Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 7 avril 2019 à 15h53min
Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

Le Rwanda commémore, ce dimanche 7 avril 2019, le 25e anniversaire du génocide de 1994. Plusieurs chefs d’Etat et des personnalités africaines sont attendus à Kigali. Ce triste anniversaire devrait être l’occasion pour les Africains de réfléchir à des solutions pour endiguer les violences interethniques qui ont cours sur le continent.

Le génocide de 1994 est un traumatisme qui continue de hanter les Rwandais, un quart de siècle après. Ils ne l’ont jamais oublié et ils n’oublieront jamais. En ce jour du 25e anniversaire, comme lors de la première commémoration, ils diront en kinyarwanda (la langue nationale), « Kwibuka » (souviens-toi). Des mères pleureront leurs fils ; les fils, leurs mères ; des sœurs se souviendront de leurs défunts pères, encore comme si c’était hier.

Ce génocide, qui a fait entre 800 000 et 1 million de morts en une centaine de jours, selon les Nations unies, avait semblé révéler à la face du monde que l’Afrique avait tiré des conséquences des conflits ethniques. Une génération après 1994, l’Afrique ne semble pas avoir tiré toutes les conséquences des conflits communautaires.

Chaque jour, du Sahel aux Grands lacs en passant par le Lac Tchad, les fils de l’Afrique s’entretuent. Du Golfe de Guinée à la Corne de l’Afrique, en passant par le désert de Kalahari, la hache de guerre n’est toujours pas enterrée entre des descendants de communautés voisines. Des communautés qui vécurent jadis en paix, s’affrontent. Conséquence, des jeunes migrent et meurent dans la Méditerranée ; un autre génocide.

Certes, pour le Rwanda, une main cachée avait téléguidé les choses, semant dans les esprits des ethnies sœurs du Rwanda qu’elles étaient des ennemies. Durant plus trois mois, les Tutsis et les Hutus s’entredéchiraient sous un regard passif de ceux-là qui avaient exploité le Rwanda depuis la Conférence de Berlin. En ces jours-là, ils étaient commanditaires et témoins, mais ils s’en éloignèrent sans mot dire. Parce qu’ils n’avaient aucun intérêt à ce qu’il y ait la paix en Afrique, comme depuis toujours. L’Afrique devrait tirer une leçon de cet agissement et pacifier ses peuples.
Chaque jour des morts, et personne ne semble dire « stop ».

Comment comprendre qu’après 300 ans d’esclavage, plusieurs générations colonisées, la balkanisation de tout un continent, des coups d’Etat sanglants, la caporalisation des pouvoirs, des épidémies et des attaques terroristes, l’Afrique n’ait pas encore tiré suffisamment de leçons ?

Les Africains doivent donc être vigilants car celui qui a été notre ennemi d’hier, ne sera jamais notre ami d’aujourd’hui. S’il a divisé pour régner hier, il tuera pour gouverner demain. Retenons enfin que la diversité ethnique de l’Afrique a toujours été une richesse.

Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 avril à 18:22, par jeunedame seret En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    Le journalisme agonise. Veuillez bien souvent afficher les noms des auteurs, les causes et les raisons en français facile limpide pour nous stimuler la conscientisation. C’est bien la littérature ou le style journalistique enchanteur. Mais c’est mieux , en situation de tension, de connaître et de publier les noms de ces ennemis pour limiter les temps de réflexion et de divination ; pour avoir l’esprit ouvert et aller vite à la recherche des solutions. Qui et qui ont monté Hutu contre Tutsi ? Quelle était leur tactique ? Comment nous mettre en garde ? N’ayons plus peur ; arrêtons la diplomatie. On ne veut plus être surpris par les manières du diable. On ne veut plus trouver les noms des malfaiteurs par supposition. Sinon y a complicité. Y a cynisme.

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 03:07, par Mafoi En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

      @jeunedame seret,tu as vu juste et plus rien à ajouter.Bravo pour ta lucidité

      Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 06:26, par Touorizou Herve SOME En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

      Je suis d’ accord avec vous Jeune Dame Seret. Les journalistes eux - memes aiment a dire que les faits sont sacres, les commentaires libres. Alors, donnez - nous les faits pour que chacun s’ en fasse sa religion. Ici, le journaliste qui a eu une prose admirable a blesse la verite historique en ne la disant pas exactement : Qui, quand, ou, pourquoi et comment ? Car les omissions sont aussi des emissions. L’ absence est aussi la presence. Les faits ne seraient plus tetus ? Il y a eu plus de commentaire, la ou les faits parlent d’ eux- memes. Pourtant, ce sont les faits qui devraient guider notre commentaire, notre laius, comme diraient certains. On peut ne pas obliterer la verite, on doit meme ne pas l’ obliterer, tout en restant poli et professionnel, si c’ est blesser des sensibilites que ce journaliste craignait, encore qu’ on ne saurait informer serieusement sans blesser quelq’ un quelque part, car les interets sont divergents...

      Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 22:32, par Mimiyo En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    Une leçon pour les peuples ou les dirigeants qui veulent apprendre des leçons. Sinon ils vont douloureusement expérimenter et douloureusement apprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 7 avril à 23:49, par Patriota En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    Si les politiciens pouvaient oublier leurs propres interets et se dire que le pays appartient à tous une solution aux problemes que vit le BF serait trouvée. Malheureusement chaque parti vise 2020 et sen fou du peuple.
    Si le pays devient invivable (car les conflits communautaires sont pire que le terrorisme classique) on verra qui va gouverner quoi et qui !

    Chers politiciens, assayez vous et discutez pour l’interet de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 01:27, par onsait En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    L’ancien president Bill Clinton dit que son plus grand regret c’est de n’etre pas intervenue au Rwanda pour arreter le Genocide. Regret tartif tout de meme. on souleve les africains les uns contre les autres pour qu’ils s’entretuent afin de tirer les marrons du feu. A qui profite les guerres ethniques au burkina aujourd’hui ? Cherchez bien et vous comprendrez qui tire les marrons du feu. C’est n’est pas les burkinabe ou les Africains.
    Les armes viennent d’ailleurs. Il faut entretenir tout ca pour vendre et piller en meme temps. Sous pretexte de ce conflit etnique. D’ailleurs le plan diabolique marche si bien que la france construit en ce moment une nouvelle base miltaire pres de la frontiere Burkinabe au Mali. Le plan est simple : Destabilisons a outrage afin de nous incrustrer. Petit a petit ils renforcent leur positions militaires pour que le temps venue toute velleité Panafricanniste soit proprement reprimée a partir des bases francaises locales.
    Les africains comprenent tout ces tatiques et ne se laisserons plus faire.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 01:38, par peace En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    Le genocide malgre la profonde douleur qu’elle a engendrée a permis quelque part d’eloigner les francais de cette colonnie qui a pus renaitre de ses cendres et créer un miracle economique. Comme quoi si on fout la paix aux africains ils peuvent bien s’en sortir. Si les Europeens etaient toujours au Rwanda au jour d’aujurd’hui le Rwanda serait toujours dans la merde. Maintenant les francais essayent par tous les moyens de revenir par la pettite porte au Rwanda. Macron s’etait meme invité aux commemorations du genocide pour finalement se desister car s’etait trop gros a avaler pour les Rwandais qui ne decolèrent pas.
    Maintenant la france veut inviter ses historiens a participer a l’ecriture de l’histoire du Rwanda et font meme des menaces pour que les leurs participent au groupe d’historiens en charge de l’écriture de l’histoire du Rwanda. Comme quoi ils n’accepterons jamais leur culpabilité et iront jusqu’à vouloir falcifier l’histoire. C’est que l’on appelle du revisionisme, truqyer l’histoire en sa faveur.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 11:19, par gongoni En réponse à : Génocide rwandais : Une leçon contre les violences interethniques

    Merci pour ces images ,certes choquantes mais qui devraient interpeller toutes les consciences humaines en général mais surtout celles de nos plus hautes autorités de notre patrie .
    Malheureusement ,il faut craindre que le BURKINA FASO ne s’achemine lentement mais sûrement vers un génocide similaire au regard de l’instrumentalisation et du détournement du terrorisme à d’autres fins par des autorités et autres petits politiciens irréfléchis et irresponsables .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
ONU : Hommage à cinq Casques bleus du Burkina Faso décédés au service de la paix
Bénin : Deux Français enlevés dans le parc de la Pendjari, leur guide tué
Bénin : Un modèle démocratique en danger
Terrorisme : le chef de l’Etat islamique salue l’allégeance des combattants du Burkina Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés