Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Suède-UNICEF : Environ 10 milliards de F CFA pour améliorer le bien-être des enfants burkinabè

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • jeudi 4 avril 2019 à 18h04min
Suède-UNICEF : Environ 10 milliards de F CFA pour améliorer le bien-être  des enfants burkinabè

Réduire la pauvreté et la vulnérabilité des enfants dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Nord, du Nord et de l’Est. C’est ce qui a prévalu ce jeudi 4 avril 2019, à la signature d’une convention de financement entre le gouvernement suédois et l’UNICEF. Cet accord d’une valeur d’environ 10 milliards de francs CFA, permettra de mettre en place un programme de protection sociale sensible à l’enfant dans 15 communes du Burkina Faso.

Au total, ce sont 3700 ménages dont 11 100 enfants (50% de garçons et 50% de filles) dans 15 communes du Burkina, qui vont bénéficier de ce programme de protection sociale sensible à l’enfant. Dans la pratique, ledit programme entend lutter contre la pauvreté multidimensionnelle afin d’améliorer la réalisation des droits des enfants et renforcer le dispositif national de protection sociale en vue d’aboutir d’ici à 2022 à la mise en place d’un socle de protection sociale au Burkina Faso.

En effet, explique la représentante résidente de l’UNICEF au Burkina Faso, Dr Anne Vincent, au moment où la pauvreté monétaire de la population burkinabè est estimée 40, 1%, celle des enfants est encore plus élevée, à 45, 3%. Pis, selon elle, une autre forme de pauvreté affecte gravement les enfants, il s’agit de la pauvreté non monétaire multidimensionnelle.

« Pour un enfant, on considère que ce n’est pas le fait d’avoir de l’argent en main qui est important , mais d’avoir accès à tous les services qui répondent aux droits des enfants, notamment l’accès à l’éducation, à la santé, à la nutrition, à l’eau et l’assainissement , etc. », a-t-elle signifié, précisant que ce type de pauvreté est très élevé dans certaines régions du pays, comme celle de la Boucle du Mouhoun, l’Est, le Nord et le Centre- Nord.

En réponse, l’UNICEF et ses partenaires dont le gouvernement suédois, ont initié ce programme qui ambitionne de relever le niveau de bien-être des enfants. Cela implique un travail multisectoriel sur tous ces facteurs qui affectent leur survie. « Nous allons travailler avec Save the children international et un gros de travail de monitorage sera mis en place dans le pays pour la première fois. On aura un appui technique du centre de recherche de l’UNICEF pour le monitorage et l’évaluation », a indiqué l’ambassadrice des enfants.

Le registre unique des personnes vulnérables

Dans le cadre de l’exécution de ce programme, la représentante de l’UNICEF confie que des mesures ont été prises pour que les bénéficiaires puissent en profiter. Il est notamment question de l’établissement d’un registre unique des personnes vulnérables. Ce registre, selon Anne Vincent, est un outil fédérateur qui permettra de lister dans chaque commune, les personnes les plus vulnérables identifiées sur des critères spécifiques.

« On ne veut pas qu’une certaine aide aille vers des gens qui sont mieux financièrement », a-t-elle relevé. Puis de poursuivre : « Quand on met en place un programme basé sur le transfert de fonds vers les familles vulnérables, Il est très important de cibler les vrais bénéficiaires, de faire ensuite du monitorage pour voir s’il n’y a pas eu de fuite des fonds qui ont été distribués , mais aussi de voir si cet argent qui a été donné aux familles et va vraiment vers les enfants ».

Partenaire financier de l’UNICEF dans la cadre de ce programme, la chargée d’affaires de la Suède, Mia Rimby, a émis le souhait que ce programme puisse permettre de rompre avec la chaîne de pauvreté multidimensionnelle. Mieux, de donner la possibilité aux parents de d’offrir un meilleur avenir aux enfants.

Le Secrétariat permanent du Conseil national de protection sociale, représenté par Moussa Zorom, s’est réjoui de cet accord qui intervient au moment où le Burkina est en train d’amorcer la construction d’un socle de protection sociale.

En rappel, ce sont 15 communes du Burkina qui vont bénéficier du présent programme. Il s’agit de cinq communes de la région de la Boucle du Mouhoun (Boromo, Dédougou, Kona, Safané et Yé) ; quatre du Centre-Nord (Zimanga, Dargo, Pensa et Korimoro) ; trois du Nord (Pilimpikou, Kossouka, Bassi) ; trois communes de la région de l’Est ( Madjoari, Tansarga, Namounou).

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 avril à 14:43, par Nongma En réponse à : Suède-UNICEF : Environ 10 milliards de F CFA pour améliorer le bien-être des enfants burkinabè

    Cher Fasonet, nous sommes tous d´accord qu´il faut informer et renforcer la Démocratie. Mais n´oublions pas que ces mêmes informations cultivent et forment l´esprit du lecteur. A force de lire sur les bienfaits de l´aide au dévéloppement, je crains fort que le burkinabe ne finisse par croire que sans l´aide au dévéloppement, nous ne pouvons pas décoller. Disons merci, mais ne parlons pas trop de ce que nous recevons des autres. Ne soyons pas des hypocrites, mais soyons intelligents. Parlons plus de ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes. Il y a plus de bonheur à donner qu´à recevoir ! Une sagesse qui est démontrée depuis que le monde existe.
    - Que font nos chercheurs dans nos universités ? Ont-ils trouvé de nouvelles idées qu´ils essaient d´appliquer pour augmenter le rendement de nos agriculteurs ? Y-a-t il des démonstrations qui montrent que nos diplômés en Master produisent des vingtaines de tonnes de mais ?
    - Avons-nous des retraités qui transmettent leurs connaissances aux jeunes dans le domaine de la construction mécanique ?
    - Les burkinabe sont-ils sur la voie de produire eux-mêmes leurs batteries et plaques solaires pour ne plus dépendre à 100 pour cent du matériel importé ?
    - Y-a-t il déjà une fabrication locale de lits d´hôpital ou de tables d´opération ?
    - Y-a-t il suffisamment d´informations qui montrent que nous pouvons utiliser les feuilles du moringa par exemple pour faire de la salade ?
    J´ai lu dans cette semaine courante sur une association oú les femmes sont organisées dans la culture du moringa. Pas un mot sur la consommation locale.
    Merci de m´avoir lu

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
11ème réunion du Groupe focal Afrique de l’Ouest : Pour une pérennité et un développement harmonieux des Fonds d’entretien routier
Education et formation au Burkina : L’UNICEF passe le flambeau au Canada
Coopération Burkina-Chine : Le ministre Stanislas Ouaro visite des chantiers de construction d’écoles
Coopération militaire USA-Burkina : AFRICOM aux côtés des forces de défense et de sécurité burkinabè
CEDEAO-G5 Sahel : Mobilisation générale contre le terrorisme
Lutte contre le terrorisme : La CEDEAO va mobiliser un milliard de dollars US
Lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : Les chefs d’Etat appellent à « l’union sacrée »
Conférence régionale sur la chenille légionnaire : Des recommandations pour venir à bout du ravageur des cultures
Crise humanitaire au Burkina : « Les populations doivent rester dans des conditions très difficiles ou partir », Steven Anderson du CICR
Coopération : Le Sénateur des Français de l’étranger à l’Institut supérieur d’étude de protection civile
Programme YALI 2019 : Les participants burkinabè font le bilan de leur séjour américain
Mali : « Kidal, base arrière et rampe de lancement de plusieurs opérations terroristes », Maman Sambo Sidikou secrétaire permanent du G5 Sahel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés