Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat Une plateforme pour se former, s’informer et se motiver à entreprendre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • vendredi 19 avril 2019 à 17h58min
1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat  Une plateforme pour se former, s’informer et se motiver à entreprendre

La 1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat a ouvert ses portes le vendredi 19 avril 2019, à Ouagadougou et ce jusqu’au samedi. L’initiative émane de 23 universités et instituts privés de la ville de Ouagadougou, parmi lesquels l’Institut africain de management, l’université Aube nouvelle, l’Université libre du Burkina, l’Institut privé Shalom et l’université Joseph Ki Zerbo. C’est le directeur chargé de l’entrepreneuriat des jeunes au Conseil national du patronat, Alexis Zongo, qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Dans un contexte d’aggravation du chômage, l’entrepreneuriat fait l’objet d’un nombre important de programmes, d’initiatives et d’événements dont une grande partie s’adresse aux jeunes. Paradoxalement, beaucoup de jeunes porteurs d’idées sont sous-informés. C’est en ce sens que 23 instituts privés et universités de la ville de Ouagadougou se sont réunis pour organiser la Semaine de l’entrepreneuriat. Cette première édition se tient du 19 au 20 avril 2019, au CBC, à Ouagadougou. C’est une marée humaine qui a pris d’assaut le CBC pour participer au forum de 48 heures. L’affluence des étudiants est interpellatrice. Dans son mot de bienvenue, le président du comité d’organisation, Mosslih Koama, est revenu sur l’objectif poursuivi à travers une telle activité.

« Cette Semaine de l’entrepreneuriat viendra présenter toutes les structures d’appui aux jeunes pour que tout le monde ait l’information en temps réel », a expliqué l’étudiant en licence professionnelle, finance-comptabilité, à l’Institut africain de management (IAM).

Ce rendez-vous du donner et du recevoir s’articule autour de trois grands axes dont un panel-débat et des formations sur « comment monter son business plan ? », « comment rendre son projet bancable ? » et « comment entreprendre à partir de zéro franc ? ». Dans son intervention, M. Koama a exprimé l’espoir qu’il nourrit au soir de l’évènement. « Nous attendons au vu de tout ce que nous aurons appris, qu’il y ait environ 100 à 200 jeunes qui se lancent réellement dans l’entrepreneuriat et qui ouvrent des structures ici au Burkina Faso », a-t-il confié.

La promotion de la création d’entreprise n’est pas une préoccupation majeure pour les étudiants de l’enseignement supérieur (universités et grandes écoles). Le directeur chargé de l’entrepreneuriat des jeunes au Conseil national du patronat (CNP) qui s’exprimait au nom du patron de la cérémonie, Apollinaire Compaoré, a confirmé qu’ « aujourd’hui, ceux qui ont fait des études universitaires ne s’intéressent pas souvent au secteur privé, alors que sur le marché du travail, même pour le recrutement de l’Etat, ce n’est pas souvent évident pour eux ».Dans la même dynamique, Alexis Zongo a fait remarquer que les formations professionnelles ne sont pas adaptées au profil de certaines entreprises privées.

« Il faut avoir le goût de la réussite »

Au vu de ce qui précède, c’est avec beaucoup de joie qu’il a accueilli l’initiative des coordinations des délégués des universités et instituts privés de la commune de Ouagadougou, avant de suggérer la pérennisation de ce genre de formation dans les écoles professionnelles pour, dit-il, « permettre aux apprenants d’être déjà aptes et dès la fin de leur cycle que sur le terrain ils ne s’en prennent pas à l’école de formation, au gouvernement, aux parents et à la vie de façon générale ». Profitant de l’occasion, M. Zongo a prodigué des conseils à ses jeunes frères. « Il faut être entreprenants. Il faut avoir le goût de la réussite, accepter d’aller sur le terrain et d’apprendre, et être loyal ».

La directrice d’Africa Tomorrow, Bintou Diallo, affectueusement appelée « la tantie des jeunes », a été invitée à venir partager sa riche expérience entrepreneuriale avec les étudiants. « Essentiellement, c’est la construction de soi. Dans la construction de soi, il y a la confiance en soi et l’estime de soi. L’amour de soi, parce que quand tu ne t’aimes pas, ce n’est pas l’amour que tu donnes aux autres. Dans notre éducation, on fait tout pour que l’enfant ne s’aime pas, comme si c’est un moyen de nous assurer qu’on va l’influencer jusqu’à la fin de sa vie. Pourtant, ce qu’on ne sait pas, c’est que quand l’enfant se porte, il nous porte avec lui ».

Mme Diallo a, en sus, recommandé à la jeunesse de ne pas entreprendre juste parce qu’ils ont l’idée de création d’entreprise. Il faut, selon elle, aimer l’impact de entreprise plus tard et surtout s’assurer que l’environnement des affaires au Burkina Faso fait vraiment vivre les entreprises locales. Pour sa part, elle dira sans langue de bois que l’environnement des affaires au Burkina Faso est « quasiment anti-entreprise locale », même si les gouvernants font la promotion de « l’entrepreneuriat comme si c’était la panacée au chômage de la jeunesse ».

« Il y a tellement de barrières et de choses que c’est seulement quand tu es dans l’entreprise que tu t’en rends compte », a révélé la directrice d’Africa Tomorrow. Tout en déplorant le manque d’audace et de créativité de certains Burkinabè, elle a demandé aux « futurs entrepreneurs », de ne pas travailler « en solo », car une entreprise qui a deux, trois associés donne plus de poids et de la valeur ajoutée.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
Filière sésame : Les acteurs de l’Est plaident pour une amélioration du cadre politique et règlementaire de la filière
Entreprenariat : L’OIM et l’Union européenne soutiennent les jeunes et les migrants de retour
UNICEF : Conflits prolongés, crise climatique, progression des troubles de la santé mentale et désinformation en ligne parmi les principales nouvelles menaces pour les enfants
Concours directs session 2019 : 5 892 postes pour 1 247 751 candidats
Dépenses publiques : La défense et la sécurité sous la loupe du CIFOEB
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés