Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 24 mars 2019 à 14h00min
Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

Face à la situation que traverse le pays, le Premier ministre, Christophe Dabiré, nommé le 21 janvier dernier, a indiqué qu’il prendra langue, dans les jours à venir, avec les forces politiques de l’opposition. Cette démarche, dit-il, s’inscrit dans le cadre du dialogue politique national et précède une rencontre entre le Chef d’État et l’opposition politique autour des questions liées à la vie nationale.

Parlant du front social, le Premier ministre s’est félicité du résultat des négociations entre son gouvernement et la Police nationale (qui avait observé un mouvement d’humeur, il y a quelques semaines). Il a ensuite informé que le gouvernement est en concertations avec les agents du Ministère de l’économie, des finances et du développement (mécontents depuis le plafonnement de leur Fonds commun, ndlr), s’abstenant d’entrer dans les détails.

Christophe Dabiré tenait ces propos à l’occasion de l’ouverture de la première session de l’année 2019 du Bureau politique national du MPP( Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir), ce samedi, 23 mars, à Ouagadougou.

Sur la vie du parti, Christophe Dabiré a déclaré être, "depuis sa création, militant de base de l’ombre du MPP" et souhaite rester dans cet anonymat, comme nombreux de ses ’’camarades’’ à travers le pays.

Cette session présidée par le premier responsable du parti, Simon Compaoré, va examiner plusieurs points inscrits à son ordre du jour. Il s’agit entre autres de la situation nationale avec notamment la question de l’insécurité et la vie du parti marquée "depuis un moment par des actes d’indiscipline".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 mars à 11:32, par Petit entrépreneur du Faso En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Ok, entendu, pourvu qu’une solution soit trouvée avec les agents du MINEFID. Il faut que le pays avance au lieu d’aller en reculons. Tout le monde y gagne dans la quiétude. Je demande aux agents du MINEFID de croire à Monsieur le premier ministre sur parole, quelqu’un de pragmatique qui ne peut se permettre de faire des roublardises. Sur ce, laissez tomber la grève sans nom dès lundi matin et au travail !

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 12:29, par Nabiiga En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    ..pour faire quoi et à quelle fin ? La gouvernance n’est pas une affaire de famille. Au Burkina, on voit des politiciens en train de rendre visite à un tel ou à une telle. On ne voit pas cela nulle part. Si rencontre il faut, c’est au parlément. Si le premier ministre à une politique à présenter que cela se fasse au parlément. Vraiment

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 12:58, par Substance Grise En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Le Burkina d’abord
    Vous êtes tous responsables d’une manière ou d’une autre de ce que vit le pays aujourd’hui.
    Alors trouvez ensemble les solutions pour que nous pauvres populations puissions vivre car nous doutons de cette démocratie de facade imposée aux pays africains depuis les années 90
    Quel modèle de société vous nous proposez ?
    Que voulez vous leguer aux génerations présentes et futures ?
    Le probleme c’est vous l’élite intellectuelle
    Chacun parle de Thomas Sankara mais n’est pas prèt à mettre le tiers de see bonnes idées en pratique.
    On vous regarde seulement
    Faites vite pour trouver des solutions:hommes politiques ;agents publiques et autorités coutumières et religieuses

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 14:20, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Le Premier Ministre est issu de la Majorité à l’Assemblée Nationale. C’est ce que notre Constitution dit. Aucun parti politique ne dispose de la Majorité donc le Premier Ministre n’a pas besoin d’être du MPP

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 16:48, par Mafoi En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    On verra du tout dans ce pays.Tout le monde se souvient qu’après la nomination du PM,le cdp(conglomérat des punaises) et toute l’opposition au sein de son machin cfop avaient claironné que le mpp manquait tellement de cadres valables qu’il était obligé de les chercher ailleurs en claironnant que le PM était du cdp.Maintenant le même PM vient nous parler de l’ombre pour expliquer la justification de son appartenance au mpp et cela dès sa création.Il me semble que le timing d’une telle déclaration est inappropriée surtout que dans le même temps,le PM parle de rencontre avec l’opposition.Le jour qu’elle aura lieu,bonjour l’ambiance car à partir de maintenant l’opposition va le considérer comme un faux ami,un louvoyeur,un traître à la solde de son ennemi mpp et certain que cette rencontre accouchera d’une souris parce que nous avons la classe politique la plus bête du monde

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 17:54, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Merci son excellence Mr. le premier ministre C.
    Dabiré : votre initiative de se concerter sérieusement avec l’opposition pour la situation nation nationale est un objectif louable. Car, un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir. Surtout dans un cadre concurrentiel et d’égalité de chance, la politique est l’art d’observer, d’analyser, écouter ses adversaires, de les comprendre et d’interpréter les conditions, les tendances, les potentialités, les réactions et les réalités du terrain, c’est ce que vous avancez.

    Si le régime Compaoré est arrivé a un point de non-retour, c’est ce que ce régime a voulu tout faire sans écouté son peuple, surtout le petit président François Compaoré, en oubliant que l’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale.

    Je cautionne cette rencontre avec l’opposition pour mettre les points sur les iis. Car, pour plus de démocratie au Burkina, pour des représentants politiques plus responsables et soucieux de la cause publique, bref pour une politique plus noble et plus saine, nos opposants politiques doivent prendre conscience de leur mission. Il ne s’agit pas de tenir un éternel et redondant discours démagogique. Il ne s’agit pas non plus d’avoir à l’esprit une éternelle critique stérile encore moins une velléité de seulement détruire sans être une force de propositions. Il s’agit de contribuer à l’évolution des idées et des pratiques politiques. Il s’agit de prendre part à un projet collectif noble et humaniste dans un vrai processus démocratique. Une démocratie de façade fera long feu. Elle débouche sur une désintégration progressive des bases constitutionnelles et institutionnelles, sur une remise en cause de la structure étatique prélude à son effondrement. L’enjeu n’est pas une querelle de personnes mais d’œuvrer pour le bien public. Les forces d’opposition actuelles ont une très grande part de responsabilité dans l’immobilisme politique de notre pays. Et comme je le dis très souvent, si notre pays est embourbé dans son sous-développement, c’est que ces politiques sont incapables de se mobiliser autour de grand objectif et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels.

    Répondre à ce message

    • Le 25 mars à 18:29, par Nabiiga En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

      ...mon frère Ka, un vieux adage dit que la langue, les dents et les lèvres sont condamnés à vivre ensemble mais de temps à autre, ils ne s’entendent pas. Les dents finissent par mordre soit la langue soit les lèvres mais la cohabitation continue tout de même. Rare sont les occasions où toi et moi on se trouve dans camps opposés. Aujourd’hui cependant, je me vois dans l’obligation de sauter dans le camp d’en face pour te contrarier.

      Se composer avec l’opposition pour le bien de l’état-nation est louable seulement, il faut que cela se fasse au sein des institutions établis par l’état-nation lui-même tels l’assemblée nationale. Le premier ministre n’a pas habilité de se créer une autre voie de consultation. Ce, parce qu’il peut créer des organes au sein du parlement dont les missions seront de trouver des voies et moyens par lesquels le pouvoir et l’opposition, peuvent travailler ensemble pour trouver des solutions aux problèmes épineux que confronte le pays. Voilà ce que je pense. Cela représente une diversité en opinion mais c’est cela notre force : la diversité en opinion.

      Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 02:52, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Internaute Tapsoba R(de H) et Un fils de Solenzo vous avez disparus des radars ; pourtant vous êtes à mon avis parmi les meilleurs internautes du LeFaso.net. Revenez nous avec votre tempéremment posé et surtout vos bonnes idées.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 14:18, par YAYORO En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Monsieur Ka, foutez-nous la paix. Vos interventions intempestives sont inintérressantes à la fin. Et vous nous dérangez même avec ces bidonneries que vous servez chaque jour à travers votre griotisme à l’égard du président et de ses affidés. Honte à vous de devoir flatter des responsables pour avoir un morceau de pain à grignotter. La ferme maintenant gros menteur devant l’éternel.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 21:50, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le Premier ministre annonce une rencontre avec l’opposition politique

    Merci Nabiiga de toujours partager certains points de vue de mes critiques et autos critiques, même si par moment certains aspects choquent quelques internautes de mauvaise foi. On dit que la goutte d’eau qui tombe sur le rocher le plus dur finit par le percer .Telle est ma philosophie de dénonciation des choses qui vont ou ne vont pas, ceci étant, il nous faut être assez intelligents, nous les internautes de bonne foi, et s’efforcer à vivre ensemble malgré nos différences qui font la richesse du Forum de Lefas.net. La démocratie n’est pas un combat, la politique ne devrait pas en être un. C’est toutes ces métaphores guerrières qui, prises au premier degré, nous amènent des crises sanglantes et meurtrières s’il y a des élections pas crédibles entre opposition et majorité.

    Pour moi la sortie du PM est constructive, par rapport à d’autres qui avaient le pouvoir et disaient rien que de s’enfermer dans des bureaux climatisés, et de bouffer : Mais comme disait Montesquieu, ‘’quand les sauvages veulent un fruit, ils coupent l’arbre au pied et cueillent le fruit. Ne pas se concerter avec l’opposition c’est couper l’arbre au pied. Nabiiga crois-moi, je ne tire pas ma vérité sur des corbillards, mais quand les actes, ou les projets qui sont entrepris par nos décideurs sont bons ou mauvais. Dans notre pays, il est de coutume avec nos intellectuels, qu’ils soient de la majorité ou l’opposition, ‘’quoique fasse pour son pays, aucune bonne action d’un président ne trouvera grâce à leurs yeux. Je rejoins et j’approuve cet acte du premier ministre de rencontrer l’opposition ses détracteurs, les écoutés et rectifier ce qu’ils reprochent au gouvernement. Je ne partage pas toujours quelques actions du régime Kaboré, comme les nominations des incompétents, Mais avec le camarade C. Dabiré je reconnais que c’est un grand professionnel, un homme de culture, un homme courageux. Je salue sa grandeur d’esprit. Quand il fait une bonne action pour la soudure de tout le monde et faire avancer le pays comme se concerter avec l’opposition, il faut le reconnaître, et quand il faut critiquer, on peut le faire en toute objectivité.

    Un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays comme le nôtre dont le peuple est muri par le silence de ses décideurs, la corruption à ciel ouvert, et les crimes gratuits. Ici l’action du premier ministre qui ne regarde que moi, est louable : Et ce n’est pas avec les obséquieuses, les cirages de pompes à tout vat des internautes qui n’approuvent pas cette action qu’attende l’opposition qu’on progresse. Le PM C. Dabiré a compris que le meilleur allié du dirigeant actuel moderne, qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant, c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts avec ses adversaires, et qui confirme cet objectif de côtoyer de près l’opposition. Ayant côtoyer le camarade Christophe, il sait très bien après les expériences vécus dans notre révolution inachevée, ou cadre dans un organisme internationale, le nouveau PM sait qu’on est du moins en théorie dans des démocraties modernes, on n’est plus dans des régimes de monarchie absolue de droit divin, où prévalait le crime de lèse-majesté, prétexte à toutes sortes d’agissements arbitraires avec l’opposition. Un politicien avisé comme lui, avant d’accepter ce poste de PM, a relu La Fontaine en le connaissant pas par cœur à commencer par "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute."

    Mon ami Nabiiga je confirme, c’est vrai que le pouvoir de Roch Kaboré a trop tendance à faire peu pour certain, voire très peu. Mais si en analysant sérieusement le peu que ce pouvoir a fait après un Burkina qui était descendu à 80% plus bas après l’insurrection du 31 Octobre 2014, et les actions des terroristes, concluons aussi qu’il ne sert à rien de jeter le bébé avec l’eau du bain, et que tout n’est pas tout blanc ni tout noir. Merci de me lire mon ami Nabiiga.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
4 août 1983 : L’appel du président Thomas Sankara
Burkina Faso : Résoudre « l’absence » d’État ou périr !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés