Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Hommage : « La vie du Dr Moussa Roger Tall, une merveilleuse aventure »

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 4 avril 2019 à 15h56min
Hommage : « La vie du Dr  Moussa Roger Tall, une merveilleuse aventure »

Une cérémonie de présentation du premier tome des mémoires du regretté Dr Moussa Roger Tall aura lieu au CBC le samedi 6 avril 2019 à 16h. En prélude à cet événement, Henri Prosper KY, responsable à l’information de la Coordination du Mouvement du manifeste pour la liberté, lui a rendu l’hommage ci-dessous.

Je hais les cimetières et les enterrements. Mais je m’en accommode de plus en plus. C’est à cela peut -être que l’on reconnaît que l’on est en train de passer de l’autre côté du miroir, celui où vous êtes plus souvent appelé tonton par des nièces et des neveux que vous ne connaissez pas et que vous devez sur -le -champ, les adopter par civilité. Ce serait cela le privilège de l’âge en Afrique.

Le Docteur Moussa Roger Tall repose désormais en paix au cimetière municipal de Gounghin. Il nous a quittés le mardi 12 mars 2019 au seuil de sa 83 éme année puisqu’il est né le 15 décembre 1936. Nous ne reverrons plus sa « blanche » silhouette vénérable dans nos assemblées. Parler des morts est un désir d’avoir du pouvoir sur la mort, c’est un hommage à la vie.

Je dirais quelques mots, sur la vie du Dr Moussa Roger Tall ; ce qu’il a été pour moi et ce que j’ai appris de lui. C’est un devoir qui s’impose à moi. Les Anglais disent en parlant de l’hommage « to pay tribute to ». Cela exprime le sens que l’hommage avait entre le vassal et le suzerain. Quand vous avez l’honneur de partager des moments de vie avec un homme, ne pas marquer le respect, saluer avec révérence une vie comme celle du Dr Moussa Roger Tall, qu’il a qualifiée lui-même de merveilleuse aventure, c’est une indignité sociale, qui montre l’absence de reconnaissance de la dette morale.

Témoigner, c’est aussi bâtir des ponts avec l’avenir dans le sens d’être fidèle à la leçon de vie, et de la transmettre. L’hommage est très connu dans les traditions africaines dans les rites de séparation que les observateurs pressés prennent pour une célébration de la mort, or il ne s’agit que de grand-messe de la vie. Chez les Sanan, le "dṍn pè et le zo diè" sont des hommages qui disent l’homme, ses hauts faits de gloire et le respect et les remerciements de celui qui paye le tribut.

J’ai connu le Dr Moussa Roger Tall lors de l’installation de la Coordination du Mouvement du manifeste pour la liberté. Il est élu secrétaire à l’organisation en 2005 puis président du comité d’orientation.

Je vais ici retenir deux leçons apprises de lui : l’importance de la vie, la nature du pouvoir de Thomas Sankara

La nature du régime du CNR (Conseil national de la révolution)
La vieillesse serait un naufrage, dit-on. Je peux dire avec certitude et admiration que cela n’est pas vrai pour tous, et que j’ai eu l’insigne honneur de connaître deux de nos compatriotes qui ont démenti avec brio cette assertion. Ce sont le professeur Joseph Ki-Zerbo et le Dr Moussa Roger Tall, qui ont de la plus belle des manières montré l’usage que l’on peut faire du bel âge, du vieil âge. Ils ont imposé la figure de l’ainé dans le mouvement démocratique du Burkina Faso.

Avant eux, les réunions publiques, les marches et meetings (hormis ceux des partis) ne reflétaient pas la société dans tous ses âges, la jeunesse dominait par son grand nombre mais brillait peu par son esprit.

Je me souviens d’un colloque où le « procès en béatification » du capitaine Thomas Sankara se tenait. Le Dr Moussa Roger Tall y est intervenu avec pondération et sagesse : il a dit que Thomas Sankara était son enfant et que les CDR (Comité de défense de la révolution) étaient ses enfants, et qu’un de ses amis de passage à Ouagadougou durant la période du CNR lui avait demandé quelle était la nature du régime en place à Ouag. Il lui avait répondu qu’un régime où
le no1 est militaire,
le no2 est militaire,
le no3 est militaire,
le no4 est militaire
est un régime militaire, une dictature comme celle du colonel Mouammar Kadhafi.

Beaucoup n’ont pas goûté au charme enchanteur de cette démonstration à la beauté mathématique. Si je ne m’abuse, c’est un raisonnement par récurrence. Roger Moussa Tall est un titulaire du baccalauréat « Mathématiques élémentaires » (ainsi était désigné le Bac C à cette époque) et est passé par une école préparatoire avant d’intégrer l’école vétérinaire d’Alfort par concours.

Ce que le Dr Tall a dit en quelques propositions, c’est l’importance du chef chez les militaires et du commandement, l’ordre que donne le chef ne se discute pas il s’exécute. Cette vision militaire des chefs sera la vision générale du régime où les premiers dirigeants sont des chefs militaires. Du reste, le régime montrera clairement aux civils qui l’accompagnaient et servaient de cosmétique révolutionnaire, à chaque anniversaire du coup d’État, que ce sont les quatre chefs historiques militaires qui détenaient le pouvoir. Les civils membres du gouvernement étaient renvoyés et le pays était dirigé par le quarteron de capitaines (excusez- moi, il y avait un commandant parmi eux que je dégrade ainsi par cette expression) qui prenaient bon nombre de décisions importantes avant de refaire un nouveau gouvernement.

Parmi les éléments outrés par cette irruption de la vérité historique dans une fête où on ne l’espérait pas, certains l’ont vécu comme si l’on écornait l’icône Thomas Sankara. Je pense que la jeunesse devrait être avide de savoir ce qui s’est réellement passé en 1984 et que l’expérience de ceux qui ont vécu ces faits historiques doit avoir son importance pour elle, mais non. Si ce n’est pas par le mépris, c’est par une violence des propos que son intervention a été accueillie. J’ai apprécié beaucoup le courage du Dr Tall qui a dit ce qu’il pensait au milieu de la foule de fans et d’admirateurs de Thomas Sankara, hostiles à tous ceux qui ne pensent pas comme eux.

Ceci est symptomatique de l’époque et d’une certaine jeunesse subissant les nouvelles technologies, ne choisissant que d’être fan de quelqu’un ou de quelque chose, passant son temps sur Facebook à « liker » ou à suivre des personnalités, ne proposant rien ne faisant rien. Je ne suis pas sûr que Thomas Sankara qui était le seul à insulter les CDR en public, serait content d’être adulé comme « Quen Bey » et que ces fans comme les Beyhive fondent sur tous ceux qui disent autre chose.

À y regarder de près aujourd’hui après les derniers évènements que notre pays a connus, la période du CNR a montré que l’on peut baptiser son putsch révolution et faire des discours au nom du peuple, mais que si ce peuple ne se sent pas concerné, il ne sortira pas pour vous. Alors qu’après l’insurrection d’octobre 2014, le peuple qui est sorti pour chasser le dictateur (ancien n02 du CNR) est ressorti pour refuser le retour à l’ancien ordre que les généraux félons voulaient ramener. Les jeunes qui sont sortis, qui sont morts dans les deux évènements (insurrection et coup d’État), n’avaient pas besoin de héros, ils étaient les héros, ce ne sont pas des suiveurs, mais des acteurs. Certains jeunes devraient davantage avoir les yeux face à l’avenir que de les river sur le rétroviseur.

L’importance de la vie

Quand j’ai eu l’honneur de connaître le Dr Tall, il était déjà très malade : diabétique, ayant eu une opération cardiaque lourde- un triple ou un quintuple pontage aorto-coronarien, une sciatique- mais c’était un vieux monsieur actif, qui savait que le temps lui était compté et qui voulait utiliser à bon escient le peu de temps qui lui restait à vivre. Les docteurs lui avaient prédit sa mort et en scientifique il avait accepté et le rappelait souvent. Un jour où je lui faisais remarquer son grand mérite pour le respect strict d’une bonne hygiène de vie et des soins médicaux, il me conta cette anecdote de la révolution française, au moment de la terreur quand la guillotine (belle invention française !) fonctionnait à plein régime. Le bourreau avait remarqué un vieux monsieur qui pleurait avant son tour, alors que les jeunes gens allaient se faire couper la tête en chantant. Curieux, le bourreau lui fait remarquer son manque de courage. Le vieil homme lui dit que les jeunes gens ne savent pas l’importance de la vie, d’où leur insouciance face à la mort.

Voilà une leçon magistrale qu’il m’a donnée. L’importance de la vie pour le Dr Tall, c’est de ne pas la subir, la vivre pleinement au service de son idéal, pour le bien-être et le bonheur des plus petits. Malgré tous les maux dont il souffrait, il a entrepris un grand voyage pour les Caraïbes, en Martinique, sur les terres de son père à qui il tenait à rendre un dernier hommage et rencontrer ses parents des îles. Le récit de ce voyage est présent dans son ouvrage. Il a réussi à publier le premier tome de ses mémoires et à faire plusieurs articles dans la revue Hakili (revue du Mouvement du manifeste pour la liberté).

En 2010, le Burkina Faso a célébré le cinquantenaire de son indépendance, c’était une grosse célébration où il n’y avait pas de place pour ceux qui en 1960 exprimaient des opinions contraires à ceux des tenants du néocolonialisme. Notre mouvement a organisé un panel avec le Dr Amady Aly Dieng, ancien président de la FEANF (Fédération des étudiants d’Afrique noire en France), Mme Jacqueline Ki-Zerbo, une des patriotes africains internationalistes qui sont allés soutenir la Guinée indépendante en 1958, le Dr Moussa Roger Tall, ancien membre du bureau de la FEANF et de l’UGEV. Ils ont partagé avec une assistance nombreuse leur opinion sur « les indépendances africaines vues par la Fédération de étudiants d’Afrique noire en France ».

L’amphithéâtre A600 de l’UFR-LAC de l’Université de Ouagadougou a refusé du monde et les étudiants étaient surpris par le nombre des étudiants de cette époque qui sont venus participer au seul panel non officiel qui donnait la parole aux résistants et aux combattants d’il y a cinquante ans.

Ce témoignage a pour modeste ambition de vous inviter à la cérémonie de présentation du premier tome des mémoires de notre regretté au CBC le samedi 6 Avril 2019 à 16h. Venez découvrir la vie de Moussa Roger Tall, une merveilleuse aventure.

Henri Prosper KY
Responsable à l’information de la Coordination du Mouvement du manifeste pour la liberté

Vos commentaires

  • Le 4 avril à 19:15, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Hommage : « La vie du Dr Moussa Roger Tall, une merveilleuse aventure »

    Merci de nous faire connaitre cet AINE. Merci pour ce livre.Cependant, restons-en juste au debat historique et non au debat ideologique :"Il lui avait répondu qu’un régime où le no1 est militaire, le no2 est militaire, le no3 est militaire, le no4 est militaire est un régime militaire, une dictature comme celle du colonel Mouammar Kadhafi"
    1) Et après ? Et --- Après ???
    - Sekou Toure que les uns et les autres sont allés soutenir, y-a-t-il eu plus grand DICTATEUR en Afrique comme Sekou Toure ? Le premier Secretaire de L’OUA Diallo Telli n’est-il pas mort dans le camp Boiro en Guinéé ? Et pourtant, cet Dictateur a été soutenu par des panafricanistes et internationalistes.
    - Les Partis Unique des Independances, etait-ce mieux qu’un leadership assumé comme celui du CNR ?
    - Je vous informe que, la Corée du Nord après avoir gagné la bataille strategique contre les USA, a decidé d’investir maintenant pour le developpement du pays. En Coréé du Nord, y a dejà gratte-ciels là-bas. Est-ce qu’il y a gratte-ciels en Afrique ? Où ?
    2) Ce raisonnement n’est pas une clarté mathematique, ni un par recurrence. C’est peut-etre un syllogisme defectueux sous la forme d’un anaphore qui se resume comme suit : tout regime militaire est une dictature. Mais est-ce que toute dictature est forcément militaire ?
    3) Democratie tel que nous la pratiquons n’est nullement synonyme de progrès et de developpement : les Occidentaux le savent mieux que nous. Nos democraties (liberales) ne sont rien d’autres que des paradis de capitaux etrangers. Que le meilleur gagne !
    4) Bref !
    5) Nous aimerions lire cet episode de soutien à la Guinéé Conakry. Il nous faut connaitre le merite de nos ainés.
    6) Thomas Sankara, pas un seul de ses cheveux ne tombera !
    "Dieu est Burkinabè"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Pour un retour définitif de la paix au Burkina : « Et si on osait un gouvernement d’union nationale ? »
Le Burkindlim : Une analyse comparative entre la Haute-Volta et le Burkina Faso
Burkina : « Négocier avec les terroristes ? Pas une si mauvaise idée… »
Un citoyen au Premier ministre : « A quand la fin des recrutements par affinité dans nos services publics ? »
Statut valorisant de l’enseignant : Lettre ouverte d’un instituteur au ministre Stanislas Ouaro
Décision du Conseil constitutionnel sur le recours de citoyens contre le Code pénal : « En attendant les explications du Gardien du temple burkinabè... » (Me Batis Benao, avocat à la cour)
Burkina Faso : « Se sacrifier (travailler) pour les générations futures, tel est notre défi »
Rejet du recours de citoyens contre le Code pénal : « Quand le Conseil constitutionnel retire un droit accordé aux citoyens par la Constitution ! »
Franc CFA : Lettre ouverte d’un Français à l’ambassadeur de France au Burkina Faso
Burkina : « Dialogue politique ou entourloupes politiques ? »
Décès de onze personnes gardées à vue : « Les droits humains ne sont pas l’affaire de gens qui ont le ventre plein »
Affaire Clinique « Les Genêts » : « Où a-t-on vu expulser des malades d’un centre de santé ? »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés