Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Lutte contre le terrorisme : Hommes de médias et FDS accordent leurs violons

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • lundi 25 mars 2019 à 15h00min
Lutte contre le terrorisme : Hommes de médias et FDS accordent leurs violons

Dans la guerre contre le terrorisme, comment les médias doivent-ils rendre compte de la réalité sans pour autant tomber dans le piège de la propagande ? Le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), en partenariat avec le Conseil supérieur de la communication (CSC), a initié un atelier de réflexion pour répondre à la question en jetant des passerelles de dialogue entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les médias dans la politique de riposte contre le terrorisme. Placée sous le thème « Médias et sécurité », la rencontre, qui s’est tenue du 21 au 23 mars 2019 à Koudougou, a réuni une trentaine de journalistes et d’acteurs du secteur de la défense et de la sécurité.

« Sans média, le terrorisme moderne ne survivrait pas. A l’ère de l’information, dans notre société mondialisée, les médias offrent des caisses de résonnance indispensables aux terroristes pour diffuser leur message et répandre la terreur. Sans eux, ces actes n’auraient qu’une portée limitée. En relayant un attentat, une prise d’otages ou une mise à mort, les médias offrent une emphase et un écho international à ces actions ». Ces propos d’Evelyne Josse dans son article « Les médias face au terrorisme et aux populations affectées, l’impossible équation », en disent long sur les relations complexes entre terrorisme et média. Et pourtant, lorsqu’il y a des enlèvements, des assassinats ciblés sur les populations, des fermetures d’écoles ou des attaques sur les bases des FDS, il est du devoir des médias d’informer l’opinion publique.

L’esprit de défense et de sécurité

Jadis redouté dans la sous-région, le Burkina Faso, reconnaît le secrétaire général de la défense nationale, le colonel-major Théodore Palé, fait aujourd’hui figure de maillon faible sur le plan sécuritaire. « Il y a lieu de se demander comment nous en sommes arrivés là », a-t-il noté, avant de poursuivre « Au Secrétariat général de la défense nationale, nous pensons que c’est par manque d’une vision claire, nationale, patriotique, connue et acceptée de tous sur l’organisation de notre défense commune ».

L’heure n’est plus aux questionnements, le mal est déjà présent et en ces temps de turbulences sécuritaires, le Secrétaire général de la défense nationale estime que de toutes les missions et attributions qui incombent à son institution, la promotion et la diffusion de l’esprit de défense et de sécurité paraît la plus importante. L’idée, dit-il, est de montrer à chaque composante de la nation que son premier devoir en tant que citoyen est de participer à la défense de cette nation contre tous les dangers qui peuvent la détruire.

Et aussi, que ce devoir vient avant toutes les autres considérations qu’elles soient politiques, religieuses, corporatistes, financières, etc. D’où la tenue de cet atelier au profit des hommes de média. En effet, après une première session au profit des gouverneurs et leurs collaborateurs, Théodore Palé a signifié qu’il était nécessaire de rencontrer les acteurs ayant la capacité d’influencer l’opinion publique. « Il est important pour la cohérence de la lutte, que les messages véhiculés soient en phase avec les actions des autres acteurs, notamment les FDS qui sont au cœur de cette lutte », a-t-il soutenu.

Le but étant que les hommes de médias connaissent les intérêts de la nation et l’organisation de sa défense, mais aussi les modes d’action des ennemis de la nation et leurs méthodes de propagande, pour éviter de tomber dans leurs pièges. En effet, entre propagande islamiste, désinformation et diabolisation de l’Etat, le ministre en charge de la Sécurité, Ousséni Compaoré, indique également qu’il est important que les acteurs de la communication et les journalistes soient formés pour mieux lutter contre le phénomène aux côtés des FDS. Et cela, d’autant plus qu’il existe une certaine méfiance entre les deux groupes. « D’un côté, il y a les journalistes qui essaient de faire leur travail d’information et de l’autre côté, les FDS qui pensent que les journalistes diffusent parfois des informations sensibles », a-t-il soutenu.

La communication, un outil de lutte contre le terrorisme

Le rôle des médias dans la lutte contre l’extrémisme violent, les enjeux et défis des Etats face au terrorisme dans la bande sahélo-saharienne, l’usage des médias dans la politique de riposte contre le terrorisme, l’organisation de la sécurité intérieure et celle de la défense nationale. Ce sont autant de thématiques qui ont été abordées durant ces trois jours de réflexion et qui ont permis aux deux groupes de mieux faire connaissance pour une meilleure communication dans le domaine de la défense et de la sécurité.

Mieux, les journalistes et les forces de défense et de sécurité ont exprimé leurs attentes dans la lutte contre ce fléau. C’est ainsi que les FDS ont, entre autres, convié les journalistes à toujours recouper les informations liées aux questions sécuritaires avant publication, à développer un contre-discours de la propagande terroriste dans les médias et à contribuer à sensibiliser et éduquer les populations sur les exigences du nouveau contexte socio-sécuritaire engendré par la montée du terrorisme. De leur côté, les hommes de médias ont suggéré la tenue périodique de points de presse sur les questions sécuritaires ainsi que des cadres d’échanges avec les FDS et plus de diligence dans la réaction aux sollicitations des médias.

Commandant d’escadron de la gendarmerie mobile de Koudougou, le capitaine Souleymane Coulibaly apprécie cette initiative qui a permis aux journalistes et aux FDS de comprendre les difficultés de chaque acteur dans l’exercice de son métier et d’effacer les préjugés. « En résumé, journalistes et FDS peuvent travailler ensemble pour aboutir à des résultats appréciables », s’est-il réjoui. Et Abdoul Fathave Tiemtoré, journaliste à radio Oméga, de renchérir que « le fait de connaître la façon dont l’autre travaille va améliorer les relations entre médias et FDS dans cette lutte contre le terrorisme ».

Notons que dans le cadre de cette campagne d’information et de sensibilisation au profit des hommes de médias, le SGDN a bénéficié de l’appui financier du Programme des nations unies pour le développement (PNUD).

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 mars à 19:01, par COB En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Hommes de médias et FDS accordent leurs violons

    Soutien financier du PNUD pour que journalistes et militaires comprennent qu’ils doivent lutter contre un ennemi qui menace l’existence du Burkina Faso. Les militaires doivent défendre le pays et les journalistes doivent informer le reste du monde et les populations du Burkina Faso. Informer de sur quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril à 10:12, par DIAYE ALIOUNE BADARA En réponse à : Lutte contre le terrorisme : Hommes de médias et FDS accordent leurs violons

    Je crois ,un proverbe MOOGA, disait :" QUAND LES DIGNITARIES SE METTENT ENSEMBLE CA NE LABOURE PAS AUTOMATIQUEMENT LE CHAMP MAIS CA PERMET A TOUT ETAT DE CAUSE D’ASSEOIR DES METHODES POUR LE LABOUR REUSSI DE CE CHAMP":L’ INTERPENETRATION OU LE PACT ENTRE JOURNALISTES ET LES FORCES DE DEFENSE NATIONAL EST L’UNE DES CLEF MAITRESSE POUR DEJOUER CE TERRRORISME CI.LEUR MODE D’OPERATOIRE ECHAPE A 90% DE NOTRE POPULATION, TOUTE CONFONDUE,TOUT BON PATRIOTE EST CONTRE CE FEU ATTISÉ ET QUI CONSUME .MAINTENANT IL FAUT QUE LES PRINCIPAUX CHARGES D’ETEINDRE CE DIT FEU TRAVAILLENT EN CONNIVANCE, AVEC CLAIRVOYANCE :INFORMATIONS CERTIFIEES, EXPLIQUER LES INFRACTIONS OU LES ERREURS,PARCE QUE LA POPULATION DOIT AUSSI SAVOIR QUE POUR VENIR A BOUT D’UNE TELLE SITUATION IL VA Y AVOIR DES ERREURS ; MAIS QUI ONT CA MEME DES EXPLICATIONS. SE TROUVANT DEVANT UNE POPULATION INCONNUE DEVANT UNE CALEBASSEE D’ARACHIDES IL EST PARFOIS SI DIFFICILE DE CONAITRE LA BONNE GRAINE MAIS PARFOIS NOUS SOMMES AMENES A FAIRE UNE PRESELECTION ETANT DONNE L’ASPECT MEME DE L’ ARACHIDE SANS POURTANT LA DECORTIQUER ETANT DONNE L’URGENCE DE LA SITUATION .POUR GUERRIR UNE MALADIE INCONNUE NOUS SOMMES AMENES A PAYER PLUSIEURS MEDICAMENTS : NOTRE PAYS EST DEVANT UNE MALADIE INCONNUE VU QUE L’ON NE CONNAIT PAS QUI EST QUI ,QUI EST POUR QUI.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque de Koutougou : Le PAREN appelle à l’union pour vaincre le terrorisme
Burkina : Le GSIM revendique l’attaque contre l’armée à Koutougou
Insécurité au Burkina : « La solution à cette crise n’est pas que militaire. Il est temps d’envisager des solutions ad ’hoc », propose le CFOP
Attaque de Koutougou : « le Burkina Faso ne cédera pas une partie du territoire, dussions-nous tous y laisser notre vie » (Message du président du Faso)
Attaque à Koutougou : 24 militaires ont perdu la vie, selon l’Etat-major
Attaque de Koutougou : Le CDP « consterné » par le lourd bilan
Attaque d’un détachement militaire à Koutougou : « L’heure doit être impérativement au rassemblement », selon le MPP
Burkina : L’UPC demande la démission du gouvernement après « une attaque d’envergure » contre un détachement militaire
Attaque d’un détachement militaire à Koutougou : Plus d’une dizaine de militaires tués, selon un communiqué officiel
Attaque du détachement militaire de Koutougou : Le gouvernement solidaire des Forces de défense et de sécurité
Burkina : Le détachement militaire de Koutougou ciblé par des assaillants
Burkina : La brigade territoriale de Nako attaquée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés