Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • mercredi 3 avril 2019 à 23h45min
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 03 avril 2019, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 16 H 40 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS
I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE NEUF (09) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère des Affaires étrangères et de la coopération :
- un rapport relatif à deux décrets portant respectivement ouverture d’un Consulat honoraire du Burkina Faso en République du Mozambique et nomination d’un Consul honoraire du Burkina Faso à Maputo.

L’ouverture de ce Consulat honoraire permettra de renforcer la coopération entre la République du Mozambique et notre pays et ouvrira la voie à plus d’opportunités d’échanges avec la sous-région australe.

L’adoption de ces décrets permet l’ouverture du Consulat honoraire du Burkina Faso à Maputo, en République du Mozambique et la nomination de Monsieur Adil Mohamed JUSSUB en qualité de Consul honoraire de notre pays à Maputo avec pour circonscription consulaire, l’ensemble du territoire mozambicain.
- un projet de loi portant autorisation de ratification de la Convention portant création de l’Alliance pour le Biodigesteur en Afrique de l’Ouest et du Centre, adoptée à Ouagadougou, le 04 octobre 2018.

La ratification de cette convention traduit l’engagement de notre pays à promouvoir une politique de développement socio-économique intégrant la préservation de l’environnement, la promotion d’une source d’énergie multifonctionnelle et la résilience aux effets du changement climatique.
Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.

I.1.2. Pour le compte du ministère de la Sécurité :
- un rapport relatif à huit (08) décrets d’application de la loi n°027-2018/AN du 1er juin 2018 portant statut du Cadre de la Police nationale conformément aux articles 16, 106, 124, 174, 195 et 201 de ladite loi.

Il s’agit :
- du décret portant Code de déontologie du Cadre de la Police nationale ;
- du décret portant attributions, composition, organisation et fonctionnement de la Commission d’avancement du personnel du Cadre de la Police nationale ;
- du décret portant règlement de discipline générale du Cadre de la Police nationale ;
- du décret portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil de discipline de la Police nationale ;

- du décret portant conditions et modalités d’organisation des stages de formation, de spécialisation et de perfectionnement du personnel du Cadre de la Police nationale ;

- du décret portant attributions, composition, organisation et fonctionnement de la conférence des Commissaires de Police ;
- du décret portant attributions, composition et fonctionnement du Conseil de santé de la Police nationale ;
- du décret portant conditions et modalités d’affectation du personnel du Cadre de la Police nationale.

L’adoption de ces décrets permet une meilleure organisation du Cadre de la Police nationale et une bonne gestion des carrières du personnel et ce, conformément aux accords conclus le 08 mars 2019 entre l’Union Police nationale (UNAPOL) et le ministère de la Sécurité.

I.1.3. Pour le compte du ministère de la Justice :
- un projet de loi portant création du Tribunal de grande instance (TGI) de Boulsa.
La création de cette juridiction vise à désengorger le TGI de Kaya, à rapprocher davantage la justice des justiciables et à mieux couvrir les besoins de justice des citoyens établis dans cette localité.

Le Conseil a marqué son accord pour la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée nationale.
I.1.4. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :
- une ordonnance portant autorisation de ratification de l’accord de prêt n°1011 conclu à Ouagadougou le 18 février 2019 entre l’Etat burkinabè et le Fonds koweitien pour le développement économique arabe (FKDEA) pour le financement du Projet de construction et de bitumage de la route nationale n°10 (RN10) entre Tougan et Ouahigouya.

Le coût global du projet est estimé à 71 millions de dollars US, soit environ trente-neuf milliards cinquante millions (39 050 000 000) de F CFA HT. La FKDEA apporte une contribution partielle sous forme de prêt à hauteur de 15 millions de dollars US, soit environ huit milliards deux cent cinquante millions (8 250 000 000) de F CFA HT.
Ce projet de construction et de bitumage de la RN10 constitue un maillon de la route communautaire de l’UEMOA n°Cu-12 permettant de relier Abidjan (Côte d’Ivoire) à Mopti (Mali) en passant par Bobo-Dioulasso (Burkina Faso).

I.1.5. Pour le compte du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat :
- un décret portant adoption des statuts du Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA).
L’adoption de ce décret permet de doter le CBA de textes règlementaires lui permettant d’accomplir efficacement ses missions, conformément aux dispositions du décret n°2014-611/PRES/PM/MEF/MFPTSS du 24 juillet 2014, portant statut général des Etablissements publics de l’Etat à caractère professionnel.
- un rapport relatif aux perspectives pour la prochaine campagne cotonnière 2019-2020.

Les intentions de cultures font ressortir une projection de 1 008 920 hectares dans les trois zones cotonnières pour la campagne cotonnière 2019-2020.
Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions nécessaires, de concert avec les acteurs de la filière coton, pour un accompagnement du secteur afin de permettre le bon déroulement de ladite campagne.

I.1.6. Pour le compte du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique :
- un rapport relatif à cinq (05) décrets d’application de la loi n°063/2015/CNT du 15 septembre 2015 portant statut du personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts.

Il s’agit :

- du décret portant modalités, critères et conditions d’évaluation et d’avancements du personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts ;
- du décret portant composition, attributions et fonctionnement de la Commission d’avancement du personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts ;
- du décret portant composition, attributions et fonctionnement de la Commission d’affectation du personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts ;
- du décret portant composition, attributions et fonctionnement du Conseil supérieur du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts ;

- du décret portant attributions, composition, organisation et fonctionnement du Conseil de discipline du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts.
L’adoption de ces décrets permet une meilleure organisation du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts, en application de la loi n°063/2015/CNT du 15 septembre 2015 portant statut du personnel du Cadre paramilitaire des Eaux et forêts.
I.1.7. Pour le compte du ministère des Sports et des loisirs :
- un rapport relatif à la candidature du Burkina Faso à l’organisation des 13èmes jeux africains de 2023.

Organisés sous l’égide de la Commission de l’Union africaine, les Jeux africains constituent un évènement qui regroupe tous les quatre (04) ans, la jeunesse du continent autour de plusieurs disciplines sportives en vue de promouvoir le sport de haut niveau et les échanges culturels entre les Etats africains.

L’organisation de ce grand évènement sportif au Burkina Faso permettra entre autres de générer des emplois directs et indirects, de mobiliser la jeunesse et de contribuer à la mise en œuvre du projet de la relève sportive dans notre pays.
Le Conseil a marqué son accord pour la candidature du Burkina Faso à l’organisation des 13èmes Jeux africains au Burkina Faso en 2023 et instruit les ministres concernés à prendre les mesures nécessaires pour le suivi du dossier.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération a fait au Conseil le bilan de la participation du Burkina Faso aux travaux des réunions ministérielles sur l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel tenues à New York, les 28 et 29 mars 2019.

Notre pays assurant la présidence du G5 Sahel, Son Excellence Monsieur le ministre en charge des Affaires étrangères du Burkina Faso a livré une déclaration dans laquelle il a fait l’état de la situation sécuritaire dans l’espace G5 Sahel.
Il a salué l’appui que le Conseil de Sécurité apporte à la Force conjointe depuis sa création en février 2017 et a également insisté sur la nécessité d’adapter l’Arrangement technique entre la MINUSMA et la Force conjointe aux réalités des menaces auxquelles font face l’ensemble des Etats du G5 Sahel.

II.2. Le ministre de la Sécurité a fait au Conseil la situation des évènements survenus à Zoaga et à Arbinda ayant entrainé des pertes en vies humaines.
Les ministres d’Etat en charge de la défense et de l’administration territoriale ont effectué une mission à Arbinda.

Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre toutes les dispositions pour rétablir la sécurité et apporter un soutien humanitaire aux victimes et aux populations déplacées de ces deux localités.
Le Conseil déplore ces événements et présente ses condoléances aux familles éplorées. Il invite les populations au calme et à la retenue afin de permettre que la loi puisse être appliquée dans toute sa rigueur.

II.3. Le ministre de l’Energie a fait au Conseil une communication relative à l’organisation de la 3ème édition de la Semaine des énergies et énergies renouvelables d’Afrique (SEERA) qui se tiendra du 04 au 06 avril 2019 à Ouagadougou, sous le patronage de Son Excellence Monsieur le Premier ministre.
Placée sous le thème : « Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie », la SEERA 2019 est un cadre de réflexion et de partage d’expériences en vue de formuler des recommandations concrètes à l’endroit des différents acteurs pour assurer une transition énergétique réussie en Afrique.

III. NOMINATIONS
III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

- Monsieur Smaïla OUEDRAOGO, Mle 240 997 X, Maître assistant hospitalo-universitaire en Epidémiologie, est nommé Secrétaire permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (SP/CNLS-IST).
B. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

- Monsieur Théophile SAWADOGO, Mle 130 242 B, Magistrat, catégorie P5, 1er grade, 4ème échelon, est nommé Secrétaire général ;
- Monsieur Issa Saferiba FAYAMA, Mle 130 274 L, Magistrat, catégorie P, 1er grade, 4ème échelon, est nommé Directeur de cabinet ;

- Monsieur Adama SAWADOGO, Mle 92 218, Economiste, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur général des études et des statistiques sectorielles, cumulativement Responsable du « Programme pilotage et soutien » ;
- Monsieur Mathieu Wendpagnagdé COMPAORE, Mle 200 494 Z, Conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des ressources humaines ;

- Monsieur Souleimane KIENTEGA, Mle 216 169 F, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;
- Monsieur Roch Omar BOUGOUMA, Mle 255 961 S, Informaticien, Ingénieur des travaux informatiques, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur des services informatiques ;

- Monsieur Abdoul Azisse OUEDRAOGO, Mle 34 048 X, Inspecteur des Impôts, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Directeur des marchés publics ;
- Monsieur Bachirou NANA, Mle 102 946 Z, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de la communication et de la presse ministérielle ;
- Monsieur Bélibi Sébastien DAILA, Mle 130 405 L, Magistrat, 1er grade, 1er échelon, est nommé Directeur du développement institutionnel et de l’innovation.

C. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

- Monsieur Moussa NOMBO, Mle 56 692 W, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé Contrôleur interne au sein du Projet d’appui à l’enseignement supérieur (PAES) ;
- Monsieur Bernard BERE, Mle 37 37 051 A, Ingénieur statisticien économiste, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur général adjoint de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD).

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

- Monsieur Sombenomé David SABA, Mle 24 242 S, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 13ème échelon, est nommé Inspecteur technique des services ;
- Monsieur Pagnangdé Bertrand TAPSOBA, Mle 46 077 C, Inspecteur des eaux et forêts, 7ème grade, 2ème échelon, est nommé Directeur des forêts et de la reforestation ;
- Monsieur Ousséni OUEDRAOGO, Mle 306 760 L, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur du suivi, de l’évaluation et de la capitalisation ;

- Monsieur Kombi Ambroise ZONGO, Mle 31 929 G, Inspecteur des eaux et forêts, 2ème grade, 5ème échelon, est nommé Directeur de la coordination des projets et programmes ;
- Monsieur Yiendié LANKOANDE, Mle 94 504 A, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique de la Gnagna ;

- Monsieur Salifou SANDWIDI, Mle 59 023 C, Inspecteur des eaux et forêts, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Kadiogo ;
- Monsieur Libya Adama Tayirou TRAORE, Mle 306 796 E, Inspecteur des eaux et forêts, 2ème grade, 1er échelon, est nommé Directeur provincial de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique du Soum.

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs et de Présidents aux Conseils d’administration :
- de l’Agence de l’eau des Cascades et de l’Agence de l’eau du Liptako, au titre du ministère de l’Eau et de l’assainissement ;
- du Centre national de semences forestières (CNSF), au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique ;
- du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL) au titre du ministère des sports et des loisirs.
La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Faso.

III.2. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
A. MINISTERE DE L’EAU ET DE L’ASSAINISSEMENT

Le Conseil a adopté quatre (04) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs au Conseil d’administration de l’Agence de l’eau du Liptako, pour un premier mandat de trois (03) ans.

Au titre du ministère de l’Eau et de l’assainissement :
- Monsieur Tidiane NIKIEMA, Mle 203 320 V, Ingénieur du génie rural, Option Eau et environnement.
Au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique :

- Monsieur Simon DRABO, Mle 24 234 H, Inspecteur des Eaux et forêts.
Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement :
- Monsieur Yaya TRAORE, Mle 200 552 M, Conseiller des affaires économiques.
Au titre du ministère de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles :
- Monsieur Inoussa WAONGO, Mle 22 168 R, Ingénieur du développement rural, Option vulgarisation agricole.
Au titre des usagers de l’eau :

- Madame Aminintou MINT BOBO, Présidente de l’association Al Gafiet de l’Oudalan ;
- Monsieur Labodi André OUOBA, Président de l’Union provinciale des entrepreneurs agricoles de la Gnagna ;
- Monsieur Sompagnimdé Romain YAMEOGO, Représentant des entreprises de Bâtiments et travaux publics.

Au titre des collectivités territoriales :

- Monsieur Max Adolphe LANKOANDE, Maire de la Commune de Bogandé ;
- Monsieur Wendiatta SAWADOGO, Maire de la Commune de Pissila ;
- Monsieur Boureima WEREM, Maire de la Commune de Arbinda ;
- Monsieur Issaka YAMEOGO, Maire de la Commune de Yalgo.
Au titre du personnel de l’Agence de l’eau du Liptako :
- Monsieur Valentin TIAMA, Mle 254 961 T, Attaché en études et analyses, Option Géologie.

Le deuxième décret renouvelle le mandat de Monsieur Amadou Nouhoun MAIGA, Chargé de gestion des ressources et de la sécurité alimentaire à l’ONG A2N, Administrateur représentant les usagers de l’eau au Conseil d’administration de l’Agence de l’eau du Liptako, pour une dernière période de trois (03) ans.

Le troisième décret nomme Monsieur Tidiane NIKIEMA, Mle 203 320 V, Ingénieur du génie rural, Option Eau et environnement, Président du Conseil d’administration de l’Agence de l’eau du Liptako, pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le quatrième décret nomme Monsieur Seydou OUATTARA, Mle 88 254 K, Médecin épidémiologiste, Administrateur représentant le collège de l’administration au Conseil d’administration de l’Agence de l’eau des Cascades pour un premier mandat de trois (03) ans.

B. MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le Conseil a adopté trois (03) décrets.
Le premier décret nomme les personnes ci-après, Administrateurs représentant l’Etat au Conseil d’administration du Centre national de semences forestières (CNSF), pour un premier mandat de trois (03) ans.
Au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique :

- Monsieur Justin GOUNGOUNGA, Mle 26 860 Z, Inspecteur des Eaux et forêts ;
- Monsieur Adama DOULKOM, Mle 29 244 N, Inspecteur des Eaux et forêts.
Au titre du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation :
- Monsieur Hamidou TRAORE, Mle 32 511 C, Maître de recherche.
Au titre du personnel du Centre national de semences forestières (CNSF) :
- Monsieur Sié KAMBOU, Mle 10 034, Biologiste.

Le deuxième décret renouvelle le mandat de Monsieur Pèguewindé Rodolphe BANCE, Mle 119 278 E, Inspecteur du trésor, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement au Conseil d’administration du Centre national de semences forestières (CNSF), pour une dernière période de trois (03) ans.

Le troisième décret nomme Monsieur Justin GOUNGOUNGA, Mle 26 860 Z, Inspecteur des Eaux et forêts, Président du Conseil d’administration du Centre national de semences forestières, pour un premier mandat de trois (03) ans.

C. MINISTERE DES SPORTS ET DES LOISIRS

Le Conseil a adopté un décret portant renouvellement du mandat de Monsieur Trapsida ZONGO, Mle 47 199 X, Administrateur des hôpitaux et des services de santé, Administrateur représentant le Comité national olympique et des sports burkinabè (CNOSB), au Conseil d’administration du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL), pour une dernière période de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU
Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 3 avril à 23:37, par Un Burkinabê En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Je ne vois toujours aucune décision politique forte pour booster le domaine de la santé dans notre pays. Après 100 années d’existence et 59 ans après "l’Indépendance" nous n’avons toujours pas un seul hôpital de référence. La preuve la plus récente est qu’on était obligé d’évacuer le Gal Djibril Bassolet en Tunisie pour des soins. Quelle honte ! Ma proposition est la suivante :
    Qu’on mofifie l’actuelle Constitution en y ajoutant un article "non modifiable". Cet article devrait également figurer dans la nouvelle Constitution en gestation.
    Article # : Les personnalités soumis à la déclaration de leurs biens (PF, PM, PAN, ministres, Présidents d’Institution, maires, authorités militaires et paramilitaires, etc...) sont interdit de se faire soigner à l’extérieur du pays. Cette interdiction s’applique à leur famille immédiate (époux et enfants). Il est également interdit aux personnalités ci-dessu ainsi que leur famille immédiate de poursuivre des études à l’extérieur.
    Si on interdit à tout ce beau monde et leur famille de se soigner et d’étudier à l’extérieur, ils se battrons pour rendre nos systémes de santé et nos écoles au standard international. Tant que ces décideurs auront la possibilité d’aller se faire soigner à l’extérieur et d’envoyer leurs proches étudier à l’extérieur ils ne feront rien pour améliorer les choses.

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 08:51, par l’Intègre En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

      Oueh un Burkinabè est un Burkinabè point barre.
      totalement d’accord. mais là ou j’émets une réserve, c’est au niveau de l’éducation vu que ces Salo parts de blanc visent ce domaine pour nous recoloniser. en plus, il ne faux pas oublier l’égoïsme de nos prof qui déteste la relève.
      je félicite parallèlement le Ministre de la justice qui a semblé (selon moi) mettre chacun à sa place dans ses nominations.

      Répondre à ce message

      • Le 4 avril à 16:07, par André Buhler En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

        Les salopards de blancs, comme vous dites, si ils sont là, ce n’est pas pour vous recoloniser...mais seulement pour vous accompagner & prendre le relais afin de pallier aux manque flagrant d’écoles dignes de ce nom. Heureusement que beaucoup d’ONG internationales font des efforts surhumains afin d’ouvrir des écoles & des classes & permettre de désengorger les écoles publiques complètement surchargées !

        À bon entendeur !

        Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 23:47, par Cri de coeur En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Madame le Ministre de la santé
    Appel à candidatures pour le recrutement des DG des hôpitaux. Les TDR stipulent non seulement une expérience de 10 années dans le système de santé mais aussi il faut avoir au moins 5 années d’expériences dans un poste de Direction. Ce dernier point (avoir au moins 5 années d’expériences dans un poste de Direction) exclut tous les candidats qui n’ont jamais eu la chance d’être nommé Directeur et pourtant qui ont contribué à l’atteinte des objectifs du Ministère de la santé. Madame le Ministre de la santé, en quoi un Directeur qui manage 1 ou 2 agents seulement sous sa responsabilité est plus manager qu’ un Responsable ou Chef de service qui a au moins 6 agents sous sa responsabilité . Madame le Ministre de la santé je demande une suppression du point (avoir au moins 5 années d’expériences dans un poste de Direction) pour permettre à tous ceux qui n’ont pas eu la chance d’être nommé Directeur de tester leurs chances aussi, sinon à l’allure où l’on va ce seront toujours les mêmes qui seront toujours DG

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 10:03, par Un Burkinabê En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

      Cri de coeur, on ne peux pas ouvrir la DG d’un hôpital comme Yalgado à des inexpérimentés. Je pense que 5années d’expérience à un poste de Direction est le minimum. Ce n’est pas un problème de diplôme mais de communication et de diriger des hommes.
      Le probléme de notre système de santé n’est pas lié à la qualité des DG. C’est un problème de volonté politique. L’actuel Président du Niger a fait construire un hôpital haut de gamme à Niamey et subséquemment fait interdire les évacuations sanitaires. Le PIB du Niger est plus bas que celui du Burkina. Le Niger a proie au terrorisme depuis près de 30ans. Le Président qui a eu cette volonté politique l’a fait après 5 ans de pouvoir.

      Répondre à ce message

      • Le 4 avril à 17:58, par Sphinx En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

        Faux ! Quelqu’un qui cumule 10 années d’expériences dans le domaine de la Santé, même s’il n’a jamais été DG, s’il est bon il passera au test de DG de l’hôpital. Le critère de DG est purement discriminatoire. Et en général ces genres de critères visent des gens. C’est à dire des heureux candidats.

        Répondre à ce message

    • Le 4 avril à 17:06, par Manager En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

      Je suis entièrement d’accord avec vous pour qu’on enlève ce faux critère typiquement francophone. Par exemple, un MCD ou un Chef de circonscription d’éducation de base a rang de chef de service mais manage plus d’hommes et de femmes qu’un directeur d’une petite structure centrale du ministère de la santé (DSIS, DDII, DFP, DPPO, etc.). Mais entre nous mon cher ami, cette histoire d’appel à candidature est une grosse arnaque car les dés sont pipés d’avance.

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 07:49, par RESANE En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Silence ou indifférence ? Rien sur la situation au MINEFID ! Tout va pour le mieux, donc. Bravo !

    Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 06:45, par Bruno En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

      Madame le Ministre de la santé : Des directeurs généraux (DGESS, ...) ont été nommés parce qu’ils ont détourné l’argent de projet pour payer des V8 pour l’ex-ministre Nicolas MEDA. D’autres détournements des fonds de la CAMEG ont été constatés. Attention car l’histoire peut se répéter. Il y a des brebis galeuses dans votre équipe actuelle qui sont prêts à vous faire échouer. Donc ouvrez l’œil et le bon œil. Vous savez bien qu’il y a eu beaucoup de détournements pendant le règne de votre prédécesseur, SVP, invitez l’ASCE-LC à éclaircir la situation sinon, c’est vous qui risquez de ramasser les pots cassés. A bon entendeur, salut.

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 08:16, par Vérité En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Santé : Il faut appeler le chat le "chat". Puisque c’est du Docteur Abdoulaye NITIEMA (DGESS) tu parles. En effet, la V8 pour l’ex- ministre de la santé (Nicolas MEDA) a fait couler beaucoup d’encre et de salive. La V8 est actuellement stationnée à la DRH du ministère de la santé à cause de la grogne. Mais hélas, c’est le régime de Rock Marc Christian KABORE. On ne punit pas les coupables mais on les encourage. S’il y avait des V10, celui-ci (NITIEMA) allait payer pour Madame le ministre et garder son poste, attendons de voir. On aurait dû utiliser cet argent pour construire plusieurs centres de santé et soulager la population. Vraiment ce DG mérite la prison mais le pouvoir actuel est apparemment faible pour le faire. L’ASCE-LC, vous êtes bien informés de la situation mais vous ne dites rien et ne faites rien. Ça va vous rattraper aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 11:34, par le pays va mieux En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Toutes mes félicitations à Dr Smaïla OUEDRAOGO. Je suis d’accord avec sa nomination. Nous étudiants de IFRISSE nous vous resterons reconnaissants pour ce que vous avez fait pour nous. Malheureusement, le solutionnement de notre problème que vous avez entamé tout juste avant votre départ du ministère de la santé, a été anéanti par ton successeur MEDAH et sa secrétaire générale. LOUGUE arrive et elle aussi, ne dire rien à propos. Vraiment le Burkina Faso est un pays d’injustice.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 14:30, par HUG En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Voila un gouvernement qui encourage l’incivisme. C’est bien l’histoire vous jugera. Voici des policiers payés par l’argent du contribuable qui un beau matin se lève et ils disent nous on ne travaillent pas aujourdh’ui. Ces policiers n’ont même pas déposé un prévis de grève et au lieu d’appliquer la loi on vient en conseil de ministre pour prendre des décrets en leur faveur. C’est bien continuez ainsi

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 16:12, par FASO SID-YETA En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Avec la nomination de Smaaila OUEDRAOGO comme Secretaire Permament du CNLS, je suis persuadé que le Burkina Faso a mal à sa gouvernance. Smaila est venu trouver une structure tres performante comme la CAMEG et l’a complétement destructuré et plongée dans des crises successives et sans précédent. Ce qui a entrainé son blocage et l’a mis dans une lethargie. il a fallu l’implication personnelle du 1er Ministre et du gouvernement pour mettre fin à la crise. il est venu trouver une structure efficace et efficiente comme le Programme d’Appui au developpement sanitaire (PADS). il l’a destructurer pour placer ses proches dans tous les serails et l’a entierement mis sous boisseau. Un Mninistre quand il est nommé quelque, fait nommer aux postes son équipe mafieuse composé de son DAF, son DMP et son Dircab. il etait avec eux à la santé. Quand il a été noimmé au Ministère de la jeunesse, il est parti avec la meme equipe la bas. Et actuellement, il s,apprete à les faire nommer au SP CNLS. Ces personels (DAF_DMP_DIRCAB) sont -ils des agents de l’Etat ou des employés de Smaila ? Que le 1er Ministre ouvre les yeux sur cette pratique qui cache beaucoup de chose.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 16:44, par kdo En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Vraiement, on comprend plus rien. On cree des consulats partout maintenant. Chose qu on nous dit pas. Chaque agent nomme a l ambassade est pris en charge en totatlite sante, education, hebergement par l Etat , tout ca sur le dos du contriubuable Burkinabe. On nous cache tout ca. D autres meme apres leur 5 ans revienne et leurs enfants sont dans les grandes universites a l occident. Quelle margouille. Pour dire que pauvre doit rester pauvre et le riche riche.
    Pour un Burkina nouveau, il faut un jeune capitaine des annes 80 qui mettra tout le monde au pas. Aucun changement. Du nimporte quoi.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 16:52, par Cri de coeur En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Mon cher Burkinabè
    Je ne suis d avis avec toi
    Tout d’abord avoir 10 années d’expériences n’est pas à la portée de n’importe qui ;
    Ensuite avoir un niveau supérieur ou égal à BAC + 5 n’est pas donné à n’importe qui.
    Pour moi ces 2 conditions sont largement suffisantes.
    Mais je dis non à cette condition de 5 années d’expériences dans un poste de Directeur, je demande à Madame le Ministre de la santé de la supprimer car elle est discriminatoire et ne favorise pas la vraie compétition et voir la promotion des jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 01:16, par badaud En réponse à : Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 3 avril 2019

    Bonjour

    Continuons à nous chatouiller et à rire. 10 ans d’expérience, 5 ans dans la fonction de Directeur et BAC+5. L’examen de conscience nous impose de nous pauser la question suivante : Pourquoi avons nous crée le métier des administrateurs d’hôpitaux ,formé des centaines d’agents et continuons à nommer des médecins chèrement formés en qualité de Directeur Général (fonction administrative) ?
    Bonne réflexion à toutes et à tous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés