Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • mercredi 27 mars 2019 à 21h30min
Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

Les responsables du Syndicat national des agents du Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (SYNAMICA) ont animé, dans la soirée du mardi 26 mars 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse pour dénoncer la gestion du ministère par Harouna Kaboré, l’actuel patron du département.

Les responsables du Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (SYNAMICA) sont très remontés contre l’actuel ministre, Harouna Kaboré. La raison : sa manière de diriger le ministère.

Face à la presse, dans la soirée du mardi 26 mars dernier, ils ont égrené un chapelet de raisons pour lesquelles, ils en veulent à leur ministre. Il s’agit, selon eux, de la création de structures qui constituent en réalité des doublons à d’autres qui existent déjà. Ils en veulent pour preuve la création d’un secrétariat technique de l’industrialisation parallèlement à la Direction générale du développement industriel et la déstructuration de la Direction générale du Contrôle économique et de la répression des fraudes et de tout le système de contrôle par la création d’une brigade mobile de contrôle et de la répression des fraudes.

Outre cela, les conférenciers pointent du doigt la relégation de la gestion des zones industrielles au privé. Ces réformes, selon eux, vont affaiblir ces différentes structures dans leur fonctionnement.

Le syndicat juge ces réformes simplement inopportunes. Ce, pour plusieurs raisons. Il s’agit, selon Daouda Ouédraogo et ses camarades, d’un manque d’étude diagnostique préalable du processus d’élaboration de ces réformes qui n’a pas pris en compte l’avis des acteurs, des coûts supplémentaires que cela va engendrer au budget, du renchérissement du coût des investissements industriels.

Intimidation et pensée unique comme mode de gouvernance

Le syndicat est aussi remonté contre son ministre de tutelle pour son système de management. « L’intimidation et la pensée unique semble être le mode de gouvernance car des collaborateurs, y compris des responsables, sont régulièrement rabroués sans autre forme de procès », regrette Daouda Ouédraogo. Le SYNAMICA a aussi soulevé le cas de 18 agents affectés dans des directions régionales du Sahel, du Plateau central et du Centre-sud, non encore opérationnelles.

Pour offrir de meilleures conditions de travail aux agents du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, le Syndicat appelle prestement le gouvernement à annuler ces réformes entreprises par le ministre actuel, à doter le département de moyens conséquents pour l’exercice de ses missions. Il appelle également l’exécutif à baisser les prix des produits de grande consommation au profit de la population.

JTB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 mars à 00:45, par Un Burkinabê En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    1- Syndicalistes c’est de votre faute et non celui du ministre pour ce qui concerne les doublons. S’il ya doublon c’est que les première structures ne marchaient pas ou n’avaient pas d’impact significatif. Dans le monde du travail une chose est clair : "le travail paie toujours". Si vos structures sont laxistes on les remplacera avec d’autres plus légères. La question que je vous pose est la suivante : est ce que les structures "doublon" fournissent de meilleurs résultats ? Vous n’en avez pas fait cas dans votre écrit. Et tel que je connais les syndicalistes si ces doublons ne faisaient pas de résultat vous l’aurez signalé.
    2- Par rapport à la façon dont le ministre communique avec ses collaborateurs : il faut absolument que le ministre change. Est ce que le patron du ministre le traite ainsi. Il n’a pas le droit de parler à ses collaborateurs en les humiliant. Je pense que son collègue des droits humains devrait le traduire devant le conseil des ministres
    3- Ça m’étonne qu’un syndicat se plaigne du fait qu’on ouvre de nouveaux bureaux en province. C’est pas au ministre mais plutôt aux nouveaux affectés de rendre leurs nouveaux lieux de travail agréable et attirant pour d’autres travailleurs. C’est un nouveau défi qu’ils doivent rélever. Sous d’autres cieux les nouveaux défis sont les motivations pour les travailleurs ; dans notre pays les syndicats qualifient les défi de négatif. C’est vraiment le monde en l’envers !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 01:05, par Lool En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    A travers cette sortie, on voit que vous n’avez rien à faire. Vous êtes tout simplement des chômeurs qui cherchent à se faire voir et à montrer que vous existez comme ça semble être la mode maintenant. Pauvres de syndicalistes !!! Je pense que c’est le mérite du ministre Harouna d’être là où il est !!! Vous êtes des jaloux, comme ceux qui jalousaient la brave dame Sori/Coulibaly dans son ministère. La jalousie conduit à la folie et à la bestialité. En plus, elle obscurcit le cerveau.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 07:53, par HUG En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    Pour pouvoir juger quelque chose il faut bien connaitre cette chose. Est ce que tous ceux qui attaquent ce syndicat connaissance le fond des questions soulevées ? Je ne le pense pas. Il revient aux personnes qui assurent la communication du ministre de répondre en confirmant ou en confirmant les faits soulevés par le syndicat. Luttez chez syndicalistes luttez pour améliorer vos conditions de vie et de travail.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 09:02, par Vérité En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    Où est la plateforme revendicative ? Attention aux diffamations !
    Avez-vous chercher à rencontrer le Ministre pour lui poser ces préoccupations ? Qu’a t’il répondu ?
    Autant de questions que j’attendais également des journalistes.
    Une conférence de presse doit aboutir à des questions réponses, sinon ce serait une déclaration uniquement.
    En tant que citoyen, nous attendons que le Gouvernement nous fasse rêver. Qu’il entame les changements nécessaires pour que nous puissions être une référence. Des erreurs, il y’en aura mais nous devons réussir.
    Que les Syndicalistes posent donc leur plateforme au Ministre et nous revienne pour la suite. Chacun dans son rôle, dans les règles.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 11:35, par wait and see En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    Au Burkina, il n’y a pas de fumée sans feu. je pense que ceux qui passe leur temps à insulter les syndicats ne savent rien de ce qui se passe réellement dans les ministère. Nous avons fait l’insurrection pour un changement radical avec les pratiques sous le blasso, mais au constat on se demande s’il y a changement. Les uns mangent les autres regardent ainsi naissent les révolutions. Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
    A Aroun bè ra kel mounafise Yè. teké ti yen saon
    Écoute le syndicat, rencontre les responsable pour échanger et change ton style de management. Tous ceux qui te diront autres choses le veulent pas de ton bien

    Répondre à ce message

    • Le 28 mars à 19:29, par Le Vigilent En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

      « Nous avons fait l’insurrection pour un changement radical avec les pratiques sous le blasso, mais au constat on se demande s’il y a changement. »
      Tout le monde parle de changement sans preciser dans quell sens. A travers les declarations du syndicat, l’on sent que c’est justement le syndicat qui s’oppose aux changements que tente d’introduire le Ministre Harouna Kabore. Les syndicalistes n’apprecient que les changements qui leur permettent de ne rien produire comme resultats et d’etre paye grassement avec les ressources de l’Etat.
      Voyez les gars des finances ; la minister Rosine Coulibaly/Sory a voulu mettre de l’ordre dans les methods de travail pour ameliorer les performance de son departement et les syndicats s’y opposent et sabotent le systeme. Sur le fonds commun, elle a voulu mettre de l’ordre et les syndicats organisent le blocage/sabotage de la collecte des impots et autres taxes dus par les contribuables.
      Tout le monde crie au besoin de changement, tout en s’opposant a tout changement ! Allez y comprendre.

      Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 14:12, par Courage En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    Les vuvuzelas sans même connaître le fonds du problème, tirent à boulets rouges sur le syndicat ! Je pense que le Ministre devrait échanger avec les syndicats afin d’aboutir à un climat apaisé pour travailler au rayonnement du département. Monsieur le Ministre, n’écoutez pas ces gens qui vous diront d’aller à l’offensive car pour eux ce qui compte c’est les petits bons de carburants et les 10 000 F qu’ils passent quémander de service en service !

    Répondre à ce message

    • Le 28 mars à 19:50, par Un Burkinabê En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

      Internaute Courage, je n’ai pas besoin de bons d’essence parce que je marche de chez moi jusqu’à l’arrêt de bus ou à la gare de train pour y monter en payant un ticket de transport. C’est moins coûteux que d’utiliser ma voiture. Aussi 2 fois par semaine je vais au service à vélo.
      Si vous tous vous posez vos voitures ou moto et empruntez le bus ou roulez à vélo vous verez que ça améliorera vos conditions de vie. Tout le monde parle de changement et personne ne veux changer. Le changement ce n’est pas fait pour les dirigeants. Le changement doit venir du bas peuple d’abord.

      Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 14:18, par tcherien En réponse à : Industrie, commerce et artisanat : Le syndicat dénonce la gestion du ministre Harouna Kaboré

    Encore des gens qui veulent se faire remarquer Si les structures en place marchaient je suis sur que le Ministre n allait rien changer parce qu il a besoin de faire ses preuves il n a pas intérêt a changer pour changer si vous ne voulez pas travailler démissionnez c est pas a vous de dire au ministre comment travailler ce qui est sur nous la population nous attendons de lui des résultats et tant que nous sommes satisfaits y a pas de problème

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Banque mondiale - Burkina Faso : Un plan d’investissement agricole climato-intelligent en cours d’élaboration
Gestion du patrimoine non-financier des EPE : Une formation pour transmettre les bonnes pratiques
Mise en œuvre des budgets-programmes : Les résultats de quatre ministères évalués
Prix COPA 2019 : 88 jeunes du Plateau Central reçoivent 75 millions de F CFA
Promotion de l’entreprenariat : 732 chèques pour les jeunes de la région du Nord
Bobo-Dioulasso : Wendkuni Bank International ouvre ses portes à la clientèle
Programme d’appui au développement des économies locales : 267 millions FCFA à investir dans la commune de Baskouré d’ici 2020
Responsabilité sociale des PME : Le ProFeJec s’engage aux côtés de 2IE
PME/PMI : Deux chercheurs burkinabè proposent des pistes pour améliorer les pratiques managériales
5e congrès du réseau africain de recherche en fiscalité du 9 au 11 septembre 2019
Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques : Un taux d’exécution physique de 44,4% à mi-parcours
Compétition de plans d’affaires (COPA 2019) : Les lauréats de la région du Centre primés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés