Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

CIP-G5 Sahel : Alassane Bala Sakandé tient le bâton de commandement

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • lundi 13 mai 2019 à 21h40min
CIP-G5 Sahel : Alassane Bala Sakandé tient le bâton de commandement

Le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso a pris les rênes du comité interparlementaire du G5 Sahel (CIP G5 Sahel) pour un mandat d’un an. Il succède au président du parlement nigérien, Ousseini Tinni, à la tête de cette institution depuis fin 2017. C’était au cours de la première assemblée générale annuelle dudit comité tenue autour du thème ’’ GIP-G5 Sahel : une institution de suivi des actions sécuritaires et de développement pour les pays membres du G5 Sahel’’, à Ouagadougou, le 13 mai 2019.

Le comité interparlementaire du G5 Sahel a été créé il y a de cela deux ans, à Niamey, entre le Burkina Faso, le Mali, le Niger et la Mauritanie. A l’origine, I’objectif était de suivre le développement démocratique qui doit accompagner l’aspect sécuritaire du G5 Sahel, afin d’éradiquer le terrorisme dans l’espace sahélien. Le comité avait un rôle d’éveil, de conseils et d’organe de conciliation entre les populations à la base et les partenaires engagés contre les terroristes. Mais, au bout de deux ans, le comité entend faire le bilan des acquis et définir de nouvelles perspectives. C’est ainsi que les parlements membres dudit comité que sont le Niger, du Mali, du Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad, ont tenu leur première assemblée générale.

Plusieurs chefs d’Etats-majors des armées de ces pays, les députés membres du G5 Sahel, ainsi que Rémy Fulgance Dandjinou , ministre de la Communication et des relations avec le parlement, ont assisté à l’évènement. Cette première assemblée générale s’est voulu une rencontre de haut niveau, de passation de charges entre le président de l’Assemblée nationale du Niger, Ousseini Tinni qui présidait cette institution depuis sa création et Alassane Bala Sakandé, président du parlement du Burkina Faso, président entrant du CIP-G5 Sahel, pour une durée d’une année C’était en présence de Issaka Sidibé, président du parlement du Mali et du vice-président de l’Assemblée nationale du Tchad, représentant le président du parlement tchadien, Théophile Yombombé . Mais la Mauritanie n’a pas été représentée à cette cérémonie.

Lors de la passation des charges, Alassane Bala Sakandé a pris le maillet, symbole de prise de commandement du CIP-G5 Sahel, des mains de l’ancien président du CIP-G5 Sahel, et président de l’Assemblée nationale du Niger, Ousseini Tinni. Il est désormais chargé de présider cette institution pour le mandat requis, tout en contrôlant les missions sécuritaires du G5 Sahel.

Dans son discours de prise de responsabilité du CIP-G5 Sahel, Alassane Bala Sakandé a exprimé sa compassion au peuple du Niger qui a été victime d’un « effroyable incendie d’un camion-citerne à Niamey le dimanche 5 mai 2019 et ayant fait plus d’une cinquante de morts et de nombreux blessés ». Aussi a-t-il saisi l’occasion pour avoir une pensée pour les populations du G5 Sahel qui ont perdu la vie, dans plusieurs massacres terroristes.

Pour Alassane Bala Sakandé, à la création du G5 Sahel le 16 février 2014 à Nouakchott, cette force était perçue « comme un nouveau machin pensé et conçu par les dirigeants juste pour se donner bonne conscience face au terrorisme, si ce n’est servir leurs intérêts personnels » Mais, a-t-il précisé, « nous sommes engagés dans une guerre contre les ennemis de la vie. Ces tueurs sont passés maitres dans la manipulation et font souvent la guerre par procuration ». Et c’est ainsi, qu’il a invité les citoyens de l’espace G5 Sahel à ne pas se tromper d’ennemi, ni de combat, en prônant l’union, l’audace et le courage pour combattre « l’ennemi commun jusqu’à la victoire finale ».

Au sortir de cette assemblée, des commissions et des experts ont été mis en place pour étudier les mécanismes rapides de résolution des menaces djihadistes dans l’espace G5 Sahel. Le Burkina Faso occupe désormais le secrétariat de cette institution avec résidence au Niger.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale : L’ambassadeur des Etats-Unis discute de sécurité avec le chef du parlement burkinabè
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
Burkina - France : « Pour moi, le premier intérêt français au Burkina Faso, c’est que le Burkina Faso soit stable », Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés