Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant

Accueil > Actualités > Economie • • dimanche 19 mai 2019 à 14h00min
Union économique et monétaire ouest-africaine : Un niveau de récoltes globalement satisfaisant

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles, Salifou OUEDRAOGO, a participé à la huitième réunion du comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le 17 mai 2019 à Niamey. En prélude à cette instance, les ministres de l’Agriculture et de l’Elevage de l’UEMOA ont tenu une réunion préparatoire, le jeudi 16 mai.

La huitième réunion du comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’UEMOA s’est tenue le 17 mai 2018 à Niamey, sous l’égide du président nigérien Issoufou MAHAMADOU. Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles du Burkina Faso, Salifou OUEDRAOGO, a participé, aux côtés de ses homologues, à la définition des orientations visant la promotion durable de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la sous-région.

Les pays membres de l’UEMOA ont enregistré à l’issue de la campagne agricole écoulée une production céréalière chiffrée à 31, 18 millions de tonnes. La quantité de tubercules produite dans la sous-région est estimée à 24, 27 millions de tonnes. La production halieutique est évaluée à 940 838 tonnes. Le comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle a salué « un niveau de récoltes globalement satisfaisant ».

Mais 1, 71 millions de personnes ont un besoin d’assistance alimentaire et nutritionnelle durant la période courante mars-mai 2019. L’absence de mesures appropriées pourrait conduire à la hausse de ce chiffre à 2, 83 millions de personnes, notamment au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Sénégal.
Pour faire face à cette situation, le comité de haut niveau a recommandé aux Etats de diligenter la mise en œuvre de plans de réponses et d’urgences d’assistance alimentaire en faveur des populations vulnérables.

La peste porcine africaine et la gourme ainsi que la grippe équine et asine préoccupent le comité de haut niveau. Il suggère aux Etats une analyse de l’impact de ces épizooties et la quête du bien-être animal.

Une vue des membres du comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’UEMOA

Les participants à la rencontre ont invité les parties prenantes à intensifier la lutte contre la chenille légionnaire, à mettre à l’échelle les bonnes pratiques en matière de gestion durable des terres, et à définir des programmes de conservation, de domestication et de transformation des produits forestiers non ligneux.

L’amélioration de la compétitivité des filières aquacoles et l’évaluation des potentialités fourragères dans les zones d’accueils des troupeaux transhumants sont également dans la ligne de mire des leaders ouest-africains en charge de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Le comité de haut niveau a manifesté son attachement à la Politique agricole de l’Union et au Programme communautaire décennal de transformation de l’agriculture pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (PCD-TASAN), appelant la Commission de l’UEMOA à poursuivre leur mise en œuvre. Ces référentiels portent les ambitions d’intensification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques et d’amélioration des échanges intracommunautaires des produits agricoles dans les Etats membres.

« La campagne agricole 2019-2020 enregistrerait des quantités de pluies supérieures à la normale, un démarrage précoce à normal et des écoulements globalement moyens à supérieurs au niveau des principaux cours d’eau », prévient le comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il conseille alors aux acteurs « des espèces et variétés adaptées » et met en garde contre « l’occupation anarchique des zones inondables ».

Roger SANKARA
DCPM/MAAH

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economies africaines : Le COVID-19 a inversé les prévisions de forte croissance, selon la Banque africaine de développement
Climat des affaires : Le Burkina veut améliorer son score
Impact économique du Coronavirus : 68% des femmes de Ouagadougou ont ressenti l’insécurité alimentaire dans leur famille
Développement des infrastructures numériques : Le programme budgétaire est à 47% au 30 juin 2020
Economie : Le Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques fait le bilan à mi-parcours de ses activités
eSintax : Une borne d’accès pour faciliter le paiement des taxes
Développement local : Le ministre de l’économie prend le pouls du PADEL dans le Sanmatenga
Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) : La 16é édition est annulée
Projet agricole CORAF-UEMOA : Les résultats satisfaisants avec un besoin de changement comportemental des populations, selon la conférence de presse récapitulative
Entrepreneuriat féminin : « Aujourd’hui, beaucoup de femmes ont des activités, mais cela reste informel », déclare Aminata Touré/ Sinka
Comptabilité des matières et gouvernance des biens publics : La DGAIE outille des collectivités territoriales à Bobo-Dioulasso
Burkina Faso : Bilan de la mise en œuvre de l’Infrastructure qualité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés