Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un ami est celui qui vous laisse l’entière liberté d’être vous-même.» Jim Morrison

Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 8 mai 2019 à 13h00min
 Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture

Derrière le beau et large sourire de cette jeune dame de 43 ans, mère de trois enfants, se cache l’expression certaine d’un rêve réalisé. Il s’agit de Bernadette Gansonré née Ouédraogo, couturière et styliste de profession depuis plus de 18 ans. Sa passion pour son métier est d’autant plus affirmée qu’elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

La mode n’a plus de secret pour Bernadette Gansonré née Ouédraogo. Elle évolue dans l’univers de la couture et du stylisme depuis 2001. Après une longue période d’apprentissage parsemée d’embûches, elle finit par se frayer un chemin, à la force du poignet. Aujourd’hui, Bernadette Gansonré est propriétaire d’un atelier de couture dénommé « GTB Confection » (Gansonré Tong Bernadette Confection), situé à Ouagadougou.

Pour cette dame de 43 ans, son amour pour la couture a commencé à se manifester lorsqu’elle était en classe de 3e. Son rêve, devenir une couturière professionnelle. Pour parvenir à cette fin, Bernadette Gansonré va alors s’armer de courage, de détermination et surtout de volonté. C’est ce qui lui a permis de faire le tour de certains ateliers pour le besoin d’apprendre les fondamentaux de la couture. D’abord à Bobo-Dioulasso, dans un atelier de couture, ensuite à Ouagadougou, dans une école professionnelle dénommée « Annabis ». Et c’est à l’issue de ces formations, à la fois sur le tas et à l’école, qu’elle décida d’ouvrir son propre atelier.

La renommée de cet atelier de couture et de style ne fait aujourd’hui l’ombre d’aucun doute. Comme on le dit, le succès est au bout de l’effort ! Et pour imprimer la marque de ce succès à son atelier, Bernadette Gansonré s’est forgé cette conviction noble qui dit qu’« il n’y a pas de sot métier ». Pour elle, l’autonomisation économique des femmes exige d’elles de l’endurance, de la volonté, du courage et de la détermination. Et, confie-t-elle, cette autonomisation se fait de façon ascendante, c’est-à-dire du bas vers le haut.

Une femme déterminée, un rêve concrétisé

Bernadette Gansonré née Ouédraogo, après une autre formation à l’école de stylistes à Gounghin (un quartier de Ouagadougou), s’investit de nos jours dans la formation d’apprenants et apprenantes au métier de la couture et du style dans son atelier. « C’est ma façon à moi d’aider les jeunes filles à s’auto-suffire », se satisfait Bernadette Gansonré. La durée de la formation est de trois ans couronnée d’une attestation de succès en vue de leur permettre de travailler à leur propre compte.

L’atelier-école de madame Gansonré compte 35 élèves, avec qui elle partage ses connaissances de près d’une vingtaine d’années d’exercice de la haute couture et du stylisme. Des formations qu’elle dispense, elle en est fière : « Il n’y a pas plus grand amour que de partager ses connaissances avec la jeunesse ». Et pour être toujours au top de la recherche et de la créativité, Bernadette Gansonré ne manque pas à son tour de se former et de participer à des fora sur le secteur de la couture.

L’œuvre humaine ne pouvant se réaliser sans difficultés, Bernadette Gansonré en rencontre aussi dans l’exercice de son métier. Il s’agit essentiellement « du manque de relations ne me permettant pas d’avoir de grosses parts de marchés pour garantir le fonctionnement de mon entreprise, de la difficile conciliation entre vie de foyer et exercice du métier ».

Mais qu’à cela ne tienne, l’atelier de Bernadette fait son petit bonhomme de chemin. Mieux, elle ambitionne d’étendre son centre de formation dans d’autres quartiers de la capitale, notamment les quartiers périphériques où le pourcentage de filles déscolarisées mais désireuses de mener des activités génératrices de revenus est élevé. Bernadette Gansonré compte également acquérir un grand espace pour s’adonner aussi à la confection des robes de mariées, un de ses domaines de spécialisation. Lire la suite

Pengdwendé Madeleine Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
Politique : Jacques Kodjo Palenfo, "l’enfant terrible" du parlement burkinabè
Stylisme : Mohase Design, la griffe de l’ancien étudiant en chimie-biologie
Mathilde Zerbo : Etudiante en médecine et oratrice hors pair
Coiffure : Zénabo Soré, un exemple de bravoure
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés