Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • jeudi 4 avril 2019 à 01h25min
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

Jour de débat sur les vidéos du coup d’Etat de septembre 2015 au tribunal militaire. « Un film d’horreur », selon les avocats de la partie civile. Plutôt un film qui n’apporte rien à la procédure et qui ne dit pas quel élément du RSP a fait quoi, répondent certains avocats de la défense. Toute la journée du 3 avril 2019, les différentes parties ont opiné sur ces pièces à convictions visionnées la veille. Le Général Gilbert Diendéré a dit ne pas avoir d’observations à faire sur les vidéos réalisées par son fils.

Le 2 avril 2019 fut le jour le plus sombre du procès, avec le début du visionnage des vidéos. C’est Me Prosper Farama qui l’a dit. L’avocat note que les images étaient un véritable film d’horreur, si bien qu’il a mal dormi. Il a par contre félicité les citoyens burkinabè qui, bravant les risques, ont pu filmer les scènes d’une extrême violence pour les laisser à la postérité.

Alors que la plupart des accusés dans le box ont longtemps soutenu qu’ils étaient sortis pour des missions de maintien d’ordre et de contrôle de zone, Me Farama se demande comment l’on peut maintenir l’ordre en portant des cagoules, armés de Kalachnikov. Ces escadrons de la terreur en cagoule, selon ses termes, savaient bien qu’ils allaient commettre des exactions, et de ce fait ne voulaient pas être reconnus.

Se fondant sur les vidéos de Ismael Diendéré filmant son père, et tout heureux de l’accueillir en lui lançant, « mon papa président du Faso, c’est historique », Me Prosper Farama conclut que tout ça c’était donc pour ça. Pour que son fils dise que son père est président, sa femme dise que son mari est président, ses parents disent que le président est de leur famille.

Mais ça fait quoi si son père, son mari, son parent n’est pas président, se demande l’auxiliaire de justice dans une salle calme et tout ouïe. Et les enfants, les femmes, les maris qui sont morts, poursuit-il. Il conclut en disant qu’il a cru comprendre que le Gal Diendéré est croyant et qu’il espère qu’au dernier jour, devant Dieu, il dira la tête haute ce qu’il a fait.

Un autre avocat de la partie civile, Me Pierre Yanogo, soutient que les vidéos viennent comme un couronnement de la procédure. « Les images se passent de tout commentaire », note-t-il, après avoir évoqué les corps flagellés, des morts baignant dans leur propre sang, ces biens détruits. On ne va pas naviguer contre les évidences, ajoute l’avocat qui lance à l’endroit des accusés qu’il est encore temps de faire amende honorable. « Le pardon se mérite, c’est encore le moment », prévient-il.

Me Sandwidi, prenant la parole, fera savoir que le tribunal n’est pas un lieu de prêche à la mosquée ou à l’église. C’est du droit. Et selon lui, les vidéos n’apportent rien de nouveau par rapport à ce que les procès-verbaux avaient déjà révélé. Les vidéos ne disent pas clairement que telle victime est l’apanage de tel élément du RSP. L’avocat de la défense ajoutera être peiné que l’on traite le RSP de terroriste, parce que c’est un corps qui a été créé et formé par l’Etat.

Le Gal Gilbert Diendéré ne fait aucun commentaire

La journée avait débuté avec les observations du parquet sur les vidéos diffusées la veille. Sur le film réalisé par le fils du Général Diendéré ou l’on voit des personnalités du CDP ( Salifou Sawadogo, Michel Ouédraogo et Fatou Diendéré), le ministère public note que cela confirme les connexions politiques entre les putschistes et les militaires. La partie accusatrice conclut que les images montrent bien que c’est effectivement le Gal qui a planifié et mis à exécution le coup d’Etat et que c’est à lui que cela devrait profiter, avec l’aile politique. Ce n’est nullement la hiérarchie militaire qui le lui a demandé, il était à la manœuvre.

Lire aussi Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré

Invité à se prononcer sur l’authenticité de ladite vidéo, le présumé cerveau du putsch a dit ne pas avoir d’observations. « Je ne peux pas répondre à cette question, puisque je n’ai pas réalisé ces images », se contente-t-il avant d’ajouter que le reste, ce sont des affirmations gratuites du parquet.

Pour ses avocats, les vidéos diffusées n’ont rien à voir avec les infractions retenues contre leur client. Ils soutiennent qu’elles briment le Gal dans toute sa dignité, et violent son intimité familiale. Mieux, les avocats de Golf accusent le parquet de boxer en dessous de la ceinture, alors qu’il soutient depuis le début des débats ne le faire.

Aussi dans une vidéo, le directeur de la radio Laafi mise à sac et brûlée par des supposés éléments du RSP, a expliqué que parmi le commando, il y avait une dame en civil. Selon la partie accusatrice, il s’agit de Minata Guelwaré. Pourtant, lors de son audition à la barre, l’accusée avait dit n’être pas arrivée à Zorgho, mais s’être plutôt limitée à Boudry. Invitée à opiner, elle s’offusque une fois de plus. « Nulle part dans la vidéo, le directeur n’a dit que c’est Minata Guelwaré. Il a dit que c’était une dame. Je ne suis pas la seule dame du Burkina », s’est-elle défendue.

La partie civile monte au créneau et fait savoir à l’accusée qu’elle n’est certes pas la seule dame au Burkina, mais ce ne sont pas toutes les femmes du Burkina non plus qui trainaient avec des militaires du RSP pendant le coup, qui allaient se ravitailler en carburant dans les soutes du camp Naba Koom ou qui ont fait chemin vers Zorgho avec des éléments du RSP.

Karim Baggnan dit Lota, vu dans les vidéos en train de tabasser des citoyens à l’hôtel Laïco, n’a pas voulu faire de commentaires. Par contre, les sergents chefs Ali Sanou, Zerbo Mohamed et le soldat de deuxième classe Soulama Seydou, présentés comme ceux qui ont tiré sur le studio Abazon de Bambara Serges alias Smockey, à la roquette, ont fait savoir qu’ils ne se sont pas vus dans les vidéos. « Aucune vidéo ne me montre en train de tirer une roquette. Je n’étais pas dans le quartier de Smockey », a relevé le soldat de deuxième classe. Pourtant lors des interrogatoires devant le juge d’instruction, le sergent-chef Ali Sanou a reconnu que c’est bel et bien Soulama Seydou qui a tiré, avec l’appui technique de Mohamed Zerbo. Pour la radio dont le matériel a été brûlé à Zorgho, Ali Sanou a reconnu s’y être rendu, être entré dans la cour, mais pas dans le studio.

La soirée du 3 avril a pris fin par le visionnage d’une vidéo dont la durée est plus longue que les précédentes. C’est vendredi 5 avril prochain que les différentes parties vont opiner sur ce dernier élément de cette étape des vidéos.

Cliquez ici pour lire aussi Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 avril à 07:03, par SOME En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Messieurs les avocats venir crier que les vidéos n’apportent rien de nouveau par rapport à ce que les procès-verbaux avaient déjà révélé alors que les faits parlent d’eux memes c’est vraiment insulter le droit. Si effectivement ces images ne couronnent pas toute cette procedure judiciaire, alors cela ne rime a rien de venir discourir ici. Mais on sait ce que cela veut et il est normal que djendjere ne puisse rien y ajouter Alea jacta est, s’il en était encore besoin !

    « Pour ses avocats, les vidéos diffusées n’ont rien à voir avec les infractions retenues contre leur client. Ils soutiennent qu’elles briment le Gal dans toute sa dignité, et violent son intimité familiale. Mieux, les avocats de Golf accusent le parquet de boxer en dessous de la ceinture, alors qu’il soutient depuis le début des débats ne le faire. » vraiment c’est se moquer de nos institutions mais cela ne nous etonne plus.

    Ces pauvres soldats qui ont fait le baroud d’honneur parce que leurs chefs leur en avaient donné l’ordre d’adopter une certaine posture, aujourd’hui se rendent compte qu’ils ne sont que face a eux-mêmes tout seuls.
    on voit que le president du tribunal est un vrai professionnel. Merci
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 07:18, par mytibketa En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Au fur et à mesure que se déroule le procès sur le putsch manqué, je comprend un peu mieux la notion du droit au mensonge et réalise qu’être avocat des causes perdues peut être peut être ridicule voire inhumain. Je comprend un peu mieux que c’est la renommé du tigre qui protègeait son bosquet. Eh effet tous ces généraux nous ont fait croire qu’ils voulaient de l’intérêt des burkinabe. Erreur la vanité, la course effrénée à l’argent pour acheter la conscience de ceux qui ramènent leur existence aux miettes qu’on leur jette pour disposer de leur vie , tout cela me fait dire que les portes de notre développement sont closes et leurs clés seraient à retrouver dans la savane arborée de l"Est. et le sable fin du sahel. Pour leurs ambitions personnelles des hommes ont déchirés le tissu social de notre société. Qu’ils ne jubilent pas parce que nous allons tous payer de par notre passivité notre"ça n’arrive qu’aux autres".Quand on tue et qu’on a pas le courage d’assumer celà s’apparente à de la lâcheté et de vous un moins que rien..Est il permis d’espérer quand on sait que ce sont les mêmes qui sont aux commandes dans l’administrations en instrumentalisant les syndicats et ceux qui vivaient de tout sans rien faire, si sauf constituer des commandos de liquidation de ceux qui refusent de penser comme leurs mentors.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 08:13, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    . "Il conclut en disant qu’il a cru comprendre que le Gal Diendéré est croyant et qu’il espère qu’au dernier jour, devant Dieu, il dira la tête haute ce qu’il a fait." hum !lorsqu a la fin d une prétendue Démonstration on conclut par un espoir qui se fonde sur la foi de son "adversaire" on révèle soit même un doute sur la limpidité de la preuve ! normalement pour le tribunal si les preuves sont irréfutables,l aveu la "tête haute" n est pas indispensable ! mais maitre FARAMA semble avoir été trahi par son intrinsèque honnêteté:il lâche que golf n avouera certes pas devant les hommes ce qu il est ou n est peut pas (cerveau du putsch)et craint qu il n ait le bénéfice du doute !a cette allure beaucoup d internautes haineux et plus revanchards que les parents des victimes et qui voulaient bouffer du golf a la fin du procès risquent de déchanter !quant a la digression de maitre Farama sur le fils de golf,nous pensons qu elle est moins malveillante qu émotionnelle car un fils sublime ou invente en général les" exploits"de son père et si d’aventure Maitre Farama avait un fils faisant une vidéo pour magnifier les qualités d avocat international de son père il pourrait y découvrir de hautes qualités a lui attribuées qu il n auraient jamais soupçonnés n en déplaise aux victimes a tord de ses multiples et brillants plaidoyers !!

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 18:42, par KLADJOU En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

      yelmingaan blaan saa hien , votre compréhension des dires de Maître Farama trahi ni plus ni moins votre soutien inconditionnel à GOLF. En quoi cette phrase "Il conclut en disant qu’il a cru comprendre que le Gal Diendéré est croyant et qu’il espère qu’au dernier jour, devant Dieu, il dira la tête haute ce qu’il a fait" révèle -t-elle un doute sur le caractère irréfutable des preuves incriminant golf ?. Les faits exposés (sonores et vidéos) sont si têtus et pourtant golf et compagnies continuent de nier que nous espérons qu’au moins devant Dieu ils reconnaitront leur implication puisqu’ils se disent croyants. Ni leur propre voie, ni même leur image ne leur ont empêché de continuer à nier l’évidence et à mentir !!! Seuls ses soutiens comme vous et vous en avez le droit, et c’est ça aussi les acquis d’un Etat de droit, ont encore l’outrecuidance de venir nous pomper l’air pour parler de doutes sur les évidences exposées depuis quelques mois. L’accusation n’avait pas besoin d’aller si loin. Si elle l’a fait c’est tout à son honneur. Pourtant quand en 1989 alors que Golf et son mentor Compaoré ont fait arrêter nos parents sur le faux coup d’Etat monté de toute pièce par Golf , mon père a demandé en vain rencontrer Golf puisque c’est lui qui l’accusait d’être le cerveau du coup d’Etat. Non seulement se fut un niet catégorique, mais on a vite fait de monté la même nuit un faux procès où leur a été présenté juste des faits qu’on les reprochait sur des déclarations de Golf sans même leur permettre de s’expliquer dans un débat contradictoire et la sentence fut prononcé. Quelques heures plus tard on les embarquait pour Kamboinsin où ils furent passé devant un peloton d’exécution. 30 ans après voilà Golf dans un coup d’Etat qualifié du plus bête du monde avec des preuves irréfutables audio et sonore qui attestent ses crimes. L’homme est pressé, mais la justice de Dieu vient toujours. Paix à l’âme de nos parents que nous pleurons toujours. Mais nous avons fait le serment de rester vigilants sur vigilants sur tous ce qui touche ses délinquants qui ont endeuillé nos familles et briser l’avenir de temps d’enfants qui ne rêvaient qu’à vivre heureux sous la protection de leur parent.
      Donc trêve de venir raconter des inepties pour défendre un criminel comme Golf . En tous les cas la Loi ne demande aux jurés que de juger selon leur intime conviction. Je fais confiance à notre jurés et je suis convaincu que justice sera rendu. Tous les apprentis sorciers qui tentent désespérément de trouver des échappatoires à ces criminels perdent leur temps parce que le dossier d’accusation est en béton armé. Qui règne par la trahison et les armes périra par la trahison et les armes . Tout est une question de temps mais une constante demeure : tout se paie cash tôt ou tard. Thanks God

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 08:41, par Petit Burkinabé En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Finissons-en avec ce procès et allons à la réconciliation. Notre pays vit une situation difficile en ce moment à cause de la rancune. Je prends l’exemple du Rwanda où il y a eu plus de 800 000 personnes atrocement tuées. Voyez aujourd’hui ce qu’est devenu ce pays grâce au pardon et à la réconciliation. Le Burkina a besoin de tous ses fils pour barrer la route au terrorisme qui a engendré aujourd’hui une division inter-communautaire. Des Burkinabé tuent des Burkinabé pour se "venger".
    Que justice soit faite, c’est vrai, mais il n’y a plus grand sacrifice que le pardon. Pour la Patrie.

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 13:23, par Sidzabda En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

      Le Burkina a besoin de tous ces fils et filles pour avancer certainement ! Mais le Burkina n’avancera pas avec des diables, des loups déguisés en agneaux dans le pâturage, avec des gens qui veulent gouverner, tout s’accaparer au mépris même de la vie de leur concitoyens.
      Ce qui est sûr, tout se paie sur cette terre en attendant la retribution de Dieu ! Oui elle est inévitable.

      Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 16:38, par yarosidkaye En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

      .sauf qu’au Rwanda ils ont adopté la formule du gatchatcha c’est -a dire le bourreau vide sa conscience devant les victimes et demande pardon au nom des ancêtres et du vivre ensemble. Ici des bonimenteurs aux nez dilatés et aux fesses abondantes fredonnent qu’ils sont des anges sur qui on s’acharne..... Cette Guelwaré et cette Fatou Diawara sont le genre de garnement qui écument nos palais pour y mettre le feu de l’enfer.Mais c’est l’homme qui est pressé Sinon Allah fera tout le reste

      Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 14:50, par ngwa nicaise En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

      la réconciliation ne se ferra pas avec les criminels mais avec les dignes fils de de la république.on ne parle pas de se réconcilier avec les diendéré et les compaoré Blaise non non non pas du tout.car ils sont des criminels à jamais.ils ont toujours été conscients des actes qu’ils posaient.ce serait très naïf de s’accommoder à ce genre d’assassins.si on les laisse ,ils vont continuer à assassiner puisqu’ils l’ont toujours fait.Après l’assassinat de Sankara,ils auraient dû cesser.malheureusement ils ont poursuivi en tuant lingani et zongo.peu après,ils ont tué norbert zongo.Au lieu de se limiter la, ils ont tué encore pendant l’insurrection.non content de cela,ils ont tué encore pendant le coup d’État.et en ce moment ,ils tuent au nord et à l’est du faso.Vous voyez donc qu’ils ne méritent que la maca ou la maco à mort ou à vie.

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 09:13, par Lankoande alphosia dit laveritable En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Le Faso est en soucis à cause de ne pas voulant dire vérité. Mais que Dieu nous protège. Un jour viendra que les dirigent du Faso vont dire la vérité sois laisser le pouvoir

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 09:59, par Achillle De TAPSOBA En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Hommage aux MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et du 16,17 Septembre 2015

    Nous saluons le professionnalisme du tribunal militaire. On a une justice crédible sur qui le BRAVE PEUPLE peut désormais compter. Respect au président du tribunal militaire qui montre au monde que la justice BURKINABÉ a des hommes compétents. La démarche du jury est très méthodique et très ficelé. Nous félicitons sincèrement les Grands Avocats de la partie civile Me KAM, Me FARAMA, Me YANOGO...Ces excellents Avocats ont majestueusement fait visiblement baisser la tête des avocats de la défense comme des épis de mil. Ils se sont très sentis à l’aise par leurs démonstrations magistrales avec des arguments solides rendant la salle de Ouaga 2000 très silencieuse. Merci aux grands avocats de la partie d’avoir défendu les plus faible et soyez-en bénis. Manifestement la pléiade des avocats de la défense nie pour nier de façon mécanique avec les mêmes chants "Ce sont des montages" "rien de nouveau". Je suis désolé je ne suis pas un avocat on ne défend pas un dossier surtout de crime avec les arguments squelettiques. Le match est completement plié pour les potentiels putschistes et leurs avocats alimentaires selon mon cher frère KA.
    Revenons sur certains aspects quand les 2 généraux félons, menteurs et manipulateurs parlent d’acharnement sur eux ils oublient très vite ils semblent avoir des troubles de mémoire. Qu’ils se posent ces petites questions :

    Ce braquage cynique avec le coup d’état le plus bête du monde est-il un acharnement fou contre la transition et le BRAVE PEUPLE qui demandait à aspirer à l’alternance avec des élections libres et transparentes en 2015 ?
    La mort de nos MARTYRS est-elle le pire acharnement sur leurs personnes ?
    L’assassinat de LINGANI, Henri ZONGO, Norbert ZONGO, David OUEDRAOGO, Thom SANKARA... est-il l’acharnement le plus idiot et le plus sadique qu’un homme puisse faire à son prochain ?

    Nos faux généraux représentant la honte et le déshonneur du pays doivent naturellement revenir sur terre pour comprendre définitivement la gravité de leurs actes. Leurs vies ne dépassaient pas de ceux qu’ils ont méchamment supprimés. Tous respirer le même air et aspirer au même bonheur. Si nous devons tuer pour devenir président j’abats tous les ennemis et aller demander pardon à leurs familles blessées pour devenir président. Là où il y a la faute surtout un crime de sang il faut impérativement condamner ou rendre justice. Pourquoi nous demandons justice aux massacres de Yirgou ou Arbinda ? Certains BURKINABÉS ne peuvent pas tuer d’autres et croire que les actes seront impunis. Nous ne sommes pas la jungle. Dans la société il y a des règles de droit que chaque citoyen est invité à scrupuleusement respecter c’est ça qui permet de vivre ensemble dans la paix et dans la joie. Les plus "forts" s’approprient chère nation et faire toutes les bêtises du monde nous ne l’accepterons jamais. Le BURKINA appartient à tous les BURKINABÉS et non à une classe de privilégiés intouchables qui ont le droit de vie ou de mort sur les autres. La loi s’applique à tous en cas de délit ou de crimes. Les évangélistes de l’impunité ne veulent pas entendre la justice nous ne tairons jamais sur l’injustice ou l’impunité notre combat contre la mal gouvernance est quotidien.

    Chers juges, nous avons suffisamment de preuves contre les généraux criminels qui ont un art atypique de manipuler les autres appliquons la loi.Chaque BURKINABÉ doit respecter la vie de l’autre selon les textes de la Constitution. Pour le Bonheur et la paix au BURKINA il ne doit pas y avoir des Supers BURKINABÉS au dessus de la loi qui s’appellent Achille de TAPSOBA le Bobolais, Saint Gilbert, "ange" Djibril, Saint Blaise, Saint François, Saint Rock, Saint Simon, Sainte Fatimata Dienderé ou Sainte Fatoumatou Diawara....

    Construisons un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE pour le bonheur de nos enfants. .

    Un jour la vérité triomphera sur le mensonge ou l’impunité

    Justice pour THOMAS SANKARA
    Justice pour NORBERT ZONGO
    Justice pour DAVID OUEDRAOGO
    Justice pour BOUKARY DABO
    Justice pour SALIFOU NEBIE

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen

    ACHILLE De TAPSOBA le Bobolais (pur produit de THOM SANK et NORBERT ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:14, par caca En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Je me demande à quand le reclassement de l’accusation contre les putschistes ? Au début le Gal Diendéré avait accusé de crimes contre l’humanité. Et maintenant le parquet peine à prouver les assassinats de meurtre par les éléments du RSP. Ces vidéos à présentes ne montrent rien comme preuve que ceux assis dans le box ont perpétré les crimes contre l’humanité. Même l’un des brillant avocat s’en remets à Dieu pour connaître enfin la vérité.
    Si les vidéos ne montrent pas les preuves irréfutables, quelle partie du procès pourra confondre les accusés face aux faits ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:17, par SOME En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    Oh misere de l’intellect qui veut se le montrer sans y parvenir sinon a demontrer son amoralite : mon yelmingaan blaan saa hien au moins honore to pseudo meme si ce n’est qu’un pseudo car le nom n’est pas rien, mais reflet de sa personnalité.

    Malheureusement la pretendue anonymat de internet fait croire a certains qu’ils peuvent tromper les uns et autres par des pseudo qui disent tout le contraire de ce qu’ils pretendent. Mais je comprends que coincé par la realite des faits certains thuriferaires des causes perdues soient perdus sinon paniqués pour venir defequer en plein public leurs inepties decoulant de leur mauvaise foi, d’autant que l’on lit de facon intentionnelle les propos de l’un et on ne peut donc acceder au sens profond. La salle elle, est restée silencieuse…

    Pire quand tu te pose en psychoanalyste : nul etonnement que tu passes a coté du commentaire composé . La psychologie est une discipline noble et humaine et humaniste et…
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:41, par Nabiiga En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    ’Les vidéos ne disent pas clairement que telle victime est l’apanage de tel élément du RSP. L’avocat de la défense ajoutera être peiné que l’on traite le RSP de terroriste, parce que c’est un corps qui a été créé et formé par l’Etat

    Dans ma vie, croyez-moi, j’en ai vu des professionnels qui sont nuls dans leurs domaines (pourtant, y avoir suivi la formation), j’avoue, la main sur mon coeur, que je n’ai jamais vu un avocat aussi nul que ce dernier. La question qui saute à tout esprit est de se questionner s’il suit le procès ou, de temps en temps, s’il n’a rien à rien à faire, il passe par là. Sinon, s’il était au procès et qu’il se chargeait de défendre le pauvre Gilbert, champion de toutes les sales besognes les 30 dernières années, et l’homme le plus humilié au Burkina, il avancerait des arguments digne d’un avocat qui suit attentivement les délibérations de la cour.

    Monsieur l’avocat. La légalité du RSP n’a jamais fait débat. Jamais ! Ce qui fait débat sont les exactions commises fortuitement commises par ce dernier sur des innocents, ces mêmes innocents qui lui finançaient. C’est cela le débat.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 10:40, par SOUMAILA En réponse à : Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense

    IL Y A EU DES MORTS PARCE QUE DES SAINT JEAN BOUCHE D’OR ONT PRÊCHÉ LE MARTYR À LA POPULACE QUI EST ALLÉE SE FAIRE TRUCIDER.
    PENDANT QUE CES MÊMES ONT ACCÉDÉ AUX POSTES JUTEUX PLUS TARD, OSANT MÊME NARGUER EN LIVE "NE NOUS PRENEZ PAS POUR DES CITOYENS LAMBDA" OU "JE SUIS FILS DE GENERAL, DONC JE PEUX ETRE MINISTRE DE LA DÉFENSE".
    PROCHAINEMENT, BOMBEZ ENCORE VOS POITRINES POUR LES AUTRES...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch de 2015 : « Il faut se méfier des donneurs de leçons », requiert Me Patrick Monté
Procès du putsch du CND : "Bassolé réaffirme son innocence"
Procès du putsch de 2015 : « Si on ne se pose pas les bonnes questions, on met le pays en danger », avertit Me Antoinette Ouédraogo
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés