises du gouvernement sur l’application du protocole d’accord, à la surprise générale de la délégation du SYNTSHA et des collaborateurs de la ministre de la Santé, elle a nié avoir promis d’aller voir ses collègues et revenir au SYNTSHA, allant même jusqu’à tenter d’attribuer la responsabilité de la convocation de la réunion du jour au SYNTSHA.

Face au rectificatif catégorique qui lui a été opposé par le SYNTSHA, elle s’est contentée de dire que la réunion du jour avait pour but de discuter non pas du respect du protocole d’accord mais uniquement du service minimum organisé par le gouvernement », explique Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général du SYNTSHA.

Ce qui visiblement a eu le don d’agacer le syndicat. « Nous disons au gouvernement qu’il y a une différence entre « être reçu » et « avoir négocié » et nous tirons comme leçon des faits évoqués plus haut, que le gouvernement et le ministère de la Santé sont en train d’abuser de notre disponibilité au dialogue. », a martelé M. Ouédraogo.

Aucune négociation véritable n’a donc eu lieu avec le gouvernement, de l’avis du SYNTSHA. Face alors à ce qu’il qualifie de « refus manifeste » du gouvernement d’ouvrir un dialogue sincère et constructif avec le SYNTSHA sur la situation chaotique des formations sanitaires et des services d’élevage du pays, le syndicat maintient son mot d’ordre de grève du 21 au 25 mai 2019 et du boycott des gardes et permanences du 25 mai au 3 juin 2019 pour exiger du gouvernement la satisfaction de sa plateforme et pour plus de respect pour les travailleurs de la santé humaine et animale et de leur syndicat, le SYNTSHA.

« C’est au gouvernement d’organiser le service minimum… »

A la question de savoir si un service minimum sera assuré, Pissyamba Ouédraogo a affirmé que c’était au gouvernement de l’organiser et de prendre les dispositions pour le faire et non au syndicat de s’en occuper. « S’il y a des conséquences de cette lutte, le gouvernement doit assumer l’entière responsabilité. Nous pensons que le SYNTSHA a suffisamment expliqué que ses luttes visent à faire prendre en compte les intérêts des populations dans le secteur de la santé. »

Et M. Ouédraogo d’ajouter que pour le syndicat « il n’y a pas de rupture de dialogue. Ce que nous reprochons au gouvernement, c’est qu’il abuse de notre disponibilité au dialogue en multipliant les réunions et en ne prenant aucune mesure pour apporter des solutions à nos revendications. Ce qui est certain, si les réunions continuent à servir à jouer au dilatoire, nous allons refuser d’y aller. C’est clair, ce que nous recherchons ce sont des solutions. Nous ne recherchons pas des réunions avec le gouvernement, ça ne sert à rien du tout. », a martelé le secrétaire général du SYNTSHA.

Lire aussi : Grève du SYNTSHA : « Nous estimons qu’il faut interpeller le gouvernement à beaucoup plus de sérieux », selon Pissyamba Ouédraogo, SG du SYNTSHA

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 mai à 10:13, par la patrie ou la mort nous vaincrons En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    je ne suis de la santé mais je penses que vous n avez pas eu un bon ministres a la santé elle ne défend pas ses agents sinon le gouvernement allait réagir positivement a votre requête ;on na vu avec les policiers les enseignants les financiers etc et pourquoi pas vous.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mai à 17:36, par gilbert En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

      Pour le bien de notre PAYS,Nous devons tout mettre en oeuvre pour la satisfaction des doléances légitimes de Nos Vaillants Travailleurs. Les Travailleurs des Finances ont vite compris qu’AUCUN compromis n’est possible avec nos gouvernants dans la Douceur surtout si l’ECONOMIE du pays n’est en péril.
      TANT QUE LE SYNSHA NE DURCIRA PAS LA LUTTE,LES TRAVAILLEURS DE LA SANTE N’AURONT RIEN ! ET CELA DANS LEUR ENSEMBLE. Alors, BRISEURS DE GRÉVE OU SYNDICATS DE 03 PARTISANS, RÉVEILLEZ VOUS pendant qu’il est encore temps !

      Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 10:53, par HUG En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Le serment d’Hippocrate. Le serment d’Hippocrate. Vous voulez que l"on reclasse les attachés de santé A2 en A1. Quelle est cette base légale que le permet ? Il n y a pas de base légale. Vous voulez un changement de catégorie ? Après avoir eu les avantages faramineuses (augmentation indiciaire de 20% équivalent d’un échelon....)Malgré ces largesses que le pouvoir du MPP et acolytes vous ont accordé vous n’êtes pas toujours satisfaits et vous voulez faire souffrir les pauvres gens (malades). non ce n’est bon. Mais à quelque part vous avez raison car nous avons en face un gouvernement poltron qui tremble, qui n’a pas de stratégie et qui navigue à vue.. Chers MPP et acolytes pourquoi signer des accords sans apprécier sa faisabilité ? Vous avez été forcé de signer ces accords ?Quelqu’un disait que le pouvoir du MPP et acolytes c’est comme la viande d"éléphant il faut bien aiguiser son couteau pour bien couper la viande même si sa cuisson et sa consommation peuvent être lassante, difficile après. Il y aura certainement des gens qui seront éprouvés par cette grève car la maladie ne prévient pas. Les enseignants, les financiers ont bandé les muscles et ont eu gain de cause donc allons seulement. Gouvernement du MPP et acolytes si vous n’allez tenir face aux agents de santé donnez leur leur A1 et appélé cela reclassement spécial agent de santé et éviter nous les désagréments. Et après attendez le suivant car par c’est la logique de la résolution des revendications des travailleurs cas par cas. La masse salariale était de 52% mais je suis sûr qu’elle va croître davantage ce qui n’est pas bon. Pouvoir du MPP et acolytes prenez votre courage à deux mains et appliquer la remise ) ,plat des salaires c’est l’unique et la seule alternative pour mettre fin à la fronde sociale ? il n’ y a pas d’autres alternatives. Sachez aussi que le Burkina Faso ne se résume aux fonctionnaires, il y a nos braves paysans, commerçants...., Si ma mémoire est bonne ce pouvoir est le premier pouvoir malmené, ridiculisé par les syndicats dont les revendications de certains sont très très exagérées. Maurice YAMEOGO lui au moins a eu le courage de dire non même si son pouvoir est tombé. Le temps est le meilleure juge de l’histoire.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mai à 14:36, par Joug laye En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

      Je crois que seule solution :
      Salaire a plats
      Nouvelle grille salariale
      Départ de ce Vieu de plus de 30 ans aux affaires politique à la retraite

      Quand on aime son Pays on prends des décisions fortes : ce gouvernement a faire une mauvaise entrée et voici les conséquences .
      Priez pour ne pas que le chômeur ,paysan, coiffeur ect ,tous contribuables entrent dans la dance .
      La gestion d’un pays ne peux plus s’apprendre au pouvoir comme avant !

      Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 11:03, par j’aime mon pays En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Personnellement il est tout a fait légitime de gréver afin d’avoir satisfaction si le gouvernement joue la sourde oreille.
    Mais il ya aussi certaines valeurs humaines qu’une personne consciente ne doit pas bafouer pour satisfaire ses besoins aussi legitimes soient ils : Celle d’etre humaine, celle de porter assistance a toute personne en danger, celle de faire aux autres ce que tu souhaite qu’on te fasse. C’est pourquoi, je pense qu’il faut un minimum de service dans tout les centres de soins car chaque enfant qui meurt faute d’un minimum de soins est la responsabilité de tous et c’est notre enfant a tous qui est mort parce que ses devanciers, ses peres, ses meres, ses gouvernants n’ont pas ete responsables. Aucun infirmier, aucun chirurgien, aucun cardiologue, aucun magneticien, ne laissera mourir son enfant, son frere, sa femme, son pere ou sa soeur parcequ’ils sont en greve. Pourquoi ? parce qu’ils sont des humains, parce que la valeur de la vie humaine est au dessus de tout.
    Je demande humblement a tout les infirmier(e)s conscient(e)s et responsables de ne laisser personne nourir ou souffrir quand l’occasion sacrée de votre vie vous appel a etre un sauveur.
    J’appel mes freres et mes soeur Burkinabé a etre les sauveurs de notre patrie. Mais nous avons tous le choix de devenir un sauveur ou devenir un destructeur. Rappellons nous avant toute action que tout ce que tu fait retourne inévitablement vers toi.
    Je pense aussi qu’il ya des moyens de pressions, autre que de laisser mourir les innoncents, qui peuvent forcer le gouvernement a cooperer. Ceux qui meurts sont ceux qui se trouvent dans les memes situation difficiles que vous. Donc vous vous faite du mal en laissant mourir vos freres Les membres du gouvenement et leurs familles sont a l’abri des consequences des greves. trouver un moyen ou le gouvernement verra un interet particulier a etre cooperatif, un moyen ou les investisseurs dirons un mot au gouvernement. Ne laisser pas mourrir vos enfants, vos femmes, vos freres et soeur parce que un gouverment n’est pas cooperatif. Trouver autres moyens de pression.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 11:19, par Sawad En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Soutien total au Syntsha.
    J’espère que d’autres syndicats rentreront bientot dans la danse. Comme le gouvernement refuse de traiter globalement la situation des fonctionnaires, alors il comprendra douloureusement les dérives du cas par cas. En 2014, Blaise a amélioré globalement la situation financière des fonctionnaires, il en est résulté une certaine accalmie. Mais Rock, lui, choisit de donner à certains et demande à d’autres de se sacrifier par patriotisme ! Dans un pays, ou il y en a pour tout le monde ou pour personne. La couardise, le manque de fermeté de Rock va perdre le Burkina. Vivement que les autres syndicats dits faibles ou négligés s’ activent et demandent aussi leur part de gâteau !
    SAWADOGO

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 11:53, par Tout va bien En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Bonjour Mr j aime mon pays on ne fait pas des omelettes sans cacher les oeufs.Réclamer ces droits n est pas synonyme d inconcience je ne suis pas de la santé mais les agents de santé mérite mieux a mon avis c est corps qui devait être mieux traité car ce sont nos salvadors ces des qui ne dérangent pas tant que ça devient trop. Mais ce sont des agents de l Etat comme les autres qui se plaignent chaque. Concernant le ministre de la santé ça sera mieux pour elle de soutenir ces agents comme la OUARO pour ces agents car c est secteur sensible on ne joue pas à la princesse là-bas c est la vie des gens elle peux aussi en plein 14h comme certains après 27ans au pouvoir. Mais elle n auras même pas de pays d accueil.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 11:56, par Dr En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Soutien total aux différents syndicats de la santé. S’il y a en pour les uns, il y a aura forcement pour les autres. Aucun fonctionnaire n’est supérieur, mais chacun dans sa spécificité apporte sa pierre dans la construction de la nation commune.
    Pain et sel pour tous !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 12:02, par shara En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Nous les pauvres allons mourir car n’avons pas les moyens pour aller se soigner à l’extérieur . Chacun n’a qu’à prier dieu pour ne pas être malade pendant cette période de grève .
    Merci au ministre de la santé et à tout le gouvernement de laisser faire cette grève .

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 12:18, par Bonjour En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Pourquoi exiger la présence d’autres ministres, alors que vous dites que ce qui avait été décidé en conseil des ministres, en présence de tous les ministres et du PF n’a pas été respecté ?
    Quand on pousse le corporatisme trop loin.
    Et surtout il faut cesser ces méthodes de voyous, qui consistent à faire la grève dans le public et continuer à aller faire les consultations dans le privé

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 13:19, par Gorko En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    A mmonsieur HUG. Je voudrais juste vous informé que c’est une injustice qui perdure depuis longtemps. En effet ’infirmier d’Etat est classé en B1 comme le gestionnaire. Mais à l’issue des 2 ans ce formation le gestionnaire devient administrateur et passe en A1 tandis que l’infirmier devient attaché de santé en reste en A2 (première injustice). L’attaché de santé fait par la suite deux ans de formation est reste encore en A1 (deuxième injustice). C’est l’ensemble de ces injustices qu’il faut corriger tant dans le domaine de la santé que celui de l’éducation.
    De plus il faudrait souligner l’agent de santé (médecin, pharmacien, infirmier sage-femme, biologiste etc) n’on pas fait voeux de pauvreté. Ils ont des familles à s’occuper. Je vous rappelle que les soins aux personnels de santé ne pas exonerés. Ils les payent comme les autres travailleurs.Lorsque ont louer ou vouloir construire, ils payent le même loyer comme les autres et achètent de la même manière les matériaux de construction chez le commerçant qui pensent aussi faire des bénéfices. C’est l’occasion pour la population de soutenir les agents de santé si l’on sait que les membres du gouvernement partir ailleurs se faire consulter. Les syndicats de la santé sont les plus passibles car tous les autres ont durci le ton et ont eu gain de cause (police minefid, enseignement est en voie etc. ). S’il y en a pour un il en aura pour deux.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 14:33, par HUG En réponse à : Burkina : Le SYNTSHA maintient son mot d’ordre de grève

    Internaute Gorko ce n’est pas parce que les autres ont eu gain de cause que vous allez aussi durcir le ton. Mais à bien analyser vous avez un peu raison car l’Etat est en grande partie responsable de cette situation à travers sa fameux cas par cas. D’ailleurs ne comparer pas les corps car chaque corps est spécifique. Venons à l’idée selon laquelle l’attaché de santé fait deux ans à l’école et est reclassé attaché A1. Monsieur Gorko existe t-il des attachés de santé A1 ? En plus vous dites que l’infirmier diplômé d’état est classé en B1 tout comme le gestionnaire...... ; Monsieur Gorka ce que vous ne dites pas c’est que le gestionnaire est recruté avec le bac et l’infirmier diplômé d’état est recruté avec le niveau terminal vrai ou faux. Donc naturellement si le gestionnaire est admis à un concours professionnel et il fait deux ans est reclassé en A1 c’est bien normal car il a été recruté avec le bac. Cependant,l’infirmier diplômé d’état qui est admis à un concours professionnel et il part faire deux ans de formation et est reclassé en A2 c’est normal car il a été recruté avec le niveau terminal qui inférieur au Bac. Donc internaute Gorka il n’y a aucune injustice. C’est l’ordre normal des choses. Monsieur Gorko dans un passé récent les travailleurs de l’action sociale et les journalistes recrutés avec le bac et lorsqu’ils sont admis au concours professionnels ils partent faire trois (03) ans à l’école de formation, ils sont reclassés en A1 c’est çà on appelle injustice car les autres fonctionnaires recruté avec le bac et qui font deux(02) à l"école sont réclassés en A1. C’est pour pallier cette injustice que la fonction publique a uniformisé les années de formation (B à A) qui est de maintenant de 2 ans dans toutes les écoles professionnelles. Quand l’Etat est faible nous périssons mais quand il est fort, il nous écrase.C’est simplement ce que nous vivons aujourdh’ui

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 15:19, par TRAORE En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Bonsoir ! Au lieu que le SYNTSHA maintienne sa grève du 21 au 25 mai 2019, qu’il la maintienne jusqu’en 2020. In Challah, les malades ne vont pas mourir. On travail en négociant, je crois. Quelle honte ! Ne pensez-vous pas que même si le gouvernement arrive à vous satisfaire d’ici là, n’allez-vous pas le regretter après ? Le serment n’a plus sa valeur au Burkina Faso. Moi à la place du gouvernement, je n’appellerais aucun syndicat à avoir un esprit de patriotisme.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 15:43, par armel En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Tout ça est de la responsabilité du gouvernement ,Remise a plat chanté sur les toits , zéro, suppression du fond commun ,zéro,.On a pas le courage d aller jusqu’au bout quant on prend une décision.C est une preuve de faiblesse et les syndicats en profitent.Je persisté a croire que ça été une grosse erreur que le régime va payer cher,le fait d avoir écarté Rosine,Simon,et Clément du gouvernement.Tous ceux qui restent sont incapables de dire la vérité a son Excellence RMCK.Resultat, nous allons tout droit dans le décor.Ce gouvernement n est pas du tout a la hauteur de nos défis.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 17:02, par gohoga En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Bonjour à tous. Tous nous sommes inconscient dans ce pays : - le Gouvernement ou le PF pour avoir sans réfléchir octroyer des salaires relativement élevés (si on tient compte de SMIG) à certains salariés de l’Etat d’une manière discriminatoire.
    - les syndicats (politisés) qui tiennent à renverser le Gouvernement par tous moyens y compris la manipulation de salariés de l’Etat par le biais de syndicalisme. même si le pays doit disparaitre. Les problèmes de peuple n’intéresse pas les syndicats. Aucun pays ne s’est développé par nombre de grevé ou par les actions des syndicats. Je suis attristé quand un agent de santé, qui prêté serment, est fière de dire que cent pour cent des formation sanitaires ont respecté le mot d’ordre. Alors même qu’il sait que ceux qui souffre de cette situation ne sont pas les Gouvernants. Laisser mourir le peuple pour obtenir de l’argent=coupeur de routes=ceux qui se partage 55 milliards net d’impôt et hors salaire et autre avantage. Il n’est pas étonnant qu’au vu de tous ce qui précède, d’autres groupes prennent les armes pour combattre cette république qui n’appartient qu’à une petite minorité des habitants.
    Avant l’arrivé de ce regime aucun syndicat ne s’est plaignait. Ce qui est surprenant. Gohoga

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 18:00, par Un burkinabé En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Nous savons tous que les agents de santé comme tous les autres fonctionnaires ont des revendications légitimes.
    L’agent de santé veut gréver tout le monde dit NoN il est traité de tous les noms.
    Nous savons que les réunions seules ne suffiront jamais pour obtenir un changement.
    Alors que dois faire l’agent de santé continuer à travailler tranquillement en attendant l’amélioration de ses conditions de travail ou doit-il aller en grève ?
    L’idéal serait quil reste travailler tranquillement pendant que la population grève et négocie pour lui ! Hmm sinon svp laisser le se battre.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 07:30, par maan zemzem En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Et pourtant l’homme qui est la solution est là callé, qui est devenu alors le problème ? Le manque d’humilité envers Dieu vous conduit dans une telle situation. Alors, le Faso est dans un tourbillon où seul Dieu sait où ce tourbillon va le déposer. Souhaitons qu’il nous dépose aux abords d’une mer ou d’une forêt car s’ il nous lâche sur du sable, ça sera une misère indescriptible. Prions pour que Dieu, par la foi des fidèles croyants nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 08:12, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Le Président Rock a trop cru aux valeurs de la démocratie . ça ne marche pas comme ça malheureusement. Mais j’ai l’impression que c’est un peu tard. Laisser l’Etat s’affaiblir jusqu’à ce point parce que c’est la démocratie c’est un suicide collectif

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 10:24, par Secrétaire En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    j’aime mon pays, s’il vous plait, exemples de moyens de pression. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 11:01, par Pathe Diallo En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Pauvre FAso tout le monde va en grève à tout moment et n’importe comment qu’importe les conséquences pour le pays ! IL ne reste que le Président du Faso qui à ce rythme ira aussi en grève ! Un pays ne peut pas avancer dans ces conditions !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 11:29, par Domdom En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Hop !!! le Burkina de plus rien ne sera comme avant de Mba Michel est en marche, malheureusement c’est dans la négativité.

    Le grand perdant dans se partage de la viande de l’éléphant (les ressources de l’état) c’est le privé.
    Il faudra que le privé tape sur la table pour signaler qu’il peut bander les muscles lui aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 13:01, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    - WEBMASTER EN VERTU DE QUOI TU ME SENSURES UNILATÉZALLEMENT ? AI-JE PROPOSÉ DE TUER QUELQU’UN ? AI-JE INULTÉ PÈRE ET MÈRE DE QUELQU’UN ? NON ! EH BIEN, MET MON POST ET VITE ! CE SONT VOUS AUTRES QUI CRÉEZ DES PROBLÈMES AU POUVOIR EN NOUS EMPÊCHANT DE LEUR DIRE CLAIREMENT LES CHOSES AFIN QU’ILS CHANGENT. SINON POURQUOI TU CHOISIS DE NE PAS METTRE MON POSTE QUE VOICI :

    - - Bonjour à tous et toutes, même aux mécréants, aux injurieux et aux sales d’esprits !! Si moi Kôrô Yamyélé je parle, des hiboux noirs vont encore m’insulter pour rien ! Or je vais dire ce que je pense !

    Vous voyez, le nègre est de couleur noire parce qu’il est maudit, il ne dit jamais la vérité, il n’aime pas la vérité, il est méchant. C’est pourquoi Dieu lui-même l’a grillé à l’avance en lui donnant la peau noire en attendant qu’il rejoigne l’enfer ! Foi de Kôrô Yamyélé  !

    - Voilà des gens de la santé qui grèvent tout le temps, revendiquent, etc. On ne tient pas compte de ce qu’ils disent et on se permet de donner beaucoup d’argents à des voleurs comme ceux des finances, ces bouffeurs de marchés publics et des escrocs des 10% des marchés publics !!! Qu’ont fait les agents de la santé pour être si abandonnés par ce Gouvernement fantoche et ses lâches de sous-fifres ? Voyez comment les agents de la santé souffrent et d’autres même dorment peu (gardes, surveillance de malades, etc.) et on donne plein de sous à des pécheurs et des voleurs comme les agents du MINEFID et on laisse les agents de la santé.

    - Prenez le cas d’un Médecin ! Il fait plusieurs années d’études après le Bac C ou D (Pas le Bac B comme la plupart de ces malappris et malfrats du MINEFID !) et il finit comme Médecin et se retrouve avec un salaire mensuel de 250.000 ou 300.000 FCFA !!! Quelle injustice et quelle mécréance envers ce monsieur ! On a tous applaudit ici quand ce Professeur Mr CISS est venu accompagner nos médecins et infirmiers spécialisés á opérer les coeurs de 7 enfants ici ! On a tous applaudit à devenir fous de joie. Mais ce Prof. CISS, il a fait 15 ans d’étude après son BAC, et il y en a de pareils que lui dans ce pays. Et ces gens touchent seulement 350.000 FCFA au grand maximum par mois, alors que des mécréants, des bandits à cols blancs, des voleurs de la République, des anti-Dieu sont là avec plus de 500.000 FCFA par mois avec en plus des cadeaux pour bien manger, bien boire et bien voler les femmes des autres dans des Auberges et des chambres de passe !!! Quelle injustice !!!

    - N’oublions pas que ces agents de la santé grèvent aussi pour nous tous !? Ils veulent plus de moyens pour travailler et c’est normal. Voyez où est mort l’ancien Président de l’Assemblée Salif Diallo alias ’’EL Diablos’’ - il a dîné avec le diable mais avec une longue fourchette ! - Où on a amené Général Djibril Bassolet pour le soigner ? Où est actuellement la fille de la Médiatrice du Faso Saran SEREME pour se soigner ? Ces gens, pauvres diables, auraient pu pendant tout le temps de leurs règnes machiavéliques, penser au moins à développer les offres de soins dans notre pays. Pourquoi ailleurs on arrive à le faire mais pas ici ? Sommes-nous des inconscients à ce point ? Eux ont aujourd’hui les moyens d’aller se faire soigner aux frais de l’État !! Bande d’hypocrites ! Et le Chef de mon petit village ici, lui en a il la capacité s’il tombe gravement malade ? Dit-donc ! Le noir aime manger, boire, péter et fêter !! C’est tout et c’est pourquoi quand ils gagnent le pouvoir, c’est tous leurs villages qui fêtent parce que chacun se croit un peu aussi du pouvoir donc tout permis ! On a vu ici avec la nomination de ce vieux premier Ministre fatigué de Dabiré ! Des faux journalistes eux-mêmes hypocrites, pauvres mendiants larmoyants sont allés ans son village faire un reportage sur les pauvres villageois de ce petit village perdu dans les broussailles là-bas jusque-là inconnu, en montrant la photo de son frère à qui on a même donné la parole ! Pour nous dire quoi ? Pour changer quoi ? C’est de la mégalomanie et de la félonie ! Laissez le pauvre paysan villageois tranquille dans son coin car si son frère n’est plus PM, mêle son décès sera anonyme dans son coin là-bas !!!!!

    Conclusion : Il faut pendre tous ceux qui détournent l’argent public pour se construire des immeubles et pendre tous ceux qui les défendent !!! Il faut traîner RMCK et le Contrôleur d’État LMI devant le Conseil d’État parce qu’ils nous trompent, nous mentent et se vantent à la télé avec de gros rapports mais ne font rien aux détourneurs qu’ils protègent parce qu’étant leurs parents !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 21 mai à 16:05, par Ka En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

      Mon ami Kôrô Yamyélé pourquoi insisté ? Comme je le dis très souvent, ‘’les dirigeants africains n’aiment pas qu’on leur dise des vérités, ils considèrent cela comme un déshonneur, et tu devais le savoir depuis plus de dix ans que nos vérités les rougit les yeux. C’est à cause de cela que l’Afrique reste sous-développée.
      Inutiles d’accusé les décideurs de notre pays, tout dont tu relates touche tout le continent. Car, pour un dignitaire africain, se soigner à l’étranger est également une énorme injustice envers le reste de la nation. En effet, pendant que leurs compatriotes sont condamnés à se rendre dans des structures de santé devenues des mouroirs, les présidents africains et familles eux prélèvent sans vergogne sur les deniers publics pour aller en Occident. En connaissance de cause, je te donne ici d’un exemple qui tournera la tête a ton chef du village : ‘’’l’aller-retour d’un avion médicalisé pour acheminer à Paris un ministre africain malade coûte au minimum 150 000 euros, l’équivalent (au moins) d’une vingtaine de bourses d’études en médecine dans les université Africaine. La faute politique et l’injustice expliquent ensemble la colère d’une partie de l’opinion africaine lorsqu’elle apprend que les politiciens africains et leurs parents vont se faire opérer en occident.’’’ Pour avoir fait le choix de négliger les structures sanitaires de leur pays, convaincus qu’ils pourront toujours être évacués vers les capitales occidentales, les dirigeants africains ont mis le continent au sommet du palmarès mondial des présidents décédés à l’étranger comme notre honorable Salif Diallo : le Zambien Michael Sata, décédé en 2014 à Londres, l’Ethiopien Melès Zenawi, mort en 2012 à Bruxelles, le Bissau-Guinéen Mallam Bacai Sanha qui s’est éteint la même année à Paris tout comme le Zambien Levy Mwanassa mort en 2008 à Paris. De toute cette liste, les deux cas les plus scandaleux sont ceux du Gabonais Omar Bongo Ondimba et du Togolais Eyadema Gnassingbé. Le premier est mort en 2009 à Barcelone en Espagne, après avoir dirigé son pays pendant quarante-deux ans sans avoir eu l’idée de bâtir un centre sanitaire dans lequel il rendrait son dernier souffle. Le second est mort en 2005 dans l’avion qui le transportait de Lomé vers une capitale occidentale après trente-huit ans d’un règne au cours duquel il avait eu les moyens suffisants de doter le Togo d’un centre hospitalier qui lui aurait permis de recevoir les premiers soins avant son évacuation. Cela lui aurait peut-être sauvé la vie ! Mon ami Kôrô Yamyélé, nos dirigeants savent le problème de nos corps soignants et l’absence totale d’un système sanitaire adéquate, mais pour eux et leurs familles les moyens sont là, pourquoi se soucier des autres ?

      Répondre à ce message

  • Le 21 mai à 13:09, par sanou paul En réponse à : Santé : Le SYNTSHA maintient sa grève du 21 au 25 mai 2019

    Bonjour chers internautes, que tu sois enseignants, administrateurs, agents d’agriculture ou de l’élevage, ils sont tous fonctionnaires. Tout les fonctionnaires ont droit à la grève.
    - Les financiers ont grévé, ils ont été satisfaits,
    - Les juristes ont obtenu gain de cause,
    - Les enseignants ont été recommencé,
    - POURQUOI pas les agents de santé ???
    Le président KABORER a a fait un mauvais départ en accordant des avantages faramineux non scientifiques aux magistrats et aux financiers.
    Nous devons au Président ROCH de gérer.
    Les agents de santé sont des agents comme les autres fonctionnaires

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise au ministère de la Santé : Des syndicats demandent l’application diligente de la Fonction publique hospitalière
AG des transporteurs de la gare routière de Tampouy : Installation du bureau de l’UNATRAF sous haute tension
Journée internationale de la paix : « La promotion de la paix passe également par la lutte contre le changement climatique », selon les Nations unies
Association Leadership jeune pour la paix et le développement : Un panel pour sensibiliser les jeunes à la culture de la paix
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés