Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Décès de Saint Pierre Yaméogo : « C’était un artiste atypique », témoigne Ardiouma Soma, délégué général du Fespaco

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 2 avril 2019 à 22h41min
Décès de Saint Pierre Yaméogo : « C’était un artiste atypique », témoigne   Ardiouma Soma, délégué général du Fespaco

Le réalisateur burkinabè Saint Pierre Yaméogo est décédé le lundi 1er avril 2019. C’est une disparition qui attriste non seulement sa famille biologique mais aussi les acteurs culturels. Le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, sur sa page facebook, a réagi sur le décès de l’homme. Nous avons également recueilli les mots du délégué général du Fespaco, Ardiouma Soma, sur le décès du réalisateur de Bayiri. Le ministre Sango sur la page facebook de son ministère a réagi en ces termes : « C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris ce soir le décès de St Pierre Yaméogo. Ce grand réalisateur disparaît juste un mois après la clôture du cinquantenaire du Fespaco. On gardera de lui qu’il a énormément contribué au rayonnement de la culture et du cinéma burkinabè et africain tant au plan national qu’international. Je présente mes sincères condoléances à sa famille et à tous les acteurs du monde de la culture et du cinéma ». Ardiouma Soma, délégué général du FESPACO et ancien collaborateur du défunt, évoque ses souvenirs avec l’illustre disparu dans cette interview qu’il nous a accordée.

Lefaso.net : Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris le décès de Saint Pierre Yaméogo ?

Ardiouma Soma : Triste nouvelle, triste nouvelle, même s’il est vrai qu’on dit qu’un artiste ne meurt jamais. Un artiste ne meurt jamais puisque les œuvres de l’artiste ont brillé. Ces œuvres le portent dans l’éternité. Chaque fois qu’on va voir un film de Pierre Yaméogo, on sera en communion, en communication avec lui. C’est dans ce sens qu’on dit qu’un artiste ne meurt jamais. Autant, nous disons, Idrissa Ouédraogo n’est pas mort, autant nous disons Saint Pierre Yaméogo n’est pas mort.

Mais en même temps, nous ressentons la douleur, cette douleur parce que nous n’avons plus sa présence physique avec nous, pour l’entendre désormais. Pour bénéficier désormais de ses conseils, on a plus d’efforts à fournir. Il faut aller lire ce qu’il a dit par le passé et qui a été transcrit. , il faut aller voir ses œuvres et interpréter tout ce qu’il dit à travers tout ce qu’il a vécu, à travers toutes les interviews qu’il a données ça et là.

Lefaso.net : Quels souvenirs gardez-vous de sa production et de votre collaboration ?

Ardiouma Soma : J’ai eu la chance de voir, de sélectionner et de présenter pratiquement tous les films de Pierre Yaméogo, de par ma position de directeur artistique du FESPACO depuis de longues années. J’ai eu cette chance de découvrir chaque fois en primeur les œuvres de Pierre Yaméogo même pendant le montage et par la suite certains ont été sélectionnés en compétition, présentés au FESPACO. J’ai pu aussi découvrir à ses côtés la présentation de plusieurs autres œuvres présentés aux festivals internationaux.

Il avait sa façon particulière à lui de faire des films engagés comme le faisaient ses ainés comme Sembène Ousmane. Des films engagés avec un traitement particulier différent de la manière dont ses ainés travaillaient. Je pense que c’était un artiste atypique. On l’aimait, on ne l’aimait pas mais il avait ses propos à lui, des propos crus. Quelquefois, ils (ses propos) vous tombaient dessus comme un poignard.

Après réflexion, vous vous rendez compte qu’il avait des réflexions qui vous permettaient aussi de mieux orienter vos activités, de mieux orienter votre travail. Pierre Yaméogo, c’était ce personnage qui vous disait tout de suite, sur le champ crument, ce qu’il pensait avec les mots qui sont ses mots à lui et qui vous poignardaient et vous faisaient mal immédiatement. Et pierre Yaméogo préférait ce comportement et puis après, vous riez ensemble et vous mangez ensemble, et la vie continue.

Rassemblés par Mariam et Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
15è édition de Ciné droit libre : « Nous travaillons avec une démocratie égarée et avariée qui nous vient directement de l’Europe », Dr Boubacar Ly
Musique : Le Juvénat garçons Saint-Camille dédicace « Je t’ai choisi 3 »
Politiques culturelles au Burkina : L’association Citoyen du renouveau fait le diagnostic
11 décembre à Tenkodogo : des artistes de la région produisent un clip
Cinéma : Rencontre avec Viviane Yanogo, Soutigui du public burkinabè, édition 2019
2e édition du Carrefour gospel : Une soirée de rencontre inter-générationnelle de la musique chrétienne
15e édition de Ciné droit libre : Questionnements autour de la démocratie
Musique burkinabè : Nathanaël Minoungou veut bâtir la "Maison du possible"
1re édition des Yilsomyan Awards : Alain Gires, sacré Yilsomyan d’or
Musique : Le chanteur Oum’c présente « Bema », son troisième album
Musique burkinabè : Rapaogwende Abel signe un nouvel opus baptisé « L’homme intègre »
Musique : A la rencontre de Nourat, l’artiste qui chante « Burkina Soldats »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés