Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Couples islamo-chrétiens : « Une réponse pacifique aux violences inter-religieuses », selon Père Joseph Clochard

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 2 avril 2019 à 23h05min
Couples islamo-chrétiens : « Une réponse pacifique aux violences inter-religieuses », selon Père Joseph Clochard

Sous l’égide du cardinal Philippe Ouédraogo, les couples islamo-chrétiens et inter-ethniques de Ouagadougou ont effectué leur premier pèlerinage marial à Yagma, le 31 mars 2019, autour du thème « Problématique des couples inter-ethniques et islamo-chrétiens : défis et enjeux pour un meilleur vivre-ensemble ». En marge de ce pèlerinage, l’aumônier national des couples islamo-chrétiens et inter-ethniques, le père Joseph Clochard, s’est confié au journal Lefaso.net.

Lefaso.net : Comment comprenez-vous la rencontre des couples inter-ethniques et islamo-chrétiens ?

Naturellement, au Burkina Faso, des couples islamo-chrétiens et inter-ethniques, on en trouve depuis toujours. Ce qui a été toujours des rencontres d’amour et de paix. Mais aussi, dans l’Eglise, le 27 octobre 1986, Jean-Paul II recevait, à Assise, en Italie, la première rencontre interreligieuse pour la paix. C’est ainsi que le cardinal Philippe Ouédraogo a voulu donner l’occasion aux gens qui vivent dans la différence de pouvoir exprimer qu’il est possible de vivre en harmonie, malgré tout.

A quand remonte l’idée d’une telle initiative ?

L’amour se fiche de la religion et de l’ethnie. La réalité est là, dans nos quotidiens et dans nos paroisses. Quand j’étais curé sur la paroisse de Saint-Jean 23, nous avons initié une rencontre avec ces couples, pour comprendre leurs quotidiens, préparer leurs mariages et renforcer leur harmonie dans leurs différences religieuses et culturelles. Nous avons créé une association avec les autres leaders religieux pour accompagner ces couples dans leur choix.

Quelles sont les thématiques abordées ?

Nous développons la problématique de l’interculturalité, avec l’assistance de psychologues, afin de permettre à ces couples de vivre leurs différences dans l’harmonie. Une occasion rare pour ces couples de donner leurs témoignages, d’échanger leurs expériences, de se connaître et de savoir qu’il est possible, malgré les différences culturelles ou religieuses, de vivre harmonieusement.

Quels sont les défis à relever ?

Il faut noter que les mariages inter-ethniques et islamo-chrétiens s’augmentent, malgré ce qu’on croit. C’est un défi pour l’Eglise et les chrétiens de prendre en considération ce phénomène. Il faut les aider et les soutenir. C’est une chance pour l’Eglise, mais aussi pour le pays. C’est toujours montrer que l’amour est possible, malgré nos différences. C’est un défi et voilà ce qui justifie notre présence ici. Nous voulons relever ce défi.

Que répondez-vous à ceux qui s’opposent à ces unions ?

Dans l’Eglise catholique, c’est possible. C’est la miséricorde. Qui sommes-nous pour nous opposer à l’amour ? Il faut toujours faire confiance à l’homme en amour et respecter sa liberté de religion. Il faut juste préparer les gens. Seule la préparation permet à l’amour de tenir ferme. Même les couples de même religion rencontrent des difficultés. C’est possible de vivre et donner la vie, malgré notre différence.

Quelles en sont les conditions ?

Nous célébrons les unions avec les musulmans et les autres confessions religieuses. Bien sûr avec les conditions de l’indissolubilité du mariage, le principe monogamique, l’engendrement, l’engagement dans un respect de protocole de vivre librement sa religion. Naturellement, nous faisons face à un certain nombre de défis culturels. Par exemple, la femme doit suivre son mari dans le mariage. Ce qui est important pour les femmes, c’est l’autonomie financière pour éviter de glisser vers la religion de son mari, à cause de la pression économique.

C’est ce qui justifie souvent des formations et des préparations avec les autres leaders religieux, afin que les futurs époux comprennent à quoi ils s’engagent. Ces formations se font avant, pendant et après le mariage, pour aider les époux à s’aimer dans leurs différences et d’éduquer leurs enfants. Nous insistons sur la connaissance de la religion des uns et des autres.

Quel est l’impact de ces unions sur le vivre-ensemble ?

Les différences enrichissent toujours. Ces unions sont une réponse pacifique aux violences inter-religieuses. Nous voulons montrer à ceux qui ont fait ce choix que c’est possible de vivre en paix, en joie et en harmonie.

Propos recueillis par Edouard K. Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : 110 commissaires et sous-lieutenants de police prêts à servir la nation
Corruption au Burkina : L’ASCE-LC rédige une stratégie nationale pour mieux prévenir et lutter contre le fléau
Burkina : Le ministre de la Sécurité rencontre la hiérarchie policière
Burkina : La Cour des comptes passe en revue le Projet d’appui au renforcement de ses capacités
Améliorons nos vies (ANV) : Le projet qui permet à des communautés qui ne se fréquentaient plus, de se fréquenter et faire la paix
Madi Compaoré, président de la Fédération burkinabè de sauvetage : « Les noyades tuent aujourd’hui plus qu’on ne l’imagine »
Norme nationale sur le miel au Burkina : Les acteurs des Hauts-Bassins formés en la matière
Apiculture au Burkina : Les acteurs se régalent dans les « centres leaders nationaux »
Questions foncières au Burkina : Le réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme plaide pour l’adoption de réformes consensuelles
Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé
Burkina : Des cadres de l’administration publique et de la société civile se forment en suivi-évaluation et en SIG
Entrepreneuriat au Burkina : 300 jeunes bénéficient de kits et de fonds de roulement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés