Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Procès du putsch : Liberté provisoire pour le Caporal Dah Samy ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 26 mars 2019 à 11h08min
Procès du putsch : Liberté provisoire pour le Caporal Dah Samy ?

Me Antoinette Boussim a plaidé, ce lundi, pour une remise en liberté provisoire de son client, le Caporal Dah Samy, l’un des premiers soldats détenus à la MACA dans le cadre du dossier du putsch. Il a déjà introduit sept demandes de liberté provisoire qui ont toutes été rejetées.

A l’audience du 25 mars 2019, son conseil Me Antoinette Boussim a précisé que les conditions légales n’étaient pas réunies lors de l’arrestation de son client. « Le caporal Dah Samy a été interpellé le 21 septembre 2015 et c’est le 6 octobre de la même année qu’il a signé la mesure de garde à vue. 15 jours après, nous avons reçu un mandat de dépôt à son encontre. A ce jour, son arrestation n’est pas conforme à notre juridiction. », a-t-elle invoqué.

En plus des conditions de garde à vue exécrables. Pour tous ces manquements, elle a plaidé pour la liberté provisoire de son client. Concernant la question de garantie de représentation, l’avocat a rassuré que son client a fourni le nécessaire. « Il n’a pas l’intention de se soustraire de votre juridiction. Il a un domicile fixe et une tierce personne comme gage », note l’avocate.

Le parquet militaire s’est, une nouvelle fois, opposé à la mise en liberté provisoire du prévenu. « Les débats ne sont pas clos. A tout moment des gens peuvent procéder à la subordination de certains témoins ou des accusés. Aussi, le fait d’avancer une tierce personne n’est pas suffisant. Et s’il prend la clé des champs ? », S’interroge-t-il. Pour le parquet, la demander de liberté provisoire au bénéfice du Caporal Dah peut poser de sérieuses difficultés pour la suite de la procédure. « Nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous sommes en train d’aller petit à petit vers le dénouement de cette affaire ».

A la barre, l’incriminé a fait son mea-culpa. « Si je savais que c’était pour venir prendre part à un coup d’Etat, je n’allais pas le faire. C’est le Sergent-chef Roger Koussoubé qui m’a appelé », a-t-dit, avant de demander l’indulgence du tribunal. Il conclut en rappelant que la plupart des soldats arrêtés après lui ont même bénéficié d’une liberté provisoire. Notons qu’il est accusé pour attentat à la sureté de l’Etat, meurtre ainsi que coups et blessures volontaires.
Le délibéré est fixé au 29 mars prochaine.

Sidibé Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 mars à 12:43, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch : Liberté provisoire pour le Caporal Dah Samy ?

    Il faut un certain réalisme à nos avocats pour souvent conseiller leurs clients. Souvenez-vous comment ce Caporal DAH Sami était tellement effronté et irrespectueux dès ses premières apparitions à ce procès tout comme le Sergent SANOU Ali qui déclare même avoir été professionnel en revenant de son refuge de la Cote d’Ivoire pour mener l’attaque contre la soute à munitions (poudrière) de Gnimdi. Si une liberté provisoire est accordée à ce soldat, son mentor DIENDERE en demandera également le lendemain puisque c’est bien eux qui ont évolué ensemble pendant les faits.
    La liberté provisoire est accordée en fonction de la discipline du prévenu devant le tribunal. Il faut assumer jusqu’à la fin

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch de 2015 : Me Antoinette Ouédraogo déplore la haine vis-à-vis de certains hommes politiques
Procès du putsch de 2015 : « Il faut se méfier des donneurs de leçons », requiert Me Patrick Monté
Procès du putsch du CND : "Bassolé réaffirme son innocence"
Procès du putsch de 2015 : « Si on ne se pose pas les bonnes questions, on met le pays en danger », avertit Me Antoinette Ouédraogo
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés