Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

Accueil > Actualités > Politique • • lundi 29 avril 2019 à 21h56min
Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

Au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée ce lundi 29 avril 2019 à Ouagadougou sur la situation nationale, l’Alliance des formations et partis politiques de la majorité présidentielle (APMP) a aussi braqué les projecteurs sur la fronde sociale qui prévaut au Burkina.

« Il y a une caractéristique du mouvement syndical burkinabè ; c’est l’un des mouvements les plus teigneux, les plus durs, les plus difficiles. Moi, je ne dirai même pas de la sous-région, mais dans le monde entier. Citez-moi un régime qui n’a pas eu maille à partir avec le mouvement syndical qui, dans sa radicalité, est prêt à tout ; s’il n’obtient pas tout et tout de suite », a exprimé le coordinateur de l’APMP, Clément Sawadogo, réagissant à une des préoccupations des journalistes. Dans cette question, il s’agissait de savoir si le gouvernement ne manque pas parfois de tact ou ne fait pas dans le dilatoire ou l’arrogance dans les négociations avec ses partenaires sociaux.

« Ce régime-là (pouvoir de Roch Kaboré, ndlr) est celui qui a le plus négocié avec les syndicats… et qui leur a le plus fait de concessions », a-t-il observé, avant de déplorer le « jusqu’au-boutisme » des syndicats qui, de son avis, pose problème.

« Est-ce que cela ne suffisait pas pour qu’enfin maintenant, on se dise que vu tous les efforts faits, vu qu’on nous a appelés à une conférence (conférence sur la rémunération des agents publics, juin 2018)… rangeons-nous derrière cela pour pouvoir faire avancer notre pays. Mais non, chacun fait encore du dilatoire », titille le coordonnateur de l’APMP.

Lire aussi Dialogue politique : Les partis de la majorité présidentielle s’interrogent sur l’attitude de l’opposition

Pour Clément Sawadogo, quand on veut donc parler de « dilatoire, il faut couper au moins la poire en deux » ; chacun faisant, selon lui, du dilatoire pour, soit ne pas aller à la conférence, soit rejeter ses conclusions. « Mais comment peut-on avancer avec ça ? », s’interroge Clément Sawadogo, par ailleurs deuxième vice-président du parti au pouvoir (MPP).

Clément Sawadogo (au micro) avec à sa droite, Anatole Bonkoungou (ODT), Issa Barry (NTD) et de l’autre côté, Toussaint Abel Coulibaly (UPR) et Jeanne Chantal Yaméogo (ADD)

« J’ai été ministre du Travail, mais je ne pense pas qu’on ait été arrogant un seul jour, vis-à-vis des syndicats. Si on avait vraiment voulu lever le ton et jouer à l’arrogance, on devait tous les jours sanctionner au moins un syndicaliste. C’était la pagaille ; puisqu’ils ne respectent même pas la loi ! (…). Faites un sondage et vous verrez qu’à 90%, l’opinion publique, les Burkinabè sont outragés par ce que les syndicats font. Personne ne comprend cela », se convainc Clément Sawadogo, pour qui, on ne peut continuer dans ce sens.

C’est au regard de cette atmosphère qu’il pense également que la loi régissant les grèves au Burkina doit être réélue (car dépassée). Pour lui, au-delà même des lois, il faut que chaque citoyen soit déterminé à faire avancer son pays et non rester claustré derrière ses propres intérêts égoïstes.

Clément Sawadogo est conforté dans ses propos par Toussaint Abel Coulibaly, président de l’UPR. « Si l’on juxtapose le caractère des Burkinabè que nous sommes, le caractère dominant est l’égoïsme et, dans une moindre mesure, l’hypocrisie. L’égoïsme engendre beaucoup d’autres défauts. Tant que je ne suis pas concerné, l’intérêt général tant qu’il ne prend pas en compte mon intérêt particulier, je ne marche pas », a, en substance, exprimé l’ancien ministre de l’Aménagement du territoire et de la décentralisation.

Pour Toussaint Abel Coulibaly, « quand cet égoïsme-là est porté par les politiques ou des leaders, ça envenime davantage la situation ». Il requiert donc à chacun de se poser la question de savoir s’il est, oui ou non, égoïste. Car, de son avis, tout ce qui se vit (dans la circulation ou ailleurs) a pour fil conducteur, l’égoïsme.

O.L.O
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 avril à 23:22, par Le Sahélien En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Mais c’est parce vous-mêmes vous nous avez montré votre point faible qu’on cogne là-bas chaque fois qu’une occasion se présente ! Si vous étiez restés ferme dès le début de toute cette grogne sociale (magistrats), on n’en serait pas là. Donc souffrez que chacun veuille prendre pour lui par tous les moyens qu’il juge nécessaires ! Vous n’avez pas du tout été responsables au début de la crise (et même actuellement), et vous récoltez maintenant les pots (presque) cassés ! Aucune anticipation dans votre démarche !!!

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril à 16:57, par Sidpassata Veritas En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

      Vous avez raison Le Sahélien et ce que ce politicien dit aussi est vrai. Mais il faut comprendre pourquoi.
      - Il faut que l’ex-ministre ait aussi l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que les politiciens burkinabè ont toujours omis de prendre sérieusement en compte les aspirations profondes de nos populations : Le Burkina est le seul pays africain à avoir connu 2 insurrections populaires depuis les indépendances. Ce n’est pas du jour au lendemain que tout un peuple se révolte contre ses dirigeants ! Et rien ne dit qu’une nouvelle insurrection n’est pas possible.
      - Le caractère teigneux des syndycats burkinabè n’est qu’une manifestation des frustrations de l’ensemble de la population qui n’accepte pas ce qu’on lui impose. Les syndicats sont les seules OSC qui ont les moyens légaux (la grève) d’imposer régulièrement aux politiciens l’obligation de dialoguer avec la population (ne serait-ce que la partie syndiquée) sur ses besoins de justice et d’équité. Du coup, les mauvaises solutions pour faire taire une partie ne font qu’enrager les autres composantes de la même population. Quand il n’y en a pas assez pour tous, que tous serrent la ceinture et que la richesse nationale ne soit pas accaparée injustement par ceux qui se croient plus rusés. Sinon, on va tous se remonter mutuellement les bretelles ici.
      - Au Burkina, la plupart des crises naissent du mépris des politiciens, surtout quand ils sont au pouvoir, qui ne pensent pas que leurs populations sont assez intelligentes pour être exigeantes dans la réclamation des droits. Tous nous observons les mensonges, les laxismes l’irresponsabilité des dirigeants politiques, mais nous ne pouvons pas aller les fouetter chaque jours. Mais quand vient l’heure des manifestations, qu’ils ne s’attendent pas à la clémence des populations frustrées par les injustices et la mauvaises gestion qui pénalisent inutilement la nation. Personne n’est dupe !

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 01:12, par Le patriote "le vrai" En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Oui c’est vrai Monsieur Clément Sawadogo. Mais toutes les origines de ces problèmes des luttes syndicales, disons anarchosyndicales sont connues. Ils ont pour origine le fait que notre pays est le seul au monde à abriter des diasporas mal éduqués, impolis et sans repère aucune qui plus est, ces enfants ingrats et égoïstes qui sont venus tombés dans notre pays comme une mouche dans une soupe, sont entrainés par des rêveurs impénitents d’une certaine RNDP. Attendant une nébuleuse qui ne viendra jamais du fait des stéréotypes dépassés véhiculés par les adeptes de cette vision politique. Alors que faire ? Pour reprendre la célèbre phrase de Lénine. Désormais pour être recruté dans la fonction publique burkinabé, il y a lieu d’organiser une sorte de Service Nationale Populaire (SerNaPo) qui consistera à envoyer au préalable tout diasporas dans son village d’origine pour montrer les cases de ses grands pères et y passer quelques nuits, avant de venir prétendre à un poste dans la fonction publique. Une fois que ces écervelés auront connu leur vraie origine et aussi leur vraie nature, ils vont se calmer et s’assagir. Sinon point de salut pour notre cher pays. Telle est ma proposition pour sortir de l’ornière.

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril à 13:00, par ciceron IIeme du nom sur cette toile En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

      Mon cher pitreote ,puisque "patriote" tu ne l’est pas. En temoigne ta vue sur tes compatriotes nes hors des frontieres du Burkina. Relis bien ton P. Clement SAWADOGO. Il a indique que le syndicat au burkina est entre autres le plus dur au monde et ce, depuis belle lurette. C’est-à-dire avant même que les parents des tes freres diaspo (que tu detestes) n’aient émigré en CI. Tu les detestes pourtant sans raison. Tu es l’incarnation de ce que tu tentes de leur reprocherendre. Si tu as un autre probleme avec mes freres , trouves-toi un autre moyen de le resoudre. Au Burkina nous avons déjà assez des combats a mener pour que des petites tetes dans ton genre veuillent nous en rajouter.
      Le fratricides, nous n’en voulons pas.
      Les incendiaires ne sont pas dignes de notre peuple.
      Aimablement ciceron IIEME

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:11, par HUG En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Ce n’est pas vrai ce que vous dites car tous les syndicats n’ont bénéficié de vos largesses. Il fallait dire que les syndicats que vous avez octroyé des avantages faramineuses du fait de votre manque de courage sont les plus teigneux, difficiles au monde. Vous décevez beaucoup les gens car après avoir été les artisans du CDP plus de deux décennies vous n’avez rien appris

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:13, par Konkona En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Ce que Mr Clément dit ci dessous est très grave. En tant que Ministre et après en tant que membre influent du parti au pouvoir, l on a les preuves qu un citoyen ne respecte pas la loi et l on ne fait rien. C est grave ça. Où va ce pays finalement ?, l on n a pas besoin d être arrogant pour quelqu un qui ne respecte pas la loi Mr Clément. On applique simplement la loi.

    « J’ai été ministre du Travail, mais je ne pense pas qu’on ait été arrogant un seul jour, vis-à-vis des syndicats. Si on avait vraiment voulu lever le ton et jouer à l’arrogance, on devait tous les jours sanctionner au moins un syndicaliste. C’était la pagaille ; puisqu’ils ne respectent même pas la loi ! (…). Faites un sondage et vous verrez qu’à 90%, l’opinion publique, les Burkinabè sont outragés par ce que les syndicats font. Personne ne comprend cela », se convainc Clément Sawadogo, pour qui, on ne peut continuer dans ce sens.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:37, par Abdoul Rasac Ali OUEDRAOGO En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Dans la situation où le Burkina se trouve,chacun doit mettre de l’eau dans son vin et voir comment il peut contribuer à refaire de notre pays,une nation où il fait beau vivre.Reconnaissons les efforts consentis par le gouvernement et encourageons les.Comprenons les syndicats et discutons avec eux car la meilleure solution pour cette situation est un dialogue franc et sincère.Les politiciens ont un rôle très capital quand à la résolution des mouvements de grève et de l’insécurité.Mais faudrait-il qu’ils acceptent mettre de côté leurs intérêts individuels.Majorité,comme opposition,unissez vous pour lancer des messages forts aux populations afin qu’on voit à quel point vous tenez à votre nation et vous verrez l’impact qui en résultera.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:44, par Mam yeelé En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    D’accord avec ce développement. Mais ne doit-on pas admettre que ces sales jeux sont joués par toutes les parties ? Souffrez qu’on vous relève que c’est à partir de la gaffe par vous faite sur la voie sombre de Zida (ex-PM) dans cette Affaire des Magistrats que les choses sont parties. En effet, surpris par votre accession au Pouvoir ou par manque de "Vision", vous vous êtes laissés prendre au piège pour des raisons que seuls vous pourriez expliquer, vous avez observé un "suivisme" des conneries de ces derniers (Zida et son équipe) ; ce qui n’est pas fait pour arranger les chose.

    Ce que vous aviez perdu de vu, c’est que dans tous les compartiments "socio-professionnels", il y avait problèmes ; problèmes qui somme tous avaient été créés par le Régime passé dont d’ailleurs vous en êtes comptables et devriez l’admettre ainsi pour vous rectifier. Malheureusement, vous avez battu cet aspect de la chose par le revers de la main parce qu’à titre individuel, chacun de vous s’est retrouvé dans le "fè-fè" pour emprunter un jargon d’ailleurs de votre milieu.

    Mais voilà, le vin étant actuellement, tout le monde devrait le boire, nonobstant les desiderata de chacun, et plus particulièrement de "VOUS"

    Aussi, il est du devoir patriote de chacun de nous tous, d’accepter les sacrifices nécessaires pour restabiliser notre pays dans "antant" et, lui redorer son blason, hier envié. Mais encore faut-il que chacun joue franchement le jeu. D’efforts, de par le passé il en a été demandés et ont été exécuté. Du temps de Tonton Lamizana avec le Général Garango, des efforts ont été demandés à la population qui a accepté. Du temps de TomSank, alors que vous faisiez vos débuts en politique, des efforts ont été demandés à la population à travers les EPI, Gratuité de logements, relecture des Impôts etc. Ce fut accepté par la population sans rechignement aucun. Alors vous êtes-vous posé la question de savoir "Pourquoi avec vous les choses sont plus dures que jamais ?"

    Réfléchissez-y et analysez les choses. Peut-être que vous trouverez les réponses qu’il sied si bonne foi est observée. Revenez-nous après et ensemble, nous verrons la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 09:03, par TIENFO En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Vraiment désolant les propos de Monsieur Toussaint Abel Coulibaly. Les plus grands hypocrites et égoïstes sont bel et bien les membres de ce gouvernement. Comme on le dit « le poisson commence à pourrir par la tête ». En commençant par Paul Kaba TIEBA et Dame Rosine « la sankariste » qui se tapait au moins le salaire de sept (07) ministres en violation fragrante du décret N°2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008 portant rémunération du Premier ministre, des présidents d’institutions et des membres du Gouvernement et en voyageant chaque fois en classe affaires lors de ses missions, le ministre Jean Claude BOUDA qui se tape un bunker au milieu de la misère de sa région natale pendant que « ses protégés » se font tuer au front souvent par manque de minutions, le ministre Seni OUEDRAOGO, le juriste et l’homme de la remise à plat des salaires qui se tape un contrat judicieux équivalent à près de trois (03) fois le salaire fixé par le du décret précédemment cité. Les exemples sont nombreux. Monsieur Toussaint Abel Coulibaly, il faudra revenir sur vos propos. L’on ne peut tolérer que ce pouvoir qu’on a voté s’enrichisse sur le dos du peuple. Si on s’aventure au niveau des dépenses d’investissements, c’est le scandale. A ce niveau, c’est l’enrichissement illicite à outrance surtout qu’un deuxième mandat est hypothétique.
    L’hypocrisie et l’égoïsme se trouvent du côté du gouvernement MPP qui semble navigué à vue.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 09:06, par Légalement En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Les attitudes et propos tenus par ces messieurs frisent la honte. c’est vous mêmes qui êtes à la base de cet égoïsme et de l’hypocrisie que vous dénoncer aujourd’hui. A votre arrivée vous avez signé avec les larmes aux yeux des intérêts faramineux pour les magistrats, après la grèves des financiers vous avez commencez à accorder des statuts particuliers à plusieurs corps et appeler l’ensemble des corps à une conférence sur la fameuse remise à plat concernant la rémunération des agents. a l’issu de cette Conférence, vous avez renoué avec le cas par cas, Financier, greffier, GSP, Policier. Honnêtement dans ce chari bari qui doit - on accuser d’hypocrite vis à vis des autres fonctionnaires qui sont sans voix ni armes. n’est ce pas vous mêmes qui êtes égoïstes et hypocrite vis à vis des autres fonctionnaires ?. De grâce c’est juste une question que je pose sans indexer quelqu’un.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 09:27, par Ouiya En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Merci Sahélien ! En réalité, M. Sawadogo Clément, le mouvement syndical burkinabè est fort. En témoigne sa première grande action de 1966 (je n’étais pas encore né) ayant abouti au départ du Président Yaméogo et son appel à la résistance de 2015 après le coup d’État militaro-fasciste du RSP . Mais il est plus percutant avec le régime MPP par ce que votre régime est le plus faible que le Burkina Faso ait connu. Et un gouvernement trop faible face à un mouvement syndical très fort donne ce que vous décrivez. La dernière preuve de votre très grande faiblesse et absence de vision a consisté à satisfaire des financiers qui refusaient de travailler alors qu’un gouvernement digne de ce nom aurait instruit les corps de contrôle de l’État de vérifier la réalité des coupures de réseau pour pouvoir frapper fort ces mauvais agents. Dans cette hypothèse, vous auriez eu le soutien de 90% des Burkinabè car le sabotage des financiers a perturbé tout le monde (commerçants qui ne pouvaient pas soumissionner aux marchés publics, fonctionnaires qui n’ont pas eu de bulletin de salaire de mars, incidence financière des avancements bloqués etc.). Mais en lieu et place, vous donnez 300 000 F CFA par mois aux cadres A du MINEFID comme bonus pendant trois ans sous forme de "prime de motivation" pour leur permettre de payer des dettes. Et pour l’enseignant qui fait 100% au CEP pendant sept ans, vous donnez un sac et une moto JC. Ne soyez donc point étonné que chaque agent public réclame sa part. Vous êtes un éléphant agonisant et chacun va aiguiser son couteau pour couper le morceau le plus viandeux. Dans toutes les sociétés (humaines comme animales), les faibles sont les plus harcelés. Souffrez donc d’être un gouvernement harcelé.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 10:09, par HUG En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Seni, contrôler les diplômes de ceux que vous avez accorder des avantages faramineux car les autres ne sont pas des fonctionnaires. Pourquoi vous avez reporté la communication sur la remise des salaires. Quand on n’est pas à mesure de terminé quelque chose on commence pas. Je suis sûr que ce report est lié à lettre des magistrats à leur ministre. Gouvernement du MPP et acolytes vous me faites vraiment pitié.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 10:17, par Le jerma En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Chers anciens ministres, vous avez dit vrai mais à ki la faute si vous avez prêté le flan (magistrats) il fallait les mater, le magistrat est le moins important du système et qu’on peu remplacer facilement ( SJP est remplie et ça sort en millier/an), en suite les financiers avec leur histoire de fond commun. Bref il fallait tout simplement être intransigeant avec les syndicats !
    Aussi vous savez pourquoi ça perdure ? Pour les multiples grèves le gouvernement n’a jamais pris ses responsabilités de couper les salaires pour les jours de grève alors comment voulez-vous que les militants ne suivent les mots d’ordre de façon irréfléchi.
    Une seule chance vous reste, c’est l’application systématique et sans conditions aucune de la nouvelle loi organique le syndicat qui n’est pas d’accord doit être dissout immédiatement.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 10:21, par Courage En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Bienvenue au Burkina Faso où :
    - salaire que tu n’as pas en 10 ans de service, ton petit frère qui est en formation à l’enam a déjà cela !
    - pour un même diplôme, tu as moins de 300 000 F CFA après 10 ans de service et l’autre qui vient de sortir de l’école débute avec 870000 F CFA par mois !
    - pour la même fonction publique, les uns voient leur crédit épongé par l’Etat et les autres on s’en fout.
    Hier, c’est les financiers qui étaient traités d’égoïstes. Aujourd’hui, comme il y a eu un accord mafieux avec ces derniers, alors les malheureux fonctionnaires des secteurs sociaux qui ne disposent pas de moyens de pression sont traités d’egoistes. Et dire que tout cela se passe après une insurrection censée mettre fin aux injustices.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 11:16, par TIENFO En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle. Rien que de la vérité Son Excellence. Avant vous d’autres l’ont dit mais en bien. Sans ce puissant mouvement syndical accusé à tort aujourd’hui, vous du MPP ne serez pas au pouvoir et beaucoup d’entre vous seraient en fuite hors du pays. Car le Tout puissant RSP serait toujours au pouvoir. Même si vous refusez de rendre à César ce qui lui appartient, reconnaissez au moins les mérites de César à votre accession au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 11:28, par KIRIKOU En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Je reconnais que le péché originel du régime est d’avoir avalisé le traitement salarial des magistrats dès son accession au pouvoir, mais faut il en faire une erreur impardonnable jusqu’à vouloir transformer les fonctionnaires du Burkina en enfants gâtés , robotisés qui chaque jour réclament des avantages comme si le Burkina n’a de peuplement que les fonctionnaires de l’Etat ?

    - y a t il pas lieu que chacun revienne à la raison et se départisse de toute démesure ?!
    - Si nous disons que le peuple Burkina est croyant et que les vendredi toutes les ruelles sont transformées en mosquée et les dimanches les églises et temples bondés de fidèles, on se demande quel est ce peuple qui raidi le cou à la moindre épreuve ?
    Politiciens , syndicalistes ,partisans de la politique souterraine voyons tous l’intérêt de notre cher pays , sachons faire des concessions dans nos revendications parce que le chaos que certains souhaitent ,il n’est pas sûr que personne ne crie victoire quand aux conséquences qui peuvent advenir.
    Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 11:42, par Revolution En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Avec l’accord impopulaire et impérialiste avec les financiers, vous avez commis la faute de trop. Vous serez vomis. Et certains disent que Diendéré n’a pas été patient. Si non c’était le moment maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:05, par Wendmi En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Qui sème le vent récolte la tempête. Gouverner c’est prévoir, c’est anticiper, c’est avoir de la vision. Dans une fonction publique on ne peut avoir des multitudes de textes qui régissent les travailleurs. Les magistrats sont traités comme des supers fonctionnaires depuis l’Enam (fait banal : à l’ecole les autres font le sport mais les magistrats sont exemptés). Ils sortent avec des niveaux de remuneration à couper le souffle comparés aux autres fonctionnaires.
    Les financiers manipulent les autorités comme leurs enfants. Ils se font payer par cadre A 300 000 fcfa par mois comme prime et cela pour 3 ans sans oublier les autres avantages. Les policiers ont mis la pression et obtenir leur statut. Etc, etc..
    Voila comment le gouvernement de Rock a construit l’egoisme.
    Syndicats de tout acabit, en avant pour la lutte égoïste

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:11, par Le Tigre En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    S’il vous plait chers compatriotes mettons balle à terre car rien n’est une garantie sur cette terre sauf les actes sensés survivrons. Au nom de la liberté de parole certains parlent de leur pays comme s’ils s’adressaient à un Etat tiers ou à un Etat ennemi. Si vous refuser de cultiver en vous le sens de l’Etat donc de la collectivité vous vous retrouverez égarer parmi les tributs( ethnies). International Crisis groupe a fait un rapport sur les fondement de la stabilité au BF pour savoir en réalité pourquoi malgré tous les recents éventements sociopolitiques le pays ne s’est pas effondré. Il ressort de ce rapport que BF a une culture de la tolérance réligieuse et que groupes ethniques vivent en symbiose depuis des siècles en parfaite harmonie. En conséquence c’est un peuple difficile à soumettre et que son exemple d’affranchissement pourrait engendrer un effet de boule de neige sur le reste du continent africain. Pour empêcher cette émancipation, les forces du mal ont entrepris de détruire notre vivre ensemble en provocant des conflits intercommunautaires, un sentiments de suspicion et de mépris. La naïveté avec laquelle certains concitoyens abordent la situations nationale en la liant au régime actuel montre le dégré de la gangrène.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:15, par Souké En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Mais à quoi vous attendiez-vous ? Vous avez ouvert la boîte de pandore et vous vous étonnez de la tournure des évènements. Hier les magistrats, aujourd’hui les financiers, et vous refuser de poursuivre la logique avec l’enseignement et la santé. Vous n’avez rien vu encore, mais vous allez prendre drap comme le dit Alpha Blondy. Des enseignants qui demandent les corrections de leurs indemnités depuis des années, on refusent de les satisfaire. Ces mêmes enseignants sont souvent rackettés par leurs collègues des finances sans qu’on ne dise mot. On ne corrige pas une injustice en créant d’énormes inégalités. Vous avez cherché, vous allez trouver enseignement et santé en face !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:22, par Truth Hurts En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    M. Sawadogo PIngdwendé, selon notre constitution, tous les Burkinabè naissent libres et égaux en droit non ? Mais pourquoi les travailleurs de l’Etat sont traités avec une telle iniquité ? On ne voit çà qu’au Burkina et au Burkina seul.
    Lorsque l’injustice se banalise dans la cité, la révolte est imminente. La seule solution à l’ébullition actuelle du front social, c’est la justice sociale. Toute autre attitude ou comportement n’aboutira qu’à la chienlit et au chaos !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:34, par HUG En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Il parait que les syndicats qui ont accompagnés le pouvoir du MPP et acolytes ont organisé aujourd’hui une conférence de presse dans lequel ils ne sont pas content de l’attitude de ce pouvoir. ces syndicats se sentent trahis car la remise à plat des salaires semblent être caduques. Il semble qu’il n y aurait plus de remise à plat des salaires car certains corps n’en veulent pas et comme ce pouvoir est un pouvoir poltron il a céder. Si cela est vrai c’est qu’on a dépensé nos maigres ressources pour organiser la rencontre et payer les gens qui ont travaillé sur la remise à plat et en fin de compte il n y’aurait pas de remise à plat plus. C’est bien pour vous car au départ on avait attiré votre attention du fait que ce gouvernement n’est pas sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 13:29, par OJARO En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Vous ferez mieux plutôt de raisonner le camarade Roch qui en a vraiment besoin.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 14:08, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    - Cher Mr Pegdwendé SAWADOGO, c’est que le pouvoir MPP est le plus menteur, le plus trompeur et ayant le plus de voleurs, et que le Burkina a connu depuis son indépendance !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 20:03, par Bonus En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Je tiens a dire que nos ecoles et nos universites n’ont fait que former des syndicalistes en lieu et place des hommes responsables, soucieux de la nation. Je cotoie le monde anglo saxon. J’y ai effectue des missions. Certes les syndicats manifestent pour defendre leurs interets mais pas au point de vouloir compromettre l’avenir du pays s’ils n’ont pas tout recu de leurs dirigeants. Commencez par supprimer ces mouvements syndicaux dans les ecoles et universites. Remplacez les par des mouvements de scoutisme.

    A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 22:19, par Ben l’insurgé En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Quittez là ba. Vous favorisez certains au detriment des autres (politique de diviser pour mieux régner) et vous dites que le monde syndical est le plus teigneux, le plus difficile au monde. Ces vous le plus difficile et teigneux dans votre politique de mouta mouta... Aucune vision de changer la mal gouvernance, de reduire le train de vie de l’Etat et d’améliorer le quotidien des Burkinabè. Vous faites honte. Au lieu de Roc, la solution, ces plutôt Roc le problème du Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 23:47, par jeunedame seret En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    « J’ai été ministre du Travail, mais je ne pense pas qu’on ait été arrogant un seul jour, vis-à-vis des syndicats. Si on avait vraiment voulu lever le ton et jouer à l’arrogance, on devait tous les jours sanctionner au moins un syndicaliste. C’était la pagaille ; puisqu’ils ne respectent même pas la loi ! (…). Faites un sondage et vous verrez qu’à 90%, l’opinion publique, les Burkinabè sont outragés par ce que les syndicats font. Personne ne comprend cela » Du calme monsieur le ministre ancien. Du calme. Vous avez toujours été clément. Sachez que dans cette situation, tout le monde est coupable. Car, on ne naît pas fou, mais on le devient. Encore, c’est quand tu te fais chèvre que l’hyène te dévore. Si en haut on dépêche des lois sans suivi ni rigueur ni fermeté, alors, en bas il faut assister à la pagaille de marché. Le patriotisme manque à tout le monde au Faso. Mêmes aux adolescents.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai à 00:22, par BLM En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    AVEC CE REGLEMENT DESASTREUX DE LA CRISE AU MINEFID, CE GOUVERNEMENT VIENT D’OUVRIR LA PORTE DE L’ENFER POUR LE REGIME MPP. LA TREVE SOCIALE DEMANDEE PAR LE PR LORS DE SON ALLOCUTION DE FIN D’ANNEE VIENT DE VOLER EN ECLAT. ALORS QUE CLEMENT SAWADOGO NE SOIT SURPRIS DE VOIR LE SYNDICAT DES MAITRESSES (2eme, 3eme bureau) REVENDIQUER DES INDEMNITES DE FONCTION, DE RISQUE.....

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai à 14:26, par Minnayi En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Rien que des comédiens, ces gens là. Mais puisque vous êtes au pouvoir qu’attendez-vous pour commencer à prendre les sanctions ?

    Essayez seulement et vous verrez.Aucun de vous n’est à mesure de donner une quelconque leçon, notamment de morale ou de règles de conduite. Le pire c’est Toussaint Abel, même pas honte, avec tout ce qu’on sait. C’est normal, c’est la résurrection politique.

    Ce pouvoir est tout simplement victime de sa turpitude et surtout de son amateurisme. Et pourquoi vous ne regardez jamais au sommet de l’Etat quant vous parlez de civisme ou d’intégrité ? Continuer à vous chatouiller.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai à 14:41, par warzat En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Certains hommes blancs ont raison quand ils disent ceci :’’ quand tu donnes un doigt au nègre, il part avec ta main et quand c’est la main, il s’en va avec tout le bras’’. Le gouvernement a donné le fouet avec lequel, les syndicats des fonctionnaires le fouettent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai à 16:37, par Merde En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Monsieur Clément, sachez que les syndicats de ce pays ont toujours réagi par instinct de survie face aux comportements immoraux, voire amoraux des dirigeants. En effet, a t-on idée de baisser les salaires des travailleurs pour s’offrir des voyages de noce, ou de s’offrir un zoo privé dans ce pays de toutes les misères et de vouloir comme vous le souhaitez que les travailleurs se résignent à des vies de misère pendant que les politiques ne s’interdisent aucun excès ? L’intransigeance des travailleurs est une question de survie au regard des politiques qu’on a toujours eu dans ce pays. Votre gouvernement en est une parfaite illustration.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai à 15:42, par PMP En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Mr Clément, vous prétendez avoir fait une économie de 30 milliards sur le FC des financiers. Bravo, vous avez donc suffisamment d’argent pour prendre en charge les revendications des autres syndicats ; pas pour votre prochaine campagne présidentielle. La politique, ce n’est pas diaboliser des travailleurs et grignoter leurs primes pour battre campagne. Le MPP le comprendra à ses dépends surement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai à 15:39, par Regime Incapable En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    Ce pouvoir merite bien tout ce qui lui arrive. C’est un pouvoir insouciant, inconscient, irresponsable, incapable, faible , impotent, veule, pusillanime, inefficace et inefficient. Quand on veut gerer l’ Etat a la petite semaine comme une clique, voila ce qui arrive.Je suis un militant du MPP mais ce n’est pas le MPP qui me paie. Les partis politiques au Burkina se ramassent a la pelle. D’ ailleurs, ils se suivent et se ressemblent. Seuls les interets des travailleurs constituent mon reel parti. Je suis salarie et moi aussi ma bouche aime le bon comme la bouche du magistrat qui continue a dealer le droit ; comme le financier qui continuer a dealer avec ses commers. Et moi, on me demande d’ etre patriote, c’est- a- dire, on me demande d’ etre imbecile. J’ exige que tous les fonctionnaires soient traites avec equite. Maintenant si l’ Etat va tomber, on tombe ensemble. Annan Yaa yalma si c’ est pas les habitants de Yalmatenga ? Messieurs du gouvernement, comment meme vous avez pu croire que vous alliez traiter les magistrats avec une telle gentilesse et croire que les autres vont s’ asseoir les regarder rouler les mecanismes avec leurs voitures rutilantes americaines ? Parce que nous on est venus a Ouaga pour regarder le goudron, non ?
    Basta ! Quand on disait que les extremes faveurs concedees aux magistrats allaient hanter ce regime et meme ceux a venir, les gens croyaient qu’ on fantasmait. Il faut savoir gerer les larges groupes. Blaise , lui au moins, meme gabegiste et criminel, il savait conserver son pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai à 15:55, par DDDDD En réponse à : Fronde sociale : « Le mouvement syndical burkinabè est l’un des plus teigneux, des plus difficiles au monde », estime Clément Sawadogo de la majorité présidentielle

    J’AVAIS PITIÉ DE CE ROCK MAIS JE ME SUIS RENDU COMPTE QU’IL EST LA SOURCE DE SES PROBLÈMES.JE SOUTIENS ENTIÈREMENT LES SYNDICATS,LE PAYS NOUS APPARTIENT TOUS.EN EFFET LA VISION DU MPP NE DÉPASSE PAS LE BOUT DE NEZ.IL FAUT QUE LE GOUVERNEMENT VOIT LES CAS DES TRAVAILLEURS DES SECTEURS SOCIAUX PARCE QUE SEMBLERAIT T-IL QUE CES SECTEURS N’ONT D’ARMES NÉCESSAIRES POUR LUTTER MAIS UN BEAU JOUR ,LES GOUVERNANTS SERONT DÉSAGRÉABLEMENT SURPRIS.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
4 août 1983 : L’appel du président Thomas Sankara
Burkina Faso : Résoudre « l’absence » d’État ou périr !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés