Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Personnes du troisième âge : Le CES recommande une meilleure prise en charge sociale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 14 mai 2019 à 18h35min
Personnes du troisième âge : Le CES recommande une meilleure prise en charge sociale

« Protection et promotion des personnes âgées au Burkina Faso : quelles stratégies pour une vieillesse plus sécurisée et contributive ? ». C’est sous ce thème que s’est tenue la première session ordinaire de l’année du Conseil économique et social (CES). La clôture est intervenue ce lundi 13 mai 2019 à Ouagadougou.

Ouverte le 16 avril, c’est ce lundi 13 avril 2019, que la première session ordinaire de l’année du Conseil économique et social (CES) a refermé ses portes. Durant cette session, les conseillers se sont penchés sur les personnes du troisième âge sous le thème « Protection et promotion des personnes âgées au Burkina Faso : quelles stratégies pour une vieillesse plus sécurisée et contributive ? ».

Selon la 1ère vice-présidente du CES, Fatimata Legma, ces quatre semaines de session ont permis aux conseillers de réfléchir sur le thème et de rencontrer le Conseil national des personnes âgées pour mieux appréhender la situation. Ce qui a abouti à des conclusions et recommandations. Cela dans l’objectif d’accorder plus de protection à cette frange de la population qui a contribué au développement du pays.

Du rapport de synthèse des travaux, l’on peut retenir que la population de 60 ans au Burkina, selon les données de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), est passée de 582 060 individus en 1996 à 712 573 en 2006. Elle atteindra presque un million en 2020. Ce qui fait dire aux conseillers que cette croissance démographique du nombre des personnes âgées, pose de nombreux défis et plaide pour leur prise en compte dans les politiques publiques au regard de l’état de vulnérabilité dans lequel la majeure partie d’entre elles se trouvent.

La prise en charge sanitaire pose problème

Pour ce qui est des conditions de vie socioculturelles des personnes âgées, il existe deux centres d’écoute, de soins et de loisirs à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Les conseillers, tout en saluant cela (même si ces centres ne répondent pas à leurs missions initiales), déplorent le fait que ces structures soient absentes dans les autres régions du pays. Sur la plan sanitaire, la situation n’est guère reluisante.

En ce sens que la proportion des personnes âgées parmi les malades croit avec des pathologie fréquentes comme le cancer, l’hypertension artérielle, le diabète. Mais l’offre de soins dans ces services de santé ne permet pas une bonne prise en charge des « papy et mamy ». Cela en raison du manque de services spécialisés adaptés.
Selon les travaux, la protection familiale est de plus en plus absente en faveur des personnes du troisième âge.

Cette protection jadis valorisée par les communautés traditionnelles est fortement éprouvée par la modernité et l’individualisme qui prend des proportions assez inquiétantes dans la société. Sans oublier l’exclusion sociale avec des cas d’accusation de sorcellerie. Ce qui engendre des exclusions de la cellule familiale et des violences physiques et psychologiques sur ces personnes.

Revaloriser les pensions

Au pays des Hommes intègres, 30,2% des personnes âgées vivent avec un handicap. Ce qui rend leurs conditions de vie encore plus précaire que les autres personnes de leur âge. L’incidence du handicap est plus important en milieu rural (7,4% y vivent) qu’en milieu urbain (5,6% vivent en ville). En octobre 2016, le Burkina a adopté la loi no24 portant protection et promotion des droits des personnes âgées. Les conseillers ont constaté qu’à ce jour, les textes d’applications de cette loi sont toujours en stand-by.

En raison de tous ces constats faits, à la fin des travaux, les conseillers ont formulé plusieurs recommandations dont cinq spécifiques. Il s’agit de :

- l’amélioration de la prise en charge sanitaire de personnes âgées ;

- la revalorisation des pensions de retraite au niveau de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO) ;

- l’adoption des textes d’application de la loi n°024-2016/AN du 17 octobre 2016 portant protection et promotion des droits des personnes âgées ;

- l’institutionnalisation du forum national des personnes âgées ;

- la ratification du protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des personnes âgées.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina : Boukaré Belembaogo élu nouveau secrétaire général
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Nuit de l’excellence de l’UFR-LAC : La gent féminine à la traine
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés