Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 25 mars 2019 à 15h30min
Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

C’est une forte délégation du Conseil de sécurité des Nations-Unies qui a effectué, dimanche, 24 mars 2019, le déplacement au Burkina, deuxième étape d’un périple qui a commencé vendredi au Mali. Cette sortie avait pour objectif principal de cerner les contours de la crise sécuritaire et humanitaire que traversent ces pays (Mali et Burkina) et, de façon générale, l’espace G5 Sahel.

La visite a consisté en des séances de travail avec les agences des Nations-Unies au Burkina, la Force conjointe du G5 Sahel, des représentants de la société civile, des membres du gouvernement burkinabè. A la fin de travaux, la délégation onusienne est allée, dans la soirée, faire le point de son séjour au président du Faso (rencontre élargie à des membres du gouvernement).

Selon le chef de mission, cette démarche se veut un message d’amitié, de solidarité et de soutien au Burkina qui traverse un moment difficile. « Le secrétaire général des Nations-Unies a instruit son représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, de concentrer les efforts de la région sur le Burkina Faso », a confié l’ambassadeur représentant permanent de l’Allemagne aux Nations-Unies, Christoph Heusgen.

La délégation a encouragé le gouvernement burkinabè à poursuivre les réformes démocratiques (relatives à la préparation des élections, au système éducatif, à la nouvelle Constitution, à la loi sur la société civile, à la lutte contre la corruption,etc.).
Parlant du « rapport accablant » contre les FDS (Forces de défense et de sécurité) dans la lutte contre le terrorisme, la délégation a expliqué que les enquêtes qui sont en préparation doivent être menées de manière impartiale par la justice, afin que les coupables soient punis. « Il faut un message fort aux victimes, un message fort aux coupables », a recommandé la mission.

« La lutte contre le terrorisme doit être menée en respectant les droits de l’homme », a requis l’ambassadeur allemand à l’ONU, Christoph Heusgen.

La mission a aussi demandé une protection particulière pour les femmes et les enfants, les deux catégories les plus exposées à cette crise.

Elle a également demandé zéro tolérance en ce qui concerne l’application de la loi sur la corruption et exhorté le gouvernement à la promotion du planning familial.
« Pour nous, le Burkina Faso est aujourd’hui comme une sorte de digue contre la barbarie et l’obscurantisme et si cette digue cède, c’est la vague de barbarie et d’obscurantisme qui va toucher la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Bénin, le Togo... », a schématisé le représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies, Kacou Houadja Léon Adom.

Pour mémoire, la mission était co-organisée par l’Allemagne, la France et la Côte d’Ivoire (qui a présidé le Conseil de sécurité de l’ONU du 1er au 31 décembre 2018 et qui est membre non permanent, depuis le 1er janvier 2018, pour une période de deux ans (2018-2019).

OL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 mars à 14:13, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    - OK pour tous ceux qui croyaient que ces assassinats de peuls considérés comme terroristes allaient passer par pertes et profits, soyez maintenant fixés et bien lucides. Lisez bien entre les lignes et comprenez bien l’intervention de la délégation vers la fin. On est presque obligé sinon tenu de faire une enquête, founir les réslutats et punir les responsables d’exactions sinon on nous le fera faire qu’on le veuille ou pas, Le temps des NU n’est pas notre temps et quelqu’un pourrait être délogé de sa retraite demain pour aller répondre de ses forfaits commis aujourd’hui !!!

    Ensuite il a été dit que : ’’La mission a aussi demandé une protection particulière pour les femmes et les enfants, les deux catégories les plus exposées à cette crise’’. Très bien vous allez désormais obligatoirement protéger les peuls et les enfants !!! A bon entendeur, rendez-vous devant l’histoire !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 14:39, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    - Si moi Kôrô Yamyélé je parle, on va dire encore que j’ai la bouche trop longue ! Mais vous aussi, voyez de près puisque beaucoup d’entre vous ne sont pas encore saouls ! Voyez de grands officiers bien capables de notre Armée, en ces temps de crises et de guerre asymétrique dit-on, sont planqués dans des postes dans les Ambassades où ils ravissent les postes aux personnels diplomatiques civils formés pour ce travail, et aussi dans d’autres nombreux postes civils dans tous les ministères où ils ont dit aurevoir à la tenue et au béret !! Pensez-vous que les Ambassades et les postes dans les ministères soient des lieux de refuge pour les hauts fonctionnaires de la défense ? Je peux l’admettre pour le domaine de la Santé, mais que fait un officier à un poste d’Ambassadeur où un civil bien formé à cette tâche ferait mieux ? Que fait alors un officier d’infanterie au d’administration militaire dans un poste de DG dans un ministère, surtout par ce temps-ci ? Qu’on ne me parle plus d’effectifs insuffisants dans l’Armée parce que là, je vais faire un scandale !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 15:21, par Ka En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    Messieurs les représentants de l’ONU, c’est a présent que vous voulez prendre le terrorisme déguisé dans notre pays au sérieux ? Depuis 2015 après le départ de Blaise Compaoré qui était complice de ces diables, aucune précaution n’a été prise pour les conséquences à suivre pourtant vous étiez au courant des pactes qu’a signer ce dernier avec ces diables ? Aujourd’hui tout le monde a peur, surtout nos pays voisins. Je pense qu’il est trop tard, car aucune communauté individuelle ne peut répondre a ces terroristes déguisés, il faut plutôt une réponse planétaire qu’il faut, avec une puissante armée mondiale. Comme je le dis très souvent, Il faut que toutes les forces coalisées se regroupent en une seule comme ce fut le cas contre Hitler.

    Ici je le redis a ces messieurs de l’ONU que l’indolence de la Communauté internationale dès le début du terrorisme avec Ben Laden a permis aux Djihadistes de renforcer leur position et de s’étendre. La meilleure solution était la chasse contre les terroristes et les rebelles au Mali : Malheureusement que ça s’est arrêtée sans les poursuivre jusqu’à dans leur dernier retranchement. Venir au chevet du Burkina avec des théories ne suffisent pas. Ce qu’il faut impérativement c’est une bonne coordination de tous : Et si l’ONU veut vraiment nous tendre la main, c’est de nous donner les moyens pour que les troupes Français au Mali avec ceux de la CEDEAO traquent ces punaises au Nord du Mali vers le désert, et l’Algérie les traquerait vers le Sud dans un étau plus puissant qui les éradiqueront comme ce qui s’est passé en Syrie. Messieurs les représentants de l’ONU cravatés avec des théories impraticables, pendant que vous êtes au Burkina dans les belles salles climatisées, les terroristes profitent du laxisme des Etats et de leurs dirigeants qui ne pensent qu’au pouvoir qu’à la protection de leurs peuples. Allez dire au Quatar et l’Arabie Saoudite de ne plus financer ces punaises par les imams radicaux a travers le continent : Là nous verrons le problème du terrorisme disparaître de ce monde.

    Répondre à ce message

    • Le 25 mars à 16:03, par caca En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

      @Ka, vous faites un jeu dangereux avec le conseil de sécurité de l’ONU. Vous êtes également hors sujet et votre amertume contre Blaise Compaoré vous amène à voir tjours des poux dans sa tête rasée. Personne n’est témoin que le président Blaise Compaoré en faisant la médiation entre l’état malien et les rebelle, il aurait signer un pacte avec eux. Si vous avez une preuve, je voulais la lire. Est-ce que le conseil de sécurité serait responsable du propagande du djihadisme dans notre pays ? Blaise Compaoré était sous mandat de la CEDEAO et des Nations Unies quand il faisait ses médiations, et sans cette médiation le Mali ne sera pas un pays aujourd’hui. Il y a bien des témoins dans ce sens. SVP ne trompez pas la vigilance des gens sur le bien fondé de la médiation du Burkina. Les gens du Conseil de l’Onu qui sont venus aujourd’hui au Burkina n’était pas aux affaires au moment des médiations, et le groupe était rebelle et non des djihadistes. Il ne faut pas confondre "Rebelle" et "djihadiste". Vous en voulez à Mr Blaise Compaoré et son frère François que vous êtes prêt à poindre les preuves de tous bords afin de salir des citoyens.
      En plus, le combat contre le terrorisme ne nécessite pas les armées du monde, simplement une dotation de moyen conséquent logistiques et financier. Ceux qui nous attaques ne sont pas les djihadistes, mais quelques éléments des peuhls chez nous au Burkina et leur cousins voisins au Mali. Au moment qu’ils ont été identifiés, ils deviennent facile à combattre. Pour cela, il faut également tolérer quelques dérives de l’armée. Si notre armée avait des moyens, elle pouvait doubler le recrutement des soldats et équiper les différents contingents. Dix hélicoptères tigres de fabrication française nous suffissent pour mener à bien notre combat. C’est là où le conseil de l’onu peut nous être utile. Contraindre les pays comme la France, l’Allemagne, les USA et Angleterre à nous vendre des vrais avions de combat et anti-mine pour les chars.
      Il faudrait revoir votre position par rapport aux frères Compaoré.

      Répondre à ce message

      • Le 25 mars à 16:40, par Ka En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

        Caca voilà de la pure propagande gratuite. Qui au Burkina, ou dans le monde entier n’a pas vu l’ambassadeur de Blaise Compaoré au Mali a l’époque et Gilbert Diendéré devant les projecteurs des caméras et de la télé, crier avoir des accords avec ces terroristes pour libérer des otages Suisses ou Européens a pris d’or ? Ce sont des preuves visibles, et ces accords que tu appelles des médiations mon jeune caca, tu es petit pour savoir le fond. Aucun pays n’a hébergé dans son palais présidentiels les terroristes comme Blaise Compaoré le faisait. Cela n’était pas de la médiation, mais des accords empoisonnés. Les médiations se font sur des terrains neutres, ou dans des pays neutres comme la Suisse. Les médiations ne se font dans des palais présidentiels devant du thé. Merci de lire.

        Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 15:24, par caca En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    Ceux qui voyaient cette visite du conseil de sécurité de l’ONU comme un gendarme font pleurer amèrement. Selon le chef de mission, cette démarche se veut un message d’amitié, de solidarité et de soutien au Burkina qui traverse un moment difficile. « Le secrétaire général des Nations-Unies a instruit son représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas, de concentrer les efforts de la région sur le Burkina Faso », et «  La lutte contre le terrorisme doit être menée en respectant les droits de l’homme », a requis l’ambassadeur allemand à l’ONU, Christoph Heusgen.

    La mission a aussi demandé une protection particulière pour les femmes et les enfants, les deux catégories les plus exposées à cette crise.
    L’instrumentalisation que des peuhls auraient été tués sommairement et le mettre sur le dos de nos militaires sonnent comme une aberration polymorphe. Notre MBDHP et HRW doivent apprendre un langage diplomatique.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 15:30, par EBENEZER En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    Quel est l’apport concret de l’ONU dans la lutte contre le terrorisme à travers cette mission ?
    Les Burkinabé veulent du concret pas du verbiage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 17:23, par Le patriote "le vrai" En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    Vous de l(ONU vous nous faites chier. Et dans tout ça c’est l’ivoirien Kacou Houadja Léon Adom qui a dit la vérité. Depuis longtemps le G5 sahel vous a demandé un appui conséquent pour mener une guerre éclair contre les Djihadistes. Qu’avez-vous fait ? C’est faire le dos rond et quand nous avons su comment éradiquer le djihadisme et l’appliquons avec vigueur c’est à dire que pour gagner une guerre, il faut l’attaque. Donc maintenant nos FDS vont directement chez l’ennemi pour l’abattre. Quand la mission d’éradication du terrorisme est sur le point de réussir vous voilà avec vos salamalecs insipides de droit de l’homme. Si vous êtes vraiment garçons dès demain amener nous les armes les plus perfectionnées et en quelques jours nous aurons fini avec le djihadisme et son corolaire de droit bafoué de l’homme.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 18:43, par nabiga En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    Le "Kôrô Yamyélé", tu parles d’assassinat de peulh, que sais-tu exactement de ce qui s’est passé ? Penses-tu que nos fds tuent au hasard ? penses-tu que les listes des malfrats sont erigées au bon vouloir de quelqu’un ? Un peu de retenue dans vous qualification. Il n’y a pas que des peulh dans cette gangraine mais la réalité est là. Ne permettez pas à des soit disant donneurs de leçons, venir nous juger dans notre Burkina alors qu’ils ne nous assistent pas dans la douleur. Faites preuve de discernement.
    A bas le néocolonialisme,
    A bas les donneurs de leçons immoraux,
    Vive le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars à 06:41, par welore En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de sécurité de l’ONU au chevet du Burkina

    j’ai toujours dit que la ou les forces onusienne s’integrent, il n’y a que pleurs, sang, morts et désolation. nos forces de défense et de sécurité ont montré qu’avec un appui matériel et financier, ils peuvent défendre au millimètre carré près le territoire nationale. nous vous voyons venir.
    NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE FORCES ONUSIENNE AU BURKINA.
    a bas les pillages de nos ressources par les puissances etrangeres,
    a bas les forces obscurantistes suceurs de sang,
    a bas les partisans de Satan qui les équipent,
    vive le Burkina libre,
    vive le Burkina de paix et de prospérité

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars à 10:12, par Moktar En réponse à : Lutte anti-terroriste : Le Conseil de s\xe9curit\xe9 de l\u2019ONU au chevet du Burkina

    Ah ! Les burkinabe. Un pays de mendiants qui veut jouer au têtu, en réclamant le droit de massacrer un groupe ethnique par amalgame. Même pour votre bol de riz vous tendez la main. Commencer par là d’abord. Beaucoup d’immaturité...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Un pont détruit dans le Soum par de présumés terroristes
Burkina : Un gendarme tué dans une attaque à Sidéradougou
Attaque de Koutougou : La CEDEAO condamne fermement et sans réserve
Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes
Attaque de Koutougou : Les 5 militaires précédemment recherchés ont tous été retrouvés vivants
Attaque de Koutougou : Le PAREN appelle à l’union pour vaincre le terrorisme
Burkina : Le GSIM revendique l’attaque contre l’armée à Koutougou
Insécurité au Burkina : « La solution à cette crise n’est pas que militaire. Il est temps d’envisager des solutions ad ’hoc », propose le CFOP
Attaque de Koutougou : « le Burkina Faso ne cédera pas une partie du territoire, dussions-nous tous y laisser notre vie » (Message du président du Faso)
Attaque à Koutougou : 24 militaires ont perdu la vie, selon l’Etat-major
Attaque de Koutougou : Le CDP « consterné » par le lourd bilan
Attaque d’un détachement militaire à Koutougou : « L’heure doit être impérativement au rassemblement », selon le MPP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés