Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 22 mars 2019 à 17h00min
Education :  L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts

L’Ecole polytechnique de Ouagadougou a tenu un atelier ce vendredi 22 mars 2019, dans le cadre de la restitution des résultats de l’étude de faisabilité de l’Institut du génie mécanique et de l’Institut du génie industriel et textiles. Le comité qui a piloté l’étude a présenté les conclusions de ses travaux pour amendements et adoption devant permettre d’éclairer les démarches pour la mise en place des deux instituts.

Le système éducatif burkinabé est accusé de produire des diplômés qui ne répondent pas aux besoins de l’économie nationale. Ce constat a conduit à la recherche de solutions par les autorités en charge de l’éducation et de l’industrie. C’est ainsi qu’un comité a été mis en place en mai 2018, par les deux ministères, pour conduire une étude de faisabilité pour la création de l’Institut du génie industriel et textiles et de l’Institut du génie mécanique à l’Ecole polytechnique de Ouagadougou.

Après de larges consultations auprès d’écoles et d’entreprises, le comité de pilotage dirigé par le directeur du développement de l’industrie, Sylvanus Traoré, a dévoilé les résultats de ses travaux le vendredi 22 mars 2019. C’était au cours d’un atelier que la restitution des résultats a été faite, sous la présidence des ministères chargés de l’Enseignement supérieur et du Commerce et de l’industrie.

Daouda Ouédraogo, chargé de missions au ministère du Commerce revient sur les raisons de cette étude de faisabilité : « Le manque de ressources humaines adaptées aux besoins de l’économie et de l’employabilité et la faible professionnalisation de nos cadres amènent les investisseurs à recourir très souvent à des compétences étrangères ».

C’est pourquoi l’analyse diagnostic de la situation économique du Burkina, en faisant ressortir ce défi de disponibiliser la ressource humaine adaptée aux besoins de l’économie et de l’employabilité, a débouché sur la création de l’Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) qui comportera en son sein plusieurs instituts de formation et de recherche dont ceux du génie mécanique et du génie industriel et textiles. Il ajoute que les conclusions du symposium national sur l’industrie, organisé en avril 2018 à Bobo-Dioulasso, ont aussi relevé le manque de personnel d’encadrement et de conception pour les industriels.

Sylvanus Traoré, le président du comité de pilotage, souligne que le comité a été créé en mai 2018 et a démarré ses travaux en décembre 2018. Il ajoute : « Un nombre important d’écoles supérieures et d’entreprises aussi bien nationales que sous- régionales ont pu être interrogées pour la création des instituts. Aujourd’hui, le comité vient proposer les résultats de ses recherches pour amendement et adoption ».

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 mars à 20:40, par Le Roi En réponse à : Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts

    Monsieur Lankoandé , le citoyen honnête que je suis , vous supplie de bien vouloir terminer votre article car vous n’avez livré que l’introduction .
    Dite nous quand même les grandes lignes du contenu du rapport !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 07:11, par Hussein En réponse à : Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts

    C’est pourquoi l’analyse diagnostic de la situation économique du Burkina, en faisant ressortir ce défi de disponibiliser la ressource humaine adaptée aux besoins de l’économie et de l’employabilité, a débouché sur la création de l’Ecole polytechnique de Ouagadougou (EPO) qui comportera en son sein plusieurs instituts de formation et de recherche dont ceux du génie mécanique et du génie industriel et textiles.

    Je pense plutôt que vous devez offir des programmes qui permettront de couvrir les besoins de vos économies et de vos industries. Des programmes adaptés aux besoins de l’économie burbinabè consisteraient à former des gens incomplets, de qualité inférieure pour être compétitifs sur le plan international, donc un cursus pas attractif. Dèjà votre système éducatif orienté à la France (sans vouloir insinuer que le système francais est mauvais) et certainement adapté aux besoins des économies africaine pose grand problème. Il y nécessité absolue de voir au-dessus du bord de l’assiette !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars à 16:32, par Bamos En réponse à : Education : L’Ecole polytechnique de Ouagadougou se dote de deux instituts

    Mieux vaut tard que jamais.notre pays était là à philosophe chaque jour.la littérature forme uniquement que du mentir.je m explique.. Donner sur les réseaux sociaux un sujet de philosophie,vous allez voir l audience que ça va susciter.Par contre lencernun sujet scientifique personnes ne va s intéressé.C est simplement vous dire que les revendications à n en pas finir.C est en fait l enseignement général.Vous verrai quelqu’un qui se dit (docteur).Un docteur sur papier il ne peut rien faire sauf déplacer une virgule dans une phrase pour contourner le vrai sens et mentir.vevemque nos autorités commencent à comprendre les enjeux et les bien fait de la technique.La technique ne ment pas..Vous voyez l article 37 qui a fait ce qu on connait au Burkina.En technique soit c est ça ou ce n est pas ça Il n y apas (et ou) . Docteur un tel et il ne peut même pas faire quelque chose.Sauf changer des virgules pour mentir.Vivement mieux vaut tard que jamais.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tirs au Camp Guillaume Ouédraogo : Retour au calme et à la sérénité, selon le gouvernement
Infrastructures du 11-Décembre 2017 à Gaoua : Les travaux de finition et de correction toujours attendus
Attaques terroristes au Burkina : Le M21 demande le « renforcement des capacités opérationnelles de l’armée "
Protection des données à caractère personnel : La CIL demande l’accompagnement du Mogho Naba
Dori : Les syndicats préparent les manifestations à venir
Projet « Femmes-jeunes entreprenants et citoyenneté » : 50 entrepreneurs développent leur esprit d’équipe et leur leadership
Région du Nord : Le FPDCT fait le bilan de ses interventions
Les fermetures d’écoles en Afrique de l’Ouest et centrale ont triplé depuis 2017 alors que l’éducation est prise pour cible dans toute la région
Commune de Guibaré : Les élèves et étudiants à l’unisson pour le développement
S.O.S pour le petit Abdoul Fatao : L’intervention chirurgicale s’est bien passée
Fermeture des établissements non en règle : Les promoteurs demandent la clémence du ministre de l’Education nationale
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés