Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans l’amour des hommes pour les bêtes tout l’amour des hommes pour lеur sеmblаblеs. Lеs bêtеs lе рrеssеntеnt, lеs hοmmеs lе рlus sοuvеnt l’ignοrent. » Fernando Barral

Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • samedi 23 mars 2019 à 09h30min
Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

Débutée le mercredi dernier, la diffusion des éléments sonores des pièces à conviction du dossier du coup d’Etat de septembre 2015, s’est poursuivie ce vendredi 22 mars 2019. Les éléments ont porté essentiellement sur les appels téléphoniques du général de gendarmerie Djibrill Bassolé. Il s’est agi des conversations avec Fatoumata Thérèse Diawara, Bila Bénédicte Jean, le commandant Luc Damiba et Yolande Bélémviré. Pour la première fois, une conversation entre les généraux Djibrill Bassolé et Gilbert Diendéré a fait surface.

Dès l’ouverture de l’audience, l’avocat du journaliste Adama Ouédraogo dit Damis, Me Stéphane Ouédraogo, est revenu sur les éléments sonores qui accablent son client. En effet, trois appels téléphoniques ont été diffusés au tribunal. Il s’agit de conversations entre le général de gendarmerie Djibrill Bassolé, et un certain Adam’s. Selon Me Ouédraogo, trois juges d’instruction ont écouté ces éléments sonores et aucun d’entre eux n’a dit que la voix était celle de Damis. Le parquet a attribué ces éléments à Damis tout simplement parce que, dans l’une des conversations, il y a le nom de Adam’s, a conclu Me Ouédraogo.

Le parquet militaire, à son tour, a fait savoir que dans le dossier qui leur a été confié, il n’y a pas une mention d’un juge disant que ce n’est pas la voix de Damis. Au cas où Me Ouédraogo détient une preuve, qu’il l’apporte au tribunal.
A la fin de ce débat, le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, a ordonné au parquet militaire de poursuivre avec la présentation des éléments sonores.

Ce que les deux généraux se sont dit…

Contrairement à ce qu’il a déclaré à la barre lors de sa comparution, le général de gendarmerie, Djibrill Bassolé, a conversé au téléphone avec le général de brigade, Gilbert Diendéré.

Au cours du premier appel, Djibrill Bassolé a recommandé à Gilbert Diendéré de conclure un bon accord de DDR (Désarmement-Démobilisation-Réinsertion). « Tiens bon, mon cher ! Tu n’as plus rien à perdre. On est ensemble. Il suffit de motiver les jeunes », a dit Bassolé à Diendéré.

Dans la seconde conversation entre les deux généraux, l’ambiance est plutôt différente. Gilbert Diendéré a annoncé une « mauvaise » nouvelle à « son cher Bassolé ». « Allô ! Ça va ? », demande Bassolé. « Pas totalement ! Comme il y a la pression psychologique, ça joue sur le moral des hommes quoi », lui a répondu Diendéré.

Invité à se prononcer sur ces écoutes, le général Gilbert Diendéré n’a pas fait d’observation. Pour lui, ces éléments ne sont pas contenus dans la transcription.

De ces deux conversations, le parquet militaire a fait une observation. En effet, Djibrill Bassolé a déclaré à la barre, au moment de sa comparution, qu’il n’a jamais eu de contact avec les éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) au moment des faits. C’est à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (MACA) qu’il a fait connaissance avec certains d’entre eux. Pourtant, le ministère public a fait noter, à travers ces écoutes téléphoniques, qu’il a pris contact avec un noyau dur.

Au regard de ces écoutes, Me Hervé Kam de la partie civile conclut que « Djibrill Bassolé est plus qu’un complice ; il est un acteur clé ».
Pour la défense du général Diendéré, ces éléments sonores ont été fabriqués, c’est pourquoi il n’y a aucune provenance. « Jusqu’à présent, le numéro qui a servi de conversations entre les deux généraux n’a pas été identifié », remarque Me Olivier Yelkouni.

« La meilleure manière de se défendre, c’est d’attaquer »

Le parquet militaire a poursuivi avec les éléments sonores du général Djibrill Bassolé, durant la crise du 16 septembre 2016 et jours suivants.
Avec Biila Bénédicte Jean, « son agent de renseignement », Bassolé a fait cas d’une stratégie de guerre. « La meilleure manière de se défendre, c’est d’attaquer », lui a-t-il déclaré.

Au téléphone avec Yolande Bélémviré, Djibrill Bassolé a fait le compte rendu de sa conversation avec Guillaume Soro. « Le berger et fumeur de Yamba ne doivent pas vivre ». Qui sont ces deux personnages ? Cette question reste sans réponse, car l’accusé est hors du Burkina pour des raisons de santé.

Quant à Fatoumata Diawara, par ailleurs ex-compagne du fils du général Diendéré, elle a joué ce rôle de relai d’information. Au général Bassolé, elle a dit : « Tu peux appeler la Côte d’Ivoire ? Soro a besoin des numéros des gens du MPP, surtout Salif et Roch ». Appelée à la barre pour réagir suite à la diffusion de ces appels téléphoniques avec le général Djibrill Bassolé, Fatoumata Thérèse Diawara a insisté que ces écoutes ont été fabriquées.

Par ailleurs, elle a fait part d’une situation qu’elle vit actuellement. « Quand je passe dans la rue, des gens m’insultent. Demain, si je me fais agresser, j’espère que le parquet va me protéger ? » Ainsi, elle a recommandé au président du tribunal de mettre fin à la diffusion de ces éléments sonores. « Ils n’ont qu’à arrêter de polluer les esprits des gens avec ces audios ».

« Je vais les sonner, ils vont comprendre »

Dans l’un des extraits, Djibrill Bassolé a déclaré : « C’est un gouvernement de minables. Je vais les sonner, ils vont comprendre. Je vais les ridiculiser ». Et ce, parlant de ses interventions dans les médias.

Selon le parquet militaire, entre les propos tenus en public par Djibrill Bassolé sur son exclusion et les faits racontés aux téléphones, il y a une différence. « On sentait une amertume, et cela s’est matérialisé par ce qui a été entendu », a conclu le parquet militaire.

Il faut noter que le parquet militaire a fini la première partie des éléments sonores du général Djibrill Bassolé, ce vendredi 22 mars 2019. C’est au total une cinquantaine d’éléments sonores qui ont été diffusés en deux jours d’audience. Ces écoutes téléphoniques ont montré la stratégie de communication de Djibrill Bassolé face à l’exclusion de son parti politique (NAFA) des élections couplées de 2015, a indiqué le parquet.

Suspendue à 17h moins, l’audience va reprendre le lundi 25 mars 2019 à 9h00.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 mars à 07:40, par Okapi En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Il n’y a vraiment plus de doutes que ces éléments sonores viennent en appui des accusations de la partie civile et de manière décisive sur la responsabilité des accusés dans les faits qui leur sont reprochés. Avec une quantité aussi énorme d’éléments sonores qui concordent tous, il y’a une probabilité quasi nulle qu’un humain se soit assis pour les fabriquer de toute pièce dans une cohérence aussi parfaite..
    Ils sont conscients de l’autanticite de ces écoutes, c’est pourquoi la défense se bat tant pour les faire sortir du dossier . A la question de savoir d’où proviennent ces écoutes , que ce soit par des tables d’écoutes clandestinement mise en place par Zida pour se couvrir ou des services secrets américain (très probable), la question est : les conversations ont eu lieu ou pas ???
    Tout porte à croire que oui, alors on s’en moque d’où elle vienne que se soit du diable ou pas...

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 08:18, par caca En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Même si l’enregistrement serait illégal, les propos tenus par le Gal Bassolé fait douche froid pour ceux qui l’écoute. En France, un enregistrement considéré illégal dans l’affaire montrait ce denier discuter avec son coaccusé alors qu’ils avaient l’interdiction de se voir. Le parquet a ouvert une enquête pour violation de vie privée, mais il est poursuivi par la justice du non respect. L’enregistrement peut être illégal, mais l’infraction est bien constitué dans la mesure ou Mr Benala n’avait pas respecter l’interdiction de voir son coaccusé.
    Dans le cas de Mr Bassolé même si l’enregistrement est illégal, il reconnait d’avoir tenu des propos en privé. Et une personnalité comme lui ne devait pas avoir de tel comportement au motif d’exclusion. Il peut n’est pas être dans le putsch dès le départ, mais cherche à récupérer. Car il encourage néanmoins le rsp à se battre et montre une grande sympathie au Gal Diendéré. Tous ces enregistrements même illégaux révèlent la personnalité de Mr Bassolé et je ne crois pas à la théorie du complot. L’écoute de ces sonores serait un motif de son inculpation. Et l’accusation est bien constituée contre Mr Bassolé. Je ne dis pas qu’il est coupable, mais il y a doute sur sa personne. Il devait avoir le courage et l’humilité de plaider coupable et en justifiant les raisons de son comportement contre la transition. Maintenant c’est au tribunal de faire la lumière sur cette affaire.

    Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 09:37, par Ka En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      Caca, heureusement que Djibril Bassolé n’était pas dans la salle des banquets le vendredi, car, il devait confirmer avec tout ce qu’on a écouté comme conversation, qu’il a récupérer le coup d’état à son avantage par rapport à celui qu’on qualifie le cerveau qui est Gilbert Diendéré qui assume à moitié, et je comprends maintenant le pourquoi car, son ami Djibril Bassolé lui a laissé totalement sur le carreau. Djibril Bassolé peut aujourd’hui se battre comme un poulet égorgé pour sauver sa peau, il peut noter, regretter, appeler au secours de tous les organismes internationaux, et même continuer tant qu’il le voudra à jouer le malade, ça ne changera rien. Quand on n’a tant fait du mal à son peuple et ses amis sur tous les niveaux, il ne peut arriver que la sanction que ce général de pacotille va récolter. Car, devant ce flagrant délit que ces bandes sonores ont divulgué au plus haut niveau, le spadassin godillots Bassolé mériterait une sanction sévère sans qu’aucun Burkinabé ne se plaigne de son sort. Et dire que c’est une personne comme lui qui voulait prendre le volant des affaires de l’état Burkinabé : Que Dieu tout puissant nous vienne en aide !

      Répondre à ce message

      • Le 23 mars à 21:07, par caca En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

        @Ka, sur ce point, je suis parfaitement d’accord avec vous. Mr Bassolé a complément perdu raison. Qu’il ait le courage de faire un métanoia, que de continuer dans un délire pathétique. S’il y a une expertise psychiatrique qui lui déclarait schizophrène, je peux comprendre son double face. Il ne peut pas en public se montrer comme le messie et en privé être diabolique. Qu’on soit un être imparfait c’est tout a fait normal, mais jouer de l’hypocrisie serait pour moi un péché impardonnable. Que sa conversation avec Mr Soro soit tronquer je peux comprendre,mais que tous les écoutes téléphoniques montrent ses propos maladroits seraient incompréhensibles. Qu’ils soient illégaux là n’a pas le problème, c’est plutôt le comportement de la personnalité qui intrigue notre jugement de soi en rapport à l’éthique.
        Je ne partage pas votre point de vue que sa maladie serait imaginaire, mais je dirais que sa maladie serait une conséquence de sa personnalité de double. Qu’il soit relaxé ou pas, il ne pourrait pas gérer ce pays. Je préfère l’attitude du Gal Diendéré qui assume une part politique du putsch. Peut-être c’est son induction à infiltrer au sein du RSP qui a limité le massacre. Avec le Gal Diendéré il y a au moins un remord et on a pu négocier par rapport au conseil de Mr Bassolé qui souhaitait une puissance de feu du RSP contre le peuple de tout bord.

        Répondre à ce message

        • Le 24 mars à 19:47, par SOME En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

          Vraiment mon fere caca je ne ouis resister a la tentation de te repondre encore bien que je l’aie deja fait plus haut. Cette fois ci encore ce ne sera pas pour t’insulter mais pour te feliciter car tu as su te remettre en cause et prendre une position objective devant les faits
          SOME

          Répondre à ce message

          • Le 25 mars à 08:51, par caca En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

            @SOME, quand on aime son pays, on ne peut pas suivre des hypocrite de nature, et les écoutés téléphoniques sont plus que évidentes. En basant de ces écoutes téléphoniques, il n’y a pas seulement son entrevue avec Mr SEM SORO, mais toutes ses contactes avec d’autres personnes montrent bien l’implication de Mr Bassolé dans ce putsch. La force des mots utilisés est plutôt une aberration et de perversion contre son propre peuple. Sur ce point, j’ai été personnellement perturbé et il n’y ait jamais trop tard pour prendre conscience d’une réalité. J’ai déjà montré que je ne crois pas à la théorie du complot. Pour vous dire qu’il y a une vérité qui échappe toujours le parquet militaire. A partir des écoutes téléphoniques, on peut émettre l’hypothèse que Mr Bassolé est un acteur de premier plan du putsch. Peut-être Le Gal Diendéré est venu sauvé les meubles et permettre les négociations pacifiques. Ce qui a permis de limiter les dégâts.
            Je note que Caca est une personnalité de bonne moralité, et malgré les positions que je puisse avoir, j’ai personnellement une éthique avant un idéal politique. Pour le cas Mr Bassolé, je lui demande seulement de revenir sur soi-même et assume sa mélancolie contre la transition en disant la vérité. Sinon avec la pertinence de ses propos il lui sera difficile de s’en sortir librement. Blaise Compaoré a démissionné pour épargner le pays d’une guerre civile et limiter le massacre. Le Gal Diendéré a accepté jeter l’éponge pour affronter à la justice. Sur ce point, j’ai accepté me remettre en cause pour l’intérêt de la nation.

            Répondre à ce message

      • Le 24 mars à 19:42, par SOME En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

        mon ami ka, c’est ce que je reproche au parquet d’avoir laissé partir bassole au moment clé : il lui a sauvé la face en lui evitant d’ecouter en direct et repondre directement a ces ecoutes. Cette complicité m’inquiete
        SOME

        Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 10:36, par Razambia En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      Je crois lire une autre personne que le meme caca.Tu vois que si tu veux tu peux etre habité par la verité.Seulement j ai peur ce ne soit les propos tenus par Soro et Bassolé sur ton ami Guegueré qui font que tu laches Bassole.En effet ils ont traité le Gal de minable et poltron.

      Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 10:43, par Amadoum En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      Que les gens ne s attendent pas a autre strategie de defense des accusés.Depuis le debut de ce proces ils ont toujours ete dans le deni de la realité.Ainsi va leur monde.

      Répondre à ce message

    • Le 23 mars à 14:23, par Zot En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      caca vraiment tu nous surprend aujourd’hui deh ! Qui a écris ce commentaire pour toi ? Tu vois, quand tu veux être honnête tu es très intelligent mais quand tu veux forcer pour rester dans le mensonge personne ne peut t’accorder du crédit. C’est comme sa tu dois réagir à chaque fois même quand il s’agit de Diendere , il faut avoir des principes dans la vie quelque soit la situation tu restes constant.

      Répondre à ce message

    • Le 24 mars à 19:38, par SOME En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      Mon frere caca si je t’ai souvent opposé la contradiction sur tes interventions mais depuis ces ecoutes ont ete presentees par le parquet je vois que tu t’es fait une meilleure comprehension des choses et tu as su faire ton autocritique c’est tout a ton honneur. je dois de te le reconnaitre et de t’en feliciter. Nous sommes ici non pour nous combattre betement mais pour nous permettre de prendre conscience et avancer pour le bien des populations
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 08:59, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Hommage aux MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et du 16, 17 Septembre 2015

    Merci au tribunal militaire pour cet exercice de démonstration qui surprend vivement nos putschistes et leurs avocats. Cette cinquantaine de communications entre putschistes traduit le degré de monstruosité et de machiavélisme dans leur projet. C’est effroyable pour certains BURKINABÈS cyniques de vouloir faire vivre l’enfer à leur pays pour avoir le pouvoir. La boulimie du pouvoir pousse certains à tous les horreurs du monde. Naturellement personne ne peut s’asseoir pour fabriquer ou modifier ces communications téléphoniques il faut être un mouton pour croire cet argument squelettique. Pour sauver leurs têtes, les braqueurs de la nation et leurs complices nagent dans les sens en essayant de narguer tout le monde mais fort heureusement personne ne croit à leurs mensonges indescriptibles. Comment de grandes personnes de surcroît de "généraux" sensés de défendre la nation peuvent-elles mentir à ce point ?. Cela montre manifestement qu’en face de l’ennemi ces 2 généraux félons, manipulateurs attitrés et menteurs sont prêts à trahir le BRAVE PEUPLE en fournissant les secrets de la nation à l’ennemi pour avoir la vie sauve. Ces généraux criminels méritent-ils véritablement leur titre de général ? Absolument pas car ils n’ont jamais fait honneur à leurs propres personnes ni à notre pays. Le fait aggravant de "ange" Djibril sans le moindre péché ce sont notamment ses interviews accordées à RFI... où il a menacé frontalement la transition en cas de rejet de sa candidature. J’en ai écouté ce jour-là. Leurs cruauté,excusez-moi n’ont pas de limite ni de personne pour se faire la gloire (pouvoir, argent, honneur, crainte...). Les "dieux" d’hier sont aujourd’hui à la barre

    Rien n’est inventé tout est littéralement clair l’analyse de Mr Sanfo avec les relevés téléphoniques.Personne n’est contre personne au BURKINA mais les actes criminels posés par une catégorie de BURKINABÈS (parrains de l’impunité) les condamnent rigoureusement et définitivement. L’argument(fabriquer ou modifier les enregistrements) ne tient aucunement la route. Pendant 30 ans le mensonge ou la ruse a été le mode de gouvernance pour la galaxie Compaoré mais avec la tempête insurrectionnelle d’Octobre 2014 on ne peut pas servir les mêmes recettes au BRAVE PEUPLE. Il voit clairement dans la boue

    Chers amis putschistes s’il vous plaît arrêtez vos spectacles mensongers et voyez la réalité en vous assumant entièrement. Nier tout ne vous dédouane en rien car les faits(putsch) sont têtus et visibles. Le rôle joué par chaque acteur(putschistes ou complices) est incontestable et irréfutable car les conversations téléphoniques vous ont trahis exponentiellement. De la Sierra-Leone au Liberia et de la Côte d’Ivoire au Mali et surtout au BURKINA nos 2 fameux généraux putschistes et menteurs ont activement endeuillé beaucoup de familles par leurs apports matériels dans ces zones de guerres Leurs passés lourdement chargés d’actes funestes les attrapent. Les armes du BRAVE PEUPLE ne doivent jamais être utilisées contre les ENFANTS du FASO. Elles doivent servir à tuer les ennemis de la nation (terroristes...). Que la loi s’applique en cas de faute à la loi à Achille de TAPSOBA le Bobolais, Saint Blaise, Saint François,Saint Gilbert, "ange" Djibril, Saint Roch, Saint Simon, à tout BURKINABÈ car nul n’est au dessus de la loi.

    Nos MARTYRS ont besoin de vérité pour se reposer en paix.
    Chers juges, construisons un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE en appliquant rigoureusement le droit rien que le droit.

    Un jour là vérité triomphera sur le mensonge ou l’impunité

    Justice pour Thomas SANKARA
    Justice pour Norbert ZONGO
    Justice pour David OUEDRAOGO
    Justice pour Boukary DABO
    Justice pour Salifou NEBIE

    Que le SEIGNEUR bénisse abondamment le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen
    Achille de TAPSOBA le Bobolais(produit de THOM SANK et de Norbert ZONGO)

    Merci à mes chers frères de lutte contre l’impunité KA, SOME, HUG, Mafoi... Soyez bénis au Nom du SEIGNEUR.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 09:49, par Hess En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    En réalité dans le cadre d’un procès, MENTIR fait partie des prérogatives de l’accusé. Il peut mentir pour se sauver. C’est vilain mais c,est ainsi.
    C’est à la Justice de contrer les mensonges. C’est cela aussi l’état de droits. Plaider coupable ou non ne change en rien si on a assez d,éléments contre l’accusé.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 09:58, par Figo En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Assez bizarre la grande familiarité entre Dame Diawara et le Général. Tutoies -t-elle aussi son ex beau-père ? C’est sa vie privée mais comme ça s’est invité dans le domaine de la sécurité nationale...

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 11:01, par Adoume En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Echec et mat.... J’ai honte à la place de ces généraux félons. Arme et mensonge ont été les poutres des 27 ans de règne de Blaise. Si je pense qu’il y’a encore des "BURKINABE" qui souhaitent le retour de ces gens là à la tête du Faso je me pause des questions.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 11:57, par Nabiiga En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    ...tiens, Caca, t’es capabale, toi aussi, d’avancer des argument logiques ? Ahh croyez-moi, les citoyens, le soleil se levera toujours de l’Est.

    Blaise Compaoré et par extension sa famille et le CDP peuvent se comparer à un menteur qui se jette des fleurs. Tellement, il ment qu’à un moment donné, les mensonges deviennt une partie intégrante de son être si bien qu’il oublie qu’il s’est jeté des fleurs et commence à agir en ses mensognes. Blaise et son CDP ont resté tellement longtemps au pouvoir qu’ils ont oubié que le Burkina ne leur appartenait pas. Voilà

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 14:12, par sheikhy En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Le parquet a effectivement sorti l’artillerie lourde. Il faut demander au Golf ce que c’est que l’artillerie lourde.
    Bref, à ce stade, je ne pense plus personnellement que les gens mentent uniquement sauver leurs peaux. La vérité est qu’ils ont tout simplement une grande HONTE d’eux-même avec le recul. C’est dommage que certaines personnes pensent que c’est de la haine. Non... Des gens se sont tout permis dans ce pays. Ce sont les mêmes qui ont durci le cœur des burkinabé après trente ans de règne quasi médiocre, de division, de délation, de travestissement de nos valeurs intrinsèques. On peut même arrêter le procès là et les acquitter tous. Le procès ci est déjà une bonne punition pour eux. Je les invite à lire "Les 3 discours de Pascal". Ils comprendront leurs propres vies.
    Vraiment dommage

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 14:31, par Mafoi En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Il reste maintenant à danser sur le tube de l’année de ces putschistes appelé :
    "Tout est fabriquééééééééé"
    (Tous ensemble sur la piste et c’est partiiiiiii)

    Allez allez....allez allez
    Allez allez...allez allez
    (Les mains en l’air)
    Allez allez...allez allez
    Putsch là oooooohhhhh
    Tout est fabriquéééééééé
    Tout est fabriquéééééééé
    (En rond et les mains en l’air)
    Allez allez...allez allez
    Dginiral gillllllllllllbert diennnndéré
    Tout est fabriquééééé
    Tout est fabriquééééé
    dginiral yiiiiiiipini bassoléééééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    daaaaaaaaaaamisssssssssssssss
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    soooooooooroo guilaumeeeeeeee
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    fatouuuuuu diawaraaaaaaaaaaaa
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    biilaaaaaaa jeannnnnnnnnnnnnnn
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    yolandeeeee bélémvirééééééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On putscheeeee à droiteee
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On putsche à gaucheeeeee
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On putsche dévantttt
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On putscheeeee derrièreee
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Allez allez….allez allez
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    (Nos avocats pourris…..venez….venez…pour la bombance)
    Miiitre olivier yelkouni,on dit quoiiii
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Miiitre stéphane ouédraogo,on dit quouiii
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Miiitre mamadou sombié,on dit quoiii
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Miiitre dieudonné bonkoungou,on dit quoiii
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Allez allez….allez allez
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On putscheeee à droite
    On putscheeee gauche
    On putscheeee devant
    On putscheee derrière
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Allez allez….allez allez
    (Les mains en l’air)
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Et……yaaaaaa foyééééééééé
    On est tranquilossssssssss
    On putscheeee à droite
    On putscheeee à gauche
    On putscheeee devant
    On putscheeee derrière
    On bande le son…..
    A droite
    A gauche
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On bande le son…..
    Devant
    Derrière
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    On bande le son…..
    En haut
    En bas
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé
    Hihihihihihihihihihi.....on est foutuuuuuuuuuuuu
    Tout est fabriquéééééé
    Tout est fabriquéééééé

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 18:03, par Ka En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Ici je remercie les internautes de bonne foi sur cette analyse qui ont compris que caca fait partie de nos intellectuels à défaut d’être dépositaires de la vérité n’ont même pas l’humilité d’en être assoiffés ; et ainsi faisant, ils servent comme des agents de marketing payés pour fabriquer des vérités qui les éloignent de tout. Et je dis que ce n’est pas la faute de Dieu : Lui a déjà confessé que le peuple périt par manque de connaissance. Qu’est-ce que caca n’a pas dit pour contredire ma vérité quand je la tirais a bout portant sur Djibril Bassolé ou de Gilbert Diendéré ?

    Faisant parti des premiers internautes sur les forums de nos sites des réseaux sociaux d’information, je peux dire que caca comme d’autres qui se voilent la face de temps à temps pour ne pas montrer leur rôle de partisan aux présumés accusés, ou l’ancien régime, ou de condamner Thomas Sankara, comme M. Guirma, Paul Kéré, mon ami Kôrô Yamyélé, n’ont pas un vrai idéal à suivre dignement pour convaincre qui que ça soit sur ce forum leurs soutiens a des individus douteux.

    Comme je l’ai dit a notre caca, il arrive en retard dans le club de ceux qui en veulent a Djibril Bassolé, un Bassolé Djibril qui a voulu vendre le Burkina a son ami le rebelle SORO. Et ça sera très difficile pour caca de rejoindre les internautes de bonne foi avec ce volteface, comme mon ami Kôrô AYamyél nationale, qui peine a redevenir l’internaute des années 2011-13-14 quand il était au côté du peuple pour défendre l’injustice de Blaise Compaoré et sa clique.

    Avec tout ce qui se passe a la salle des banquets, comme ce fut le TPR a la maison du peuple de la révolution avec les anciens présidents, nous confirmons avec certitude que le Burkina a tourné la page aux jugements a deux vitesses suivis des exécutions à la sauvette dont caca et consorts ont compris. Félicitons ces juges militaires qui ont déjà fait un teste réussi devant son peuple en condamnant leurs frères d’armes voleurs d’arme, pour conforter leur crédibilité. Car, le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener, par ce qu’on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la justice soit pour tous sans exception.

    Caca a bien compris comme tous les intellectuels de bonne foi, que ce que Djibril Bassolé a voulu faire derrière Gilbert Diendére c’est le désordre et l´anarchie qui allait ouvrir la porte à tous les abus. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe.

    A présent avec le vernis du mensonge qui est tombé, ce général voyou devrait être traduit devant une cour martiale et non une juridiction d’exception comme celle dirigé par des juges militaires. Car, ’objectif de Djibril Bassolé et de Gilbert Diendéré était de mettre un coup d’arrêt à la Transition dirigée par le président Michel Kafando et son premier ministre ZiDa même quitte à les éliminés physiquement. Et les avocats de Gilbert Diendéré devant les juges l’ont compris, ces cinq avocats alimentaires composés de Mathieu Somé, Paul Kéré, Olivier Yelkouni, Bernard Guizot Takoré et Jean Yaovi Degli voyant la culpabilité totale de leur client décident de prouver que le Général se devait d’agir pour rétablir l’ordre et la justice ; donc, que le putsch était justifié. Abondance de déclarations et de stratégies qui montrent à quel point Gilbert Diendéré était coincé comme son ami Djibril Bassolé de nos jours et tentent par tous les moyens de sauver leur peau. La même stratégie est aussi adoptée par ses co-accusés de l’ex- RSP qui, sciemment ou inconsciemment, tirent des rafales sur les hauts gradés de l’armée, en termes d’aveux.

    Conclusion : Les deux généraux doivent remercier le régime Kaboré de vouloir tourner la page des jugements a deux vitesses : Car, des putschs supposés ou réels, le Burkina en a connu à profusion. Mais des putschs manqués qui ont donné lieu à un procès juste et équilibré, on peut dire que le Burkina n’en a point connu. Celui d’aujourd’hui est le premier. Du régime Lamizana a Thomas Sankara des Burkinabè accusés du même crime comme vous, après un simulacre de procès, ont été fusillés a la sauvette au grand désarroi de leurs proches.

    Mais la palme d’or des exécutions sommaires liées à des putsch supposés ou réels, revient à votre régime dit l’ère Compaoré. Et ceux qui étaient à la manœuvre, ironie de l’histoire, sont tes deux mentors Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. Devant les honorables juges et avocats à la salle des banquets ils doivent se réjouir de ne pas connaître le sort que eux avait réservé au commandant Lingani et au Capitaine Zongo. La tenue même de ce procès, sous ce format, est une avancée de notre démocratie. Et ceux qui doivent être les premiers à le reconnaître ce sont tes mentors. Ils doivent assumer leurs actes en disant la vérité, car l’heure a sonné, et s’il a une vraie justice dans le pays des hommes intègres, le droit sera dit, et ils n’échapperaient pas devant la justice des hommes, ni celle qui est divine malgré ce que toi tu crois que l’argent peut tout acheter. Après ce jugement dont la comédie ne peut cacher la vérité sous le vernis, le peuple Burkinabé peut confirmer que la Justice Burkinabè a joué pour sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, qui sera évalué.

    Répondre à ce message

    • Le 24 mars à 20:14, par SOME En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

      Mon ami ka, felicitations pour ton analyse (comme tu sais les faire d’ailleurs). Quant a notre ami caca, je comprends que tu sembles emettre des doutes sur sa sincerité en tant qu’il arrive tard dans notre combat contre bassole et l’impunité en general. Mais je reste convaincu que nous devons lui accorder cette bonne foi de la critique objective et de son autocritique. Je pense qu’il est une preuve que le debat meme vif et parfois violent entre nous peut porter des fruits lorsqu’on reste objectif. Au moins nous pouvons dire que nos altercations et arguments ont peut etre eu des effets. C’est ce a quoi peut servir le forum
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 25 mars à 11:55, par Ka En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

        Merci mon ami SOME pour ta compréhension. Comme tu m’as dit un jour, ‘’’ce sont nos différences qui font la richesse du forum : Si on avait les mêmes avis, nous ne pouvons rectifier aucun méfait. Oui je confirme ce que je ne cesse de le dire, ‘’caca fait partie de nos intellectuels avec un idéal comme défendre Blaise Compaoré ou Gilbert Diendéré sans voilé sa face, et je l’admire pour cette sincérité par rapport à certain qui se camouffle avec leurs critiques partisanes en dénigrants les autres.’’

        Ce que je reproche a caca, c’est que souvent, quand il s’agit de dire la vérité sur les faits de Diendéré Gilbert ou c’était le cas de Djibril Bassolé avant la diffusion de ces bandes sonores dont on voit que ce dernier voulait doublé le pauvre Gilbert, caca n’admettais pas qu’on lui oppose une autre manière de penser concernant ces deux manipulateurs. C’est pourquoi je doute en lui disant qu’à ce jeu, il nous montre des insuffisances dans ses analyses. A présent que mon jeune caca commence à se réveillera, je lui demande de songer que ça soit Blaise Compaoré dont j’ai été a ses côtés pour des réalisations que le peuple voit de nos jours, que ça soit Gilbert Diendéré, Djibril Bassolé, toutes ces personnes soient sont devant la porte de l’oubli pour le peuple Burkinabé, comme fut les cas de Maurice Yaméogo, Lamizana, S. zerbo, JBO.

        Pour conclure : Je dis a caca que changer d’époque ne signifie pas la fin d’une situation donnée, car tout est une question de mutation des données. Les internautes qui refusent de croire que l’alternance politique sème par la transition et que le régime Kaboré arrose pour l’avenir du Buurkina n’est pas une réalité, je considère ces internautes plus pires que les colons, car, leur colonialisme est beaucoup plus nocif et difficile à combattre, car il est ancré dans l’esprit du colonisé par leurs mentors dictateurs et criminels. Avec des internautes qui se focalisent que sur le passé avec Blaise Compaoré, Djibril Bassolé, Diendéré Gilbert, François Compaoré, le Burkina sera plus mal qu’il y a un siècle.

        Répondre à ce message

        • Le 25 mars à 13:13, par caca En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

          @Ka, dès le départ avec l’insurrection j’avais toujours eu un œil de méfiance contre le Gal Bassolé d’avoir trahis le président Blaise Compaoré. Ensuite, avec les accusations sur les écoutes téléphoniques dans le dossier du putsch, j’ai eu compassion de lui et de l’empathie. Surtout que l’ONU voyait un cas arbitraire dans ce dossier, mais c’était sans compté sur la gravité des écoutes téléphoniques. Celle liée à Mr Soro est moins grave que ces conseil au Gal Diendéré et d’autres personnes. C’est ce denier fait qui a bousculé m’a conscience de compréhension la personnalité perverse de Gal Bassolé.
          Pour le reste, ma conviction demeure les mêmes concernant le Président Blaise Compaoré et le Gal Diendéré. Je suis d’ailleurs, conviction sans l’implication du Gal Diéndéré la situation du putsch allait pire. Le fait que Gal Diendéré s’est impliqué après l’échec de la médiation des sages, le Burkina a aujourd’hui tourné la page des coups d’états. Pour l’instant les gens ne voient pas le bienfait de ce putsch pendant la transition, mais avec le temps, ils vont comprendre ce bienfait. Imaginons nous si le coup était aujourd’hui quel gâchis ? Mais le fait que c’est pendant une période d’exception, il me semble salvateur. Car tout le monde n’était pas pour cette transition bâtard.
          Le pouvoir MPP peut remercier le Gal Diendéré pour ce coup qui sauve sa gestion du pouvoir d’état aujourd’hui chaotique. Le RSP n’étant plus opérationnel et les militaires qui ont dorénavant compris leur rôle apolitique permet les civils de gouverner le pays et de prétendre une amélioration démocratique.

          Répondre à ce message

          • Le 25 mars à 16:07, par Ka En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

            Caca, grâce au forum de Lefaso.net depuis sa création, chacun peut s’exprimer librement de ce qu’il pense : Surtout contredire ou accepter : Dénigrer ou félicité. Ce sont toutes ces différences qui font la richesse du forum, et que nous devions remercier au Dr. C. Paré, l’homme a la plume d’or, et un grand visionnaire pour la liberté d’expression. Comme j’ai dit, tu viens trop tard parmi le club des déçus de nos anciens dirigeants comme Djibril Bassolé qui a toujours manipuler son peuple et vouloir maintenant doublé son ami Diendéré.

            Au départ tu as voulu le défendre comme ce que tu fais sans te voilé pour Blaise Compaoré ou Gilbert Diendéré : Et presque 99% des internautes te tiraient à bout portant comme tous les croyants tirent sur Judas pour sa trahison avec Jésus Christ : A présent que tu te réveilles, et en tant que croyant, je peux te dire que quelques internautes te prennent comme moi d’ailleurs à l’exemple quand Jésus sentait sa fin, et qui est resté ferme dans ses convictions, comme toi et tes mentors dont tu n’as jamais voilé la face. Et je te donne ici comment ça s’est passé avec notre sauveur : ‘’’Quand bien sentant ses ennemis s’approcher de lui dans le jardin de Gethsémani, Jésus n’a pas cherché à s’enfuir. Il a demandé que la volonté de son Père Dieu s’accomplisse, alors qu’il était envahi par le sentiment humain de la peur. Mieux, lorsque l’un de ses apôtres s’empara d’une épée pour trancher l’oreille d’un des soldats venus l’arrêter, il s’y opposa et remit l’oreille tranchée à sa place. Même sur la croix, il a prié pour ses ennemis, afin qu’ils soient pardonnés, car ils ne savent pas ce qu’ils font.’’’ Oui je le répète que j’admire ton idéale de défendre l’indéfendable sans masque, quitte à se faire insulter comme Lagui.

            Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 18:39, par Mechtilde Guirma En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    J’ai peur qu’on n’ait pas compris caca. Il a présenté deux cas d’illégalités apparemment semblables.

    En tout état de cause, ce cas de figure, reconnaître ou ne pas reconnaître, ne signifie guère qu’ils doivent coûte que coûte être condamnés. Il y a certainement des circonstances fort atténuantes que le procès semble ne pas vouloir leur accorder. Et pourtant un procès en toute équité devrait pouvoir leur permettre de voir que le coup d’État était bien justifié et salvateur. N’oubliez pas que quelqu’un de la majorité, bien, bien avant avait souhaité un tel coup d’État : SAVALTEUR.

    La malchance des accusés était qu’à l’époque, le coup d’État ne semblait pas plausible. Mais aujourd’hui la plupart de nous, les quidams, qui voyons avec effroi vers où notre pays va s’engouffrer, restons dubitatifs quant à l’avenir. Et pourtant là aussi des Internautes avaient élevé la voix pour sonner l’alarme en vain. On ignorait encore les en-dessous de la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 22:25, par Alain En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    On comprend maintenant pourquoi le tribunal hésitait à évacuer Djibril
    Bassole et persistait à le mettre en résidence surveillée . Ces audios font froid au dos. Il ne peut pas revenir poursuivre ses soins au pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 07:38, par atala En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Piste d’exploration serieuse pour tous ceux qui travaillent sur le dossier du putsch manqué : Il est fort probable que le Adam’s en question ne soit pas Damis mais un des proches lieutenants de Djibril Bassolé qui a fui en Côte d’Ivoire après l’échec du coup d’état. Grand agitateur devant l’éternel, ce Adam’s a participé aux sales besognes en matières de mobilisation du coup d’état. Trouvez-le et ne mettez pas tout sur le dos de Damiss. Trouvez-la fille de Sogeper a qui appartient/appartenait Faso Hotel, trouvez son mari et vous aurez peut être le fameux Adam’s qui crée la confusion avec Damis.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 13:17, par sankarons En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    si le tribunal poulaire exsister comme au temps de sankara ,la verité aurait vite eclater et le peuple aurez economisé de millions de franc
    jeter les dans les prison ils mertent leurs sort.on sais aujour d hui qui est les vrais enemis du peuple ,prend des armes contre son peuple c est un crime ,
    que le peuple du burkina benise burkina

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 20:45, par zénéro de blèz En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    En réalité entre les deux généraux le prétendu plus malin est le plus mauvais. Si ce n’est pas à coz du passé de Gilbert il est plus excusable. son mal c’est le complot contre la republique pour Blaise et son cdp. On voit bien qu’il a pu reculer quand il a vu que c’est pas possible. Son caractère trop rancunier ne l’a pas arrangé. Bref. Bassolé, même si par extraordinaire il se sauve le CDP même et Blèz en particulier sera à ses trousses.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars à 21:08, par zénéro de blèz En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Gilbert devrait livrer son collabo qui allait le doubler. Depuis longtemps il dit qu’il n’a pas planifié , ni même exécuté et il ne parle pas du rôle de Bassolé. Je parie qu’il bossait pour le CDP/Blaise contre la transition et non pour le 3ème larron. Rien qu’en le sachant je parie qu’il allait logiquement étouffer le putsch. et gagner en confiance.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 09:30, par Bob En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Le mensonge éhonté comme stratégie de défense est une posture de très bas niveau, surtout pour les galonnés de cette affaire. Que ce soient certains des petits qui n’ont fait qu’exécuter des ordres, on aurait pu comprendre. Pour les instigateurs et les organisateurs principaux par contre, s’ils croient pouvoir duper les gens, c’est vraiment peine perdue. Il eût été mieux qu’ils assument la responsabilité de ce coup d’état (soit-il le plus bête du monde) afin de conserver une certaine honorabilité. Mais par leur posture ils n’auront ni l’une (honorabilité - considération) ni l’autre (absolution - liberté) au terme de ce procès. Enfin, il faut désespérément espérer que cette posture n’est pas celle qui prévaudrait éventuellement au niveau de nos autres Généraux !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 12:48, par BAGO MAURICE En réponse à : Coup d’Etat de septembre 2015 : « Tiens bon, mon cher ! On est ensemble », a rassuré Bassolé à Diendéré

    Tout est possible à celui qui croit. Personne ne peut être plus grand que ses propres pensées. Les Saines motivations fondées sur la Foi en Jesus Christ dégagent de nos cœurs des chemins tout tracés pour l’accomplissement de nôtres destinée. A nos résolutions répondra le Succès. Sur nos sentiers brillera la lumière. Nous sommes des étoiles destinées à briller sous la puissante lumière du Soleil de Justice notre Seigneur Dieu Tout Puissant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire a requis des peines allant de 15 mois avec sursis à la perpétuité
Procès du putsch : Le Parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé
Procès du putsch : Le parquet militaire décharge le colonel Omer Bationo
Procès du coup d’État : L’étonnante plaidoirie de Me Pierre Yanogo
Procès du putsch : Me Hervé Kam clôt les plaidoiries des parties civiles
Procès du putsch du CND : « Faire la politique n’est pas une garantie d’impunité », déclare Me Hervé Kam
Plaidoiries du procès du putsch : Trois accusés passés au crible par la partie civile
Général Djibril Bassolé : Les comptes rendus des audiences désormais servis à domicile
Plaidoirie du procès du putsch : « M. le président, vous avez rendez-vous avec l’histoire, faites honneur à la justice burkinabè », partie civile
Le Gal Djibrill Bassolé est rentré au Burkina et se porterait bien
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés