Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 17 avril 2019 à 18h40min
Concertations politiques : La CODER  veut  un dialogue  « intégral, inclusif  et ouvert »

Dans cette déclaration, la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) se prononce sur le dialogue politique engagé par le chef de l’Etat avec la classe politique.

Depuis le lundi 4 avril 2019, le Président du Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré a entamé des concertations avec les acteurs de la classe politique burkinabè à l’effet de préparer un dialogue politique prévu pour se tenir les 27 et 28 avril 2019. Dans cette dynamique, le Premier Ministre, SEM Christophe Dabiré, avait mené une série de rencontres avec les acteurs sociopolitiques de notre pays autour de l’ordre du jour de la réconciliation nationale. C’est dans cette démarche, que le Premier Ministre a reçu en audience à son cabinet le 1er avril 2019, les premiers responsables de la CODER.

La CODER salue cette amorce de dialogue politique qui doit être considérée comme le préalable indispensable à la dynamique du processus de réconciliation nationale des Burkinabè. Elle formule le vœu que le dialogue qui s’annonce soit intégral, inclusif et ouvert et engagé comme un processus devant conduire à la réconciliation nationale et au vivre ensemble.

Le dialogue doit être intégral

Notre pays traverse une crise multiforme qui ne permet pas un règlement séparé des problèmes qui se posent. Le dialogue voulu par le Président ne doit donc pas être seulement engagé entre les politiques. Il doit être intégral et s’étendre à tous les secteurs sociaux et à toutes les couches sociales de la nation pour espérer aboutir à une sortie de crise réelle.

Le dialogue doit aboutir au processus de réconciliation nationale

Le dialogue entre les acteurs politiques ne doit pas être une fin en soi. Il doit être mené afin de permettre au pays de retrouver la cohésion sociale et l’unité nationale. Pour cela, le dialogue devra réussir à son terme à engager le processus de réconciliation entre les filles et des fils du Burkina Faso, et notre pays avec lui-même. Les acteurs devront surtout éviter la célébration d’un évènementiel politique qui n’apporterait rien à la cohésion sociale du pays.

Le dialogue doit être inclusif et ouvert

Le dialogue doit concerner tous les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur et toutes les composantes de la société burkinabè. Les contributions de tous les Burkinabè ensemble sont essentielles au retour de la cohésion sociale dans le pays. A cet effet, le pouvoir doit également faire un geste en direction des exilés dans le sens de leur garantir un retour en toute sécurité. Le caractère inclusif du dialogue est la condition pour parvenir à la réconciliation nationale au Burkina Faso.

La CODER réaffirme son attachement à soutenir le dialogue qui s’annonce et formule le vœu qu’il puisse engager véritablement le pays sur le chemin de la réconciliation nationale des Burkinabè, acceptée par tous comme une impérieuse nécessité et un impératif catégorique pour la construction de la nation burkinabè.

La CODER invite les acteurs sociopolitiques à s’impliquer avec sincérité et patriotisme pour que le dialogue en vue comble les attentes des Burkinabè pour un Burkina Faso uni, solidaire et prospère.
Convaincue que la réconciliation nationale est la seule alternative viable pour le Burkina Faso, la CODER réitère sa disponibilité et son engagement à accompagner le processus y relatif.


JUSTICE - RECONCILIATION - PAIX

Fait à Ouagadougou, le 16 avril 2019

Pour la CODER
Son Président

Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 17 avril à 18:53, par redPepper En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Je n’ai rien compris de tout ce qui suit :
    Le dialogue doit être intégral
    Notre pays traverse une crise multiforme qui ne permet pas un règlement séparé des problèmes qui se posent. Le dialogue voulu par le Président ne doit donc pas être seulement engagé entre les politiques. Il doit être intégral et s’étendre à tous les secteurs sociaux et à toutes les couches sociales de la nation pour espérer aboutir à une sortie de crise réelle.

    Ou bien, c’est le dialogue au modèle Blaise Compaoré, qui a abouti à la journée nationale du pardon ??? Wait and see. Ce sont les camarades politiques d’hier, qui sont enemis aujourd"hui. S’ils s"assayent et règlent tous leurs problèmes, le pays irait mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 20:09, par La vérité En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Il y’a une incohérence entre la devise du CODER qui est "Justice-réconciliation-paix" et le message ci-dessus au travers duquel, je ne lis que réconciliation. C’est ça le drame de nos politiciens : aucun n’a un minimum de sincérité que ce soit l’opposition ou le pouvoir. Personne ne veut reconnaître ses tords mais veut la réconciliation. Une réconciliation ne peut se faire sans vérité. La vérité, nous amène à reconnaître ses erreurs et demander pardon.C’est la démarche non seulement avec les hommes mais aussi avec Dieu. Ne vous y trompez pas, on ne se moque pas de Dieu. Si sur terre, par des ruses et superflus, nos politiciens tentent de se blanchir, ça ne sera pas le cas devant le tribunal de Dieu où grands et petits rendront des comptes. Il ne faut donc pas vous laisser berner par les gains de ce monde en oubliant qu’à l’au delà ça va être chaud pour tous. Que chacun même en faisant la politique sur terre pense à ce qui lui adviendra après sa mort et ait un minimum de sincérité et d’intégrité. A bon entendeur, salue.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 20:10, par SID PAWALEMDE En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Réconciliation sans JUSTICE. Le Président du Faso veut aller vite et je lui propose une démarche qui ne va pas déclencher une guerre civile au Burkina Faso. Sinon, un collectif va se créer et une révolution va naitre pour éliminer physiquement et personnellement toute la classe politique comme au Cambodge. Alors, je propose en contrepartie de la JUSTICE AVANT RECONCILIATION :
    1) Tous les partis membres de la mouvance pour la modification de l’article 37 en 2014 sont définitivement dissouts.
    Tous les membres du BPN de ces partis sont interdits de mandat électif et prise de parole en public ou en écrit pendant 15 ans pour compter du 1er janvier 2020. Parce que c’est face à leur entêtement que le pays a brulé.
    2) Sauf le Président du Faso (souci de maintien des institutions) tous les membres du BPN des partis membres du CFOP en 2014 sont interdits de mandat électif et prise de parole en public ou en écrit pendant 15 ans pour compter du 1er janvier 2020. Parce que c’est face à la manipulation non scientifique et non démocratique de l’opinion et à leur esprit de revanchard sans méthode que le pays a brulé.
    3) Tous les exilés rentrent au Burkina sans condition. Sauf qu’ils sont frappés par les mesures 1 et 2 ci-dessus.
    4) Toutes victimes (morts ou blessées ou à caractère professionnel) de l’insurrection et du coup d’état de Diendéré (collatéral à l’article 37) sont indemnisés par l’ETAT.
    5) Tous les corps habillés présentement en jugement pour le coup d’état de Diendéré sont libérés mais convertis en civils dans des métiers appropriés.
    Le Burkina constituera des hommes politiques nouveaux pour les élections de 2020 et on dira plus jamais çà devant Blaise COMPAORE à son domicile de ZINIARE.
    Voila ma proposition sans aller en justice et aller directement à la réconciliation.

    Autrement, tout chemin pour aller à la réconciliation sans passer par la JUSTICE est un terreau très fertile sinon extrêmement fertile pour achever l’insurrection de 2014 et elle sera très violente (environ 1 million de cadavres en 72 heures comme au Cambodge).

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 08:47, par taali soumaré laa maane sougri En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Qui peut dire une véritable justice, qui peut apporter la vraie vérité ? Si vous attendez des résultats de la justice’ vous attendrez jusque dans un siècle, car même nos autorités actuelles sont de manière ou d’autre impliquées à des crimes économiques et parfois de sang et seul Dieu est détenteur de cette vraie justice et cette vraie vérité. Je regrette de lire tous les internautes parfois sans aucune foi en Dieu dire non au pardon, Ceux qui disent "pas de pardon avant ces deux mots fétiches " justice, vérité". Dieu leur appliquera une sentence pour leur orgueil et manque d’humilité. Combien de fois doit -on pardonner son frère, à cette question Jésus répondit Jésus "77 fois" et dit en plus "77x77 fois/jour" cela veut 5929 fois jour. Alors, Quel amour pour son prochain quand on impose des barrières avant de pardonner. Votre semblant de justice vous rattrapera avant votre mort si vous ne recherchez pas à changer votre coeur de haine en coeur d’amour, bonne chance à vous

    Répondre à ce message

    • Le 18 avril à 10:05, par Mechtilde Guirma En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

      Absolument taali soumaré laa manne sougri. Et même, à supposer qu’on applique la justice que eux ils veulent, alors on ne la fera pas à moitié, il y aura la procédure d’imputation (qu’ils ignorent ou feignent d’ignorer) qui exigera qu’on prononce la destitution ou la levée d’immunité de très hautes personnalités (et le cas posthume pourra faire aussi une exception, si on veut une vraie justice pour les victimes) afin de les traduire en justice de la même manière qu’ils traitent les accusés. Il n’y aura donc pas d’exception. Aussi, peut-être eux-mêmes n’y échapperont pas. In challah et comme vous le dites si bien, leur semblant de justice les rattrapera avant leur mort.

      Répondre à ce message

      • Le 18 avril à 18:20, par Mafoi En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

        @Mechtilde Guirma,si je te comprends,c’est parce que tu as peur de la justice qu’il faut enlever ce mot de notre vocabulaire.Tant qu’à faire si tu es très conséquente envers toi,il faudra demander séance tenante qu’on rase toutes nos prisons en libérant tous ces malheureux pauvres citoyens qui y croupissent souvent depuis des années et pour des motifs qui frisent aussi l’écœurement comme "vol de poulet".Bien sûr tu ne soutiendras jamais un tel projet et pourtant ce sont aussi des êtres humains,des Burkinabè qui sont aussi nos pères,nos mères,nos frères,nos sœurs etc etc.....!En fait pour les chanteurs de votre espèce,votre obnubilation se borne à une race d’individus qui sont des dieux sur terre pour vous et ils peuvent se permettre de faire du tout et du n’importe quoi,c’est normal,c’est même légal et pour cela,ils méritent des applaudissements.Que vous êtes pathétiques.Dans ces conditions,ne venez plus nous parler de justice à double vitesse,de l’incivisme puisqu’en réalité vous êtes les tenants de l’apocalysme avec une incarnation du mal absolu.Comment une société peut marcher,prospérer quand on passe tout le temps à bafouer les règles les plus élémentaires ?Toi @Mechtilde Guirma,il me semble que tu vis présentement au Canada.Pourquoi tu ne demandes pas aux Canadiens d’arracher leurs panneaux de signalisation routière parce que tu as peur de te prendre un PV pour excès de vitesse ou pour non respect du panneau de stop par exemple ?Ceci pour dire à tous ces chanteurs,ces maîtres-chanteurs d’arrêter de nous saouler avec leur histoire bidon qui pue l’arnaque et pour sûr,elle se terminera par un gros pschitt

        Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 16:10, par papa En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

      Mr. le pasteur ,on n´est pas a l´eglise pour que vous veniez precher l´evangile ici, la majorite´ du peuple Burkinabe demande ,JUSTICE - VERITE´ -RECONCILIATION : est-ce difficile a comprendre ?

      Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 09:44, par wendlassida En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    ABLASSE EST UN OBSTACLE POUR LA CODER ; LE POUVOIR A UNE IDÉE SUR LUI, TROUVER UNE AUTRE PERSONNE QUI A MOINS DE GRIEFS AVEC LE POUVOIR ET LE PEUPLE ET VOUS VERREZ QUE LES CHOSES VONT BOUGER.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 10:22, par HUG En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Commandeur de l’ordre national, je comprends pourquoi ce monsieur se défend pieds et mains pour que Blaise revienne au pays. On n’abandonne pas son bienfaiteur sauf que ce monsieur a oublié que çà dépend du bienfaiteur et des situations.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 11:26, par SID PAWALEMDE En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    A l’internaute taali soumaré laa maane sougri, moi SID PAWALEMDE, si je fais ces propositions, c’est pour aboutir au moindre mal. Je n’ai pas demandé de crucifier quelqu’un mais comme il y’a eu des morts et des blessés physiques et des carrières brisées qui ont fait que des enfants ne seront plus rien à cause des hommes politiques de 2014, ils faut que ces derniers subissent une autre sentence (exclusion) Puisque personne ne veut s’abstenir par bonne éducation. Suivez les à la Radio et à la Télé, ils ne se disent même pas qu’ils y’a des enfants qui ne mangent plus à leur faim et qui ne vont même plus à l’école à cause de l’entêtement des 300 Assimi KOANDA et des 160 Gilbert Noel OUEDRAOGO. Avec cette sanction, les parents des victimes diront que c’est insignifiant mais c’est ensemble que le peuple burkinabè doit leur demander pardon : Accepter qu’il n’y ait pas de jugement car çà va ouvrir des plaies. En contrepartie, ils sont exclus de la politique pendant 15 ans seulement. Mais les parents des victimes aimeraient les voir à la MACO et certains aimeraient même les voir exécutés (ces exécutés ce sont sans exclusion tout le BPN du CDP, du RDA etc.…….). Par ailleurs, j’aimerais que vous vous souveniez de mon écrit si par malheur, on venait à passer à la réconciliation sans justice et sans passer par les propositions que j’ai faites et certaines têtes sont candidates à des postes électifs, vous verrez comment ce pays va être. A bon entendeur Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 15:12, par LOS En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Très juste "Ce sont les camarades politiques d’hier, qui sont enemis aujourd"hui. S’ils sassayent et règlent tous leurs problèmes, le pays irait mieux". En effet la violence en politique est née depuis la rentrée en politique des protagoniste du M21 - NCOL et MONAPOL (ULC/PCRV), PAI (l’ancêtre) CNR et Front Populaire. Si ces camarades soldent leurs comptes, le Burkina est sauvé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 22:08, par Ka En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Taali et compagnie : Quand Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré ainsi que leurs fillettes du RSP tuaient qui ils veulent, là ils veulent, vous les aviez dit de pardonner et arrêter leurs tueries ? Aujourd’hui vous vous cachez derrière les versets de la bible pour berner le peuple Burkinabé et remettre sur le terrain des criminels en puissance sans justice !

    Ne portez pas des masques pour défendre vos amants, vos maîtresses, vos frères, vos parents criminels. Vous pouviez sur le forum, être honnêtes comme caca, Lagui, et citer les noms des personnes que vous soutenez ce n’est pas un péché. Le peuple Burkinabé demande la justice pour tout le monde, et vous voulez qu’on épargne vos sicaires. Non ce temps est révolu. Les juges militaires ou civiles Burkinabé de 2019 ont tourné la page de la justice à deux vitesses suivis des fusillades à la sauvette pour une justice équitable pour tous, et personne n’échappera s’il est justiciable, même si le président Roch Kaboré y est mêlé, il n’échappera pas. Oui je dis chapeau à la transition et aussi au régime Kaboré, ‘’’le combat pour la vraie justice est celui le plus difficile a mener car, on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS sans exception.’’’ La justice après le pardon et la réconciliation nationale et durable.
    Dieu est pour la justice, et non pour des personnes qui utilisent les versets de sa bible pour sauver leurs amis ou parents de la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 07:37, par taali soumaré laa maane sougri En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    Monsieur KA, la vraie justice n’est pas sélective mais holistique et ça seul Dieu peut assurer cette justice véritable et cette vérité véritable. Exemple on avait pensé que c’est le Régime COMPAOm
    RE qui a bloqué le jugement SANKARA DABO et autres. Le defenseur fiefe du Dossier SANK le barbiche grand avocat est de la majorité présidentielle. On a déterré des os du pauvre SANK qui ont fait le tour du monde à la recherche de la vérité pour une vraie justice, où en êtes-vous ? Vous avez préféré un monument dont le visage et les oreilles ressemblent à ceux d’un momie. Vous voyez KA, nous voulons tous cette vérité et justice mais où se trouvent-elles ? De l’utopie mon cher Ka, nulle part, vous n’aurez ces vraies justice et vérité.
    Connaissez-vous réellement l’histoire du Burkina Faso, elle ne se limite pas simplement aux seules victimes de l’insurrection initiée et savamment exécutée par des burkinabés affamés du pouvoir, ni la seule période de la transition. Nos victimes sont aussi nombreuses, depuis la mort en live du saut para du Commandant OUEDRAOGO Moumouni sur sa terre natale dont les résultats des enquêtes n’ont jamais été connus. La première victime des CSP 1 et 2 premier militaire BURKINABE diplômé en criminologie l’homme de Pouni Zawara, abattu méchamment et les SOME Yorian Gabriel, Fidèle GUEBRE ? Les exécutés à tord commandant TIENDREBEOGO DidIer KABORE, Adama OUEDRAOGO (faux coup d’État raté CNR) exécutés sous SANKARA, le Chef d’État major adjoint des armées Commandant SAWADOGO Hamado beau fils de Gérard Kango abattu comme une biche sur le barrage numero 3 venant de l’hotel Silmande sous le CNR, bien d’autres non moins importants sous SANKARA et surtout sous le Front populaires qui a fait des cadavres du groupe de SANKARA, du BIA de Koudougou et des jeunes élèves tombés sous des balles de la police et autres jusqu’au David chauffeur de François et ZONGO Norbert et son équipe, sans oublier les autres militaires et civils morts d’attentats et j’en passe car la liste est longue. La liste est longue et pour moi les victimes de la période de l’insurrection et de la transition (coup d’Etat manqué ) ne sont pas plus importantes que les autres périodes. Vous conviendrez que les victimes de la période actuelle depassent de loin celles des autres périodes, rien que YIRGOU/ARBINDA où vous les mettez ?. Est ce des burkinabes qui comptent peu ? Refusez toujours le pardon, Dieu nous attend tous sans exception, chacun rendra ses comptes à Dieu, surtout ceux qui refusent le pardon sous prétexte que........... courage à toi KA, tu sembles être déjà injuste en ne pensant qu’aux seules victimes de l’insurrection et du coup d’État de septembre 2015. La justice n’est jamais sélective.

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 08:00, par Mimtiiri En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    "Encore lui" ! A chaque fois qu’il fait une sortie, il multiplie ses bourdes. La CODER depuis sa création a rendu les personnes prudentes sceptiques quant à la bonne foi de ses membres dit "dirigeants", à commencer par lui, le Dr. OUEDRAOGO Ablassé. Et çà, nous le comprenons difficilement.
    En effet, la CODER dans ses quêtes ne parle que de "Dialogue inclusif et ouvert", de "Réconciliation nationale" etc., sans jamais pouvoir en donner des précisions quant aux fondements de ces revendications.
    - D’une Réconciliation nationale, l’on se demande cette réconciliation doit intervenir entre "quels antagonistes" ? Quels sont les points d’achoppement qui sont apparus entre ceux-ci nécessitant des discutions, des négociations devant viser à une Réconciliation nécessaire ? De notre avis, les burkinabé entre eux n’ont jusqu’à ce jour manifester de l’antagonisme entre eux. Il s’agit seulement des Politiques qui se battent entre eux, uniquement pour se servir des sueurs du peuple pour s’enrichir. A tord ou à raison, le dernier des cas en date est et reste les "Comportements" de la famille Blaise Compaoré et son CDP (ancienne version) qui ont passé leurs 27 années à piller le peuple pour, au sortir de leur Pouvoir, laisser le peuple dans la situation la plus désolante que l’on a connu depuis 2011 et qui s’est aggravée depuis la fuite honteuse de cette famille qui aujourd’hui, cherche à renouer avec la Patrie tout en manquant d’humilité car, recherchant une "Amnistie générale et entière" pour eux tous ; amnistie qui viendrait effacer ce qu’il ont fait. Ce qui est impensable. Pis ! On sait que tous les "politiques" de quels bords ils se trouvent, ne cherchent qu’à atteindre la hauteur la plus élevée du Podium pour faire comme leurs prédécesseurs, sinon, plus que ces derniers ; l’enrichissement vaniteux restant l’objectif de tout politicien. Donc sur ce point, tant qu’il ne s’agit pas de problèmes récurrents entre les populations, nul n’est besoin de nous rabâcher les oreilles à longueurs de journées pour chercher à se faire soutenir par le peuple qui, s’ils en doutent, a actuellement les yeux plus ouverts qu’ils ne pensent. De toutes les tendances politiques de notre pays allant des Communistes aux plus libéraux en passant par Sociaux, les Socio-démocrates, les Démocrates, les Impérialistes bourgeois etc., l’ambition de chacune est et reste d’accéder au Pouvoir pour voler, tricher et détourner.
    - Du Dialogue Inclusif, nous comprenons que les Auteurs de cette revendication sont toujours les mêmes qui estiment qu’ils sont les meilleurs et qu’on les a mis de coté. En effet, pour avoir dans une Vie passé pu s’intégrer dans le Système (système donné) et ont pu triché, volé et se ont enrichis, il est difficile et impensable pour eux de se voir relégués en arrière plan sans possibilité aucune pour eux de continuer à manger aux plats de la "basse moralité" que constitue le Vol, les Détournements et les Enrichissements illicites. A ces personnes dont le Dr. Ablassé Ouédraogo, il nous plairait de leur dire que le Burkina Faso n’est pas le champ familiale de chacun d’entre eux. Ils gagneraient, après qu’ils aient eu l’opportunité de se retrouver dans le/les Systèmes pour partager leurs expériences (bonnes et/ou mauvaises), il est temps pour eux de passer la main aux autres, aux plus jeunes dont le rôle premier reste de se battre pour développer et garantir leur AVENIR.
    Sur le tissu politique de notre pays, sans occulter les anciens et leurs expériences, on constate que 80%environ des Acteurs se situent en âge au-dessus de la Cinquantaine. Qu’attendent ces filous pour passer la main ? Pensent-ils qu’ils vivront plus de 100 ans et qu’après eux ce sera pour notre chère Patrie le "DELUGE". Qu’ils s’enlèvent de telles pensées de leurs têtes et observent la sagesse qui se résumera pour eux à des départs du/des Systèmes à temps et au bon moment. Un adage dit "Plus tu aiguises la pointe d’une lame pour couper les autres, un jour viendra où cette lame se retournera contre toi". Et là, ce sera cinglant. Donc Dr. Ablassé, il faut nous lâcher les baskets.

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril à 14:28, par Ka En réponse à : Concertations politiques : La CODER veut un dialogue « intégral, inclusif et ouvert »

    ‘’’A’’’ l’internaute taali soumaré laa maane sougri : Comme je le dis souvent, l’extrémisme exprime la pensée de celui qui n’admet pas qu’on lui oppose une autre manière de penser.

    Voilà un raccourci et de tous les maux pour accuser : Tout ton verbiage taali, n’est que du vent d’un partisan qui veut se prendre pour Jésus sur terre : Ayant vécu plus de 50 ans dans les couloirs des dirigeants aux petits pieds de notre pays, tu ne peux m’apprendre quoi que ça soit dans tous dont tu cites. Et si tu me lis souvent, tu sauras que je dis que le Burkina veut tourner ses jugements expéditifs et l’impunité, c’est pourquoi le régime ouvre tous ces jugement qui dormaient dans le coffre-fort de l’impunité. Par contre toi tu es un aveugle en ce qui concerne les crimes commis depuis notre indécence jusqu’à l’insurrection de 2014. De Jean-baptiste Ouédraogo a Thomas Sankara, c’était le même introverti appelé Blaise Compaoré qui avait la clé des crimes jusqu’à il prend le volant le 15 Octobre 1987 et tuer qui il veut, là où il veut avec son complice Gilbert Diendéré et leurs fillettes du RSP.

    L’épineuse question du pardon et de l’oubli que toi et ta CODER réclament au peuple mûri, est une constante sous-jacente de la représentativité : Qui représente qui, qui parle au nom de qui ? Qui légitime qui ? Pour moi ce sont seulement les partisans des criminels en fuite qui représentent ‘’’le pardon après la justice pour leurs propres intérêts.’’’ Dans ce Burkina non réconciliée à cause des intrus comme vous, les questions dont je viens de poser sont toujours étouffées par vous.

    Nom cher internaute taali, tu te trompes, Dieu est pour la justice avant le pardon, c’est pourquoi le mal ou le bien revient toujours a l’origine. Ne soyez pas étonner si une personne riche devient pauvre du jour au lendemain comme subissent Blaise Compaoré et son frère François ainsi que leurs complices Diendéré et Bassolé en ce moment. Comme il est mentionne dans la Bible, on récolte ce que l’on a semé. Nous sommes ce que nous pensons et faisons tous les jours. Vous pensez a la peur, jalousie, envie, maladie tous les jours, c’est ce qui viendra a vous. Vous pensez le contraire tous les jours et vous serez récompenser. Le contraire pour moi par rapport à toi et la CODER qui veulent sauver les criminels comme Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré et autres, est que justice soit faite avant qu’on les pardonne, et la justice divine de Dieu de prendre la suite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Déclaration de l’alliance Arc En Ciel des partis et formations politique de la Majorité Présidentielle(ACMP) sur la situation sécuritaire nationale relative aux attaques terroristes récentes au Burkina Faso
Lutte contre le terrorisme : Les maires du Burkina apportent leur soutien au gouvernement
Situation nationale : « Le malheur du Burkina Faso, c’est d’avoir Roch Kaboré à la tête de l’Etat et Zéphirin Diabré à la tête de l’opposition », estime Ablassé Ouédraogo
Dialogue politique au Burkina : Le Faso autrement parle de mascarade organisée par le président du Faso
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés