Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

G5-Sahel : Les partenaires du Programme de développement d’urgence se concertent

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 26 avril 2019 à 11h30min
G5-Sahel : Les partenaires du Programme de développement d’urgence se concertent

Pour l’année 2019, la présidence en exercice burkinabè du G5-Sahel a retenu, à travers sa feuille de route, la mise en œuvre du Programme de développement d’urgence (PDU) comme une priorité et entend mobiliser tous les acteurs et moyens afin d’aboutir à des actions concrètes et visibles sur le terrain. En vue de faciliter le suivi et le reportage des projets, les partenaires de l’Alliance Sahel se sont déplacés à Ouagadougou, le vendredi 26 avril 2019, pour une synergie d’actions avec le G5-Sahel. La cérémonie d’ouverture de l’atelier conjoint G5 Sahel-Alliance Sahel, consacré à la mise en œuvre du PDU, a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Économie, des Finances et du Développement, Seglaro Abel Somé, représentant le ministre Lassané Kaboré.

Les chefs d’État du G5-Sahel veulent assurer le développement socioéconomique dans la partie sahélienne menacée par des problèmes sécuritaires, les actions des groupes extrémistes, le changement climatique, le faible accès à l’éducation, aux services essentiels tels que l’eau et l’électricité. Et c’est pour relever ces défis, que le Programme de développement d’urgence (PDU) a été élaboré lors du Sommet extraordinaire tenu au mois de juillet 2018, à Nouakchott, avec l’appui de l’Alliance Sahel. Officiellement lancé en octobre 2018, ce programme se devra d’améliorer les conditions de vie, la résilience des populations vulnérables et la cohésion sociale à travers notamment l’amélioration de l’accès à l’eau dans les régions les plus fragiles des pays de G5-Sahel.

L’atelier technique de concertation, qui s’est tenu le 26 avril 2019, s’inscrit dans cette dynamique. Selon le Secrétaire général (SG) du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), cette réunion se veut un moment pour faire le bilan complet de la mise en œuvre des projets du PDU dans chacun des États, définir un calendrier de mise en œuvre pour le reste de l’année 2019.

Ce rendez-vous est également une occasion de convenir du dispositif de pilotage du programme associant le secrétariat permanent, les États membres, l’Unité de coordination et les membres de l’Alliance Sahel avec une stratégie de communication devant assurer la visibilité du programme. Ne doutant pas de la qualité des résultats qui seront atteints par le présent atelier, le SG Seglaro Abel Somé a, au nom du président du Conseil des ministres, salué les partenaires de l’Alliance Sahel qui se sont déplacés à Ouagadougou pour une synergie d’actions avec l’organisation-sœur, tout en faisant une mention particulière à la coopération du G5-Sahel avec l’Alliance Sahel dont l’ambition est « d’investir aujourd’hui au Sahel pour l’Afrique de demain ».

Les participants à l’atelier conjoint G5 Sahel-Alliance Sahel prêtent une oreille attentive aux travaux.

Partant de cet engagement, l’Alliance Sahel a toujours été aux côtés du G5-Sahel par son appui technique mais surtout financier au profit de plus de 500 projets. C’est pourquoi, le président Roch Kaboré, à travers la voix du SG du MINEFID, a exprimé la reconnaissance et la satisfaction des pays du G5-Sahel.

226 millions d’euros pour le financement du PDU

Comme le précise le coordonnateur point focal G5-Sahel du Burkina Faso, Gilbert Zongo, le PDU est mis en œuvre dans les zones d’intervention de la Force conjointe pour compléter les actions militaires qui sont menées sur le terrain. Les secteurs concernés sont entre autres l’eau, la cohésion sociale et la résilience des populations.

Le coordonnateur point focal G5-Sahel du Burkina Faso, Gilbert Zongo : « Le Burkina Faso a bénéficié d’une rallonge budgétaire pour permettre au programme de réaliser, en plus des activités prévues, des infrastructures hydrauliques ».

Un tel programme a un coût. Au cours de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5-Sahel tenue le 6 décembre 2018 à Nouakchott, le PDU a reçu d’importantes promesses de financement qui se sont élevées à 226 millions d’euros (comme argent frais). « A ce jour, certaines actions sont déjà en cours dans les États à travers la valorisation des initiatives existantes et l’extension des programmes et projets déjà réalisés par les membres de l’Alliance Sahel », a confié le secrétaire permanent du G5-Sahel, Maman Sambo Sidikou, après avoir traduit son admiration au président du Faso et président en exercice du G5-Sahel pour la marque qu’il a imprimée au G5-Sahel, depuis sa désignation par ses pairs le 5 février dernier à la tête de l’organisation.

Et M. Zongo d’annoncer que le Burkina Faso a bénéficié d’une rallonge budgétaire pour permettre au programme de réaliser, en plus des activités prévues, des infrastructures hydrauliques dans les zones couvertes par le Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) qui correspond également à la zone d’intérêt du G5-Sahel.

« Il y a douze partenaires qui appuient le G5-Sahel », dixit le responsable de l’Unité de coordination de l’Alliance G5-Sahel, Jean-Marc Gravellini.

À quoi répond cette organisation conjointe ? « L’Alliance Sahel soutient chacun des pays du G5-Sahel mais aussi le secrétariat permanent du G5-Sahel pour le financement d’une partie du Programme d’investissement prioritaire. Et bien évidemment, c’est l’objet de l’atelier d’aujourd’hui, le financement du PDU dans les zones transfrontalières », a, pour sa part, déclaré le responsable de l’Unité de coordination de l’Alliance G5-Sahel, Jean-Marc Gravellini, avant de dévoiler les douze partenaires de l’Alliance.

« Nous avons l’ambassadeur de l’Union européenne, l’envoyé spécial du gouvernement français pour le Sahel, l’ambassadeur d’Italie. Il y a également la Banque mondiale, les Nations unies, la Banque africaine de développement, le Danemark, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Espagne et la Grande Bretagne… ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
Burkina - France : « Pour moi, le premier intérêt français au Burkina Faso, c’est que le Burkina Faso soit stable », Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina
Nations-Unies : La Burkinabè Rosine Coulibaly nommée représentante spéciale pour la Guinée-Bissau
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés