Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Communautés vivant au Burkina : Bientôt la 3e édition du Forum national de l’intégration

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 16 avril 2019 à 16h00min
Communautés vivant au Burkina : Bientôt la 3e édition du Forum national de l’intégration

Le ministère en charge de l’Intégration africaine a organisé une rencontre d’échanges avec la coordination des communautés vivant au Burkina Faso, ce mardi 16 avril 2019, à Ouagadougou. Il s’est agi de restaurer le dialogue entre les communautés et le ministère et d’approfondir les sillons déjà tracés.

« Je suis heureux d’annoncer que nous organisons cette année, la 3e édition du Forum national de l’intégration. Ce forum a tenu toutes ses promesses lors de ses deux précédentes éditions », a déclaré le ministre en charge de l’Intégration africaine, Paul Robert Tiendrebeogo. C’est au cours d’une rencontre avec les différentes communautés vivant au Burkina Faso réunies dans une coordination, qu’il a fait cette annonce, ce mardi 16 avril 2019.

Quatre ans après, le ministre a indiqué que l’organisation de ce forum va permettre notamment de faire le bilan de la mise en œuvre des conclusions des éditions passées et d’approfondir les sillons déjà tracés en vue du renforcement de la cohésion de toutes les différentes communautés. Il va s’agir également lors de cette rencontre, toujours selon lui, de définir ou de peaufiner le mécanisme pour une meilleure appropriation par tous des initiatives et actions communautaires visant à accélérer la cadence de l’intégration africaine.

Actuellement, seize pays africains sont réunis au sein de cette coordination

Du côté des communautés, le plaisir semble être partagé, à en croire le porte-parole de la coordination des communautés, Abdoulaye Senghor : « Après quatre ans de traversée du désert, la coordination se réjouit de la création d’un ministère plein en charge de l’intégration. » Toute chose qui laisse croire, selon lui, que la 3e édition du Forum national de l’intégration viendra marquer la relance de cette activité très appréciée par les communautés et le peuple burkinabè.

Ensemble pour relever les défis

Pour Paul Robert Tiendrebeogo, les défis auxquels les communautés et le département doivent faire face ne pourront être relevés sans un partenariat structuré. « La nécessité de créer une coordination des différentes communautés vivant au Burkina Faso ou son utilité pour une collaboration efficace n’est plus à démontrer », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Intégration africaine, Paul Robert Tiendrebeogo

Au regard de cette nécessité, le ministre a souhaité que le dialogue avec les différentes communautés puisse être restauré « le plus rapidement possible ». Paul Robert Tiendrébéogo a invité le nouveau bureau à travailler d’urgence au rassemblement de toutes les communautés et à la préservation de la cohésion en leur sein.

Dans son intervention, le représentant de la coordination, Abdoulaye Senghor, a salué « l’hospitalité légendaire » du Burkina Faso, pays des Hommes intègres. Au regard du contexte sécuritaire, il a, au nom de ses pairs, condamné « avec la dernière énergie, les multiples attaques terroristes » dont leur pays hôte est victime. Dans cette même lancée, les communautés ont exprimé leur soutien au gouvernement burkinabè dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et adressé leurs sincères condoléances aux familles des victimes.

Le président de la communauté tchadienne, Abdoulaye Senghor, est le porte-parole de la coordination

Quid de la coordination des communautés ?

Du récit de Abdoulaye Senghor, on peut retenir que la coordination des communautés vivant au Burkina Faso a été créée en 1998. Une année plus tard, au cours d’une rencontre avec le Secrétariat permanent de la commission nationale de l’intégration (SP/CNI), la coordination a proposé une activité culturelle pour la promotion de l’intégration. C’est ainsi qu’en 2000, en collaboration avec le SP/CNI, la première journée des communautés a eu lieu à Ouagadougou.

En 2012, la journée des communautés est devenue le Forum national de l’intégration.

Le 6 avril dernier, un bureau exécutif de la coordination des communautés a été mise en place sous la supervision officielle des services du ministère en charge de l’Intégration.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
Burkina - France : « Pour moi, le premier intérêt français au Burkina Faso, c’est que le Burkina Faso soit stable », Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina
Nations-Unies : La Burkinabè Rosine Coulibaly nommée représentante spéciale pour la Guinée-Bissau
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés