Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Chorégraphie : C’est parti pour la 3e édition de « Africa Simply the Best »

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 10 mai 2019 à 11h18min
Chorégraphie : C’est parti pour la 3e édition de « Africa Simply the Best »

Le danseur chorégraphe Serge Armel Coulibaly, fondateur de la Compagnie Faso danse théâtre, et directeur artistique de l’Association Ankata, a procédé au lancement de la 3e édition de la danse chorégraphique solo dénommée « Africa Simply the Best » dont il est l’initiateur, le mardi 7 mai 2019 à la Villa Rose, à Bobo-Dioulasso. Les quatorze candidats venus de plusieurs pays d’Afrique donneront le meilleur d’eux-mêmes durant cinq jours, soit du 7 au 11 mai, pour décrocher le premier prix, l’Akogni d’or.

C’est parti, depuis le mardi 7 mai 2019, pour la 3e édition de « Africa Simply the Best ». Cette édition est placée sous le thème « Les enjeux de la création contemporaine face au développement de nos villes ».

Durant cinq jours, du 7 au 11 mai 2019, les meilleurs danseurs chorégraphes compétiront à l’Institut français de Bobo-Dioulasso, pour remporter l’Akogni d’or.

En 2015, sur initiative du danseur chorégraphe Serge Aimé Coulibaly, fondateur de la Compagnie Faso danse théâtre, et directeur artistique de l’Association Ankata, se tenait la première édition de danse chorégraphique solo de Bobo-Dioulasso intitulée « Simply the Best » à laquelle avaient pris part des jeunes danseurs et chorégraphes des villes du Burkina Faso.

Par la suite, la 2e édition du concours s’est étendue à l’Afrique de l’Ouest et la présente édition s’est ouverte à tous les pays du continent africain, d’où la nouvelle dénomination « Africa Simply the Best ».

À cet effet, ce sont quatorze candidats venus du Cameroun, du Maroc, du Nigéria, de l’Afrique du Sud, du Mozambique, du Bénin, du Burkina Faso... qui compétiront sur scène.

La prochaine édition restera toujours consacrée au continent africain, mais Serge Aimé Coulibaly n’exclut pas la possibilité d’étendre le concours au monde entier, si les conditions financières sont réunies. Le concours a lieu tous les deux ans à Bobo-Dioulasso.

Au programme de ces cinq jours, il est prévu des spectacles à l’Institut français de Bobo-Dioulasso, un panel sur « Les enjeux de la création contemporaine » à la Maison de la culture, des soirées d’animation culturelle aux Bambous...

Serge Armel Coulibaly initiateur de Africa Simply The Best

À l’issue du concours, les trois meilleurs solos d’Afrique seront choisis et placés sur le marché international à travers une tournée internationale.

Les prix se présentent comme suit : le 1er prix est une tournée internationale sur quinze dates, en plus de l’Akogni d’or et d’une somme d’un million de francs CFA. Le deuxième recevra 750 000 F CFA et l’Akogni d’argent. Le troisième, 500 000 F CFA et l’Akogni de bronze. Il est aussi prévu le prix Gnongolon du jeune talent.

Les prix Akogni rend hommage à une dame, Germaine Akogni, qui a beaucoup œuvré pour la danse en Afrique. Les lauréats seront ensuite invités à Bruxelles en décembre 2019 pour un coaching intensif, afin de préparer leur tournée internationale qui débutera en 2021.

Le jury est composé de six artistes de renommée internationale, à savoir Dorothée Muyenaneza du Rwanda ; Smokey Bambara, Odile Sankara et Michel Saba du Burkina Faso ; Mouna N’Diaye du Sénégal. Il sera présidé par Etienne Minoungou du pays des hommes intègres.

En lieu et place de la présentation orale, c’est par quelques démonstrations de pas de danses que chacun des quatorze candidats s’est fait connaître du public, pour donner un avant-goût du spectacle.

Le chef coutumier des Bobo, présent à la cérémonie de lancement, a donné ses bénédictions pour le bon déroulement des spectacles. Il a également souhaité bonne chance à tous les candidats.

Rendez-vous est donc donné pour le 11 mai prochain, pour découvrir le lauréat de « Africa Simply the Best » 2019.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20 ans de Fitini Show : L’association Deni Dêmê annonce les couleurs
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés