Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • mercredi 3 avril 2019 à 12h05min
Procès du putsch du CND :

Ce matin, l’émotion a envahi la salle d’audience. Visiblement sous le choc suite aux vidéos d’hier, Me Prosper Farama dans son intervention a touché la sensibilité de plus d’un.

Dans un premier temps, il a rendu hommage aux braves, à part le fils du Gal Diendéré, qui a eu le réflexe de filmer les scènes dans un tel contexte.

"Pendant les 365 jours qu’on a passés ici au procès, hier, c’était le jour le plus sombre", a confié Me Farama. Les exactions des éléments du RSP filmées ne peuvent pas se justifier. Durant les interrogatoires, les accusés ont indiqué qu’ils sont sortis pour maintenir de l’ordre. "Comment prétendre maintenir de l’ordre avec des cagoules", s’est-il interrogé. Comment aller vers son peuple avec des cagoules, si ce n’est que de la préméditation ?

Concernant la vidéo du fils du général Gilbert Diendéré, l’avocat de la partie civile, Me Prosper Farama, a également fait des observations.

"Tous ces morts, tous ces blessés, tous ces impacts de balles, rien que pour ça ?

Rien que pour que ses proches soient dans une famille présidentielle ?

Qu’adviendra-t-il à un homme s’il n’est pas président un jour ?

Qu’adviendra-t-il à un fils si son père n’est pas président un jour ?

Qu’adviendra-t-il à une femme si son mari n’est pas président un jour ?

Qu’adviendra-t-il à un papa qui perd son enfant ?".

Pour conclure, Me Farama a laissé la balle dans le camp du général Gilbert Diendéré. "Il m’est revenu que le général est un croyant, qu’il fréquente l’église. J’espère qu’au jour du jugement, au-delà de ce tribunal, il tiendra la tête haute pour répondre à son Dieu".

Il faut noter que durant ces propos de Me Prosper Farama, un silence radio a envahi la salle d’audience.

Vos commentaires

  • Le 3 avril à 15:04, par Neekre En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Maître, je prie pour les victimes, mais je prie aussi pour les bourreaux. Que Dieu puisse les aider à la repentance. Rien a ajouter à la plaidoirie de Maitre Farama

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 15:16, par La DEESSE En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Me FARAMA vous perdez votre temps à parler de Dieu. il ya bien longtemps que l’argent l’a remplacé !!!!!!!!!
    on va juste à l’église pour se faire voir !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 15:18, par SAWADOGO En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Il faut aussi se souvenir que les insurgés ont brûlés des gens et leurs biens le 30 et 31 Octobre !!!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 avril à 17:09, par Razambia En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

      Mr Sawadogo mon poste ne s adresse pas a toi mais a ceux qui ont encore une morale,une conscience.Je parle de morale pcq vous etes tombés si bas que vous venez a comparer des vies a des minables maisons et leurs contenues malhonnetement aquises.Si des gens sont morts dans des maisons sache que les proprietaires de ces maisons vont repondre.Votre souffrance va durer encore,vous qui avez tjrs vecu dans la compromission permenante.Oui c est a cause de votre minable parti qu il ya eu insurection.Donc vos larmes pour demander pardon au peuple est tout sauf sincere.Vous qui etes bien pensant expliquez moi comment qq1 peut demander pardon pour une faut qu il n a pas commise.

      Répondre à ce message

    • Le 3 avril à 17:19, par Confidentiel En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

      Mme Sawadogo la où etes cachée c est labas nous on dort.Votre haine s explique pcq votre dieu Blaise est tombé et les ressources se font rares.S il ya eu mort ne vous pressez pas car vous serez tous jugés.On attend s implement la fin du present proces pour vous alpaguer.Reconcilliation reconcilliation vous savez bien ce qui vous fait courir tant.

      Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 15:51, par Tounsida En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Le Burkina peut être fier d’avoir des avocats de la trempe des Maitres Farama, Kam, Yanogo et du juge Ouedraogo. Merci pour la qualité de votre demonstration, merci pour votre sereinité. Ce procès a une valeur éducative. Cela peut paraître long mais c’est uniquement à ce prix qu’on construit une nation de justice gage de paix véritable. Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 15:53, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Il se trouve que la plupart des criminels font semblant d’être des croyants pour mieux duper son monde.Pour preuve il ne vous aurait pas échappé que ces voyous qui ont pris le contrôle de l’appareil étatique du pays après avoir commis leur abomination en assassinat le capitaine Thomas Sankara en 1987 se sont tous retournés,retrouvés dans les lieux de prière surtout dans les temples pour aboyer et pour tromper leur monde pourtant ce sont des immoraux,des criminels.Alors lorsque Me Prosper Farama dit qu’il est dit que ce putschiste inné,cet assassin diendéré gilbert est un croyant,il y a de quoi tomber à la renverse mais peut-être qu’il y a plusieurs dieux

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 16:56, par Thérapie En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Il faut absolument que Blaise passe devant le tribunal. Les nombreuses victimes et orphelins, ont besoin de l entendre afin de commencer leur deuil. Pitié. .. Ne meurt pas avec les motifs et le déroulement de l assassinat de Thomas Sank. On ne peut pas faire le deuil sans procès. Impossible . C est ton peuple qui te fait cette demande salvatrice.

    Merci encore au tribunal, grâce à lui, à son travail très prof, le peuple burkinabé commence déjà ce deuil du putsch.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 17:25, par no comment En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    j’ai toujours respecté cet avocat si intelligent pour la cause des faibles. mais maitre AMBROISE, ces gens se fichent éperdument de DIEU. c’est ici et maintenant et point barre. l’enfer ou la géhenne va grogner de gémissement et de pleurs. que de grincement de dents ce jour là. les malfrats bruleront dans un feu ardent appelé la fournaise ou ils se nourriront de mucus et larves fumante sans en mourir. une souffrance terrible et fatale inimaginable hors de portée de toute créature humaine tandis que que de l’autre coté du PARADIS, les Norbert ZONGO, THOMAS SANKARA, HENRI LENGANI, NEBIE MOUSSA, DABO BOUKARY, FLAVIEN NEBIE, toutes les FDS tués injustement et les autres martyrs s’abreuveront dans le jardin d’Eden sous lequel couleront des ruisseaux de boisson non énivrantes aux milles vertus.
    HOMMES ET FEMMES ASSOIFFES DE JUSTICE prenez votre mal en patience car le tribunal de DIEU sera sans pitié pour ces impies

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril à 21:19, par Sidbala En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    Apres avoir ecouté les pretendus écoutes téléphoniques, rien ne peut jusqu’a présent prouver que le general julbert djiendéré a fomenté un coup d’etat. IL faut que les uns et les autres sachent que ce que le général avait dit au départ de son audition montre clairement qu’il n’est pas impliqué dans cette situation, le vrai coupable du coup d’arrêt de la transition se situe à plusieurs niveau.
    ZIDA a pri goût du pouvoir, et à un moment donné, il a utilisé de tous les moyens pour rester au pouvoir.

    L’élément gênant pour lui d’accomplir ses rêves, c’est le général qu’il connait bien et c’est le seul qui pouvait l’empêcher d’arriver à ses fins, il fallait qu’il (ZIDA) trompe la transition pour se faire bombarder super général à fin de prendre le contrôle de l’armée.
    L’investiture de Roch a faillit poser probleme, voila pourquoi le probléme des juges à été régle rapidement, et là également c’était un coup de ZIDA pour que l’élection soit annulée, à fin que la transition soit prolongée cela allait lui permettre d’affuter sérieusement ses armes.
    Roch est venu voir le dossier des juges sur la table et il était bel et bien au courant parce que c’était une des conditions pour qu’il soit investi et comme lui aussi était omnibilé par le pouvoir, il n’a pas mesuré la dimensiondu problème,dont il a signé parce que son investiture était conditionnée à ça.

    Les écoutes téléphoniques ont cuisinées dans les studios des balaie poubelles et autres, la subtance est discutable, c’est sur les conseils de ZIDA que le president Roch était obligé d’envoyer le général en prison sans un mandat d’arrêt et sans aucune forme de procédure judiciaire, et en contre partie, lui ZIDA quitte le pays avec armes et bagages, parce qu’il sait qu’il à miné le pays dans tous les sens.
    Sa chance actuellement c’est que Salif n’est plus, autrement il l’aurait fait venir au pays de gré ou de force.

    Mais comme le président Roch a peur de lui et craint pour son fauteuil, il le carresse tranquillement, le temps de finir son mandat, voila pourquoi il s’est empressé de lui renouvéler son passe port, maintenant ZIDA financièrement est en train d’etre ruiné dans son exil volontaire au Canada, voilà pourquoi il commence à faire du bruit.
    Le président est aujourd’hui embêté, il ne veut pas que ZIDA le lache, et il ne veut pas non plus que le général soit libre l’insécurité et les mouvements sociaux l’empêchent de gouverner, ce qui lui reste à faire c’est d’inviter ses amis à la soupe pour qu’à la fin de son mandat il ait leur bonnes grâces au moins, quant au peuple que Dieu veille sur lui.

    Le MPP sait qu’il ne plus avoir le pouvoir par les urnes, parce que c’est très compliqué, rien que les conflits communautaires fragilisent beaucoup ce régime, les peuls ne voteront plus jamais pour ce régime n’en parlons pas des déçu du 30 et 31 octobre, les promesses démagogiques non tenues et surtout les corps habillés qui se sentent des laissés pour compte.
    Au delà de la souffrance morale et physique, il y a la mort qui est servie au peuple chaque jour que Dieu fait, ce sont des élément très éloquants qui feront que 2020 personne n’aura besoin d’un bol de riz, d’un petit billet de banque pour d’abord réclamer sa liberté de vivre heureux en mettant ce régime hors jeux.

    La liberté n’a pas de prix dit on, mais trop de liberté tue la LIBERTE, et c’est ce que nous vivons de nos jours

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:36, par Nongasida paguiligdi En réponse à : Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama

    "c’est sur les conseils de ZIDA que le president Roch était obligé d’envoyer le général en prison sans un mandat d’arrêt et sans aucune forme de procédure judiciaire". Mr Sidbala, depuis quand arrête - t - on un terroriste avec un mandat d’arrêt ? Depuis quand entame - t - on une procédure judiciaire avant d’envoyer un terroriste en prison ? On procède à son arrestation (ou a sa neutralisation s’il y a lieu), à sa mise en endroit sûr (pour éviter toute fuite) et la procédure judiciaire se déclenche. si tel n’est pas le cas, je vous en prie, allez arrêter les terroristes qui endeuillent notre pays avec des mandats d’arrêt sur le terrain.
    Une autre chose, ce n’est pas Roch qui a envoyé le gal DIENDERE en prison. Il y est allé avant l’investiture de Roch.
    On peut conclure que vous parler dans le vide et pire sans aucune connaissance de ce que vous dites.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés