Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Afrique : Les réformes fiscales et la numérisation sont essentielles au développement

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 25 mars 2019 à 17h00min
Afrique : Les réformes fiscales et la numérisation sont essentielles au développement

L’AFRIQUE DOIT NUMÉRISER ses économies, ÉLARGIR SA BASE FISCALE, empêcher la détérioration de ses recettes fiscales et l’augmentation de sa dette, et VISER UN TAUX DE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES pour atteindre les Objectifs de développement durable de l’ONU d’ici à 2030, ainsi que les objectifs de l’Agenda 2063 de l’ONU, selon le Rapport économique sur l’Afrique 2019, publié ce samedi 23 mars à la Conférence des ministres. Cette année, le Rapport économique sur l’Afrique, publication phare de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (CEA), est axé sur la politique fiscale. Les recettes de l’État sont insuffisantes pour financer le développement, regrette la CEA.

« Le rapport identifie plusieurs moyens de financer son développement accéléré grâce à la hausse des recettes fiscales », a expliqué Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, lors du lancement. « Il aborde également le rôle clé que joue la politique fiscale pour attirer les investissements et permettre une politique sociale,
notamment le soutien aux petites et moyennes entreprises dirigées par des jeunes et des femmes. »

Rappelant que nous sommes à dix ans de la date butoir de la réalisation des ODD (Objectifs de développement durable), elle a ajouté : « Les pays africains continuent de rechercher les politiques à adopter pour accélérer la réalisation des ODD. Pour beaucoup de pays, le financement demeure le principal obstacle, le deuxième étant
la mise en œuvre des capacités. »

Le rapport analyse et met en lumière les défis et opportunités. Il recommande également des réformes macroéconomiques globales destinées à renforcer la résilience du système financier, en mettant l’accent sur la nécessité pour l’Afrique de passer à une croissance à deux chiffres d’ici à 2030, et de stimuler les investissements, actuellement à 25 % du PIB.

Alors que la croissance économique en Afrique demeure modérée, à 3,2 % en 2018 à la faveur « d’une solide croissance mondiale, une augmentation modérée du prix des matières premières et des conditions nationales favorables », le rapport insiste sur le fait que l’Afrique doit faire plus, et trouver un juste équilibre entre
l’augmentation des revenus et l’incitation aux investissements, afin de stimuler la croissance.

Dans certaines des plus grandes économies d’Afrique – Afrique du Sud, Angola et Nigeria –, souligne le rapport, la croissance est plus forte mais reste dépendante du prix des matières premières. L’Afrique de l’Est est la région qui connaît la plus forte
croissance, à 6,1 % en 2017 et 6,2 % en 2018, tandis que l’Afrique de l’Ouest a affiché un taux de croissance de 3,2 % en 2018 contre 2,4 % en 2017. Les économies d’Afrique centrale, du Nord et australe ont connu une croissance plus lente qu’en 2017.

D’autre part, le rapport souligne que la dette demeure élevée en Afrique, les pays africains ayant emprunté davantage pour diminuer la pression fiscale liée à la baisse des flux de revenus, depuis l’effondrement du prix des matières premières en 2014.

Le rapport estime que les pays africains peuvent accroître les recettes de l’État de 12% à 20 % en adoptant un cadre politique qui renforcera la collecte des recettes, notamment grâce à la numérisation des économies africaines – celle-ci pouvant accroître la mobilisation des recettes de 6 %.

« La numérisation peut élargir la base fiscale en permettant d’identifier les contribuables et en les aidant à respecter leurs obligations fiscales. En améliorant les déclarations d’imposition et la gestion des impôts, elle donne à l’État la possibilité de
mobiliser davantage de recettes. Les systèmes d’identification numérique apportent des gains d’efficacité qui pourraient économiser aux contribuables et à l’État jusqu’à 50 milliards de dollars par an d’ici à 2020. »

À PROPOS DE LA COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L’AFRIQUE DES NATIONS
UNIES (CEA)

Créée en 1958 par le Conseil économique et social (ECOSOC) des Nations unies (ONU), la CEA est l’une des cinq commissions régionales de l’ONU et a pour mandat d’appuyer le développement économique et social de ses États membres, de promouvoir l’intégration intra-régionale, et de favoriser la coopération internationale pour le développement de l’Afrique. La CEA propose également des services de
conseil technique aux gouvernements, aux organismes intergouvernementaux et aux institutions d’Afrique.

En outre, elle élabore et promeut des programmes d’aide au développement et joue le rôle d’organisme d’exécution pour des projets opérationnels adéquats. Composée de 54 États membres et jouant un double rôle en tant qu’organisme régional de l’ONU et en tant que partie intégrante du paysage institutionnel régional en Afrique, la CEA est bien placée pour contribuer spécifiquement à la recherche de solutions aux défis de développement du continent. Le siège social de la CEA se trouve à Addis Abeba, en Éthiopie. La CEA possède des bureaux à Rabat, Lusaka, Kigali, Niamey, Yaoundé et Dakar.

Site Web : www.uneca.org/cfm2019 [3]

Marrakech, le 23 mars 2019
Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Mercy Wambui wambui@un.org
Constance Haasz c.haasz@icpublications.com

Vos commentaires

  • Le 26 mars à 08:04, par Bob En réponse à : Afrique : Les réformes fiscales et la numérisation sont essentielles au développement

    Sans être spécialiste en la matière, on comprend aisément que numériser l’économie permettra effectivement de mieux collecter nos recettes fiscales. Au Burkina ici, faire en sorte que l’homme interfère le moins possible serait vraiment bénéfique ; la sensibilité du mécanisme serait particulièrement réduite vis-à-vis des grognes sociales et de la corruption sous toutes ses formes. Une condition sine qua non devrait cependant être garantie en amont : un « réseau » absolument fluide !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars à 14:15, par changeons En réponse à : Afrique : Les réformes fiscales et la numérisation sont essentielles au développement

    Vivement que cela soit une réalité pour éviter de corrompre les gens pour payer ses impôts. Parti ce matin pour enregistrer un dossier de création d’entreprise ce matin dans la cité de Naaba Oubri, l’attente a été longue on ne peut plus. L’agent chargé de ce type de dossier est arrivé à 8h30 et est resté au kiosque situé à proximité de son service jusqu’à 12h. Nous sommes dans quel monde ? l’Etat devrait vider ces fonctionnaires inconscients en les mettant à la retraite anticipée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20ème conférence des agents comptables : Le nouveau code des impôts en question
« Eco » : Alassane Ouattara ne veut pas de rupture brutale avec le trésor français
Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle
Commerce au Burkina : Les acteurs dénoncent une concurrence déloyale
Zone de libre échange continentale africaine : Une concrétisation d’une vision des pères fondateurs de l’UA selon le président du Faso
Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution
Employabilité des jeunes diplômés : La Société Générale Burkina Faso noue un partenariat avec trois écoles supérieures de formation
INFINITE : la carte hors-pair de Société Générale Burkina Faso
Civisme fiscal : Les acteurs réfléchissent à la meilleure stratégie pour collecter l’impôt
Assemblée Générale des sociétés d’Etat : Huit entreprises connaissent une baisse de leur chiffre d’affaires
Marchés financiers : S’endetter à l’infini, c’est possible, mais prudence !
Burkina : Les causes de l’incivisme fiscal décortiquées dans une étude
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés